Métro Belgique n°4118 12 nov 2019
Métro Belgique n°4118 12 nov 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4118 de 12 nov 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : n.v. Mass Transit Media

  • Format : (259 x 365) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 3,7 Mo

  • Dans ce numéro : retour à la normale sur le rail.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
Mardi 12 novembre 2019 metro 6 NEWS AFP/I. S. Kodikara Sauvé du crocodile Un Australien a réussi à se libérer des mâchoires d’un crocodile dimanche soir. Alors qu’il pêchait au bord d’une rivière, l’animal est sorti de l’eau, l’a mordu à la jambe et s’est accroché à sa main. L’homme de 54 ans a ensuite piqué le crocodile dans les yeux pour se défaire de sa mâchoire. Il est dans un état grave mais stable. AFP/N. Celis Le G20 n’en fait pas assez pour le climat PARIS Les principales économies mondiales n’en font pas assez pour parvenir à limiter la hausse des températures à 1,5 oC, comme prévu par l’accord de Paris sur le climat, selon l’organisation Climate Transparency. Les émissions mondiales ont encore augmenté l’année dernière, selon le rapport réalisé par Climate Transparency, un réseau non gouvernemental qui rassemble plusieurs chercheurs et environnementalistes. L’étude est publiée trois semaines avant le coup d’envoi de la 25 e conférence des Nations Unies sur le Climat (COP 25), qui se tiendra finalement à Madrid, en Espagne, après le renoncement du Chili. 80% DES ÉMISSIONS MONDIALES Le rapport révèle que les émissions de dioxyde de carbone liées à l’énergie ont augmenté de 1,8% dans les 19 pays industrialisés et économies émergentes qui constituent, avec l’Union européenne, le Groupe des Vingt (G20). Ces nations sont responsables d’environ 80% des SYDNEY L’état d’urgence a été déclaré en Nouvelle- Galles du Sud, État le plus peuplé d’Australie. Une soixantaine de feux de forêt mettent en péril la sécurité de la population. émissions mondiales de gaz à effet de serre. Mais aucune d’entre elles n’est actuellement sur la bonne voie pour atteindre l’objectif de 1,5 oC, souligne Climate Transparency. « Pour que l’accord de Paris soit honoré, il est clair que les pays du G20 doivent être des leaders en matière climatique », a déclaré Lena Donat, de l’organisation environnementale Germanwatch, parmi les principaux auteurs du La Première ministre de Nouvelle-Galles du Sud, Gladys Berejiklian, a annoncé que l’état d’urgence était de mise dès hier et pour les sept jours qui viennent alors que les conditions météorologiques seront particulièrement menaçantes aujourd’hui, avec des températures élevées et des vents conséquents. Le chef des services d’incendie de l’État a recommandé la mesure à la Première ministre régionale prédisant « la semaine la plus dangereuse pour les feux de brousse que cette nation a jamais observé ». Les conditions climatiques sont qualifiées de « catastrophiques » dans trois régions en particulier  : dans la périphérie de Sydney, capitale de l’État et ville la plus densément peuplée du pays, la région des vignobles de la Hunter Valley à 250 km au nord de la métropole et les régions d’Illawarra et Shoalhaven sur le littoral au sud de Sydney. En déclarant l’état d’urgence, les services d’incendie bénéficient de pouvoirs étendus pour mobiliser les ressources, coordonner les évacuations, fermer les alimentations en énergie (gaz, pétrole, électricité) et en eau. TROIS MORTS ET UNE CENTAINE DE BLESSÉS Les feux de forêt, dont la saison a débuté de manière précoce en septembre, ont déjà fait trois morts et une centaine de blessés la semaine passée, dont 20 pompiers. Une soixantaine de foyers sont actifs dont pas moins de rapport. DES OBJECTIFS PLUS AMBITIEUX Parallèlement, Climate Transparency a mis en lumière que près de la moitié des pays du G20 devraient atteindre, voire dépasser les objectifs qu’ils se sont fixés. Ce qui devrait leur permettre d’établir, pour l’année prochaine, de nouveaux objectifs, encore plus ambitieux. Des soldes monstres Soixante-huit secondes  : c’est le temps que les consommateurs chinois ont mis dans la nuit de dimanche à lundi pour dépenser en ligne leur premier milliard de dollars lors de la traditionnelle « Fête des célibataires », considérée comme la plus grosse opération mondiale de soldes, a annoncé le géant du secteur Alibaba. AFP/D. Dilkoff Lors de la conférence de Paris sur le climat en 2015, 195 pays avaient convenu de contenir l’élévation de la température de la planète nettement en dessous de 2 o C par rapport aux niveaux préindustriels et de poursuivre les efforts pour limiter la hausse des températures à 1,5 oC, dans l’optique de réduire les risques et les conséquences du changement climatique. La planète a déjà gagné 1 oC. 40 ne sont pas sous contrôle. Plus d’un million d’hectares de terrain sont déjà partis en fumée, ce qui représente plus de trois fois la superficie brûlée lors des trois dernières saisons des feux combinées, selon les pompiers. Face à la situation, une quarantaine d’écoles pourraient rester fermées et il a été conseillé à la population d’évacuer dans plusieurs régions. Si les incendies se produisent Le rapatriement des 39 migrants fait débat AFP/B. Stansall LONDRES Les proches des 39 Vietnamiens retrouvés morts dans la remorque d’un camion frigorifique en Grande- Bretagne sont en conflit avec le gouvernement pour déterminer si les défunts seront rapatriés sous forme de cadavres ou de cendres. Des familles des victimes ont déclaré hier qu’elles souhaitaient récupérer les corps pour les funérailles alors que le gouvernement vietnamien a demandé leur consentement pour d’abord les faire incinérer en Grande-Bretagne et ensuite les rapatrier dans leur pays d’origine. Les familles voudraient aussi que le gouvernement britannique paie les frais de transport. Vendredi dernier, la police avait révélé l’identité des 39 citoyens vietnamiens découverts dans ce camion près de Londres le 23 octobre. Les feux de forêts ravagent l’Australie AFP/P. Parks chaque année pendant le printemps et l’été en Australie, le changement climatique exacerbe ces événements et prolonge la saison des incendies, déclarée généralement du 1er octobre au 31 mars.
metro Mardi 12novembre 2019 NEWS 7 Belgodyssee est une initiative de la VRT, de la RTBF et du Fonds Prince Philippe, en collaboration avec Metro et les Éditions de l’Avenir, et avec le soutien de la Chancellerie du Premier ministre. Ce concours annuel de reportages favorise la coopération entre jeunes journalistes des trois communautés de notre pays, qui travaillent dans des duos bilingues. Lors de cette édition sont mises en évidence des initiatives positives dans la lutte contre le changement climatique. Anton De Wolf et sa partenaire se sont rendus au jardin potager de l’école primaire Hertog Karel à Wilsele-Putkapel. Une éducation verte dès l’école L’école primaire Hertog Karel s'efforce d’ancrer la sensibilisation à l'environnement dans la vie de ses élèves. Des enseignants, (grands)-parents et bénévoles entretiennent, avec les élèves, un vrai jardin potager. Le jeu y va de pair avec l’apprentissage. « Ici, les enfants peuvent faire leurs premiers pas sur la voie d’une vie plus respectueuse de l’environnement », y déclare-t-on. Ils le font par essais et erreurs, mais surtout avec tout l’enthousiasme nécessaire. « Les camps et les arbres sont très agréables à voir, beaucoup plus chouettes que les terrains de jeu habituels », remarque Roel. Roel, Wout et Lukas, trois jeunes garçons de l'école primaire Hertog Karel de Wilsele-Putkapel, nous emmènent dans un voyage à travers « leur » jardin. « C’est précisément ce que nous voulons réaliser. Si les enfants apprennent ici la notion de respect, il leur est plus facile de la transmettre chez eux et à l’avenir », ajoute Kris. Ce dernier participe à de nombreuses activités telles que la récolte, l'ensemencement et l'élagage et donne un coup de main là où c’est nécessaire. « À la maison, j’ôte aussi parfois les mauvaises herbes. Et jeter des déchets sur le sol est mauvais pour les racines, donc ce n’est vraiment pas permis », souligne Wout depuis un des camps. En plus d'un jardin d'apprentissage, c'est également un véritable terrain de jeu avec des camps et une salle de classe en plein air. Le jardin remplace donc en grande partie le terrain de jeu en béton. Tout comme d’autres établissements scolaires, cette école primaire ouvre également la voie à un terrain de jeu plus vert. VISION DE L’AVENIR « Nous avons lancé ce jardin sauvage il y a 18 ans. Au début, c’était encore à très petite échelle, mais peu à peu, le jardin a pu être développé avec les enfants », déclare fièrement Kris, le responsable du projet. « Les enfants ne prennent conscience de ce que signifie prendre soin de la nature que si on les amène à l’apprécier. Et ce n’est possible qu’en rendant l’expérience vraiment agréable. » La grande variété de ce que l'on peut trouver dans le jardin doit contribuer à favoriser cet amour de la nature. Le responsable du projet précise  : « Nous essayons d’attribuer à toutes les classes le ‘parrainage’d’une partie du jardin qu’elles sont plus ou moins libres de gérer comme bon leur semble. Les haies sont pour la deuxième année, le jardin d'herbes aromatiques pour la quatrième, le potager pour la première... De plus, nous disposons également d'un champ de fleurs, d’un bois avec des nichoirs et d'un bassin pour l’analyse de l’eau. » Ph. D.R. INFLUENCE POSITIVE « La seule chose désagréable dans ce jardin est le fait que les autres enfants essaient de vous faire croire que certaines plantes sont comestibles. Je veille donc à ne rien manger avant que quelqu'un d'autre ne le mette dans sa bouche », explique Wout avec détermination. Selon l’accompagnateur Kris, l'influence positive du jardin potager est clairement perceptible. « Les enfants affirment qu'ils ne font pas que s’y amuser. Ils y font aussi un apprentissage et entendent prendre soin de la nature efficacement. Il y a quelques années, j'ai trouvé à l'entrée de l'un des camps un panneau indiquant ‘CLUP-DE-PROT-ECTION-DE- LA-NA-TURE’. Totalement mal orthographié, bien sûr, mais ce sont des choses agréables à voir. » Pendant ce temps, Lukas, élève première année, déclare fièrement à l'arrière-plan  : « En hiver, je n'aime pas trop les feuilles tombées sur le sol, et encore moins la neige. » Un beau complément au projet pédagogique dans le jardin arrière de l'école primaire Hertog Karel. Pékin Kilimandjaro Lima Aruba Aller-retour TTC Plus d’offres sur klm.be Qui Nom  : Anton De Wolf Âge  : 24 ans Études  : Master en langues et littérature, Master en journalisme (tous deux à la KU Leuven) Comment ai-je procédé ? Dans le cadre de Belgodyssee, Clothilde et moi nous sommes mis en quête de la combinaison entre l’éducation et les initiatives positives dans la lutte contre le changement climatique. C’est à Wilsele-Putkapel, dans le jardin potager de l'école primaire Hertog Karel, que nous avons trouvé cette interaction relatée dans ce reportage. www.linkedin.com/in/antondewolf dès dès dès dès 439 € 539 € 609 € 649 € Tarifs au départ de Belgique, achat sur klm.be jusqu’au 18/11/19. Nombre de places limité et prix susceptibles de modifications. Plus d’offres sur klm.be Ph. D.R.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :