Métro Belgique n°4168 3 fév 2020
Métro Belgique n°4168 3 fév 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4168 de 3 fév 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : n.v. Mass Transit Media

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 2,4 Mo

  • Dans ce numéro : Melbourne, Djoko en force.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
2 LUNDI 3 FÉVRIER 2020 Le guide carrière de Metro START Une entreprise belge lance les congés payés illimités Ph. Unsplash À partir du mois de mars prochain, la société Jonckers, active dans la traduction, va enlever la limitation des jours de congé de tous ses employés en Belgique, nous apprenaient plusieurs médias cette semaine. Chacun des 172 employés de Jonckers pourra prendre des jours de congés payés à volonté. Chaque employé sera obligé de prendre ses 20 jours de congé légaux et de récupérer ses heures supplémentaires. Les travailleurs pourront ensuite prendre le nombre de jours qu’ils souhaitent. « Nous avons déjà instauré ce système de jours illimités de congé dans notre bureau de Tchéquie en janvier », explique Geo Janssens, le CEO de Jonckers. Sa société à l’actionnariat 100% belge s’est fait une place dans le marché mondial de la traduction IT. « L’idée est que, d’ici juin, les employés des dix pays où nous sommes présents puissent en bénéficier. » L’objectif de ce système est d’améliorer le bien-être au travail et de lutter contre les absences de longue durée, mais aussi d’attirer des profils rares sur le marché de l’emploi. Jonckers a en effet besoin de développeurs pour son logiciel de traduction basé sur l’intelligence artificielle, dont certains demandent jusqu’à 400.000  € par an. « On ne peut pas suivre cette surenchère des salaires, mais on peut attirer ces profils très recherchés et les garder en leur proposant des conditions de travail plus humaines », souligne le patron. ●.141, PARLEMENT BRUXELLOIS BRUSSELS PARLEMENT Le Parlement bruxellois cherche à renforcer ses services grâce à des personnes motivées, dynamiques et engagées. Vous disposez  : D’un diplôme d’enseignement secondaire inférieur ; De bonnes connaissances en néerlandais. La qualité de service, l’intérêt général, l’esprit d’équipe, le respect et l’intégrité sont des valeurs clés pour vous ? Alors rejoignez-nous en participant au concours organisé par le Parlement bruxellois pour le recrutement d’agents d’accueil polyvalents bilingues (huissiers) ! Une séance d’information concernant les conditions de participation et le contenu de la fonction se tiendra le samedi 8 février 2020 à 10h00 au Parlement bruxellois (69 rue du Lombard 1000 Bruxelles). Pour plus d’infos  : www.parlement.brussels Les flexi-jobs ont la cote Le nombre de Belges ayant recours au statut de flexi-jobs soit 35% de plus qu’un an auparavant, selon les derniers chiffres émanant du ministre en charge de la lutte contre « 2019 a de nouveau été une année record. Le Belge a clairement trouvé le chemin vers ce statut, qui crée de l’emploi supplémentaire », a réagi le ministre. Les flexi-jobs ont été lancés en 2015 dans l’horeca, pour lutter contre le travail au noir. Ils permettent aux travailleurs déjà occupés au minimum à 4/5 e temps de prester des activités complémentaires à des conditions avantageuses. Début 2018, le statut a été élargi à plusieurs autres petits secteurs commerciaux, ainsi qu’aux pensionnés sans aucune restriction. C’est parmi ces derniers que le statut semble de plus en plus populaire : le nombre de pensionnés recourant à un flexi-job s’est établi à 9.897 Les instances provinciales du Hainaut ont présenté l’édition 2020 des chiffres statistiques reflétant la situation et l’évolution socio-économique en Hainaut. Les chiffres globaux montrent, entre autres, une augmentation du taux d’emploi de 4,1% par rapport à 2007. Une croissance plus forte qu’à l’échelle de la Wallonie ou du pays. L’emploi salarié dans le Hainaut a connu une évolution positive de 5,1% entre juin 2014 et Près de 30% de l’emploi en Belgique est lié directement ou indirectement aux exportations. Ces emplois se situent dans les entreprises exportatrices mais aussi chez leurs fournisseurs en amont dans la chaîne de valeur, indique le Bureau du Plan. L’analyse montre que les exportations belges ont généré directement et indirectement, en 2010, 109,9 milliards  € de valeur ajoutée et mobilisé 1,32 million d’emplois (soit 32,5% du PIB et 29,5% de l’emploi total fin 2019, ce qui représente presque un triplement en un an. En moyenne, une personne qui occupe un flexi-job preste cinq heures par semaine, mais parmi les pensionnés la moyenne atteint sept heures par semaine. Trois quarts des flexi-jobs sont prestés durant le weekend. Pour Philippe De Backer, juin 2019. Le nombre de travailleurs indépendants a lui aussi augmenté de 2% entre 2017 et 2018. Même évolution chez les salariés, en hausse de 0,9% sur la même période. Les chiffres du chômage montrent, d’autre part, que 44 des 69 communes hennuyères ont un taux de chômage moins élevé en 2019 qu’en 2018. Le taux de chômage est le moins élevé à Mont-de- L’Enclus (4,4%) , le plus élevé à Farciennes (18,7%). Si on le statut sert l’objectif qui lui avait été assigné à son lancement  : répondre aux pics d’activité dans l’horeca (45.500 flexi-jobbers) et dans le commerce (12.768, + 86%). Alors que le système a été fortement critiqué par les syndicats, qui estiment qu’ils minent la sécurité sociale, le ministre libéral flamand verrait d’un bon œil son extension à d’autres secteurs, comme la construction ou les taxis, et souligne que les flexijobs ont contribué à la sécurité sociale à hauteur de quelque 30 millions  € . ● Ph. Unsplash Le taux d’emploi en augmentation dans le Hainaut constate une similitude dans l’évolution du chômage au niveau régional et national, les chiffres montrent que le taux en Hainaut reste supérieur aux autres régions. ● Ph. Belga Ph. Unsplash du pays). Les exportations des entreprises manufacturières hautement exportatrices ont mobilisé 500.000 emplois dont près de la moitié dans des entreprises des branches non-manufacturières, principalement de services, explique le Bureau du Plan. « Dans la réflexion politique, il est donc nécessaire de tenir compte de toute la chaîne de valeur liée aux exportations, ce qui implique de soutenir les entreprises exportatrices dans la recherche de nouveaux marchés mais aussi de renforcer la compétitivité des maillons domestiques de ces chaînes de valeur », estime le Bureau du Plan. ●
INFO DE LA STIB La STIB cherche 700 nouveaux chauffeurs et conductrices Plus de 900 postes sont à pourvoir en 2020 au sein de la STIB, dont la grande majorité à la conduite. Les projets et développements sont en effet légion et pour les mener à bien, la société bruxelloise a besoin de collaborateurs supplémentaires. Des collaborateurs qui viendront s’ajouter aux 965 nouveaux collaborateurs qui ont déjà rejoint l’entreprise en 2019. Les projets en faveur de la mobilité dans la capitale sont légion  : nouvelles lignes, nouveaux véhicules, nouveaux services... Qui dit projets et développement, dit également besoin de collaborateurs pour les réaliser. Du personnel de conduite bien sûr, mais aussi du personnel technique, des agents de sécurité, du personnel administratif et d’enca- œuvrent tous pour une meilleure mobilité à Bruxelles. PLUS DE 900 POSTES À POURVOIR EN 2020 En 2020, 922 postes sont à pourvoir au sein de la société bruxelloise de transport public. Plus de la moitié sont des postes de remplacements, le solde étant de nouvelles fonctions. Extension du réseau et arrivée de nouveaux véhicules obligent, la STIB recherche de nombreux collaborateurs à la conduite (528 chauffeurs et conductrices de bus, 126 conducteurs et conductrices de tram et 41 personnes pour la conduite du métro) mais également 83 ouvriers techniques, dont du personnel formé en électromécanique, électricité, construction etc. DÉFI RELEVÉ POUR 2019 ! Début 2019, la STIB annonçait plus été plus que relevé. Au total, en additionnant les postes initialement à pourvoir et les nouvelles ouvertures de fonction, ce sont 965 nouveaux collaborateurs qui ont rejoint l’entreprise en 2019. Sur les 965 nouveaux collaborateurs recrutés, 167 sont des femmes (17,3%) , dont 8,3% de femmes parmi le personnel ouvrier hors conduite. PLUS DE COLLABORATEURS POUR LA MOBILITÉ À BRUXELLES Au 31 décembre 2019, la STIB dénombrait ainsi 9.420 collaborateurs, soit une hausse de 4,2% par rapport au 1er janvier 2019 (9.037 collaborateurs). Le nombre de femmes au sein de l’entreprise continue lui aussi d’augmenter, avec 1.053 collabora- contre 10,71% en 2018, 10,2% en 2017 et 9,8% en 2016). Entre 2015 Métiers à la loupe Son bureau, c’est son tram. Celuici l’emmène chaque jour à travers Bruxelles, ainsi que les voyageurs qu’il emmène avec lui « en voyage ». Un plaisir et une fierté pour Kamal Oulkadi, conducteur à la STIB. J’ai commencé à travailler à 18 ans, comme agent de prévention dans une commune bruxelloise. Un jour, j’ai vu dans le Vlan une annonce pour un Jobday organisé par la STIB pour trouver du personnel de conduite. Et je me suis dit  : « pourquoi pas ? ». Dès le départ, j’étais attiré par le tram, mais c’était déjà complet. Du coup, je me suis tourné vers le bus. Et aujourd’hui, vous êtes au tram Je suis resté trois ans au bus. Cela me plaisait, cela m’a permis de connaître l’expérience. Mais j’avais toujours le tram en tête et donc quand j’ai pu demander à passer au tram, je l’ai fait. Je ne regrette pas mon passage au bus, cela m’a beaucoup aidé pour passer au tram ensuite, tout comme je ne regrette pas d’être devenu conducteur de tram. Heureux ? Très heureux ! J’ai commencé comme conducteur de tram en 2011, au dépôt d’Ixelles, où je suis toujours aujourd’hui. Il règne vraiment une super ambiance dans le dépôt. Même si ce n’est pas le dépôt le plus récent de la STIB, le bâtiment a son charme. On l’a vu d’ailleurs lors des portes ouvertes organisées à l’occasion du Dimanche sans voiture  : les visiteurs – surtout les enfants ! – étaient ravis de pouvoir visiter le dépôt, de rentrer dans les trams, de descendre en fosse sous le tram, de « Une vraie vrae responsabilité responsabAté mais mÊs aussi aussj un réel ré& plaisir pbbr » et 2019, le nombre de femmes au sein de la STIB a ainsi augmenté de 39,5%. LA STIB TOUJOURS TOP EMPLOYER Acteur incontournable du marché de l’emploi à Bruxelles, la STIB est reconnue par le Top Employers Institute, qui vient de lui décerner la Belgique. C’est la 6ème année consécutive que la STIB reçoit cette certi- qui s’engagent à fournir le meilleur découvrir le nouveau tram qui arrivera sur le réseau d’ici quelques mois... Je travaillais ce jour-là et je suis passé au dépôt lors des portes ouvertes et c’était vraiment génial à voir ! Des responsabilités et des possibilités d’évoluer Ce qui m’a attiré, ce qui attire selon moi à la STIB, c’est la possibilité de toucher des technologies performantes. Chaque jour, je transporte des voyageurs en conduisant un tram valant des millions, c’est fascinant ! C’est une vraie responsabilité mais aussi un réel plaisir ! Comme je le dis souvent, moi, mon bureau, il roule, je vais partout avec. Je n’ai pas l’impression de travailler, mais plutôt de visiter Bruxelles en emmenant les voyageurs avec moi en voyage. Ce qui me plaît aussi à la STIB, ce sont les nombreuses possibilités d’évolution. J’aimerais d’ailleurs devenir manager de ligne dans un futur proche. environnement de travail possible à leurs collaborateurs à travers des pratiques en ressources humaines innovantes. Pour obtenir cette certi- étude indépendante rigoureuse et a répondu à des critères stricts  : stratégie de gestion des talents, acquisition de talent, intégration, formation et développement des compétences, gestion des carrières et des successions, rémunération et avantages sociaux, etc. jobs.stib-mivb.be FICHE D’IDENTITÉ Prénom  : Kamal Nom  : Oulkadi Fonction  : conducteur de tram Age  : 34 ans A la STIB depuis  : 2008 Domicile  : Koekelberg Des souvenirs à la pelle Je me souviens d’une dame, sur la ligne 92. Elle prenait très souvent le tram le soir et était toujours contente d’avoir un tram pour rentrer chez elle. A chaque fois ou presque, elle à la conductrice ! Je me rappelle aussi d’un voyageur, monté dans le tram à la Gare du Nord. Une fois arrivé au terminus à Rogier, il me demande si mon... train continue bien vers Namur ! Visiblement, il n’était pas un habitué des transports publics, on lui avait dit de prendre le train Gare du Nord et il avait confondu train et tram... Je lui ai expliqué comment retourner à la Gare du Nord – en tram ! – et où il devait aller exactement pour trouver le train cette fois.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :