Métro Belgique n°4161 23 jan 2020
Métro Belgique n°4161 23 jan 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4161 de 23 jan 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : n.v. Mass Transit Media

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 2,4 Mo

  • Dans ce numéro : le bilan de l'épidémie s'alourdit.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
10 cm FEELGOOD JEUDI 23/1/2020 1 metrotime.be Peut-on vraiment « muscler » son cerveau avec le Dr Kawashima ? La promesse est grande. Pour une trentaine d’euros, le Programme d’entraînement cérébral du Dr Kawashima sur Switch propose de calculer votre score d’âge cérébral et de faire quotidiennement des exercices pour l’améliorer. Mais est-ce que ça marche vraiment ? Tout a commencé en 2007. Alors que la Nintendo DS rencontre un succès planétaire, Nintendo lance le « Programme d’entraînement cérébral avancé du Dr Kawashima  : Quel âge a votre cerveau ? ». Derrière ce nom à rallonge se cachait une multitude de petits tests (des calculs mentaux, de la mémorisation, de la lecture…) censés améliorer l’âge cérébral de l’utilisateur. Le succès fut au rendezvous. Vendu à près de 20 millions d’exemplaires dans le monde en moins de 15 ans, le jeu a connu plusieurs déclinaisons, dont la dernière en date vient de sortir sur Switch. Mais ces petits exercices permettent-ils réellement d’améliorer l’âge de son cerveau ? C’est la question que nous nous sommes posée. LA VRAIE HISTOIRE DU DR KAWASHIMA Tout d’abord, cette série de jeux s’inspire des recherches et des travaux du neuroscientifique Ryuta Kawashima. C’est son visage modélisé en 3D qui guide les joueurs tout au long du programme et le Dr Kawashima a bel et bien existé. Après avoir une formation en neurophysiologie et en imagerie cérébrale dans une prestigieuse université nippone, il a poursuivi ses recherches en Suède avant de revenir au Japon. Aujourd’hui âgé de 60 ans, Ryuta Kawashima est professeur à l’université de Tohoku. En 2003, il a publié le livre « 60 jours pour entraîner son cerveau ». « Prendre l’habitude d’entraîner son cerveau tous les jours permet de le garder en forme ! Vous êtes-vous surpris à avoir de plus en plus de trous de mémoire ou à ne pas trouver vos mots pour faire passer une idée ? Entraîner votre cerveau peut vous aider à améliorer votre mémoire », pouvait-on lire à l’arrière du livre, publié en français en 2008 aux éditions Michel Lafon. Traduit en plusieurs langues, le bouquin s’est écoulé à plus de 3 millions d’exemplaires à travers le monde et a poussé Nintendo à en faire un jeu vidéo. Durant la première année de son lancement, il s’est vendu plus de cinq millions de copies du jeu sur Nintendo DS. Grâce à cette méthode, l’homme aurait pu devenir millionnaire, mais ce n’était pas sa priorité. Il a ainsi fait don des millions d’euros de royalties à une fondation qui œuvre dans la recherche scientifique. Concernant le jeu vidéo auquel il a donné son nom, le docteur japonais n’y joue pas, affirmant que son emploi du temps ne lui permet pas de trouver une seconde pour s’amuser sur des jeux vidéo. Très discret dans les médias, il y a 10 ans, lors de l’une des rares interviews qu’il a accordée, il est même allé plus loin en admettant qu’il interdisait à ses quatre fils de jouer aux jeux vidéo et ce, car cela les empêcherait de se « consacrer à leurs études et à la communication avec la famille ». Trois exercices simples pour faire travailler votre mémoireRappelez-vous ce que vous avez mangé la veille et essayez de remonter aussi loin que possible dans les jours précédentsLorsque vous marchez, que vous pratiquez du sport ou du vélo, faites des calculs mentaux dans votre tête (multiplications, additions, divisions…)Récitez de manière régulière tous vos mots de passe et vos codes pin AFP/M. Suzuki EST-CE QUE ÇA MARCHE ? L’entraînement cérébral mis au point par le docteur Kawashima est-il bénéfique pour le cerveau ? Comme tous les exercices dits intellectuels, au même titre que le sudoku ou les échecs, la méthode disponible en jeu vidéo, est intéressante et les différentes activités proposées permettent de faire travailler plusieurs zones du cerveau. Néanmoins, plusieurs neurologues se veulent méfiants. « La mémoire n’est pas un muscle que l’on peut gonfler à volonté et, de plus, chacun a une mémoire différente », expliquait en 2008 à Plus magazine le neurologue belge Éric Salmon. Même si le jeu Dr Kawashima se veut très facile d’utilisation et accessible à tous, les personnes qui ne sont pas familières avec l’électronique pourront être stressées face au programme. Pour elles, les mots-croisés, les sudokus ou les casse-tête, comme on en retrouve chaque jour dans le journal Metro, seront plus bénéfiques. Il existe aussi de nombreux livres, comme Ryuta Kawashima en a écrits, proposant le même genre d’exercices que dans les jeux vidéo, et qui permettent d’avancer à son aise, sans la notion d’âge cérébral. En effet, cette notion d’améliorer l’âge de son cerveau qui est mise en avant dans tous les jeux du Dr Kawashima n’a quant à elle rien de scientifique. Ce concept doit davantage être vu comme un incitant qui motive les joueurs à revenir et à faire des meilleurs scores. Si le Dr Kawashima vous indique que votre âge cérébral est de 60 ans ou au contraire qu’il est de 25 ans, cela ne signifie pas grand-chose. « UN MARCHAND DE RÊVE » En 2008, la revue scientifique « Bulletin de psychologie » a publié sur 18 pages les résultats d’une étude menée par quatre chercheurs français. Ils se sont intéressés aux programmes d’entraînement cérébral dont celui du Dr Kawashima et se sont posé la question  : « efficacité, motivation ou… marketing ? ». Leur conclusion était sans appel  : « Rajeunir de 60 ans à 40 ans en dix minutes, montre bien le caractère mensonger des publicités. Enfin, il n’est pas déontologique de s’attribuer faussement des découvertes (la stimulation du cerveau) et de faire breveter une méthode qui copie ou s’inspire fortement d’épreuves déjà existantes, faisant partie du patrimoine scientifique. Bref, le Dr Kawashima rejoint la longue liste des marchands de rêve, son programme est un jeu et rien de plus ». Vous êtes désormais prévenus. Si les jeux du Dr Kawashima restent des divertissements plaisants et qu’ils permettent de faire des petits exercices amusants, ne comptez pas sur eux pour « rajeunir » ou « muscler » votre cerveau. Thomas Wallemacq
metrotime.be JEUDI 23/1/2020 FEELGOOD 11 Pourquoi rougit-on quand on boit de l’alcool ? Ph. Pexels Vous l’avez probablement déjà remarqué. Après un (ou plusieurs) verre(s) d’alcool, certaines personnes ont tendance à voir leur visage et le reste de leur corps s’empourprer. Un avertissement qui pourrait être plus dangereux qu’il n’y paraît. En plus de ses nombreux effets négatifs pour la santé (nausées, maux de tête, augmentation du rythme cardiaque), l’alcool peut également causer l’apparition de plaques rouges sur le corps de certaines personnes. Même si elles n’ont pas particulièrement beaucoup bu. Pour comprendre ce désagrément visuel, il faut revenir au processus d’élimination d’alcool par le foie. Lorsqu’on boit, c’est en effet le foie qui est chargé d’éliminer une grande partie de l’alcool assimilé (environ 90%). L’alcool est alors transformé en éthanal par une enzyme appelée alcool déshydrogénase. L’éthanal, substance très toxique notamment responsable de symptômes de la gueule de bois, est ensuite transformé par une autre enzyme, l’acétaldéhyde déshydrogénase, en acétate, une substance qui est, elle, inoffensive. Or, suite à une mutation, cette seconde enzyme ne fonctionne pas correctement chez certaines personnes, ce qui cause une dilatation des vaisseaux sanguins et les fameuses rougeurs du visage. ASIAN FLUSH Ce syndrome héréditaire est connu sous le nom d’Asian flush, ou syndrome du rougissement asiatique en français. Et pour cause, cette maladie est surtout répandue chez les personnes venant de l’Asie de l’est. D’après le journal Taiwan News, entre 45 et 47% de la population taïwanaise présenterait ce symptôme. Soit le pourcentage le plus élevé du monde. En Chine, 35% de la population seraient concernées, pour 30% de Japonais et 20% de Sud-Coréens. Alors que seulement 5% des Européens présenteraient cette caractéristique. Au total, ce seraient 560 millions de personnes qui sont concernées dans le monde, soit 8% de la population mondiale. Malheureusement, il n’existe actuellement pas de traitement miracle pour lutter contre l’Asian flush, seulement des gestes qui devraient permettre d’en diminuer les conséquences. Il est par exemple conseillé de boire lentement, ou d’avoir le ventre plein au moment de consommer de l’alcool. PROBLÈMES CARDIAQUES Chez certains, le rougissement du visage pourrait être un signe de problèmes plus graves. C’est en tout cas ce qu’a conclu Jong-Sung Kim, chercheur sud-coréen de l’Université nationale Chungnam. Selon lui, et chez les personnes buvant plus de quatre verres par semaine, ce signe pourrait être avant-coureur d’éventuels troubles cardiaques ou d’hypertension. Surtout si le rougissement est accompagné de nausées et de palpitations cardiaques. Si vous ne présentez pas ces symptômes, le chercheur rappelle qu’une consommation importante d’alcool peut causer des problèmes de santé chez n’importe qui. Pour rappel, la consommation excessive d’alcool est associée à des troubles mentaux et comportementaux, de nombreux cancers, des maladies cardiovasculaires, ainsi qu’à des traumatismes résultant d’actes de violence et d’accidents de la circulation. D’après l’OMS, on parle de surconsommation d’alcool dès l’absorption hebdomadaire de plus de 21 verres contenant l’équivalent de 10 g d’alcool pur pour les hommes et 14 pour les femmes. Une étude de l’agence Santé Publique France a toutefois conseillé de se limiter à 10 verres par semaine, avec deux jours d’abstinence dans cette dernière. (cd) L’intolérance à l’alcool Les rougissements peuvent également être le signe d’une simple intolérance à l’alcool, qui se caractérise par l’incapacité de notre organisme à assimiler l’alcool, peu importent les quantités ingérées. Parmi les autres symptômes d’une allergie, notons des picotements dans les yeux, des maux de ventre ou encore l’augmentation du rythme cardiaque. Comme pour l’Asian flush, il n’existe pas de traitement miracle en cas d’intolérance à l’alcool. Les personnes concernées peuvent par contre mieux tolérer certaines boissons que d’autres car elles sont seulement allergiques à certains composants de la boisson. Dans tous les cas, le plus simple en cas d’allergie est de s’abstenir totalement de consommer de l’alcool. ◀



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :