Métro Belgique n°4144 18 déc 2019
Métro Belgique n°4144 18 déc 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4144 de 18 déc 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : n.v. Mass Transit Media

  • Format : (259 x 365) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 2,7 Mo

  • Dans ce numéro : circulation perturbée sur le rail.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
Mercredi 18 décembre 2019 metro 6 NEWS AFP/F. Naeem L’ex-président pakistanais condamné L’ex-président pakistanais Pervez Musharraf, en exil à Dubaï, a été condamné à mort par contumace hier pour « haute trahison », a annoncé la radio publique. Il s’agit d’une première dans un pays où l’armée est souvent considérée comme à l’abri des poursuites. Sa condamnation fait suite à sa décision d’imposer l’état d’urgence dans son pays. AFP/B. Horvat Les pays riches appelés à accueillir les réfugiés GENÈVE Le secrétaire général de l’Onu a appelé hier la communauté internationale réunie à Genève pour le premier Forum mondial sur les réfugiés à en faire « beaucoup plus pour assumer collectivement » la charge des déplacés, plus nombreux que jamais. « Il est temps de répondre plus équitablement aux crises des réfugiés en partageant les responsabilités », a déclaré le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres en ouverture du Forum. Ce rassemblement est organisé à l’Onu un an exactement après l’adoption à New York d’un Pacte mondial sur les réfugiés, censé apporter une réponse collective aux mouvements massifs de déplacés. DES CONTRIBUTIONS FINANCIÈRES La question du partage de la charge des réfugiés divise pays riches et émergents, au premier titre desquels la Turquie du président Recep Tayyip Erdogan, présent hier en tant que co-organisateur du Forum. Les pays pauvres ou en voie de VATICAN Le pape François a levé le secret pontifical sur les dénonciations d’agressions sexuelles, ainsi que sur les procès et verdicts dans ce domaine, a annoncé hier le Vatican, tout en maintenant un minimum de confidentialité. développement, qui accueillent 80% des réfugiés dans le monde, s’estiment livrés à eux-mêmes face à un lourd fardeau pour leur économie et leur société. Pour transformer en actes les intentions onusiennes, le Haut-Commissaire aux réfugiés des Nations unies, Filippo Grandi, attend Le pape, qui a fait de la lutte contre les agressions sexuelles commises dans l’Église catholique une des priorités de son pontificat, fait ainsi un pas supplémentaire sur ce sujet, éliminant toute ambiguïté sur la portée du secret pontifical. Les instructions signées par le pape ont pour objectif « de préciser le degré de confidentialité avec lequel il faut gérer les informations et les plaintes concernant les abus sexuels » commis par des religieux, explique Mgr Juan Ignacio Arrieta, membre du Conseil pontifical pour les textes législatifs. AFP/A. Messinis LA DIGNITÉ DES PERSONNES PRIME Le secret pontifical, également appelé parfois secret du pape, est une règle de confidentialité protégeant les informations sensibles relatives à la gouvernance de l’Église universelle, selon la définition du site Le forum catholique. « En substance, les raisons qui avaient conduit le législateur ecclésiastique à introduire, parmi les matières sujettes au secret pontifical, les délits les plus graves » comme les agressions sexuelles « cèdent le pas face à des valeurs qui sont considérées aujourd’hui comme plus élevées et dignes d’une protection particulière », comme « la primauté de la personne blessée », explique Giuseppe Dalla Torre, ex-président du Tribunal de l’État de la Cité du Vatican. « AUCUNE OBLIGATION DE SILENCE » Même s’il lève le secret pontifical, le pape argentin impose cependant un minimum d’attention, exigeant que « les informations » sur ces cas soient « traitées de manière à garantir la sécurité, l’intégrité et la confidentialité. Le tout afin de protéger la bonne réputation, l’image et la vie privée de toutes les personnes concernées ». Ceci ne veut pas dire censure, souligne le pape  : « aucune obligation de silence concernant les faits en cause ne peut être imposée à ceux qui les dénoncent, à la personne qui affirme en être la victime et aux témoins », assure François. Deux trains Eurostar supplémentaires La compagnie ferroviaire néerlandaise NS et Eurostar souhaitent que cinq trains à grande vitesse fassent chaque jour le trajet direct entre Amsterdam et Londres en 2021, indiquait hier le directeur de NS International, Heike Luiten. Trois trains Eurostar partent déjà chaque jour d’Amsterdam et de Rotterdam pour rejoindre Londres. surtout des contributions « financières », une « assistance matérielle » ou encore des annonces en matière de réinstallations. Après les responsables onusiens, c’est surtout la position du président turc Erdogan qui était attendue hier. L’homme fort d’Ankara, dont le pays accueille le plus de réfugiés dans le monde, environ 3 millions, martèle de longue date que, faute d’aide plus substantielle de la communauté internationale, il pourrait laisser les réfugiés et migrants passer en Europe. PEU D’ACTIONS Les défis restent immenses, a rappelé lundi l’ONG Oxfam  : la « responsabilité » de l’accueil des réfugiés « est injustement mise sur certains des pays les plus pauvres ». « Des millions de réfugiés vulnérables sont en danger ou maintenus dans l’incertitude parce que de nombreux pays refusent de prendre leur part de responsabilité », a insisté un responsable d’Oxfam, Danny Sriskandarajah. Le Forum, qui a vocation à se tenir tous les quatre ans, se veut une déclinaison concrète du Pacte signé à l’Onu, non contraignant lui aussi et qui comportait quatre objectifs principaux  : alléger les pressions exercées sur les pays d’accueil, accroître l’autonomie des réfugiés, générer des solutions faisant appel à des pays tiers, favoriser le retour en sécurité des réfugiés dans leur pays d’origine. Un deuxième porte-avions pour la Chine AFP/China out HAIKOU La Chine a admis hier au service actif son deuxième porte-avions, le premier de conception entièrement chinoise, dans un contexte de rivalité avec les États-Unis en Asie-Pacifique, a indiqué la télévision publique CCTV. L’intégration officielle aux forces chinoises du bâtiment, nommé « Shandong », a été actée lors d’une cérémonie dans une base navale de l’île de Hainan, en présence du président chinois Xi Jinping. La cérémonie s’est déroulée en présence d’environ 5.000 membres de la marine et d’ouvriers, qui ont chanté l’hymne national en assistant à la levée du drapeau chinois. La Chine disposait jusqu’à présent d’un seul porte-avions opérationnel  : le Liaoning. Construit par l’ex-URSS et racheté à l’Ukraine, il avait été admis au service actif en 2012. Le secret pontifical levé sur les abus sexuels AFP/A. Pizzoli
CULTURE CORINNE MAIER – « À LA CONQUÊTE DE L’HOMME ROUGE » « L’idée de révolution fait son retour » Marco Di Giacopo, communiste, poseur de bombes. Pour séduire ce révolutionnaire convaincu, Corinne est prête à tout, même à « s’engauchiser ». Elle se lance alors « à la conquête de l’homme rouge ». Elle quitte ses postures bourgeoises et ses diners mondains pour partir explorer la galaxie gauchiste. Après de nombreux livres, essais et pamphlets, pourquoi un premier roman ? « Le roman se prêtait plus aux questions que je voulais poser qu’un essai ou un pamphlet. Je ne pense pas que la question sociale puisse être abordée de façon directe. L’idée, c’est de traverser des mondes à travers cette héroïne.Sans leçon de morale, sans solution, sans pitié. » Dans cette aventure à « gaucholand », vous évoquez souvent la révolution. On a pourtant parfois l’impression que les révolutions sont condamnées à échouer… « D’abord, la révolution russe n’a pas échoué. Elle a mal tourné, on le sait tous, mais c’est une révolution réussie. Donc non, je ne pense pas que ça échoue toujours. Par ailleurs, c’est comme tout dans la vie. La plupart des choses que l’on entreprend échouent, mais ce n’est pas une raison pour ne pas essayer. De plus, la situation sociale que l’on voit à travers mon héroïne rend peut-être, c’est au lecteur d’en juger, la question de la révolution d’autant plus actuelle. Parce qu’elle décrit, de façon humoristique, des mondes très différents, des inégalités sociales très fortes et des classes sociales très antagonistes. » À travers le voyage de votre héroïne, on se demande si le clivage gauche-droite est encore pertinent aujourd’hui. « Le livre pose la question de ce clivage, de ce qu’il en est. Est ce qu’il est pertinent ou pas ? Certains ont des idées très carrées,mais en réalité c’est compliqué à appréhender. On ne peut pas définir en deux colonnes, ça, c’est de gauche, ça, c’est de droit. Néanmoins, il y a des codes et des attitudes qui sont très marqués. » Vous dîtes « la gauche, c’est EN QUELQUES LIGNES open bar »  : des tas de mouvements sont dits « de gauche », alors qu’ils recouvrent une variété d’engagements. « En effet, de même qu’être de droite, c’est très compliqué. Beaucoup de gens de droite, notamment des patrons, se prétendent des révolutionnaires. Une partie de la droite ne s’identifie pas du tout à la droite traditionnelle. Ça brouille les pistes, ça induit une confusion pour beaucoup de gens. » Lors d’un meeting militant, votre héroïne réalise  : « il n’y a que des jeunes, et que des vieux ». L’engagement politique est-il une question d’âge ou de génération ? « Les ‘vieux’avaient 20 ans dans les années 1970, ils ont milité, ils sont très conscients politiquement. Dans les ‘jeunes’, de moins de 30 ans, il y a toute une frange très mobilisée, notamment pour le climat. C’est très étonnant, entre les deux, beaucoup sont relativement dépolitisés. En fait, ces gens de ma génération, peu mobilisés, ont été jeunes au moment de la chute du mur de Berlin. À ce moment-là, il y avait une sorte d’ambiance générale comme quoi on entrait dans le meilleur des mondes possibles, un monde libre et parfait. Le communisme était mal et ça avait été balayé. Les inégalités régressaient. Donc, il n’y avait plus besoin de se battre pour des grandes idées, sauf pour les droits humains. Cette atmosphère a entraîné un déclin du militantisme et de la revendication. Cela dit,après avoir été balayée pendant 30 ans, la question de la révolution revient. Et c’est une des raisons pour lesquelles j’ai écrit ce livre. » Pourquoi revient-elle, cette idée de révolution ? « Il y a d’abord une sorte d’épuisement de la croyance en la démocratie. Ensuite, les dégâts environnementaux sont tels que l’on craint pour notre survie. On en est là, ce qui est quand même très grave. Enfin, les inégalités ne cessent d’augmenter depuis une vingtaine d’années. Aujourd’hui, la question est donc de savoir si on continue comme ça,avec l’idée qu’on va droit dans le mur, ou si on fait autrement. Je pense qu’on est très nombreux à se dire que ça ne peut plus durer comme ça. » Il y a eu les Indignés, Occupy Wall street, Nuit Debout, les Gilets Jaune. On a parfois pensé qu’il y avait un déclic. Et pourtant… « On verra bien. Il y a des petits feux qui s’allument et il y aura peut-être un moment où il va se passer quelque chose. J’espère que des décisions seront prises et que l’on sera, nous, citoyens, entendus. C’est une question d’intérêt général. On veut que les choses changent pour le mieux. Pour l’environnement et pour plus de justice. » Oriane Renette 39 ans. Divorcée. Bourgeoise. Corinne tombe amoureuse d’un poseur de bombes communiste et s’engage à tout faire pour le séduire. Elle quitte son confort et ses dîners mondains et rallume sa conscience sociale. Désormais, elle sera prête à tout pour s’engauchiser. Désormais, elle sera « discrètement blanche et ostensiblement rouge, comme une fraise tagada ». De Bruxelles à Paris, en passant par Turin et New York, « À la conquête de l’homme rouge » nous livre une satire sociale qui n’épargne personne. Un roman drôle et piquant à l’écriture moderne et rythmée. À travers son premier roman (non-autobiographique), Corinne Maier nous offre une réflexion sur la littérature, l’édition, la gauche, la droite, l’engagement, et bien sûr, la révolution. « À la conquête de l’homme rouge », de Corinne Maier, Éditions Anne Carrière, 188 pages, 17 € . ★★★★✩ metro Ph. DR Faire des choix pour vos soins futurs et oser en parler  : c’est ça la planification anticipée des soins. Votre avis compte ! ˑ Participez à l’enquête du SPF Santé publique sur fr.metrotime.be/soins En collaboration avec Le retour de Blueberry p.8 Fin du suspense sur le nouveau Star Wars p.9 Les meilleurs albums de 2019 p.10 51..111"1,11.1n,{4, WierreAUCliC 14i119111 aIAQ,w LLIW11'1:1 IltieneffliEn



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :