Métro Belgique n°4169 4 fév 2020
Métro Belgique n°4169 4 fév 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4169 de 4 fév 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : n.v. Mass Transit Media

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 2,6 Mo

  • Dans ce numéro : l'OCDE en faveur de nouvelles taxes.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
12 mi GREEN MARDI 4/2/2020 1 metrotime.be Bien ranger les denrées pour moins gaspiller Ph. Pexels Vous aussi il vous arrive souvent de jeter des denrées périmées tristement oubliées au fond de vos placards de cuisine ? La psychologue et home organizer AnnVan den Hautte a quelques conseils à nous donner pour éviter le gaspillage tout en gagnant du temps dans la préparation des repas. Et au final, désencombrer nous permet même aussi de nous sentir plus apaisés. ACHETEZ SEULEMENT CE DONT VOUS AVEZ BESOIN ET EN VRAC « Préparez le menu de la semaine pour pouvoir acheter que ce dont vous avez besoin », est la règle numéro 1 selon AnnVan den Hautte. Nous aurions tendance à stocker plus qu’il n’en faut pour rassurer notre très primaire cerveau reptilien qui anticipe une disette potentielle. Mais nous ne sommes plus au temps des famines et l’effondrement de notre société n’est pas pour demain (quoi que…). Alors détendezvous ! Et privilégiez le vrac, si vous le pouvez,pouréviterd’acheterdes quantités non indispensables, précise également la spécialiste du rangement. DES TIROIRS PLUTÔT QUE DES PLACARDS « Les placards profonds sont à éviter car nous avons tendance à pousser les denrées au fond. » Les sachets et autres boîtes de conserve se retrouvant ainsi loin des yeux et loin du cœur, risquent dangereusement de terminer leur vie dans la poubelle une fois la date de péremption passée. Il est plus pratique de ranger les denrées qui ne doivent pas être conservées au frigo dans de grands tiroirs, explique Ann, qui précise que pour les bocaux, il faut veiller à écrire sur le couvercle ce qu’ils contiennent, pour ne pas devoir tous les soulever lorsque l’on cherche un produit en particulier. Cela vous fera gagner du temps et vous gagnerez même en sérénité,explique AnnVan den Hautte qui a choisi d’ailleurs comme pseudo professionnel la « psy du logis ». COMPARTIMENTEZ C’est le troisième conseil de notre home organizer  : « Dans vos tiroirs ou vos placards de cuisine, mettez donc des paniers, des bacs en plastique ou autres parois délimitantes afin de ranger les produits par catégories. Cela permet d’avoir une vue plus précise de ce que vous avez en stock en termes de thés, de pâtes, de biscuits, d’épices… » PRÉVOIR UNE ARMOIRE DE STOCK Nous nous retrouvons souvent avec des tas de paquets ouverts jetés au fond des placards (oui, oui, vous aussi vous faites ça). Et puis loin des yeux, loin du cœur… « Cela ne permet pas une bonne conservation des aliments et cela peut même attirer des mouchettes et des mites », explique AnnVan den Hautte. « Essayez de garder un endroit de stockage où tout est bien fermé. Dans un autre endroit, vous placerez tous les paquets ouverts. Vous aurez une vue plus claire de ce que vous avez déjà ouvert et devez donc manger en priorité », conseille-t-elle. I Marie le dit aussi ! Ranger à la verticale, dans des tiroirs, de sorte que nous ayons une vue d’ensemble de notre stock, c’est également un conseil que préconise la star internationale du rangement Marie Kondo, avec sa méthode « KonMari », qu’elle explique en long et en large dans ses best-sellers  : « La magie du rangement » et « Ranger, l’étincelle du bonheur ». C’est valable pour les vêtements PARTAGEZ LE MATÉRIEL… Partagez avec votre maman, votre meilleure amie, votre père ou votre frère, des appareils et du matériel que vous utilisez peu  : l’appareil à fondue, les petits moules à cannelés (on était tellement motivés et puis…), ces verrines que l’on accumule par dizaines et que l’on ne sort qu’à Noël… « Cela désencombrera votre cuisine et vous permettra d’économiser un peu d’argent si vous achetez à plusieurs », prévient la coach en rangement. Vous pouvez également utiliser l’application Usitoo qui est très pratique pour emprunter du matériel (www.usitoo.be). … ET LES CONDIMENTS QUE VOUS UTILISEZ PEU Mais aussi  : « Faites de même avec les aliments que vous utilisez peu et qui ont des dates de péremption longues », précise enfin AnnVan den Hautte. Vous savez ? Ces épices et ces condiments que vous avez achetés pour faire une recette asiatique ou indienne que vous ne referez probablement plus jamais ? Alors, vous êtes prêts à commencer cette nouvelle année avec les idées claires et à éviter tout gaspillage alimentaire ? Commencez par trier, jeter, ranger et ensuite ne faites une place dans vos placards de cuisine qu’à ce dont vous avez réellement besoin ! www.lapsydulogis.be AFP/R. Beck et pour tous les autres objets de la maison. Vous trouverez ses tutos sur le site www.konmari.com ou sur YouTube. ◀
metrotime.be 1 MARDI 4/2/2020 GREEN 13 Un marais comme un cours d’histoire La réserve naturelle du marais de Sampont abrite un des milieux les plus rares de Wallonie  : les tourbières alcalines. Entre plantes rares et vestiges de nos ancêtres, s’y balader est un voyage dans le temps les pieds dans l’eau. Descendre dans le marais de Sampont, à deux pas d’Arlon, au cœur de l’hiver, et s’enfoncer dans l’eau jusqu’à mi-bottes, c’est faire un saut dans le temps d’un bon siècle et retrouver les paysages et les pratiques agricoles de nos ancêtres. À l’époque où les paysans utilisaient les marais comme prés à litière. Ils y récoltaient de quoi pailler les étables où s’abritaient leurs bêtes pour l’hiver. Ils y extrayaient la tourbe, aussi, qui préservait le feu la nuit et permettait de le rallumer facilement le lendemain. Ce faisant, ils étaient loin de se douter qu’ils entretenaient un des milieux les plus rares de Wallonie  : le bas-marais alcalin. Le bas-marais est un marais situé en fond de vallée, en général au niveau de la nappe phréatique. À Sampont, la nappe affleure. Alcalin, c’est l’inverse d’acide. L’eau du marais traverse des roches calcaires et se charge de calcium au passage avant de rejoindre la réserve. Et cela a évidemment une influence énorme sur la flore présente. On retrouve ainsi à Sampont des plantes extrêmement rares qui font accourir les botanistes. UN CAPITAL CARBONE À PRÉSERVER La création du marais n’a été possible que grâce à la présence d’une épaisse couche de marne, glaise imperméable gardant l’humidité en surface, qui tapisse le sous-sol plusieurs mètres plus bas. Entre la marne et le sol s’empile une histoire plus vieille encore que celle qui nous sépare des anciens qui fauchaient leurs prés à litière. Cette histoire, c’est celle de la tourbe. Piège à carbone autrement plus efficace que la plus vierge des forêts amazoniennes, la tourbe se compose de déchets de plantes dont la présence dans l’eau mène à une décomposition extrêmement lente. HAPPY TIMES, C’EST LE MOMENT ! brusselsairlines.com b Nos ancêtres pillaient donc joyeusement notre capital carbone pour se réchauffer. Et ce faisant, sans le savoir, ils créaient d’autres milieux intéressants, des mares temporaires, également alcalines. On y retrouve, des plantes étonnantes comme le rubanier nain ou différentes utriculaires. Les utriculaires ont cette particularité d’avoir des « utricules », sortes de poches présentes sur les tiges immergées, qui peuvent aspirer et digérer les petits animaux aquatiques qui les frôlent. Il s’agit donc d’une plante carnivore. UN TÉMOIN DE L’ÉVOLUTION DE NOS CAMPAGNES Descendre dans le marais de Sampont permet également de comprendre l’histoire de la région depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. L’exode rural et les transformations de l’agriculture ont peu à peu conduit à l’abandon des pratiques agropastorales traditionnelles. Adieu les prés à litière, bonjour le creusement du nouveau cours de la Semois pour drainer les marais. En quelques décennies, la plupart de ces milieux exceptionnels ont ainsi disparu. Les dernières populations des espèces les plus rares étant CHANGEZ D'AIR 29  € ÀPD * miraculeusement sauvées par quelques gestionnaires de la première heure revenant boucher les drains puis faucher les zones les plus intéressantes à leurs moments perdus. Ainsi, de Arlon à Étalle, la quasi-totalité des marais de la Haute-Semois ont été drainés, plantés, ou tout simplement abandonnés à un reboisement spontané. Les drains ont été bouchés mais il subsiste de cette époque, à Sampont, de superbes aulnaies et boulaies tourbeuses qui s’étendent sur plusieurs hectares, terrain de jeu de belles troupes de tarins des aulnes, notamment. Natagora s’attache, sur les 47 hectares formés par la réserve, à préserver ces tourbières alcalines en déboisant et fauchant tous les ans pour revenir au niveau de la nappe, mimant ainsi les gestes ancestraux de nos ancêtres. Ce faisant, nous agrandissons tant bien que mal ces milieux si rares. Et nous permettons aux espèces qui ne vivent que dans ces milieux d’avoir un espace suffisant pour que le brassage des gênes permette la survie des populations sans dégénérescence. Benjamin Legrain 41 (na agora *Conditions  : brusselsairlines.com - tarif aller simple.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :