Métro Belgique n°4161 23 jan 2020
Métro Belgique n°4161 23 jan 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4161 de 23 jan 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : n.v. Mass Transit Media

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 2,4 Mo

  • Dans ce numéro : le bilan de l'épidémie s'alourdit.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
8 NEWS JEUDI 23/1/2020 metrotime.be 11 Un accord avec les USA possible d’ici quelques semaines DAVOS La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a dit hier espérer un accord commercial avec les États- Unis dans les prochaines semaines. Elle a défendu, au forum économique mondial de Davos, le principe d’une taxe carbone aux frontières extérieures de l’Union si la transition vers la neutralité carbone pour 2050 grève la compétitivité des entreprises européennes. Dans son Pacte vert, la Commission européenne soutient le principe d’une taxe carbone sur les partenaires commerciaux extérieurs à l’Union. « Ça ne sert à rien de réduire les émissions de gaz à effet de serre chez nous si nous augmentons les importations de CO2 de l’étranger », a exposé Ursula Von der Leyen à Davos. « C’est aussi une question de justice pour nos entrepreneurs et nos travailleurs, qui doivent être Ph. N. Maeterlinck protégés d’une concurrence déloyale », a-t-elle ajouté en défendant ce « mécanisme d’ajustement carbone aux frontières ». DES CONDITIONS ÉQUITABLES « Mais je préfère encourager nos partenaires commerciaux à œuvrer avec nous à des conditions équitables au niveau mondial, ce qui serait au bénéfice de chacun d’entre nous. Si cette tendance mondiale est partagée, alors nous n’aurons pas besoin d’une taxe carbone ». Ursula von der Leyen s’est dite confiante dans la conclusion prochaine d’un accord commercial avec les États- Unis, qui éviterait des tarifs punitifs sur les constructeurs automobiles européens comme Donald Trump en a menacé l’Europe. La présidente de la Commission a précisé que l’accord couvrirait le commerce ainsi que les secteurs technologique et énergétique. ◀ ill.. : 911 : Ail : AFP/A. Oikonomou Problèmes de sécurité pour Toyota et Honda TOKYO Les constructeurs japonais Toyota et Honda ont annoncé qu’ils allaient rappeler 5,3 millions de leurs véhicules aux États- Unis au total, pour des problèmes de sécurité distincts. Toyota va rappeler 2,9 millions de voitures de ses modèles Corolla, Matrix et Avalon vendus aux États-Unis entre 2011 et 2018. Ces véhicules peuvent présenter un défaut sur un système électronique de contrôle, relié aux capteurs d’accident pour déclencher les airbags et des prétensionneurs de ceinture de sécurité en cas de choc. Le défaut de ce système électronique, provenant d’un « fournisseur spécifique », peut entraîner le non-déclenchement, total ou partiel, des airbags et des prétensionneurs de ceinture. De son côté, Honda a annoncé le rappel de 2,4 millions de ses voitures de divers modèles commercialisés aux États-Unis de 1996 à 2003, y compris sous sa marque haut de gamme Acura. L’ampleur réelle de ce rappel devrait toutefois être moins importante compte tenu de l’ancienneté de ces véhicules, dont certains ne sont probablement plus en circulation aujourd’hui. Ces véhicules peuvent être concernés par un problème de sécurité identifié sur des airbags Takata, d’un autre La Commission se positionne sur l’avenir de l’Europe BRUXELLES La Commission européenne a présenté hier sa vision de la prochaine Conférence sur l’avenir de l’Europe, laissant les portes ouvertes dans l’attente d’une position commune avec le Parlement et le Conseil (États membres). La Commission a proposé deux volets parallèles pour les débats de ce grand exercice qui devrait débuter le 9 mai prochain et durer deux années, afin de répondre à la demande des citoyens de jouer un rôle plus actif dans les décisions de l’Union. Le premier volet serait axé sur les priorités de l’UE (lutte contre le changement climatique, économie au service des personnes, équité sociale, transformation AFP/Y. Tsuno type que ceux ayant déjà conduit au rappel de plus de 100 millions de voitures de nombreux constructeurs automobiles dans le monde depuis 2014. ◀ numérique, valeurs européennes, renforcement de la voix de l’UE dans le monde, consolidation des fondements démocratiques de l’Union). Ces thématiques devraient encadrer le débat, sans toutefois limiter la portée de la conférence, a souligné la commissaire Dubravka Suica, en charge du dossier à l’exécutif européen. Le second volet devrait porter sur des sujets spécifiquement liés aux processus démocratiques et aux questions institutionnelles, notamment le système des têtes de liste et les listes transnationales pour les élections au Parlement européen, deux sujets sur lesquels se sont rudement affrontés le Parlement et le Conseil avant et après les dernières élections. TOKYO Le magnat déchu de l’automobile Carlos Ghosn a prédit auprès de son avocat japonais Nobuo Gohara que le constructeur automobile Nissan ferait faillite d’ici deux à trois ans, a confié ce dernier hier. L’ancien patron de Renault-Nissan, accusé de malversations au Japon, n’a pas expliqué de manière détaillée sa prédiction. Nobuo Gohara a rencontré Carlos Ghosn cinq fois au cours des deux mois qui ont précédé la fuite du Franco-Libanais du Japon vers le Liban. Nissan, qui n’a pas directement commenté ces déclarations, souffre de la baisse des ventes de voitures en Chine et en Europe et a 111, 111.1riterete, 1,1,‘1 - et -p...1 ! !. lie FORUM AVEC LES CITOYENS En guise de forum avec les citoyens, la Commission s’avance moins loin que le Parlement, qui la semaine dernière avait réclamé des forums thématiques et deux forums « jeunesse », avec environ 200- 300 citoyens choisis au hasard et au moins trois participants par État membre, ainsi que la création d’« un mécanisme permanent de participation citoyenne ». La Commission propose un forum accessible « aux citoyens des moindres recoins de l’Union », notamment via une plate-forme multilingue en ligne. Elle veut aussi élargir ce qui existe déjà, à savoir les dialogues citoyens entre élus et administrés, créer des groupes de travail citoyens représentatifs de la population européenne, etc. ◀ Carlos Ghosn prédit la faillite de Nissan AFP/T. Kitamura donc dû réduire ses attentes pour cet exercice. Le constructeur automobile japonais a récemment annoncé son souhait de licencier 12.500 personnes dans le monde. ◀
La méthode du Dr Kawashima fonctionne-t-elle ? P.10 I feelgood Pourquoi l’alcool nous fait-il rougir ? Une libido en berne Près de 61% des hommes ont déjà connu un trouble de l’érection, selon une enquête ifop réalisée pour Charles.co, un site sur la santé dédié aux hommes. Ils n’étaient pourtant que 44% en 2005. Une trop grande dépendance aux écrans pourrait expliquer en partie cette baisse de la libido masculine. Cela reste un sujet tabou, les hommes ne sont pas du genre à se vanter de leurs troubles érectiles. Et pourtant, l’année passée, ils étaient près d’un sur trois à avoir connu une baisse de désir ou des problèmes d’érection. Près de 1.957 hommes âgés de plus de 18 ans ont répondu à cette enquête menée par l’ifop qui permet de comprendre certaines pannes sexuelles, une problématique qui peut varier selon le stress, l’âge, le lieu Ph. Pexels d’habitation ou encore le style de vie. On y apprend notamment que les urbains sont bien plus exposés à ce problème (46%) que les ruraux (36%). Mais on y voit surtout que la dépendance aux écrans pourrait être une donnée majeure pour comprendre les dysfonctions érectiles. Chez les moins de 35 ans, près de 33% des hommes ont connu des troubles du désir ou de l’érection durant l’année écoulée, mais cette moyenne grimpe à 55% chez ceux qui regardent des vidéos pornographiques chaque jour, à 39% pour les adeptes des réseaux sociaux, à 41% pour les accros P.11 Une petite marche dans la Vallée de la Dyle aux applis d’information, et à 38% pour les fans de services comme Netflix. SOURCE DE COMPLEXE Près de 32% des hommes ont donc déjà ressenti un complexe sur leur capacité à garder une érection jusqu’à la fin du rapport sexuel. Un chiffre qui grimpe à près de 65% chez ceux qui ont déjà été victimes de troubles érectiles. D’après le sondage ifop, près de 56% des hommes (64% pour les moins de 30 ans) estiment en effet que la satisfaction sexuelle va obligatoirement de pair avec la pénétration. Mais aborder le problème de front n’est pas chose facile. À peine 26% des personnes ayant connu des problèmes érectiles ont demandé l’avis d’un médecin. Un homme sur trois (33%) préférait évoquer un petit coup de fatigue pour taire le problème vis-à-vis du partenaire. Gare à la chasse aux poils pubiens ! S’épiler ou accepter les poils dont la nature nous a dotés ? Une question que se posent de plus en plus de femmes. En partie parce qu’elles souhaitent se sentir libres d’entretenir leur corps comme elle l’entendent, sans nécessairement se plier aux injonctions de beauté. Ph. iStock Un récent sondage sur les femmes et l’épilation dévoile que, si les mœurs sont peu à peu en train de changer, trois femmes sur quatre s’épilent régulièrement le maillot, majoritairement pour des raisons de confort. Toutefois, ce geste n’est pas sans conséquence sur la santé de la flore vaginale. En effet, les poils, et notamment ceux du pubis, ne sont pas là uniquement pour tenir chaud  : ils forment également une barrière protectrice pour la flore vaginale. En conséquence, un pubis rasé de près ou un maillot épilé intégralement augmente les risques d’infection ou de mycoses vaginales. Selon une récente enquête OpinionWay réalisée pour Saforelle sur un échantillon de 1.200 femmes françaises et 200 gynécologues, plus de 3 femmes sur 4 recourent à l’épilation du maillot (partielle ou totale). Parmi elles, 65% déclarent le faire avant tout pour leur propre confort (65%) , par hygiène (56%) ou encore pour raison esthétique (41%). UN TABOU Pourtant, ce rituel n’est pas sans conséquence pour 92% des sondés, qui reconnaissent que plus la zone d’épilation est grande, plus des problèmes de santé sont susceptibles d’apparaître à cet endroit. Un phénomène confirmé par les gynécologues interrogés dans le cadre de ce sondage  : près d’un médecin sur deux constate une augmentation des symptômes et des pathologies liés à l’épilation intégrale ou semi-intégrale. Vaginose, poil incarné, mycose, démangeaisons… l’éventail des infections liées P.12 La tentation est donc forte de se tourner vers une médication de produits sexo-actifs comme le célèbre Viagra. Mais ce dernier n’est évoqué que par 21% des sondés. Ils sont en effet nombreux (43%) à se tourner plutôt vers le porno pour relancer l’érection, ou vers le souvenir de précédentes expériences sexuelles. D’autres enfin ont recours à la drogue et à l’alcool, notamment chez les moins de 30 ans. « Plus d’un quart des moins de 30 ans (27%) admettent avoir déjà pris de la drogue pour résoudre leurs problèmes d’érection », a expliqué François Kraus, expert Genre, Sexualités et santé sexuelle chez l’Ifop. « Chez ces jeunes biberonnés à la ‘culture porn’, on ne peut que déplorer un recours à divers alternatifs aux médicaments sexo-actifs qui reflète sans doute au déséquilibre de la flore vaginale est large. Pourtant, 60% des femmes qui les subissent après s’être épilées n’osent pas en parler. Cette gêne explique sans doute pourquoi une femme sur trois n’a pas trouvé de solution pour pallier ce type de désagrément. Pour éviter les irritations ou infections au quotidien, il est conseillé de ne pas se laver la zone intérieure du vagin trop fréquemment et de le faire avec un savon doux, sans gant de toilette. Veiller à ne pas porter des jeans trop serrés, privilégier les matières en coton pour les sous-vêtements et ne pas porter de culotte ou de slip la nuit aidera également à pré-



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :