Métro Belgique n°4204 26 jun 2020
Métro Belgique n°4204 26 jun 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4204 de 26 jun 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : n.v. Mass Transit Media

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 3,6 Mo

  • Dans ce numéro : un flot de couleurs.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
10 MADE IN BELGIUM VENDREDI 26/6/2020 metrotime.be Les terrasses les plus sympas de Belgique Avec l’été qui pointe le bout de son nez et la reprise du secteur de l’horeca, les Belges retrouvent enfin leurs libertés et le plaisir de savourer un verre en terrasse ! Zoom sur sept terrasses belges où l’on est certains de passer un bon moment au soleil ! DU HAUT DU MONT DES ARTS Plein Publiek, la serre la plus branchée du pays installée dans le Palais de la Dynastie, est devenu l’un des incontournables de la vie nocturne à Bruxelles. Pour siroter un cocktail entre amis, bruncher au soleil ou déguster un dîner en tête-à-tête, cette terrasse qui surplombe le Mont des arts offre un cadre unique. Jusqu’au 28 juin, c’est aussi l’occasion de découvrir l’œuvre du maître flamand Pieter Brueghel à travers une expérience immersive à l’intérieur du bâtiment. Mont des Arts, 1000 Bruxelles BUCOLIQUE AU CŒUR DES ARDENNES C’est dans un cadre bucolique, au bord de la Lhomme, que l’on découvre Les Gamines. Épinglé dans la sélection « pop » du Gault et Millau, l’établissement de Poix-Saint-Hubert dispose d’une belle terrasse le long de l’eau.Une carte « bistronome » et un comptoir qui ravira les amateurs d’houblon comme de raisin. Les Gamines, 18 rue des Ardennes, 6870 Poix-Saint-Hubert INCONTOURNABLE LIÉGEOIS Nichée dans l’impasse des Ursulines, au cœur de la Cité Ardente, la Brasserie C fait partie des incontournables liégeois. Ses terrasses au pied de la montagne de Buren sont un cadre idyllique et hors du temps pour déguster la désormais célèbre Curtius, ou la succulente Smash (notre coup de cœur !) directement sur leur lieu de production. Et pourquoi ne pas vous laisser tenter par un brassage ou un atelier zytho ? BrasserieC, Impasse des Ursulines, 14/24, Liège. UN OASIS À GAND Le bar Bricolage s’est installé dans un écrin sauvage, entre verdure et paysage industriel. Ce petit coin de nature à Gand est parfait pour s’évader le temps d’un verre durant l’été. Pour siroter un cocktail dans un hamac, faire une partie pétanque ou de kubb, découvrir des expos et un décorincroyable,cette véritable oasis en ville est l’endroit idéal ! Bar Bricolage, Chinastraat 1, 9000 Gent Bar Bricolage Ph. D.R. LES PIEDS DANS L’EAU Sur les berges du Lac de Genval, dans le Brabant Wallon, la Brasserie du lac a été élue « Brasserie de l’Année » au Gault&Millau 2017. La terrasse est juste au bord de l’eau, face à un fabuleux banc d’écailler. Pour ravir vos pailles, le restaurant propose des assiettes à base de produits frais du terroir. Un endroit idéal pour profiter de la vue et des journées ensoleillées jusque tard dans la saison. La Brasserie du lac, Avenue du Lac, 100, 1332 Genval EN HAUTEUR Quoi de mieux qu’une vue panoramique et imprenable pour sublimer le goût d’un verre en terrasse ? Perchée à 262 mètres d’altitude, la brasserie des 7 Meuses, à Profondeville, nous offre une vue à 180 o sur la vallée de la Meuse. Un cadre unique pour déguster un bon repas, ou simplement profiter d’un verre entre amis. Dans le Namurois, on épinglera également la Plage d’Amée, superbe restaurant surplombant la Meuse. Un cadre idyllique pour déguster les plats du chef Julien Wauthier, demi-finaliste de Top Chef en 2017. Un véritable moment de plaisance. Les 7 Meuses, Sart à Soile/Soilles 27, 5170 Rivière, Profondeville. La Plage d’Amée, Rue des Peupliers, 2, 5100, Jambes, Namur. POUR LES ARTISTES Un bar d’été niché dans un ancien entrepôt et une terrasse sur les docks d’Anvers, à quelques pas du port. Le bar Paniek se décrit comme un lieu de rencontres et d’échanges entre artistes. C’est aussi un endroit unique+ pour aller prendre un verre les jours d’été dans une ambiance décontractée. Entre verdure et bric-à-brac, le décor est unique. À découvrir ! Bar Paniek, Kattendijkdok, Oostkaai 21B, 2180 Anvers RESPIREZ LA CONFIANCE, NOTRE AIR EST FILTRÉ EN PERMANENCE. L’air à bord de nos avions est aussi pur que celui d’une salle d’opération car les filtres HEPA éliminent plus de 99,9% des particules, bactéries et virus. Grâce à un apport d’air extérieur, vous respirez constamment de l’air frais et filtré. Découvrez la nouvelle manière de voler sur brusselsairlines.com #ChangeIsInTheAir
metrotime.be VENDREDI 26/6/2020 MADE IN BELGIUM 11 Des bières XXS Avant la crise du coronavirus, le secteur brassicole a connu trois phénomènes paradoxaux  : une baisse généralisée de la consommation de bière par habitant, une vente dans l’horeca qui, elle, a augmenté pour la première fois en 10 ans, et surtout une explosion du nombre de brasseries dans notre pays. Et parmi elles, une quantité certaine de micro- et nano-structures. Dire que les microbrasseries ont poussé comme des champignons dans notre Royaume est une lapalissade. Selon l’asblZythos, on comptait en effet, en début d’année, près de 607 sociétés brassicoles quand il n’y en avait encore ‘que’267 en 2014. Un phénomène qui n’est d’ailleurs pas que Belge. À l’instar du vin, la bière a retrouvé ses lettres de noblesse dans l’esprit des gens. Les concepts de terroir, produits naturels, production locale et savoir-faire ont participé à cet engouement. Si on boit peut-être moins, on le fait en tout cas mieux. Moins de pils certes, mais plus de bières ‘spéciales’. D’aucuns prétendaient, déjà avant la crise, que le marché arrivait à saturation. D’autres leur répondaient toutefois qu’il y avait encore de la place en arguant que l’on comptait près de… 3.000 brasseries sur notre territoire avant la Première Guerre mondiale, et qu’aujourd’hui encore nous avons bien moins d’établissements que la Suisse ou la Nouvelle-Zélande par million d’habitants. Oui, mais, comment les petites structures vont-elles surmonter la crise ? Difficile à dire… Pendant cette période, près d’une brasserie sur trois a en effet dû cesser son activité, et malgré les nombreux apéros virtuels, il est déjà clair que la consommation de bière a baissé de près de 30% sur les cinq premiers mois de 2020, selon la fédération des brasseurs. Il est donc plus que temps de se montrer solidaire d’entreprises, souvent très petites, qui portent en elle un vrai projet de produits de qualité. MICRO OU NANO ? Il est communément admis que l’on est une micro-brasserie lorsqu’on produit moins de 12.500 litres par an, même s’il n’y a pas de définition précise. Selon la taille, certains brasseurs aiment s’appeler ‘pico-brasserie’, voire même ‘fermenterie’. Mais c’est dans la catégorie auto-proclamée ‘nano’que l’on vous propose quelques coups de cœur. L’Ermitage. Située au cœur même de Bruxelles, cette nano-brasserie est d’abord née dans la cave d’une colocation avant de devenir, en 2016, une véritable entreprise proprement dite. Son produit-phare est La Lanterne, une IPA à la fois légère et sèche. Parmi leurs créations, ils viennent de sortir, en quantité limitée ‘Les Canons de l’Ermite’, une fermentation mixte de bière et de vin. Mais on retiendra également le Théorème de l’Empereur, un pale ale au thé et au jasmin. Brasserie Surréaliste. Nichée dans l’ancien bâtiment de l’Atelier Coppens, dans le quartier Dansaert, la brasserie surréaliste n’est pas encore une affaire qui roule puisqu’ils en sont encore au stade du crowfunding. Et pourtant, leurs bières se retrouvent déjà dans bon nombre d’épiceries fines et de bars spécialisés. Leurs étiquettes valent autant le détour que le goût de leur Surréaliste Pale Ale, Mirror Mirror ou que leur Ultraviolet Wheat Season. Les 3 Florins. La nano-brasserie Les 3 Florins est née à Bomal-sur-Ourthe en février 2018. Dans sa petite structure, Benjamin Demblon propose néanmoins quatre bières  : la Bichon Malt-Thé, une ambrée, la Coléoptéra, une bière à la framboise et hibiscus, la Blanque Panse, une blanche au laurier et au citron, et enfin la Chienne de Garde, une stout à l’orge torréfié. Malheureusement, il y en a bien peu. L’Annexe. La bière étant un produit qui fermente, Maxim et Grégoire, de la brasserie-fermenterie L’Annexe, se sont dit qu’ils ne devaient pas s’arrêter à ce seul produit en travaillant également sur le sureau et le gingembre. Néanmoins, c’est avec la Saison de Bruxelles qu’ils se sont fait Pikaflor Brasserie Surréaliste connaître, une blonde légèrement ambrée et refermentée en bouteille. Ils proposent aujourd’hui la Black Saison, la Weize Saison et, prochainement, la Rosse Saison. No Science. Une nano-brasserie certes, mais néanmoins près de neuf bières à la carte de cette structure rock’n’roll créé par Maxime Dumay qui s’est inspiré de l’ambiance du Magasin 4, haut lieu des musiques alternatives à Bruxelles, pour nommer ses bébés. On y goûte ainsi la Noisy, la Psyche, la Heavy, la Stoner Witch, la Fade to Grey, la Da’Funk, la Sabotage, la Whack !, et la Garage Ale. Des bières légères (pas plus de 6 o) pour des musiques fortes. Pikaflor. Depuis 2018, cette petite structure s’est installée dans les murs de l’ancien moulin à eau, le ‘Maalbroekmolen’à Wetteren, pour devenir la première brasserie à utiliser le système Brewtower qui permet de brasser des petites quantités. Ils ont pour philosophie le circuit court et les produits de qualité, c’est pourquoi ils soutiennent les producteurs locaux de houblon pour maintenir cette culture en Belgique. Pierre Jacobs Les 3 Florins The bike race through Brussels www.bxltour.be 13.09 2020 BELGIUM FÉDÉRATION WALLONIE-BRUXELLES



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :