Métro Belgique n°4154 14 jan 2020
Métro Belgique n°4154 14 jan 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4154 de 14 jan 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : n.v. Mass Transit Media

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 2,6 Mo

  • Dans ce numéro : un peu de lumière au coeur de l'hiver.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
12 CM GREEN MARDI 14/1/2020 1 metrotime.be Sauvez les océans, changez de brosse à dents ! Ph. Unsplash Indispensable à notre quotidien, la brosse à dents représente un enjeu écologique important. Ce petit objet, quasi impossible à recycler, alimente fortement la crise du plastique. Ces dernières années, l’offre s’agrandit pour ceux qui veulent avoir les dents blanches tout en respectant l’environnement. Alors, pour quelle brosse à dents écofriendly opter ? S’il y a bien un objet du quotidien qui n’a quasiment pas évolué depuis sa création, c’est bien celui-là  : la brosse à dents. Pourtant, elle représente un problème majeur que l’on ne peut plus contourner aujourd’hui  : elle n’est ni recyclable, ni biodégradable. En effet, elle est fabriquée dans un plastique qui est très difficilement décomposable. L’hygiène dentaire est une préoccupation centrale pour l’être humain, et ce depuis des centaines d’années. Le modèle actuel de brosse à dents a d’ailleurs été inventé par les Chinois au 15ème siècle. Mais ce n’est qu’à l’époque où elle s’est popularisée, soit après la Seconde Guerre mondiale, qu’elle est devenue un problème pour l’environnement. En effet, le 20e siècle fut aussi celui de l’innovation plastique. Pratique et bon marché, le plastique a envahi notre quotidien… au dépit de l’environnement. Peu de temps après, le nylon fit son apparition. Robuste et flexible, il est rapidement apparu comme un matériau synthétique idéal pour remplacer les poils naturels, nettement plus coûteux. 300 BROSSES À DENTS JETÉES SUR UNE VIE Résultat, nous avons aujourd’hui des brosses à dents bon marché, mais au coût environnemental énorme. Il est souvent conseillé d’en changer tous les trois ou quatre mois. La plupart d’entre nous utilise donc près de 300 brosses à dents au cours de leur vie… et en jette tout autant. Fabriquées en plastique non recyclable, elles sont soit brûlées soit abandonnées dans la nature. On estime que chaque année, ce sont 4,7 milliards de brosses à dents qui finissent dans les décharges, ou pire, dans les océans. Or, une seule brosse peut polluer l’environnement pendant plus de 500 ans. Et cela est sans compter les déchets de la production. D’après les données du service public belge, une brosse à dents représente 1,5 kg de « déchets cachés » pour sa fabrication. Alors comment concilier hygiène dentaire et protection de l’environnement ? Des solutions existent, et l’offre est d’ailleurs en plein développement. EN MAÏS, EN BLÉ OU EN ALGUE, LA BROSSE À DENTS SE RÉINVENTE Si on jette les brosses car les poils sont usés, le manche, lui, ne l’est certainement pas après trois mois. La première étape est donc d’opter pour une brosse avec des têtes remplaçables. Selon les modèles, cela permet d’économiser jusqu’à 80% des matériaux. Les modèles écologiques proposent de plus en plus des poils en nylon végétal  : non biodégradables, ils sont au moins recyclables. Les alternatives parfaitement écologiques sont rares, mais elles existent. Par exemple, les poils en soie de porc. Naturels et donc plus robustes, ils ont aussi une durée de vie plus longue. En revanche l’éventail des options écologiques pour les manches, lui, s’élargit d’année en année. Il y a d’abord l’option du manche en plastique recyclé, et donc recyclable. Il existe aussi plusieurs modèles en matériaux alternatifs biodégradables. En effet, on trouve aujourd’hui des manches en bois, en bambou, en amidon de maïs, en fibre de blé… Certaines marques, comme Bioseptyl, proposent même des brosses en algue ou en liège. EN CHIFFRES 300 brosses à dents par être humain 4,5 milliards de brosses à dents jetées chaque année 500 ans de pollution pour une seule brosse à dents 1,5 kg de « déchets cachés » pour sa production Ph. Pexels LA BROSSE EN BAMBOU, L’ALTERNATIVE IDÉALE ? Les brosses en bambou, matériau organique et biodégradable, sont souvent présentées comme l’alternative parfaite à la brosse traditionnelle en plastique. Ce qui explique son succès grandissant auprès des consommateurs soucieux d’opter pour des alternatives durables dans leur quotidien. Or, de nombreuses brosses en bambou possèdent toujours des poils en nylon. Seul le manche est en réalité biodégradable. Elles ne résolvent donc qu’une partie du problème du recyclage… si elles sont recyclées correctement. Pour ce faire, il convient donc de retirer les poils du manche (à l’aide d’une pince, par exemple) ainsi que le système de fixation (souvent des bagues en métal ou de la colle chimique). Toutefois, mêmes recyclées, ces brosses possèdent une empreinte carbone souvent très lourde, le bambou étant rarement produit dans nos régions. La solution la plus écologique reste finalement de ne pas utiliser de brosse à dents du tout. Pas d’inquiétude, il est possible de garantir une excellente hygiène bucco-dentaire naturelle, grâce à une solution déjà millénaire  : le bâton de Siwak. Ce bâton de bois 100% compostable et aux propriétés nettoyantes et antibactériennes s’utilise comme brosse à dents naturelle. Pour une transition en douceur vers cette alternative naturelle, vous pouvez opter pour une brosse à tête réutilisable en siwak, proposées notamment par la marque Swak. (or)
metrotime.be MARDI 14/1/2020 GREEN 13 Cinq applis pour revendre ses vêtements Votre garde-robe déborde de vêtements à peine portés ? Votre portefeuille prendrait bien, quant à lui, un peu d’épaisseur ? Revendez vos articles en quelques clics grâce à ces cinq applis. VINTED Vous n’avez pas pu passer à côté  : les pubs pour Vinted pullulent sur tous les écrans. Très facile à utiliser, l’appli permet de fixer son prix, sans frais ! Vous empochez donc la totalité du prix de vente de votre article, ce qui est plutôt rare pour ce type d’applis. C’est vous qui décidez du mode d’envoi des colis et des moyens de paiements. Les frais d’envoi sont à charge de l’acheteur. Par contre, les annonces sont vraiment très nombreuses. L’appli est gratuite mais vous pouvez toutefois payer pour augmenter la visibilité d’un article ou même de tout votre dressing. UNITED WARDROBE Contrairement à Vinted, United Wardrobe prélève 10% des frais de services au vendeur. L’acheteur devra lui aussi s’acquitter de frais pouvant aller jusqu’à 2,50 € . Mais il s’agit ici d’un système d’enchères. L’acheteur vous fait une offre que vous pouvez accepter ou refuser. Il y a donc moyen de marchander jusqu’à ce que l’acheteur et le vendeur trouvent un accord. Le paiement est effectué à United Wardrobe qui s’assure ensuite que la transaction a bien été effectuée. Une fois que l’acheteur a bien reçu le colis, le paiement est transféré dans les 24 heures au vendeur. DEPOP Depop regorge de trouvailles originales ! L’interface de l’appli ressemble beaucoup à celle d’Instagram. Les habitués du réseau social ne seront donc pas perturbés. Vous publiez les photos de vos vêtements, vous taguez la N'.1..u..cnne>11.Fkar lé Vestiaire Collective - Achat 8, Vente mode de luxe Wesila.re Collecure. E.hopping PM 0 Ceepuppleauge sig arerciuNle rea LEM Mppirei TIN1Litr2 ywivw{I+rk4rra U marque, vous indiquez un prix, et le tour est joué ! Les utilisateurs likent vos photos s’ils sont intéressés et peuvent commenter vos publications. C’est Depop qui s’occupe de la transaction financière entre le vendeur et l’acheteur. L’appli, qui n’est malheureusement disponible qu’en anglais, prend 10% sur la vente. VESTIAIRE COLLECTIVE Cette application est spécialisée dans la revente de vêtements d’occasion de luxe. Si son utilisation est gratuite, Vestiaire Collective prélève toutefois une commission de minimum 15 €  ! Les frais augmentent en fonction du montant de l’article vendu. Mais toutes les pièces sont contrôlées physiquement par des experts. Vous ne pouvez donc pas vendre n’importe quoi. Il s’agit d’une garantie d’authenticité pour l’acheteur. Vous envoyez vos articles à Vestiaire Collective qui se charge ensuite d’envoyer les colis. VIDEDRESSING Comme pour Vestiaire Collective, une équipe d’experts se charge de vérifier l’authenticité des articles. Si un acheteur est intéressé par votre produit, vous avez 72h pour confirmer la commande. Au-delà, elle est automatiquement annulée. De même, une fois le paiement effectué, vous avez 72h pour envoyer le colis. L’argent vous est transféré dès sa réception. L’application prélève des frais de 15% + 1 € sur chaque article. Il est possible de participer à des promotions ou de négocier les frais de livraison avec le vendeur. leunur il" bru elà mimai'tchen.. ? I.A.P.allc.rreirepre brie b rem.. (mb) Photos D.R. ‹er Vinted WInted Ellhopplyn II PE.11 a Caritiert dee maireibie e ers1 =Irae'5e mam.er'a 1. 1. United Wardrobe - Vends et Achète des Vêtements Ureled Waerlratie Ulestple. PEGI 1:1 Apeurai,'la Lulu da timilueem pEE IrrileEerra ; 'Th M.G1514..F.IhrTIF Ce7a apeculivn psi corrpetre awc'rue Appareil ; [l ileholliv i Y leisit lotiinlJia Depop - Shop. CLothing. Sneakers. StreetwearrePDP àeeard pirmital Dey illellkid tM Cerpal.Sle frrtv Y*-à.roààle.iFe IM Miki « le la9e de wilhaiLa 2161:141 Z 111.21uller Permre r I lf.Lallgr 01.11iIS de (équipe



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :