Métro Belgique n°4171 6 fév 2020
Métro Belgique n°4171 6 fév 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4171 de 6 fév 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : n.v. Mass Transit Media

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 2,8 Mo

  • Dans ce numéro : dinosaure plus vrai que nature.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
6 CM NEWS JEUDI 6/2/2020 1 metrotime.be DPA/M. Scholz Après la mise en quarantaine de facto de Wuhan et de la province du Hubei, épicentre du nouveau coronavirus, la Chine continue de muscler ses mesures de confinement. Un nombre grandissant de villes, jusqu’aux lointaines régions industrielles du nord-est, imposent des restrictions de déplacement à des millions d’habitants. Des mesures draconiennes saluées par l’Organisation mondiale de la santé (OMS)  : « Il existe une fenêtre de tir grâce aux mesures fortes prises par la Chine. Ne laissons pas passer cette fenêtre », a insisté mardi soir son directeur général, Tedros Adhanom Ghebreyesus. Au moins 490 personnes atteintes du nouveau coronavirus 2019-nCoV sont mortes en Chine continentale, la plupart à Wuhan et dans sa province du Hubei, selon un bilan officiel hier. Plus de 24.000 cas de contamination ont été confirmés dans le pays. Élu grâce à l’extrême droite Pour la première fois depuis l’après-guerre, le président d’un État régional allemand, la Thuringe, a été élu hier grâce aux voix de l’extrême droite. Le candidat du parti libéral FDP, Thomas Kemmerich, a été élu à une infime majorité, grâce aux voix de tous les élus du parti anti-migrants et anti-élites AfD, ainsi que celles des membres du parti conservateur d’Angela Merkel. Hier, le parti de la chancelière a appelé à de nouvelles élections dans l’État. Par contraste, près de 200 cas de contamination ont été identifiés en dehors de Chine dans une vingtaine de pays, Hong Kong faisant par ailleurs état mardi de son premier décès. « DES DÉFAILLANCES » « Cela ne signifie pas que la situation ne va pas empirer », a prévenu le chef de l’OMS, accusant certains pays riches d’être « très en retard » pour le partage d’informations sur l’épidémie et réclamant une plus grande solidarité internationale. Pour la première fois, le gouvernement chinois a admis « des défaillances » dans sa réaction à la crise sanitaire, réclamant une amélioration des dispositifs d’urgence. Face à un système de santé débordé, Wuhan a accueilli mardi ses premiers malades dans un nouvel hôpital de 1.000 lits construit en dix jours. Un second de ce type devrait ouvrir dans les prochains jours. Ailleurs dans la ville, deux AFP/G. Frey centres culturels et un gymnase ont été convertis en cliniques improvisées totalisant 3.400 lits. Et, signe que les besoins restent immenses, huit autres bâtiments devraient être également transformés pour accueillir des malades. PAS DE « PANDÉMIE » L’OMS a lancé hier un appel de fonds de 675 millions $ (613 millions  € ) pour combattre l’épidémie. « 60 millions $ sont destinés à financer nos opérations, et le reste est destiné aux pays qui sont particulièrement Panique dans un avion Le policier chargé de la protection de David Cameron a oublié son pistolet et le passeport de l’ancien Premier ministre britannique dans les toilettes d’un avion, semant la panique. « L’officier concerné a été démis de ses fonctions opérationnelles », a indiqué Scotland Yard. L’arme, un pistolet semi-automatique Glock 19 chargé, a été trouvée juste avant le décollage du vol de New York à Londres, lundi, par un passager qui, choqué, a alerté le personnel de bord. « Une fenêtre de tir » pour enrayer l’épidémie WUHAN Le monde dispose encore d’une « fenêtre de tir » pour endiguer l’épidémie de pneumonie virale, avertit l’OMS. Le bilan s’approche des 500 morts et les mesures de confinement gagnent en ampleur en Chine. AFP/N. Celis « Une éclosion possible du virus sur le continent africain » ANVERS Les chercheurs de l’Institut de médecine tropicale (IMT) ont annoncé hier se préparer à appuyer les pays africains où les infrastructures sanitaires sont faibles en cas de propagation du coronavirus sur le continent africain. Le dernier bilan de l’Organisation mondiale de la santé faisait état de 426 personnes décédées, dont au moins un décès en dehors de la Chine. Plus de 20.630 personnes sont actuellement contaminées et 23 pays sont touchés. Si l’Afrique n’a pas encore recensé de cas, l’IMT souhaite se préparer à l’éventualité. « Plus le nombre d’infections augmente en Chine, plus le risque de propagation augmente. Les pays où la capacité des systèmes de surveillance diagnostique et le suivi des contacts limités sont source de grandes inquiétudes car une fois introduit, le virus pourrait se propager dans ces pays sans être détecté », prévient le Docteur Marc-Alain Widdowson, directeur de l’institut. L’IMT suit donc de près la situation et est en contact avec le CDC (Centre pour le contrôle et la prévention des maladies) et ses pays partenaires en Afrique. L’Institut est prêt à soutenir la riposte sanitaire en cas d’épidémie et envisage des recherches pour mieux comprendre une éclosion possible AFP/Royal Thai Navy du virus sur le continent africain. Les voyageurs et les médecins peuvent se tenirau courant de la situation concernant le coronavirus via Wanda, le site de médecine des voyages. ◀ HONG KONG Tous les visiteurs entrant à Hong Kong en provenance de Chine continentale seront soumis à partir de samedi à une période de quarantaine obligatoire de deux semaines, afin d’endiguer la propagation de l’épidémie du nouveau coronavirus, a annoncé hier la cheffe de l’exécutif local. « La mesure est dure. Mais après cette annonce je crois que le nombre d’arrivées diminuera » de lui même, a dit Carrie Lam, sans offrir de détails sur la mise en œuvre de la mesure. Hong Kong, territoire chinois semi-autonome, a menacés » par le virus, a déclaré le directeur de l’organisation. L’OMS, qui avait déclaré la semaine dernière une « urgence de santé publique internationale », a cependant estimé mardi qu’il n’y avait pas pour l’heure de « pandémie » (situation de propagation mondiale d’une maladie). En Chine continentale, le bilan dépasse largement le nombre de morts enregistré lors de l’épidémie du Sras (349 décès) en 2002-2003. Mais les autorités sanitaires ont noté que le taux de mortalité du nouveau coronavirus était de 2,1%, les victimes étant soit très âgées ou atteintes de complications médicales préexistantes. À l’inverse, le Sras tuait presque 10% des patients. Hors de Chine, la pneumonie a provoqué un seul décès jusqu’à présent  : un Chinois arrivé aux Philippines en provenance de Wuhan. Pour autant, Singapour, la Malaisie et la Thaïlande ont fait état de nouvelles contaminations sur leur sol, et un premier malade a été signalé à Bruxelles parmi 250 personnes rapatriées de Wuhan. RÉPERCUSSIONS ÉCONOMIQUES Paralysée par les restrictions et quasi-coupée du monde, l’économie chinoise pourrait être durablement plombée. Les congés du nouvel an lunaire ont été étendus jusqu’en fin de semaine et la plupart des entreprises et usines resteront fermées jusqu’au 9 février. Les États-Unis ont reconnu qu’il serait difficile pour Pékin de garantir ses achats de produits américains prévus par la récente trêve commerciale entre les deux puissances. ◀ Quarantaine obligatoire pour les visiteurs venus de Chine AFP/P. Fong annoncé mardi son premier décès dû au coronavirus et a fermé la quasi-totalité de ses postes frontières avec le
metrotime.be JEUDI 6/2/2020 NEWS 7 Trump veut protéger le port d’armes WASHINGTON Le président des États-Unis Donald Trump a promis de protéger le port d’armes et de faire passer une loi restrictive sur l’avortement tardif en récitant son discours sur l’état de l’Union, mardi soir à la Chambre des représentants. « Je protégerai toujours le second amendement pour garder et porter des armes », a fait valoir le président en référence à la constitution américaine, ovationné par des élus républicains et certains démocrates. Le sujet est sensible aux USA où les fusillades mortelles, souvent qualifiées de terrorisme intérieur, sont fréquentes. AFP/D. Mills-Pool DES REVENDICATIONS RÉPUBLICAINES Le milliardaire new-yorkais a aussi appelé le Congrès à adopter une loi visant à restreindre l’accès à l’avortement tardif. « Nous devons tous convenir que chaque vie humaine est un cadeau sacré de dieu », a encore déclaré Donald Trump, reprenant un thème défendu par les conservateurs qui veulent limiter davantage l’avortement. L’homme fort de Washington s’en est aussi pris aux migrants sans-papiers, leur promettant d’« être rapidement renvoyé hors du pays » après y être entré illégalement. Ces propos ont aussi déclenché une salve d’applaudissements républicains. Il a pointé du doigt les villes américaines qui se déclarent sanctuaires pour les clandestins qui y sont les bienvenus, en contraste avec la ligne dure du président. Le républicain s’en est aussi pris au « socialisme » dans l’état de l’Union qu’il accuse de « détruire la nation ». UN PEU DE POLITIQUE ÉTRANGÈRE Trump est également passé rapidement sur sa confrontation avec l’Iran et son plan de paix israélo-palestinien, avant de réaffirmer son intention de « ramener à la Le plan de paix américain « viole le droit international » NEW YORK Un projet de résolution palestinien, distribué mardi aux membres du Conseil de sécurité de l’Onu, « regrette fortement » que le plan de paix américain pour le Proche-Orient « viole le droit international ». Proposé par Donald Trump, ce plan va aussi à l’encontre des résolutions de l’Onu adoptées jusqu’à présent et « sape les droits inaliénables et les aspirations nationales du peuple palestinien, incluant l’autodétermination et l’indépendance », ajoute le texte. Après des négociations, ce texte devrait être soumis à un vote du Conseil de sécurité le 11 février à l’occasion d’un déplacement à l’Onu du président palestinien Mahmoud Abbas. Les États-Unis devraient le rejeter en utilisant AFP/A. Weiss leur droit de veto. Selon des diplomates, les Palestiniens pourraient alors solliciter un vote de l’Assemblée générale de l’Onu (où le droit de veto n’existe pas), comme fin 2017 lors de la condamnation de la reconnaissance unilatérale par Washington de Jérusalem comme capitale d’Israël. ◀ maison » à terme les soldats américains d’Afghanistan où, a-t-il dit, ils n’ont pas vocation à assurer le « maintien de l’ordre pour d’autres pays ». Au cours de son discours d’une heure et 20 minutes, le président s’est en revanche abstenu de faire mention de la procédure de destitution ouverte à son encontre par les démocrates, et dont le procès touche à sa fin. NEW YORK Quand Michael Bloomberg s’est lancé dans la course à l’investiture démocrate pour la présidentielle américaine, les analystes lui donnaient zéro chance. Pourtant, l’ex-maire de New York grimpe dans les sondages et sa stratégie inédite, soutenue par un budget illimité, inquiète ses rivaux. Le chaos informatique qui a retardé les résultats de l’Iowa semble valider les calculs qui ont poussé le milliardaire de 77 ans à éviter les quatre premières primaires du calendrier électoral américain  : si les candidats y dépensent énormément d’énergie, ils ne UNE OPPOSITION FAROUCHE Les annonces multiples du républicain ont provoqué l’ire de la cheffe démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, qui a déchiré une copie du discours du président, une fois celuici prononcé. En se présentant devant l’assemblée, celui-ci avait refusé de serrer la main de la démocrate qui la lui tendait. Les élus de l’opposition se sont le plus souvent abstenus d’applaudir, alors que les précédents discours sur l’état de l’Union ont pu être scandés par davantage de parenthèses consensuelles. Alexandria Ocasio-Cortez, benjamine du Congrès et figure montante de la gauche démocrate, fait partie des élus qui ont boycotté ce rendez-vous institutionnel pour ne pas « légitimer » un président qui ne respecte selon elle ni les lois ni la Constitution. D’autres sont partis en plein milieu, dénonçant ses « mensonges ». ◀ Michael Bloomberg avance ses pions AFP/J. Kowalskyt.roit Will Get I.h..birme4.7. désignent qu’un contingent négligeable de délégués pour la convention démocrate qui désignera en juillet celui ou celle qui défiera Donald Trump en novembre. Autre enseignement de l’Iowa  : les résultats partiels confirment le décrochage de EN BREF ▶ Le parlement roumain a renversé hier le gouvernement libéral minoritaire de Ludovic Orban, en place depuis à peine trois mois, ouvrant la voie à des élections anticipées. « Le gouvernement Orban a été démis, c’est un grand pas pour la démocratie », a annoncé le président du Parlement. ▶ Le déficit commercial des États-Unis s’est réduit en 2019, pour la première fois depuis 2013, en raison de la guerre des tarifs douaniers avec Pékin qui a fait reculer les importations provenant de Chine. ▶ La Commission européenne a proposé hier sa nouvelle « méthodologie » pour un processus d’adhésion à l’Union qui implique davantage les états membres. L’élargissement dans les Balkans occidentaux reste une priorité pour la Commission Von der Leyen. ▶ L’astronaute américaine Christina Koch s’apprêtait hier à quitter la station spatiale internationale (ISS), après avoir établi un nouveau record du plus long vol spatial pour une femme  : elle est restée 328 jours dans l’espace. l’ex-vice-président, Joe Biden, arrivé quatrième seulement derrière Pete Buttigieg, et les candidats les plus à gauche, Bernie Sanders et Elizabeth Warren. Ce schéma laisse à Michael Bloomberg des chances d’incarner l’aile modérée du parti démocrate. ◀



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :