Métro Belgique n°4115 6 nov 2019
Métro Belgique n°4115 6 nov 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4115 de 6 nov 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : n.v. Mass Transit Media

  • Format : (259 x 365) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 2,7 Mo

  • Dans ce numéro : le belge, bon élève en anglais.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
Mercredi 6 novembre 2019 metro 4 NEWS Washington officialise sa sortie de l’accord de Paris WASHINGTON Les États- Unis ont formellement notifié lundi à l’Onu leur sortie de l’accord de Paris sur le climat, décidée dès 2017 par Donald Trump, a annoncé le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo. La France « regrette » la décision américaine Rien que les gaz à effet de serre rejetés entre la signature de l’accord de Paris, en 2015, et l’année 2030 contribueront à élever le niveau des mers de 8 cm d’ici 2100 et 20 cm d’ici 2300, par rapport à la période de référence 1986-2005, rapportent des chercheurs en science du climat basés en Allemagne dans les Comptesrendus de l’Académie américaine des sciences (la revue PNAS). Le but de l’étude, explique le coauteur Alexander Nauels, de l’institut Climate Analytics basé à Berlin, est de montrer que les émissions actuelles ont un effet assuré sur la montée Cette étape-clé, qui ne pouvait intervenir plus tôt en raison d’une clause inscrite dans le texte, enclenche un compte-àrebours d’un an avant que Washington puisse effectivement quitter l’accord. « Aujourd’hui, les États-Unis entament le processus de retrait de l’accord de Paris. Conformément aux termes de l’accord, les États-Unis ont soumis une notification formelle de leur retrait aux Nations unies. Le retrait sera effectif un an après la notification », a déclaré Mike Pompeo. Dès juin 2017, Donald Trump avait fait part de son souhait de quitter l’accord de Paris, estimant qu’il avait été élu « pour représenter les habitants de Pittsburgh, pas de Paris ». À cause des règles de procédure, qui l’obligeaient à attendre trois ans à compter de l’entrée en vigueur du texte (le 4 novembre 2016,ndlr), il a donc dû attendre ce lundi pour entamer les démarches officielles. Il faudra patienter un an pour rendre ce départ effectif. PARIS La France a déclaré hier « regretter » l’officialisation par les États-Unis de leur intention de se retirer de l’accord de Paris sur le climat. Cette notification faite par Washington était « un élément de procédure qui était attendu ». Néanmoins, « nous le regrettons et cela rend encore plus nécessaire le partenariat franco-chinois sur le climat et la biodiversité », a indiqué la présidence française alors qu’Emmanuel Macron entamait hier à Shanghai la deuxième journée d’une visite en Chine. La lutte contre le réchauffement climatique doit être un des sujets de l’entretien entre Emmanuel Macron et son homologue chinois Xi Jinping aujourd’hui à Pékin. À cette occasion, les deux hommes devraient signer un texte sur le climat et la biodiversité. BERLIN Comme un paquebot lancé à toute vitesse ne peut s’arrêter d’un coup, le niveau des océans va monter dramatiquement même si l’on réduisait à zéro les émissions de gaz à effet de serre en 2030. des eaux, et que cet effet sera particulièrement ressenti lors des deux prochains siècles. UN MÈTRE D’ICI 2300 Au total, la montée des eaux atteindrait au moins un mètre d’ici 2300, dans le scénario très improbable où les émissions tomberaient à zéro en 2030. En tout état de cause, la hausse a de grandes chances de dépasser le mètre. Les scientifiques mandatés par l’Onu ont déjà prédit 26 à 77 cm d’ici la fin de notre siècle. Le quart de cette élévation d’un mètre sera dû aux seules émissions de la Chine, des Unsplash/P. Hendry AFP/H. Retamal États-Unis, de l’Union européenne, de l’Inde et de la Russie pendant 40 ans, pour la seule période 1991-2030, calculent les chercheurs dans la nouvelle étude. 20 CM AU 20 E SIÈCLE Par comparaison, les océans ont monté de l’ordre de 20 cm au cours du 20 e siècle. « On se concentre d’habitude sur le 21 e siècle, ce qui peut parfois donner la fausse impression qu’après le 21 e siècle tout s’arrêtera », dit le chercheur. Or la montée des eaux est due à plusieurs phénomènes complexes, qui agissent pour certains avec des échelles de plusieurs siècles. On comprend toujours mal le comportement des glaces de l’Antarctique, qui jusqu’à présent ont moins fondu que le Groenland. UN « FARDEAU ÉCONOMIQUE » Le départ n’aura donc lieu au plus tôt que le 4 novembre 2020, le lendemain de la prochaine élection présidentielle aux États-Unis, à l’occasion de laquelle Donald Trump briguera un second mandat. Le secrétaire d’État a de nouveau invoqué « le fardeau économique injuste imposé aux travailleurs, entreprises et contribuables américains par les engagements pris par les États-Unis dans le cadre de l’accord ». LA LUTTE POUR LE CLIMAT CONTINUE « Nous continuerons à proposer un modèle réaliste et pragmatique, étayé par des résultats concrets, montrant que l’innovation et les marchés ouverts conduisent à une plus grande prospérité, à une réduction des émissions de gaz à effet de serre et à des sources d’énergie plus sûres », a assuré le secrétaire d’État. « Nous continuerons à travailler avec nos partenaires internationaux pour renforcer la résilience face aux conséquences du changement climatique », a insisté Mike Pompeo. « Comme par le passé, les États-Unis continueront de promouvoir la recherche, l’innovation et leur croissance économique tout en réduisant les émissions ». La marée noire se résorbe au Brésil Le brouillard de pollution se dissipe à New Delhi AFP/A. Veneri BRASILIA Le pétrole a commencé à arriver sur les plages brésiliennes en plus faible quantité, affirment les autorités brésiliennes, tout en se disant incapables de prévoir l’évolution de cette marée noire qui a souillé depuis deux mois plus de 2.000 km de plages du Nord-est. Estimant qu’il s’agissait d’une catastrophe « inédite » dans le monde, l’amiral Leonardo Puntel, chef des opérations navales de la Marine, a déclaré  : « comme le pétrole est submergé, nous ne savons pas s’il en reste encore beaucoup ou peu ». Ces propos contredisent les affirmations dimanche soir du président Jair Bolsonaro qui affirmait que le pire était encore à venir. NEW DELHI Le renforcement des vents permettait hier une amélioration de la situation à New Delhi, mais la qualité de l’air reste toutefois exécrable et néfaste pour la santé des 20 millions d’habitants de la capitale indienne, qui toussent depuis plusieurs jours. À 10h locales, l’ambassade américaine dans la capitale indienne enregistrait une concentration de particules fines PM2,5 de 230 microgrammes par mètre cube d’air, soit moitié moins que la veille à la même heure. Malgré cette baisse notable, une telle pollution est bien au-delà des seuils recommandés pour la santé et suffirait à mettre à l’arrêt n’importe quelle autre ville du monde. La montée des eaux est inévitable AFP/V. Hache
metro Mercredi 6novembre 2019 NEWS 5 Au Chili, Piñera exclut de démissionner SANTIAGO Le président chilien Sebastian Piñera a affirmé hier qu’il n’allait pas démissionner malgré les violentes manifestations contre son régime qui secouent son pays depuis plus de deux semaines, dans une interview à la BBC. Interrogé pour savoir s’il allait répondre aux appels à la démission qui s’élèvent dans le pays, le président conservateur a répondu  : « Non », tout en reconnaissant qu’il était « responsable d’une partie » des « problèmes qui se sont accumulés depuis 30 ans ». Pris de court par le mouvement de contestation qui a fait au moins 20 morts, le président a dû renoncer au sommet de l’Apec (forum de coopération économique Asie-Pacifique) et la COP 25, tous deux prévus à Santiago. AJAY MURTHY « IL N’Y AURA PAS D’IMPUNITÉ » Le mouvement de contestation est entré dans sa troisième semaine malgré l’annonce de nombreuses mesures sociales. Il a débuté sur une protestation contre l’augmentation du prix du métro et s’est rapidement élargi à toute une série de revendications. Évoquant « les nombreuses plaintes pour usage excessif de la force », il a assuré que « si cela s’est produit, je peux vous garantir qu’il y aura une enquête et des poursuites en justice. Il n’y aura pas d’impunité ». PHO TO CONTEST LES DROITS DE L’HOMME VIOLÉS Des militants, dont le prix Nobel de la paix Rigoberta Menchu, ont appelé Piñera à faire cesser les violations « systématiques et graves » des droits de l’Homme lors de la répression des manifestations. Le président chilien a justifié l’instauration de l’état d’urgence en soulignant qu’il avait « employé les outils démocratiques et constitutionnels pour rétablir l’ordre public ». AFP/R. Arangua en collaboration avec Une combattante belge de l’EI arrêtée en Turquie KILIS Une Belge qui a combattu au côté de l’Etat islamique (EI) et qui s’était échappée d’un camp de prisonniers en Syrie a été interpellée en Turquie, écrivaient hier Het Laatste Nieuws et De Morgen. Les quotidiens se basent sur une « source très bien informée ». Fatima Benmezian, une jeune femme de 24 ans originaire de Borgerhout (Anvers), était emprisonnée dans le camp kurde d’Ain Issa, au nord de la Syrie, lorsque l’invasion turque dans la région a débuté. Elle a réussi à s’échapper, dans le chaos provoqué par l’intervention turque. EN BREF La Russie a réclamé mardi la fermeture du bureau du Haut représentant de l’ONU en Bosnie, dont l’activité est jugée biaisée par Moscou, lors d’une réunion du Conseil de sécurité. THÈME  : URBAIN AFP/O. Kose - Photo d’illustration Elle a été interpellée vendredi en Turquie, à Kilis à la frontière avec la Syrie qu’elle aurait traversée avec l’aide de passeurs. Le parquet fédéral belge a annoncé qu’il allait demander son extradition. Un refus des autorités judiciaires belges d’extrader Carles Puigdemont, l’ancien président de la Catalogne, vers l’Espagne ne restera pas « sans conséquences », a assuré mardi le secrétaire d’État espagnol pour l’Union européenne, Marco Aguiriano, dans une interview. Un homme « totalement déséquilibré » a été placé en garde à vue mardi et devait être hospitalisé après avoir été interpellé nu dans un TGV reliant Stuttgart à Paris, a annoncé le parquet de Reims. Zoom sur la ville avec Metro ! Partage ta plus belle photo du 15 octobre au 15 novembre inclus et tente de remporter un smartphone Samsung Galaxy S10+ ou un voyage photo au Japon avec Connections ! metrophotocontest.be



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :