Métro Belgique n°4159 21 jan 2020
Métro Belgique n°4159 21 jan 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4159 de 21 jan 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : n.v. Mass Transit Media

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 2,4 Mo

  • Dans ce numéro : place à la jeunesse !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
10 GREEN MARDI 21/1/2020 metrotime.be Ei Les éco-crèches, des alternatives durables aux crèches traditionnelles L’été dernier, deux écocrèches ont ouvert leurs portes dans la commune bruxelloise de Laeken. Des modèles de crèche écologique fleurissent un peu partout en Belgique. Zoom sur un projet pédagogique durable et innovant. Le secteur de la petite enfance connaît aussi sa révolution verte. La première crèche certifiée bio de Wallonie a ouvert ses portes en 2015 à Vottem, près de Liège. Le succès a été tel que rapidement l’établissement s’est agrandi pour doubler sa capacité d’accueil. Le concept a également donné des idées à d’autres et des éco-crèches, également présentées comme des crèches bio, existent désormais aux quatre coins du pays. UN PROJET PILOTE À LAEKEN Inaugurées le 20 août dernier dans le nouveau quartier Tivoli GreenCity, les deux éco-crèches de Laeken sont les premières de Bruxelles. Elles constituent un projet pilote et la Ville de Bruxelles a annoncé qu’elles serviront d’exemple pour les autres crèches qui ouvriront leurs portes dans la capitale. Ces deux éco-crèches peuvent chacune accueillir une soixantaine d’enfants. « Nos enfants ont ici une alimentation saine et naturelle dans un environnement apaisant. Notre objectif est le zéro déchet. Nous avons déjà économisé plus de quatre bennes à ordures par semaine. La qualité environnementale des jouets, Ph. Pixabay Ph. D.R. du mobilier et des produits d’entretien fait l’objet d’une attention particulière. Les bonnes pratiques seront généralisées à l’ensemble de nos structures d’accueil. C’est comme cela que nous réaliserons, par exemple, une économie de plus de 50.000 bouteilles en plastique par an », explique l’Échevin de la Petite Enfance, Arnaud Pinxteren. DES ALIMENTS BIO MAIS PAS SEULEMENT Ces crèches « nouvelles générations » proposent une alimentation et du lait en poudre 100% bio ainsi qu’un jour sans viande par semaine. Elles ont également des objectifs zéro plastique (utilisation de vaisselle durable et réutilisable ainsi que des biberons en verre) et zéro déchet (de l’eau en bouteille en verre pour les nourrissons et de l’eau du robinet pour les plus grands, un projet de compost). La démarche ne s’arrête pas là. Une attention particulière est portée aux produits d’entretien utilisés ainsi qu’aux mobiliers (qui doit répondre à éco-label européen ou être fabriqué à partir de bois labélisé ou de matières synthétiques recyclables) et aux linges (label Oeko-Tex) qui équipent la crèche. Les jeux et les jouets proposés aux enfants sont également durables, en étant par exemple fabriqués en bois. Enfin, ces crèches fournissent des langes écologiques et biodégradables et acceptent les langes lavables. DES PRIX IDENTIQUES Cerise sur le gâteau  : pour les parents, les prix restent ceux d’une crèche standard. « Ces Cinq principes d’une éco-crèche À l’occasion de l’inauguration des deux éco-crèches à Laeken, la Ville de Bruxelles a lancé une campagne pour expliquer le principe d’une éco-crèche. Voici les cinq principaux points  : 1. Un objectif zéro plastique 2. Un objectif zéro déchet 3. Un objectif 100% bio et iiiiéquilibré 4. Un environnement écoiiiiresponsable 5. Un matériel durable crèches pilotes démontrent que des gestes plus respectueux de notre environnement ne sont pas synonymes de surcoût pour les parents. Les enfants profitent de lait 100% bio 10% moins cher que les laits en poudre standard. Idem pour l’eau du robinet, après contrôle, elle permettra une réduction de 100 fois le prix à celui de l’eau en bouteille », souligne la Ministre de l’Enfance de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Bénédicte Linard. Le label Entreprise Ecodynamique Les deux éco-crèches de Laeken espèrent obtenir à terme le label Entreprise Ecodynamique. Créé en 1999 et revu en profondeur en 2018, ce label récompense et encourage les entreprises, associations et institutions bruxelloises qui agissent pour réduire l’impact de leur activité sur l’environnement. Il valorise les démarches en éco-gestion, notamment en matière de gestion et prévention des déchets, d’utilisation rationnelle de l’énergie et de gestion de la mobilité des travailleurs. ◀ (tw)
metrotime.be MARDI 21/1/2020 GREEN 11 Bio ou naturels, les salons de coiffure se mettent aussi au vert Depuis quelques années, les salons de coiffure évoluent. Pour répondre à une demande croissante, des plus en plus de coiffeurs et de coiffeuses se mettent au vert en utilisant des teintures végétales, des soins naturels ou des produits bio. Plus qu’une tendance, c’est un véritable phénomène. Il y a dix ans, les salons de coiffure bio étaient quasiment inexistants en Belgique. Désormais, ils fleurissent aux quatre coins du pays. En l’absence de l’existence d’un label regroupant ces salons, il reste difficile de les classer et de savoir si un établissement surfe sur le phénomène ou s’il y a réelle volonté d’utiliser des produits biologiques et respectueux de l’environnement. LA TENDANCE DES COLORATIONS VÉGÉTALES La plupart de ces salons dits « naturels » ou « bio » bannissent les produits chimiques. Ils proposent des colorations 100% végétales ainsi que des soins à base d’huiles essentielles, de plantes et de cosmétiques qui respectent l’environnement mais aussi la santé du client. L’entreprise belge Hairborist fournit de nombreux salons de coiffure en produits naturels. Ses produits sont certifiés Eco Garantie et ne contiennent ni parabène, ni silicone, ni huile minérale. Ces dernières années, les colorations végétales ont la cote et elles sont de plus en plus privilégiées par rapport aux colorations. « Le marché du bio connaît une progression sans précédent  : + 15% chaque année. Nous observons une réelle tendance bio, un désir de se rapprocher de la nature et de ses multiples richesses », souligne Hairborist dont les produits sont fabriqués en Belgique. UN SALON VÉGÉTAL À PARIS À Paris, le salon de coiffure végétal « What the Flower ? » est allé plus loin dans le concept en vendant également des plantes et en proposant à ses clientes et clients de se faire coiffer au milieu des végétaux. Ouvert en 2017, le salon a ainsi des allures de véritable jungle. C’est Justine Jeannin qui a eu l’idée de ce concept. « J’ai hésité un moment entre devenir fleuriste ou entrer dans le monde de la coiffure. Et mon choix, à ce moment-là, s’est porté sur la coiffure », raconte cette trentenaire parisienne sur son blog sweetoxalis.com. « Ma passion des plantes a aussi refait surface dans mon métier en me spécialisant dans la coloration végétale et soins à base de plantes, un moyen d’allier mes deux passions et de travailler avec des produits moins nocifs pour l’homme et la nature », évoque la jeune Ph. What The Flower femme qui a finalement décidé de réunir en un seul lieu le monde du végétal et celui de la coiffure en créant le salon « What the Flower ? ». RINÇAGE ET GASPILLAGE Si la plupart des salons bio et naturels concentrent leurs efforts sur les produits utilités, d’autres domaines peuvent également être améliorés. Le lavage et le rinçage consomment 8 litres d’eau par minute. Pour réduire l’impact environnemental lié au lavage des cheveux, la start-up suisse Gjosa a mis au point un pommeau permettant Pourquoi avez-vous basculé vers les produits naturels ? « Plusieurs clientes souffraient d’allergies aux colorations classiques. Comme dans ma vie personnelle je m’orientais déjà vers des produits cosmétiques et ménagers naturels, j’ai cherché le même type de produits pour mon salon de coiffure. Après plusieurs tests, j’ai adopté la marque italienne Oway. Ils sont organiques et se composent notamment d’argile, de lavande et d’huiles essentielles. » Constatez-vous une demande de la clientèle pour ce type de produits ? « Oui. De plus en plus de gens veulent des produits naturels et bio. Je trouve ça génial. Au début, certaines clientes ont peur. Elles ne retrouvent pas les odeurs des produits chimiques auxquelles elles sont habituées. Mais elles s’habituent peu à peu et surtout, elles voient le résultat et la différence. C’est important que les gens s’orientent vers des produits naturels. » de consommer jusqu’à cinq fois moins d’eau. L’entreprise s’est associée avec L’Oréal pour développer un pommeau qui, associé à un shampoing facile à rincer permet de consommer 1,5 litre d’eau par minute au lieu de huit. Depuis 2018, des tests sont menés dans des salons en France, en Suisse et aux États-Unis. Cette technologie permettant de réduire la consommation d’eau pourrait donc se généraliser dans le futur. Thomas Wallemacq www.whattheflower.com « C’est important que les gens s’orientent vers des produits naturels » Début 2019, Nadia Adaissi a ouvert son propre salon de coiffure Cosy Hair dans la Galerie Ravenstein, dans le centre de Bruxelles. Coiffeuse depuis plus de 30 ans, elle a adopté les produits naturels depuis de longues années déjà. Ph. T. Wallemacq Est-ce que cela a un impact sur le prix ? « Pas spécialement. Je ne parle pas de produits qui se trouvent dans les grandes surfaces. Mais dans les produits pour les professionnels, il n’y a pas forcément de différences de prix entre des grandes marques bien connues et la petite marque que j’utilise et qui est pourtant naturelle. D’autres produits comme les gommages naturels ont un coût mais vous voyez et vous sentez la différence. » Au-delà des produits utilisés, pensez-vous pouvoir aller plus loin pour rendre votre salon respectueux de l’environnement ? « Je veux continuer à aller dans le sens de l’écologie et du zéro déchet. C’est la raison pour laquelle que je vais bientôt proposer à mes clientes qui achètent un shampoing de revenir avec le contenant pour le remplir une fois que leur bouteille est vide. » www.cosy-hair.com



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :