Métro Belgique n°4206 3 jui 2020
Métro Belgique n°4206 3 jui 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4206 de 3 jui 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : n.v. Mass Transit Media

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 3,4 Mo

  • Dans ce numéro : festival sur barge.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
16 im MADE IN BELGIUM VENDREDI 3/7/2020 1 metrotime.be Anvers dans un verre La bière De Koninck est depuis toujours associée à la ville d’Anvers. Quand on boit une gorgée de « Bolleke », on voit en pensée l’Escaut apparaître. Et quand on visite Anvers, on doit passer par la brasserie De Koninck, qui s’est transformée en une mini-ville artisanale. La brasserie a été fondée en 1833 par Johannes Vervliet, qui avait épousé la veuve de Joseph De Koninck. Anecdote amusante  : lors de ses dix premières années d’existence la brasserie portait le nom de Brouwerij De Hand, d’après une borne frontière proche qui était ornée d’une main. Plus tard, les descendants de la famille De Koninck donneraient leur nom à l’entreprise. La bière la plus connue de De Koninck est bien entendu la Bolleke, dont on prononce souvent le nom d’une seule traite. Cette bière ambrée a été reconnue comme produit régional. Elle doit son nom au verre en forme de ballon dans lequel elle est généralement servie. D’ailleurs, l’année passée, le nouveau propriétaire de la brasserie, Duvel Moortgat, a changé officiellement son nom en Bolleke. Et si vous voulez en commander une à la manière des Anversois, il faut dire une « Bolleke Keuning ». UNE BRASSERIE URBAINE Le temps où on ne produisait que de la bière chez De Koninck est révolu depuis quelques années déjà. En 2015, les portes de la brasserie sise à la Mechelsesteenweg se sont ouvertes au grand public pour une visite interactive. « C’est bien plus que de la bière », explique Robby Lancel de la brasserie De Koninck. « C’est un centre d’expérience où vous pouvez facilement passer une demi-journée avec votre famille. Contrairement à une visite de brasserie traditionnelle, vous pouvez vous balader chez nous à votre propre rythme. » À l’aide d’écrans et de différents personnages, on vous explique de façon originale l’histoire de la ville, de la brasserie et des bières. Dans les salles de brassage et d’embouteillage, on vous donne plus d’explications sur les bières, le processus de brassage et la mise en bouteille. D’autres entreprises culinaires se sont aussi installées sur le site de la brasserie urbaine. On y trouve entre autres un affineur de fromages, un chocolatier, un boucher, un excellent restaurant et une boulangerie, qui exercent tous leur savoir-faire de façon artisanale. En d’autres mots, il y en a pour tous les goûts ! ◀ Ph. D.R. Ph. O. Anbergen Ph. D.R. Ph. D.R.
metrotime.be VENDREDI 3/7/2020 STAYCATION 17 UN SÉJOUR ENTRE LE PAYS DE HERVE ET LES HAUTES FAGNES Comme l’été peut être beau ici J’avais presque oublié… Quatorze semaines après le début du confinement, je mets pour la première fois les pieds hors de Bruxelles. Je suis d’ailleurs étonnée que le monde ressemble à ce qu’il était avant, en plus beau même. Avec impatience, je vois les toits de notre capitale disparaître dans le rétroviseur. Au fur et à mesure que les kilomètres grimpent au compteur de la voiture de location, je peux enfin respirer. La route pour se rendre dans les Hautes Fagnes n’est pas vraiment très longue, mais je ne me lasse pas de la vue. Et -soyons honnête- mon niveau de stress fait des bonds proportionnellement aux pics de trafic sur l’autoroute. Quand j’aperçois la sortie Francorchamps et que je m’enfonce dans les bois, le week-end peut vraiment commencer. EXPLORATION DE LA HÊTRAIE Bien que l’on puisse composer sa propre randonnée sans trop de difficulté, j’opte tout simplement aujourd’hui pour la « Balade de Rêve 13 » qui part de Xhoffraix. Nous sommes samedi, difficile donc d’être seule, mais ça va. Je suis allée à plusieurs reprises dans les Hautes Fagnes quand j’étais enfant, mais je n’en ai pas gardé le moindre souvenir. C’est donc comme si c’était ma première fois et je ne suis pas déçue. Alors que je m’étais attendue à des chemins de bois s’étirant à l’infini dans une tourbière monotone, je découvre une flore qui ne cesse de changer. Pendant 15 kilomètres, mes pieds foulent des sapinières où une moelleuse couche d’aiguilles cache le sol, puis longent de vertes prairies et des forêts de hêtres. Les épicéas qui font la renommée des Hautes Fagnes sont lentement remplacés grâce au projet LIFE par la flore originale afin de restaurer l’écosystème. Ce qui signifie concrètement que les arbres sont encore très petits à certains endroits et que vous devez progresser dans une jungle de feuilles, de branches et Dieu seul sait quoi. Je me sens à certains moments l’âme d’une exploratrice qui peut se retrouver à chaque instant nez à nez avec un animal sauvage encore inconnu. Et j’exagère à peine. DE DOUCES NUITS D’ÉTÉ À HERVE Nous sommes le 20 juin, soit le jour le plus long de l’année. Je n’ai jamais accordé beaucoup d’importance aux rituels, aux passages et autres du genre, mais qui n’aime pas les interminables soirées d’été ? Et il n’y a pas de meilleure façon de fêter cela que dehors, un verre de vin à la main et avec le soleil. Ce n’est pas la première fois que je loge chez Côté Verger à Battice, mais une fois de plus je constate que c’est vraiment un petit bijou. Au milieu d’un terrain de quelques hectares se dresse une ferme imposante, dont les annexes abritent trois chambres et une piscine. Notre hôtesse, Béatrice, s’y connaît manifestement en décoration intérieure et cela se reflète aussi dans ses chambres d’hôtes. Le design et le vintage s’y marient, ce qui donne un résultat à la fois dépouillé et charmant. Tout y est réglé jusque dans les moindres détails. Je succombe presque à la tentation de fourrer dans ma valise ce gobelet à dents vintage en verre fumé. Et il n’y a pas qu’à l’intérieur que l’on baigne dans le luxe, à l’extérieur aussi. De chaque côté de la maison, il y a un emplacement pour profiter du soleil et bien entendu, vous pouvez aussi vous installer dans l’herbe. Lors des chaudes journées d’été, vous piquez une tête rafraîchissante dans la piscine, qui est d’ailleurs aussi accessible en hiver grâce à son magnifique design. Cela faisait longtemps que je n’avais pas vraiment paressé le dimanche. Bouquiner, bronzer dans un transat, boire des petits cafés et croquer des cerises du jardin  : le bonheur à gogo. Même si j’aurais mieux fait de mettre ma crème solaire ! SUIVRE LE CLAPOTIS DES RUISSEAUX Le lundi, j’ai encore une promenade au planning. Après un délicieux petit-déjeuner maison avec des produits de la région (dont le fameux fromage de Herve), équipée de pied en cap, je prends la voiture en direction des Hautes Fagnes. La route sinueuse me mène cette fois à Longfaye, point de départ de la « Balade de Rêve 3 ». C’est surtout le début et la fin de cette balade de 12 kilomètres qui valent la peine. L’association du clapotis de l’eau du Bayehon et des chênes façonnés par les intempéries me fait penser au royaume des Elfes dans « Le Seigneur des anneaux ». Même s’il ne faut pas être un amateur de fantasy pour apprécier le paysage. Et si le chemin plus loin est de temps en temps trop large et trop rectiligne, je ne boude pas mon plaisir. Inspirer, expirer et profiter de l’air frais dans les bois. Une échappée bienvenue loin de la vie quotidienne stressante où nous prenons rarement le temps de vraiment nous arrêter aux petites choses. Après trois jours dans la nature, le retour en ville me pèse. Pour beaucoup, cet été sera différent des autres, mais les étés belges peuvent aussi être tellement beaux. Et nous avons failli l’oublier ! Camille Van Puymbroeck Pour de plus amples informations sur les sentiers de randonnée, surfez sur ostbelgien.eu. Une chambre avec petit-déjeuner chez Côté Verger coûte 150 € la nuit, réservation via coteverger.be. Photos Camille Van Puymbroeck mr.1 4mi. 1_4



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :