Métro Belgique n°4174 11 fév 2020
Métro Belgique n°4174 11 fév 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4174 de 11 fév 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : n.v. Mass Transit Media

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 2,4 Mo

  • Dans ce numéro : la tempête Ciara s'en va.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
lm 1 6 NEWS MARDI 11/2/2020 metrotime.be AFP/S. Bozon Le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis veut fermer les camps d’accueil pour réfugiés, appelés « hotspots », installés sur ces îles depuis 2016 pour traiter les demandes d’asiles introduites par des dizaines de milliers de migrants arrivant par la Turquie. Les camps n’ont pas pu suivre l’afflux et ont rapidement été surpeuplés. Le Premier ministre veut remplacer les « hotspots » par des centres fermés. EXPULSION RAPIDE Les nouvelles installations font partie des plans du gouvernement pour accélérer le traitement des demandes et le renvoi des candidats à l’asile. « Nous prévoyons d’expulser 200 migrants par semaine vers la Turquie », a Vol annulé, chien remboursé Une compagnie aérienne danoise pourrait devoir verser une compensation financière à Jack, un chien, après que son vol a été annulé pour des raisons techniques. Les deux maîtres de Jack ont soumis une demande de compensation. Ils ont déjà reçu 250  € chacun et veulent désormais obtenir le même montant pour Jack. La législation européenne en la matière ne précise pas si les indemnisations sont réservées aux êtres humains. annoncé M. Mitarakis. Les autorités grecques réduisent également le temps nécessaire à l’expulsion des migrants économiques, dont les demandes sont rejetées. Pour accélérer la construction des nouveaux camps, le gouvernement a publié un décret hier autorisant la nationalisation des terres si nécessaire, avec compensation, a signalé un porte-parole. AFP/M. Schincariol NOUVELLES INSTALLATIONS Le gouvernement grec renforce également le corps de police des frontières, avec 1.200 officiers supplémentaires sur les îles et le long de la frontière terrestre avec la Turquie. Malgré ces mesures, les autorités peinent à faire face à l’afflux de migrants, qui sont une centaine à débarquer de Turquie chaque jour. En 2019, quelque 74.000 personnes sont arrivées en Grèce de Turquie, contre 50.000 en 2018. La Grèce prévoit même d’installer des barrières flottantes au large des îles. Ces mesures ont été vivement critiquées, notamment par des ONG internationales qui Un clip des Pussy Riot arrêté La police russe a fait irruption dimanche sur le tournage d’un nouveau clip du groupe punk anti-gouvernement Pussy Riot à Saint-Pétersbourg, et l’a forcé à arrêter de filmer, a déclaré un membre du groupe. La police a accusé le groupe de filmer une « vidéo illégale faisant la promotion de l’homosexualité », a déclaré Nadezhda Tolokonnikova, membre des Pussy Riot, assurant que le groupe tenterait à nouveau de filmer la vidéo du morceau intitulé « Rage ». De nouveaux camps de migrants LESBOS La Grèce lancera la construction de nouveaux centres d’accueil pour migrants en mars, a annoncé hier le ministre de l’Immigration Notis Mitarakis à la chaîne Skai. Situés sur les îles égéennes de Lesbos, Chios, Samos, Leros et Kos, ils devront être achevés en 90 jours, a-t-il précisé. AFP/A. Messinis Enquête sur l’exécution du programme de 100 jours KINSHASA La justice congolaise a ouvert une enquête sur l’utilisation des fonds alloués à l’exécution des travaux publics lancés dans le cadre du « programme de 100 jours » du président de la République démocratique du Congo (RDC), Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo. Cette instruction judiciaire a été ouverte samedi par le parquet général près la Cour d’appel de Kinshasa/Matete, alors que certains travaux souffrent de retards et de problèmes de financement dans un contexte de suspicion de détournements de fonds. Le procureur général a requis du vice-Premier ministre et ministre du Budget, Jean Baudouin Mayo Manbeke, qu’il lui transmette les copies de tous les bons d’engagement établis en faveur des sociétés exécutant les travaux de 100 jours ainsi que les numéros de dossiers relatifs en urgence. Le ministre des Finances, José Sele Yalaghuli, est prié de transmettre les copies des ordres de paiements informatisés et/ou toutes les lettres de paiements d’urgence établies en faveur de toutes les entreprises retenues. Il doit également transmettre l’exécution du plan de trésorerie et de décaissement de fonds en faveur de ces entreprises. Le vice- Premier ministre et ministre EPA/N. Bothma en charge des Infrastructures, Travaux Publics et Reconstruction (ITPR), Willy Ngoopos Sunzhel, est lui aussi sollicité par le procureur. ◀ arguent que cela pourrait aussi freiner les personnes pouvant prétendre au statut de réfugié. SURPOPULATION DES CAMPS Selon le Haut-commissariat des réfugiés de l’Onu (HCR) en Grèce, quelque 112.300 migrants se trouvent actuellement sur les îles et sur le continent, dont plus de 36.000 dans les cinq centres de réception et d’identification sur les îles de la mer Égée dont Lesbos. Sur cette dernière, le camp de Moria accueille actuellement près de 20.000 demandeurs d’asile pour une capacité de 2.700 personnes. Les conditions de vie s’y sont rapidement dégradées, tout comme dans d’autres camps de réfugiés, également débordés. ◀ L’armée malienne de retour à Kidal AFP/Stringer KIDAL L’armée malienne a entamé hier son déploiement vers Kidal (nord du Mali) afin de reprendre le contrôle de cette ville symbole qui échappe de longue date à l’autorité de l’État malien, a annoncé un membre du commandement. Dans un contexte de grave détérioration sécuritaire au Mali et au Sahel, le retour de l’armée nationale à Kidal, aujourd’hui sous le contrôle d’ex-rebelles touareg, est anticipé comme une affirmation forte d’un rétablissement de l’autorité de l’État malien, qui ne s’exerce plus sur de larges pans du territoire. L’opération bénéficie du soutien de la mission de l’ONU au Mali (Minusma) et de Barkhane, la force anti-djihadiste française au Sahel. ◀
metrotime.be MARDI 11/2/2020 NEWS 7 La CEDH examine une requête contre la France AFP/F. Florin STRASBOURG La Cour européenne des Droits de l’Homme (CEDH) a pour la première fois accepté d’examiner une requête déposée contre la France pour son refus de rapatrier une famille de jihadistes. Deux grands-parents avaient saisi début mai la CEDH pour obtenir la condamnation de la France pour son refus de rapatrier leur fille, née en 1991 et partie en Syrie en 2014, où elle a eu deux enfants aujourd’hui âgés de 5 ans et presque 4 ans. Blessés dans la bataille de Baghouz, dernier réduit du groupe État islamique en Syrie, ils sont désormais retenus dans le camp d’Al-Hol, au Kurdistan syrien et leur état de santé « serait déplorable », selon les requérants. Premières étapes de la procédure, la CEDH a publié hier un exposé des faits de cette requête, ainsi qu’une liste de questions adressées aux parties, qui ont plusieurs semaines pour répondre. ◀ NOUAKCHOTT La justice mauritanienne a condamné huit hommes à deux ans de prison ferme pour « actes contraires à la morale », après la diffusion d’une vidéo les montrant participer à une fête initialement présentée comme un mariage homosexuel, ont indiqué hier leur avocat et Human Rights Watch (HRW). Une vidéo devenue virale en Mauritanie et dans les pays voisins à la mi-janvier a présenté une fête dans un restaurant de Nouakchott comme le premier « mariage gay » de cette république islamique d’Afrique du nordouest, où les comportements homosexuels sont interdits. Dix personnes accusées d’y avoir pris part ont été interpellées une semaine plus tard, puis inculpées « d’actes contraires à la morale », « commission de faits interdits par Allah » et « publication d’une cérémonie de débauche ». HUIT CONDAMNÉS Il s’agissait en fait de la « célébration de l’anniversaire d’un homosexuel à laquelle il n’avait invité que ses semblables », selon la police. Huit hommes ayant participé à la fête « ont écopé de Sept Russes d’extrême-gauche condamnés à la prison MOSCOU Un tribunal militaire russe a condamné hier sept hommes à de lourdes peines de prison pour leur participation, selon les services secrets (FSB, ex-KGB) à un réseau « terroriste » d’extrême-gauche, une affaire dénoncée par les ONG et l’opposition. Présentés par l’accusation comme des terroristes « antifascistes » et « anarchistes », les accusés devront purger des peines de 6 à 18 ans de prison. Ces jeunes, nés entre 1988 et 1996, avaient été arrêtés en 2017 pour leur appartenance à une organisation terroriste présumée. Certains étaient aussi accusés de détention d’armes et tentative de trafic de drogue. Selon des ONG et l’opposition russe, l’affaire a été montée de toutes pièces pour faire croire à une menace contre le pouvoir. La prison pour homosexualité en Mauritanie AFP/D. Dilkoff « Ce verdict doit démontrer à la population qu’il y a une menace de terrorisme politique réel et c’est un ordre à la jeunesse  : ‘assis, pas bouger’ ! », a dénoncé Svetlana Gannouchkina, figure de Memorial, l’organisation de défense de Droits de l’Homme de référence en Russie. ◀ AFP/R. Jantilal deux ans de prison ferme » à l’issue de leur procès, qui s’est déroulé en toute discrétion devant le tribunal correctionnel de Nouakchott le 30 janvier, a indiqué hier leur avocat, MohamedOuld Obeid. Une femme présente à l’anniversaire a été condamnée à un an de prison avec sursis et le propriétaire du restaurant a été acquitté, a ajouté l’avocat, en précisant avoir fait appel au nom de ses clients, qui avaient plaidé non coupable. « Les autorités mauritaniennes n’ont pas à envoyer un individu derrière les barreaux parce qu’il a assisté à une fête d’anniversaire paisible », a estimé hier le directeur de la division LGBT à Human Rights Watch, Graeme Reid, en réclamant la « libération immédiate » des huit condamnés. LE CRIME D’ÊTRE GAY Le code pénal mauritanien, basé sur la charia, interdit les comportements homosexuels entre musulmans majeurs, qualifiés d’« actes contre-nature », et prévoit des sanctions allant jusqu’à la peine de mort s’il s’agit de deux hommes. « Mais personne n’a été condamné à mort ces dernières années pour homosexualité, à la connaissance de Human Rights Watch », souligne l’ONG. La société mauritanienne tolère les personnes gays ou lesbiennes dans certaines circonstances, comme les mariages ou fêtes traditionnelles, mais elles sont pour la plupart du temps moquées par l’opinion et se font très discrètes. Plus de la moitié des pays d’Afrique subsaharienne (28 sur 49) disposent de législations interdisant ou réprimant l’homosexualité, parfois punie de la peine de mort. ◀ Un opposant iranien risque la peine de mort TÉHÉRAN Un opposant iranien, en exil plusieurs années en France puis arrêté en Iran, a été accusé hier à l’ouverture de son procès de « corruption sur la terre », passible de la peine de mort. AFP/E. Dunand Le procès de Rouhollah Zam, 41 ans, dont les Gardiens de la Révolution avaient annoncé l’arrestation en octobre, s’est ouvert en sa présence à Téhéran « à huis clos et en l’absence des médias », a précisé l’agence semi-officielle Fars. M. Zam, qui disposait du statut de réfugié en France, a dirigé un canal sur la plateforme de messagerie cryptée Telegram, intitulé Amadnews et accusé par Téhéran d’avoir joué un rôle actif dans la contestation de l’hiver 2017-2018. Il est soupçonné d’avoir notamment « commis des délits contre la sécurité intérieure et extérieure du pays » et d’« espionnage au profit du service de renseignement français ». ◀



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :