Métro Belgique n°4197 2 jun 2020
Métro Belgique n°4197 2 jun 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4197 de 2 jun 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : n.v. Mass Transit Media

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 2,5 Mo

  • Dans ce numéro : Metro est de retour !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
6 FEELGOOD MARDI 2/6/2020 metrotime.be MASQUES BUCCAUX Quels types, où et comment les porter ? On a déjà beaucoup dit et écrit sur les masques buccaux depuis le début de la crise du coronavirus. Certains experts sont contre, d’autres en font l’éloge. Mais, une chose est sûre  : ils sont devenus un incontournable de nos activités extérieures ! Vous avez encore des interrogations à propos de L’ACCESSOIRE de 2020 ? Nous répondons aux questions les plus fréquentes. QUELS SONT LES DIFFÉRENTS TYPES DE MASQUES ? Les masques FFP2 sont destinés aux professionnels de la santé, nous ne nous étendrons dès lors pas sur le sujet. Pour votre usage personnel, vous pouvez acheter des masques buccaux en tissu auprès de différentes chaînes de magasins de vêtements ou en fabriquer vous-même en suivant les explications sur faitesvotremasquebuccal.be. Vous trouvez aussi des masques chirurgicaux dans les pharmacies et les supermarchés. Contrairement aux exemplaires en tissu, vous ne pouvez pas les laver et vous devrez donc les jeter après usage. Si vous n’avez pas de masque, vous pouvez utiliser un foulard ou un bandana pour couvrir votre bouche et votre nez. On ne porte pas un masque en tissu, un masque chirurgical, un foulard ou un bandana pour se protéger soi-même du virus, mais pour protéger les autres personnes autour de soi. Inversement, vous êtes aussi protégé(e) si les personnes autour de vous portent un masque. QUAND PORTER UN MASQUE ? Vous êtes en train de lire cet article dans le train ou le métro ? Alors, vous portez un masque buccal ! Le port du masque est obligatoire dans les transports publics et dans les gares pour les voyageurs de plus de 12 ans. Et c’est aussi d’application si vous êtes seul(e) dans le train. Le masque réduit notamment aussi le risque que vous contaminiez une surface avec laquelle beaucoup de personnes entrent en contact. En outre, les enseignants et les élèves de plus de 12 ans sont tenus de porter un masque à l’école. Leur port est aussi obligatoire dans les entreprises où il n’est pas possible de respecter les règles de distanciation sociale, soit un espace de 1,5 mètre entre collègues. Dans les magasins, les masques ne sont pas obligatoires, mais fortement recommandés ! COMMENT PORTER VOTRE MASQUE EN TOUTE SÉCURITÉ ? Avant de mettre votre masque, lavez-vous bien les mains. Ne touchez que les élastiques ou les cordons quand vous l’enfilez. Il doit couvrir votre Collection Hetzel JulesVerne * En vente en librairie. Hors prix du journal. Suivant disponibilité des stocks. 1,99  € (1er livre) et 9,99  € (livres suivants). Ph. Belga -L. Dieffembacq nez, votre bouche et votre menton et être bien ajusté sur les côtés. Commencez par le haut en le plaçant bien sur votre nez, puis fixez-le dans le bas en recouvrant votre menton. Quand vous le retirez, prenez-le uniquement par les élastiques ou les cordons. Lavez-vous ensuite bien les mains. Si vous devez ôter votre masque pour un court instant (pour boire par exemple), déposez-le dans un endroit propre que vous pourrez par la suite facilement nettoyer ou enfermez-le dans un sac hermétique. COMMENT LAVER VOS MASQUES ? Il faut changer de masque buccal toutes les 8 heures ou toutes les 4 heures en cas d’usage intensif (par exemple si vous êtes prof et que vous donnez cours en classe) ou s’il est humide ou souillé. En tout cas, vous devez le laver après chaque utilisation. Vous pouvez le faire en machine à 60 o avec votre linge sale et un produit de Conseil pour éviter les douleurs provoquées par le port des masques buccaux De nombreux médecins et infirmiers se sont plaints de douleurs provoquées par le port du masque buccal. Il laisse en effet des marques sur le visage, et les élastiques font souvent mal aux oreilles. Une infirmière flamande a trouvé une solution pratique à ce dernier problème. « J’ai enlevé mon masque il y a deux heures. Mon nez brûle et j’ai N°1 1,99 € * seulement lessive. Ou vous pouvez le laver individuellement dans une casserole que vous n’utilisez pas pour faire la cuisine. Si vous nettoyez vos masques à une température trop basse, parce que vous les lavez à la main par exemple, vous devrez les repasser à haute température. Après avoir touché un masque sale, par exemple pour le placer dans le lave-linge, lavez-vous bien les mains. Le masque doit être complètement sec avant une nouvelle utilisation. Raison pour laquelle il vaut mieux disposer de deux masques en tissu ou plus. TRIKINI  : LA FOLIE DE L’ÉTÉ 2020 Dans le monde entier, les stations balnéaires se préparent à recevoir à nouveau les fans de la plage, mais au compte-gouttes ! Ce qui nous amène à la question suivante  : quelle tenue revêtir et quid des masques buccaux ? La marque italienne Elexia Beachwear propose une solution pour celles qui veulent rester assorties, même sur le sable. Oubliez le bikini, adoptez le « trikini » ! Et si le bikini avec masque assorti avait été lancé en boutade au début du confinement, il semble bien que ce trikini soit en bonne voie de faire un tabac deux mois plus tard. Vous le verrez très probablement sur la plage cet été. Ph. instagram @alexia_beachwear l’impression qu’un ballon de basket vient de s’y écraser ! Mes oreilles vont mieux aujourd’hui, grâce à ce petit truc », a-t-elle twitté en légende d’une photo où on pouvait voir qu’elle avait placé une bande élastique avec un bouton des deux côtés à l’arrière de sa tête. Les petits élastiques étaient fixés à ces boutons et non plus autour des oreilles, du coup ces dernières n’étaient plus douloureuses. Redécouvrez l’œuvre d’un visionnaire de génie N°1>Voyage au centre de la Terre. Dès aujourd’hui chez votre libraire. Plus d’infos sur www.lesoir.be/julesverne Repensons notre quotidien
ET SI ON RÉAPPRENAIT À VOLER ? Le monde vit pour l’instant dans la turbulence. Turbulence causée par un virus. Mais lorsque la tempête se calmera, tout redeviendra-t-il comme avant ? Ou plutôt  : voulons-nous vraiment que tout redevienne comme avant ? N’est-ce pas le moment idéal pour remettre certaines choses en question ? Chez Brussels Airlines, nous souhaitons que nos passagers et notre compagnie soient portés par un vent de fraîcheur et de renouveau. Sous la devise ‘change is in the air’, nous explorerons, avec des spécialistes de différents domaines, les pistes qui mènent au changement. Comment renforcer encore la sécurité, par exemple, en portant une attention toute particulière aux nouvelles normes sanitaires ? Quelles initiatives prendre pour continuer à réduire, encore et toujours, notre empreinte carbone ? Comment faire en sorte que voler devienne un choix raisonné, plutôt qu’une simple habitude ? Le trafic international restera toujours essentiel, mais peut-être faut-il l’envisager de manière plus consciencieuse ? Nous n’avons pas encore toutes les réponses à ces questions. Mais nous voulions déjà vous donner un aperçu de ces nouvelles perspectives. Qu’ensemble, nous allons pouvoir concrétiser. D’ici là, nous tenons à remercier tous ceux qui nous ont apporté leur soutien ces dernières semaines. Et en particulier, tous nos collaborateurs. Sans eux, ce nouveau départ ne serait pas possible. Nous nous réjouissons de pouvoir vous accueillir bientôt à bord d’une nouvelle façon de voler. #ChangeIsInTheAir



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :