Métro Belgique n°4154 14 jan 2020
Métro Belgique n°4154 14 jan 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4154 de 14 jan 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : n.v. Mass Transit Media

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 2,6 Mo

  • Dans ce numéro : un peu de lumière au coeur de l'hiver.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
14 cm GREEN MARDI 14/1/2020 I metrotime.be CLAIRE, THE GREEN GEEKETTE Voyager éco-responsable, parlons-en ! Quand on est sur le terrain des valeurs, la cohérence, c’est important. Claire avait entamé depuis de nombreuses années une démarche bio, végé, zéro déchet, respectueuse de la nature. Mais elle a réalisé que tous ses efforts étaient bousillés par ses voyages au long cours. Le dernier bastion auquel elle n’avait pas encore touché… De Claire, on dira d’abord qu’elle est éclectique, ou encore multipotentielle assumée. Webdesigner, programmeuse de jeux vidéos, coach sportif, animatrice jeunesse et blogueuse depuis presque 10 ans autour des thématiques du voyage écoresponsable, de l’écologie et du sport, également musicienne, chanteuse, danseuse, et fan d’acroyoga – elle reconnaît une fâcheuse tendance à avoir plus souvent la tête en bas faisant le poirier que les pieds sur terre –, la jeune femme de 31 ans met au défi quiconque de la ranger dans une seule case. Elle nous a raconté son changement de cap ! « DIGITAL NOMAD » Originaire de Tours dans la vallée de la Loire, Claire est aussi une grande voyageuse. Après avoir déménagé à Paris pour y terminer ses études en informatique et y avoir travaillé pendant trois ans en tant que créatrice de sites internet, elle a pris la direction du Canada en 2012, en quête Ph. Instagram/zegreengeekette d’une bouffée d’air frais, pour poser ses valises à Montréal pendant deux ans où elle était programmeuse de jeux vidéos ludo-éducatifs. Après un premier périple solo au Brésil en 2013, c’est finalement en 2014 que le virus du voyage est venu la titiller et qu’elle a décidé de partir sur la route pour de bon, embrassant la vie de « digital nomad » et allant un peu partout sur la planète, avant un retour en France. Elle est désormais installée à Grenoble, la ville écolo par excellence, où elle prend plaisir à côtoyer des gens qui lui correspondent. Elle se consacre plus intensément au blog qu’elle avait créé en février 2010 à l’issue de ses études, « the Green Geekette », un blog axé sur le voyage écoresponsable (slow travel, voyage en stop, randonnée…), les destinations nature durables et les activités sportives de plein air. PRISE DE CONSCIENCE Elle a pris une décision radicale l’an dernier au terme d’une profonde remise en question. « L’année 2018 a effectivement été pour moi une année de prise de conscience. J’ai eu un électrochoc. Je me suis rendue en Irlande où des blogueurs de voyage avaient été invités. On nous a déposés sur un site et on nous a dit  : ‘vous avez 15 minutes pour prendre de belles photos et ensuite les publier sur Instagram’. Là, je me suis demandé quel était le sens de tout cela… » DISSONANCE COGNITIVE En réalité, Claire se sentait à l’époque en dissonance cognitive. Cela signifie qu’elle posait des actes qui ne correspondaient plus à ses valeurs. « C’est alors que j’ai réalisé à quel point l’avion ne me correspondait plus. L’avion, c’est rapide et facile. Je saisissais toutes les opportunités, je consommais des voyages sans mesure. Je faisais des sauts de puce pour voir un maximum de lieux, je voulais tout rentabiliser et je ne prenais plus le temps. Et surtout, j’ai peu à peu conscientisé le fait que pour le bien de notre planète, cela n’allait pas que je prenne des longs courriers trois à quatre fois par an sous prétexte que je suis une blogueuse. » « Je me suis aussi intéressée au bilan carbone de mes voyages. Et j’ai constaté que tous mes efforts quotidiens – j’utilise des cosmétiques bio, je mange bio et végé, je suis dans une démarche zéro déchet, je vais dans des hébergements éco-responsables, j’opte pour des activités respectueuses des animaux et de la nature… – étaient bousillés par mes vols au long cours. » Du jour au lendemain, Claire a décidé de ne plus voyager en avion, mais au contraire de privilégier la mobilité douce (vélo, bus, train, bateau), partir moins loin, rester plus longtemps sur place, aller à la rencontre de l’autre, rechercher l’authenticité. « J’ai comparé le bilan carbone de mes voyages en 2019 avec celui de 2018. En 2019, ma consommation de CO2 est de 900 kilos alors qu’elle était de 17 tonnes l’an dernier… » Luc Ruidant Cet article provient du magazine belge indépendant BIOTEMPO qui a pour credo  : « Comprendre, changer, agir maintenant ». BIOTEMPO ! Daphné, Charlotte et Jennifer engagent les entreprises Daphné Lauwers, Charlotte Simon et Jennifer Di Prinzio forment, depuis 2018, l’équipe du Réseau Nature Entreprises de Natagora. À trois, elles se démènent pour intégrer la biodiversité dans les espaces verts des communes et des entreprises. À l’heure des changements climatiques et de la chute croissante de la biodiversité, les entreprises doivent s’engager. L’enjeu majeur du Réseau Nature de Natagora est de reconstituer un maillage écologique viable, fournissant un milieu de vie à la faune et la flore sauvages. Les espaces verts aux abords des entreprises peuvent tout à fait s’inscrire dans ce maillage. « LES ENTREPRISES NE SONT PAS CONSCIENTES QU’ELLES PEUVENT AGIR » Daphné est convaincue que les entreprises et les collectivités sont des collaborateurs incontournables et essentiels du Ph. D.R. redéploiement de la biodiversité  : « Souvent les entreprises ne sont pas conscientes qu’elles peuvent agir aussi, directement sur leurs sites. Or, des aménagements peuvent être facilement mis en place et permettre à la nature de prendre ses droits très rapidement. Les membres du personnel sont souvent très motivés par ce genre de projet. Les avantages sont très nombreux tant pour la nature que pour les entreprises ». Aujourd’hui, les pelouses tondues, les pièces d’eau bétonnées et les haies rectilignes de résineux n’attirent plus grand monde. Pour autant, laisser une place à la nature ne signifie pas laisser pousser des champs d’orties ! Le cadre de travail joue un rôle essentiel dans une entreprise. Profiter d’une prairie fleurie, du va-et-vient des papillons et des abeilles, de la présence de nombreux oiseaux attirés par des arbustes à baies, stimule la motivation et favorise le bien-être des employés. « CHACUN APPORTE SA CONTRIBUTION À UN RÉSEAU ÉCOLOGIQUE » Jennifer est chargée des inventaires et des guidances nature en Région wallonne  : « Ce que je préfère, ce sont les balades avec les membres du personnel. Bien souvent, les employés ne sont pas du tout conscients de la richesse biologique qui existe à quelques pas de leur bureau. Ces balades éveillent leur curiosité et leur donnent même parfois l’envie de reproduire certains aménagements chez eux. C’est la base même du Réseau Nature  : que chacun apporte sa contribution à la mise en place d’un réseau écologique accueillant pour la biodiversité. » L’entreprise est un lieu de production, mais également d’échanges et de vivre ensemble. En aménageant des espaces naturels diversifiés, l’entreprise crée un cadre plus sain et favorise la concentration et le dynamisme. « LA NATURE URBAINE EST TOUJOURS PRÊTE À SE REBELLER » Charlotte est en charge du projet en Région bruxelloise. « La nature en ville, toujours prête à se rebeller face à l’urbanisation croissante, est source d’émerveillement. Bruxelles regorge de coins cachés qui participent aussi au maintien de la biodiversité. Mon travail avec les entreprises permet de faire évoluer les mentalités sur l’importance de la végétation spontanée et indigène, tout en transmettant les bonnes pratiques pour la préserver. » Les services proposés par Natagora sont multiples. L’association s’adapte à la réalité de terrain et peut proposer des audits personnalisés de la biodiversité, présente ou à redéployer, sur les terrains disponibles. Elle pousse d’ailleurs le travail un peu plus loin en proposant des balades guidées et des animations pour le personnel pour faire comprendre la démarche et sensibiliser. Elle peut même proposer des aménagements didactiques et éducatifs. www.reseaunature.be 4If natagora
metrotime.be MARDI 14/1/2020 BD 15ieer'reo-ti 5ei#7 -ru Disais Que ; ski441/67 JīÀ ; PAS &ou rÉ Jei1/4 1 A ; Pote cati X Minlor65 14 TOMES DISPONIBLES AU RAYON BD I eue- JÉ tu,'Avais oit LA PeSrou ; Gte Qu'elLe ALLAir AlTPAPedeFgoio,4 se (34LAPER Piges/Jas DANS NUMee., 111-J4ii Cazenove & William Bamboo Édition BAMBOO ÉDITION www.bamboo.fr Ates COMME Etté/J'EN ? AirepcAti S,A igre pe muté'. FAuoR,417 PAS Qu ELLE lieue coNramiNeg M4 0-14ftlege AVEc., SES SUES MicgoCcS. aleiÉtWC É e derlije4



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :