Métro Belgique n°4124 20 nov 2019
Métro Belgique n°4124 20 nov 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4124 de 20 nov 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : n.v. Mass Transit Media

  • Format : (259 x 365) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 3,1 Mo

  • Dans ce numéro : il faudra lever le pied à Bruxelles.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
ON THE ROAD Mercredi 20 novembre 2019 metro 8 HONDA AFRICA TWIN ADVENTURE SPORTS Changement de cap ! Honda fait à nouveau évoluer son Africa Twin... mais de façon bien plus profonde qu’il n’y paraît au premier regard. En effet, les modifications abondent sous une robe quasi inchangée. À commencer par le nom puisqu’il s’agit maintenant de parler de la CRF1100L. La cylindrée a, en effet, été portée à 1.084 cc, la puissance passant de 95 ch à 102 ch et le couple de 99 Nm à 105 Nm. Il s’agit, pour Honda, du premier moteur répondant aux futures normes Euro 5. L’électronique embarquée s’enrichit, quant à elle, d’une centrale inertielle IMU à six axes tenant compte du tangage, du roulis, du lacet et de la vitesse. Cette centrale permet de gérer au mieux le contrôle de traction, l’ABS de virage, l’anti-wheeling et la levée de la roue arrière. Pour le pilote, l’évolution est sensible  : ce nouveau système offre dorénavant six modes de conduite, trois niveaux de cabrage (plus un mode « off ») , quatre niveaux de puissance, trois niveaux de frein moteur, tandis que le contrôle de traction conserve ses sept possibilités de réglage en plus du mode « off », tout en permettant une plus grande plage d’exploitation. HIMALAYA Si le modèle 2018 se distinguait par une hauteur de selle himalayenne (900 mm/920 mm), les nouvelles valeurs redescendent à un bien plus acceptable 850 mm/870 mm, avec le bonus d’une selle redessinée et plus étroite de 40 mm à l’entre-jambes. Ceci change considérablement la donne et rend cette CRF1100L AS accessible au plus grand nombre, d’autant qu’une selle basse et une selle INDIAN CHIEFTAIN LIMITED L’autre bagger made in USA Le terme « bagger » désigne littéralement une moto équipée de bagages latéraux, ou « saddlebags », un type de machine intimement lié à l’imaginaire américain. Comme l’Indian Chieftain Limited. La Chieftain Limited, l’un des vaisseaux amiraux d’Indian, « l’autre » constructeur américain, possède tous les attributs attendus d’un bon bagger du pays de l’Oncle Sam  : un style dépouillé, un carénage « bat wing », deux grandes valises latérales, la roue avant de 19 pouces mais aussi, et surtout, l’inévitable installation audio qui fera de vous l’irrésistible attraction du quartier ! L’édition 2019 a bénéficié d’un relifting touchant de nombreux éléments  : un carénage et des protections de fourche redessinés, des valises aux lignes plus tendues, une selle plus accueillante, un réservoir arborant de nouveaux logos, trois modes de conduite, la désactivation du cylindre arrière à l’arrêt et même une petite mise à jour du système audio. Cette Indian se signale par un bon châssis, très rigide, et un moteur particulièrement attachant et offrant une fiche Bicylindre Par chaîne 1.084 cc haute sont aussi proposées. Cette aventurière s’équipe également de jantes tubeless, d’une bulle haute, des poignées chauffantes, d’un éclairage de virages sur trois niveaux, d’un réservoir de 24,8 litres, d’un porte-paquets et, de série pour notre marché, de suspensions électroniques. Avec ces nouveautés, dès les premiers tours de roue, le comportement s’en ressent  : l’Adventure Sports a étonnamment gagné en maniabilité et facilité de conduite. Le centre de gravité rabaissé n’y est pas pour rien, le nouveau cadre non plus, certainement. RÉGLAGES SUBTILS Le moteur reste toujours aussi vif et plaisant, avec un pot (plus court) qui sonne bien. Les courbes de puissance et de couple, particulièrement lisses, rendent le moteur brillant à tous les régimes, depuis 2.000 tr/min - 2.500 tr/min jusqu’à la zone rouge, sans saillie particulière à un régime donné. Les suspensions électroniques convainquent, s’adaptant avec bonheur aux circonstances. Si le choix des modes de conduite s’effectue facilement depuis l’imposant commodo gauche, rentrer dans les réglages plus subtils demande une certaine accoutumance et l’ergonomie de quelques commandes pose parfois question  : pour les poignées chauffantes par exemple, il faut manipuler un bouton de la main droite puis un autre de la main gauche… Rubrique coordonnée par Moto 80 Textes  : Bruno Wouters Photos  : Honda & J. Godin www.moto80.be 102 ch 17.499 € assez large plage de régime. Les vibrations, présentes mais jamais dérangeantes, participent au plaisir et les suspensions prodiguent un assez bon confort, seulement entaché par la position typique mais perfectible des cruisers américains qui arrondit le dos. Côté freinage par contre, c’est la catastrophe ! Dommage également, pour le tarif de base de 32.599 € , que la Chieftain Limited fasse l’impasse sur une marche arrière. Les + + Machine aussi facile qu’efficace + Suspensions EERA convaincantes + Agrément de la proposition DCT Les - - Hausse tarifaire conséquente - Complexité des réglages - Bulle trop haute CONCLUSION L’Adventure Sports est une réussite ! Facile à vivre, peu intimidante, elle autorise de belle manière les randonnées au long cours par son confort et son efficacité. Et en tout-terrain, elle reste convaincante  : tout au plus lui reprochera-t-on un réservoir un peu trop large à l’entre-jambes en position debout et une bulle trop haute pour bien voir la roue avant. Seul bémol  : le prix qui fait un bond en avant à cause des suspensions électroniques, installées d’office sur le marché belge… W
Un jeu vidéo pour se muscler p.11 ‘LES MISÉRABLES’  : LE NOUVEAU’LA HAINE’ ? CULTURE BD  : 30 personnages qui changent le monde p.12 « La prochaine révolution viendra de la banlieue » Inconnu du grand public il y a quelques mois, le cinéaste Ladj Ly fait une entrée remarquée dans la cour des grands avec ‘Les Misérables’, un film d’action gonflé à bloc suivant trois flics dans une banlieue de Paris. Après avoir dynamité le dernier festival de Cannes, dont il est rentré avec le Prix du Jury, le réalisateur annonce la couleur  : son film est un cri d’alerte… et un appel au changement ! D’où est née l’histoire des’Misérables’ ? Ladj Ly  : « Il y a quinze ans, je me suis mis à filmer les forces de l’ordre pendant leurs interventions dans la cité de Montfermeil, jusqu’au jour où j’ai assisté à une vraie bavure policière. Je l’ai postée sur internet, la presse l’a reprise, et les agents concernés ont été suspendus. C’était la première fois qu’une vidéo postée sur le net avait cet effet en France. » Le film est donc ancré dans votre expérience. Avez-vous envisagé la voie du documentaire ? « Je suis un autodidacte, je n’ai pas fait d’école de cinéma. J’ai commencé par réaliser des documentaires (on lui doit la coréalisation de’À voix haute’, qui suit les préparatifs d’un concours d’éloquence à Saint-Denis, NDLR). Mais j’ai toujours voulu faire ce que j’appelle de la fiction réaliste. Dans’Les Misérables’, tout est tiré d’histoires vraies. » Rassurez-nous, celle du lion volé par trois ados est inventée ? « Ah non, ça s’est passé quand j’avais 18 ans ! Tenez, regardez, j’ai une photo… » Vous pensez que votre film peut avoir un impact positif à Montfermeil ? « Oui, c’est l’objectif ! Que le film soit vu et qu’il lance un débat. C’est un vrai cri d’alerte car si on ne fait rien, la prochaine révolution viendra de la banlieue. C’est pour ça que j’ai adressé un message personnel au Président de la République. Il faut qu’il voie le film et qu’il trouve des solutions. Parce que nous, ça fait 20 ans qu’on est des Gilets jaunes. Donc oui, le film s’adresse aux politiques. Il leur dit :’Bougez-vous, trouvez des solutions, vous avez été élus pour ça. Pensez au peuple, pas à vos amis’. » Bon Entendeur, un trio qui décoiffe p.13 MOVIES Ph. Filmcoopi Emmanuel Macron a répondu ? « On attend de voir ce qu’il décidera… (Selon Le journal du dimanche, Emmanuel Macron a vu le film et en est sorti chamboulé. Il a alors demandé au gouvernement d’améliorer les conditions de vie en banlieue. Les internautes ont tourné en dérision cette réaction spontanée après le film, certains s’interrogeant non sans humour sur sa réaction quand il découvrira le ‘cinéma social’de Ken Loach, NDLR). » Quelles actions peuvent changer la donne ? « Je vais vous donner un exemple  : il y a vingt ans, on a créé le collectif ‘Kourtrajmé’, et certains d’entre nous ont vraiment explosé, comme Romain Gavras (‘Le Monde est à toi’), Kim Chapiron (‘Sheitan’) ou JR (‘Visages, Villages’). Et là, en 2018, on a fondé une école de cinéma à Montfermeil. Résultat, on a déjà produit cinq films. Ça, c’est du concret… et sans aide de l’État ! Donc les solutions, elles existent. Si Macron dit :’OK, je mets les moyens pour faire bouger les choses’, il peut le faire en claquant des doigts. La France reste quand même la troisième puissance mondiale. On ne va pas nous faire croire qu’on ne peut pas régler le problème des banlieues. » Stanislas Ide



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :