Métro Belgique n°4130 28 nov 2019
Métro Belgique n°4130 28 nov 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4130 de 28 nov 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : n.v. Mass Transit Media

  • Format : (259 x 365) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 4,4 Mo

  • Dans ce numéro : des actions pour le climat.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
Jeudi 28 novembre 2019 metro 10 NEWS La colère ne se dissipe pas au Chili SANTIAGO Rien ne semble devoir entamer la détermination des manifestants chiliens qui continuent à descendre dans la rue, 40 jours après le début d’un mouvement réclamant des mesures sociales urgentes qui tardent à se concrétiser. Des milliers de personnes ont manifesté une nouvelle fois mardi dans les rues de Santiago à l’appel de plusieurs organisations syndicales du secteur public. La vague de contestation qui a éclaté le 18 octobre se poursuit selon un scénario devenu habituel à Santiago. Les journées commencent normalement, puis des rassemblements plus ou moins suivis ont lieu dans le centre-ville. S’ensuivent en fin de journée des heurts entre les manifestants les plus radicaux et les forces de l’ordre, ainsi que des incendies et des pillages attribués à des groupes organisés de délinquants. Les centres commerciaux de Santiago ferment plus tôt en raison des difficultés de transport des employés, et un métro ne fonctionnant toujours pas à 100% dans cette capitale de 7 millions d’habitants. Une répression « dissimulée » en Iran TÉHÉRAN Les autorités iraniennes « dissimulent délibérément » l’ampleur de la répression, s’abstenant de dévoiler les bilans des morts et des arrestations lors des manifestations de la mi-novembre, a accusé hier Human Rights Watch. Déclenchées le 15 novembre par l’annonce d’une hausse du prix de l’essence, les manifestations, violentes par endroits, se sont rapidement GOMA Un étudiant a été blessé et une dizaine d’autres ont été violemment interpellés hier à Goma par la police lors d’une manifestation contre les Nations unies en République démocratique du Congo (RDC). La police a dispersé à coup de gaz lacrymogène devant l’université une centaine d’étudiants qui accusent la Mission des Nations unies au Congo (Monusco) d’assister « passivement » aux massacres des civils à Beni, dans la même province du Nord- Kivu, selon cette même source. Les mouvements anti-Onu dans la région de Beni ont étendues. Les forces de l’ordre ont été déployées pour contenir les manifestations. Les autorités ont confirmé la mort de cinq personnes, quatre membres des forces de l’ordre tués par des « émeutiers » et un civil, et annoncé environ 500 arrestations. Mais l’ampleur de la répression n’est pas claire au niveau de l’ensemble du pays, en raison du blocage d’internet par les autorités. fait au moins six morts parmi les manifestants depuis lundi. À Goma les rassemblements de solidarité sont organisés par le mouvement citoyen Lutte pour le changement (Lucha). LA MONUSCO, SOUS PROTECTION Une trentaine de policiers et de militaires congolais protégeaient la base principale de la Monusco, vers laquelle ont tenté de converger les manifestants. « Notre manifestation est patriotique. La Monusco assiste passivement aux massacres alors que sa mission principale est la protection des civils », a déclaré un des manifestants, Fiston Muhindo, de la faculté de droit. DES VIOLATIONS GRAVES Plusieurs ONG dont Human Rights Watch (HRW) ont dénoncé « de graves violations des droits de l’Homme de la part de la police ». Le directeur pour les Amériques de cette ONG, Jose Miguel Vivanco, a affirmé avoir reçu des centaines de plaintes concernant « un usage excessif de la force dans les rues et des abus contre des détenus ». Un universitaire, Gustavo Gatica, a perdu totalement la vue après avoir été blessé par des tirs des forces de l’ordre le 8 novembre lors d’une manifestation à Santiago, a indiqué mardi l’hôpital dans lequel il a été soigné. La Croix- Rouge chilienne a affirmé qu’elle continuait à traiter des patients blessés par ces tirs. AFP/A. Kenare DES CIVILS MASSACRÉS Dans la région de Beni, 81 civils ont été massacrés depuis le 5 novembre, selon le dernier bilan du Groupe d’études sur le Congo (GEC) de l’université de New York. Ces tueries sont attribuées par les autorités et l’Onu au groupe armé d’origine ougandaise des ADF, qui a tué plus d’un millier de civils depuis octobre 2014 d’après le GEC. L’armée congolaise a affirmé lundi avoir repris « toutes les places fortes et les QG » des ADF dans les forêts et la jungle autour de Beni. La présidence congolaise a également annoncé des opérations militaires « conjointes » avec les Casques bleus onusiens (16.000 au total en RDC). UN ACCORD HISTORIQUE L’accord historique signé par les partis le 15 novembre sur l’organisation d’un référendum pour remplacer la Constitution héritée de la dictature d’Augusto Pinochet (1973-1990) avait suscité l’espoir d’une sortie de crise. Mais la poursuite des violences, des blocages et des manifestations maintient l’incertitude sur l’évolution AFP/J. Ordonez du mouvement. Les manifestants réclament notamment au gouvernement du président conservateur Sebastian Piñera une augmentation du salaire minimum. La crise qui secoue le Chili est la plus grave depuis le retour de la démocratie en 1990. Cette vague de contestation a fait 23 morts, dont cinq après l’intervention des forces de sécurité, et plus de 2.000 blessés. Un touriste victime d’une mine en Birmanie HSIPAW Un touriste a été tué et un autre blessé dans l’explosion d’une mine au Myanmar, a fait savoir hier une organisation caritative sur place. Une mine a été déclenchée par un homme d’une quarantaine d’années mardi alors qu’il voyageait dans la ville touristique de Hsipaw dans l’État Shan. Cette région montagneuse a été le théâtre de combats entre les troupes gouvernementales et des rebelles de groupes ethniques récemment. Aung Zaw Win, de l’ONG Charité Sans Frontières, a affirmé que les deux touristes avaient loué un scooter pour visiter les environs. Sans toutefois respecter les directives officielles qui sont strictes à l’égard des voyageurs étrangers. « Ils sont partis sans guide et dans une zone à laquelle l’accès est restreint », affirme un employé d’une ONG locale. L’Onu critiquée et attaquée à Goma AFP/A. Huguet
metro Jeudi 28novembre 2019 FEELGOOD 11 Avoir l’air jeune grâce à l’oxygène IIE ME BATS POUR DES VISITES e el CHEZ LE MÉDECIN GÉNÉRALISTE TOTALEMENT REMBOURSÉES" N Marie Jacqueline, Solidaris Plus d'infos  : www.solidaris.be Ph. Des soins anti-âge, il y en a pléthore, avec leurs promesses de jouvence plus originales les une que les autres. Le dernier né propose d’insuffler une dose massive d’oxygène pur directement au cœur de votre derme fatigué par les nuits courtes, le soleil, le froid, et le smog. Vous le savez bien, les journalistes de votre Metro se donnent corps et âme pour expérimenter des soins divers et variés (vous souvenez-vous du soin à la bave d’escargots ? Ou du massage tantrique ?). Cette fois-ci, le défi semblait facile à relever  : un peu d’air pur et le tour est joué. Et pourtant… En arrivant dans la très épurée et médicalisée cabine de soin, je n’en menais pas large. Le souvenir du dernier rendez-vous chez le dentiste n’étant pas loin, lui aussi usant et abusant d’un petit embout souffleur narquois, comme celui que je vois juste là. Heureusement, tout va être fait pour que je sorte le visage apaisé, on ne devrait donc pas trop me torturer. Je m’allonge docilement et ça s’enchaîne. Dans l’ordre  : nettoyage de mon minois, peeling aux « acides de fruits » (là, je ne vais pas vous mentir, ça pique un peu, mais c’est à cause des « microlésions » de mon épiderme, m’explique mon gentil bourreau). Puis on me badigeonne visage et cou d’une crème à base de principes actifs, entre autres du collagène et de l’élastine, ce qui me paraît fort à propos me dis-je, sûrement influencée par la production publicitaire du troisième millénaire. Et c’est là que le précieux « O 2 entre en jeux. « C’est de l’air pur », m’expliquet-on (ah ? Vous n’avez pas comprimé l’air de la petite ceinture, d’un lundi à 17h30 ? C’est bien pensé ça). Pendant une dizaine de minutes, le petit embout en plastique, manipulé par une gentille jeune femme au rire qui sonne comme celui d’une princesse Disney, propulse de l’air sur mon visage, façon Kaa. J’ai confiance. C’est agréable comme des microcaresses, toutes fraîches, qui viennent faire pénétrer la crème. Elle pénètre vite, les caresses, ça aide. Et comme je suis un peu déshydratée, ma peau « boit » bien (ce n’est pas de ma faute, je venais de faire un article sur le Beaujolais Nouveau). Je me sens comme un plastique d’emballage à bulles raplaplas et ces dernières sont en train d’être regonflées à bloc. Encore un peu de crème, encore un peu d’air pur et hop j’ai retrouvé bonne mine ! Les jours qui ont suivi, je ne me suis pas transformée en Arielle ou Aurore, mais j’ai vraiment l’impression que ma peau est plus galbée. L’effet s’est surtout vu trois jours après. L’idée évidemment, comme le conseille la pétillante et sans âge Zoubeida, qui a ouvert le centre, c’est de faire une cure de cinq semaines avec un soin par semaine. Ce dernier coûte 100  € par séance de 40 minutes. (lh) www.stay-young.eu 3 Solidaris ma. Votre santé mérite le meilleur



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :