Métro Belgique n°4110 24 oct 2019
Métro Belgique n°4110 24 oct 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4110 de 24 oct 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : n.v. Mass Transit Media

  • Format : (259 x 365) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 5,7 Mo

  • Dans ce numéro : l'eau moins chère pour aider les sans-abri.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
12 Jeudi 24 octobre 2019 metro 12 FEELGOOD « Nous avons, d’un côté, un cerveau rationnel et de l’autre, un cerveau reptilien. Le premier sert à organiser, penser, réfléchir. Le second est utilisé pour tout ce qui fonctionne tout seul dans notre corps, à savoir la respiration, la digestion, le rythme cardiaque et l’accouchement », nous explique Chloé Prieur lors de notre première séance d’hypnonaissance. « Le problème, c’est que ce second cerveau est influencé par le rationnel. Quand on stresse et qu’on pense aux examens, notre cœur bat plus vite par exemple. Pour l’accouchement, c’est pareil. Le but de Hypnonaissance  : l’accouchement sans stress we fund your future ANALYSTE FINANCIER Dans le cadre de ses programmes de financement des entreprises dans leurs activités de recherche et d’innovation, Innoviris recherche un(e) Analyste financier afin d’évaluer  : La santé financière des entités (entreprises, ASBL, organisations non marchandes) faisant appel à nos programmes Leur business model, leur stratégie commerciale et leur évolution dans le cadre de nos interventions financières L’impact potentiel de leur projet sur la Région bruxelloise. Cette mission d’évaluation est complétée par un rôle de support et de développement en continu de notre portefeuille d’actions à destination des entreprises bruxelloises. Votre rôle  : Vous réalisez une évaluation économique et financière des dossiers de demande de financement pour la réalisation de projets d’innovation (historique comptable, business plan, plan financier, prévisions, quote-part, valorisation) Vous fournissez un avis motivé sur les aspects financiers et commerciaux des projets soumis à Innoviris Vous participez à des visites d’entreprises et de centres de recherche et aux entretiens en face à face avec les porteurs de projet Vous émettez des conseils et avis argumentés sur les projets que vous analysez Vous contribuez à l’écriture des rapports d’analyse des demandes de financement, et êtes capable de défendre vos avis auprès de la Direction de l’Institut et des représentants du Gouvernement bruxellois Vous participez aux missions de représentation d’Innoviris Vous participez à l’organisation d’appels à projets (formulaire, règlement, liste de diffusion de l’appel, réunion d’information, etc.) Vous développez vos connaissances économiques et financières en continu. Diplômes  : Diplôme de master, dans le domaine « économie », obtenu au terme des études de 2e cycle, valorisables pour au moins 60 crédits, délivré par une université, y compris les écoles rattachées à ces universités ou les établissements y assimilés par la loi ou par décret une Haute Ecole, un établissement d’enseignement supérieur créé, subventionné ou agréé par l’Etat ou par l’une des Communautés, une Ecole supérieure des arts ou un jury institué par l’Etat ou l’une des Communautés ou tout grade académique de second cycle délivré en vertu de dispositions antérieures à celles applicables lors de l’entrée en vigueur du présent arrêté. Pour plus d’infos concernant l’offre d’emploi et les conditions d’accès, rendez-vous sur www.selor.be. Pour plus d’infos sur cette fonction, contactez Nicolas Vautrin, Teamleader de la Cellule Recherche industrielle et Innovation, nvautrin@innoviris.brussels. Ph. Pixabay Toutes femmes enceintes, surtout à un certain stade de la grossesse, y aspirent et le redoutent à la fois  : le jour de l’accouchement. Elles lisent tout un tas de choses horribles sur la douleur qui les angoissent au plus haut point. Pourtant, il existe plusieurs méthodes qui aident à maîtriser cette souffrance. Parmi elles, l’hypnonaissance. Ce programme est fondé sur la relaxation profonde et la visualisation. « L’objectif de l’hypnonaissance est que la maman soit la moins stressée possible et qu’elle donne naissance à son enfant en se sentant en toute sécurité », explique Chloé Prieur, sage-femme à Bruxelles. l’hypnonaissance est donc de mettre le cerveau rationnel en off pour éviter qu’il y ait des facteurs qui favorisent le sentiment d’angoisse. » Ces sentiments d’angoisse peuvent être causés par un manque de soutien de la personne qui accompagne la femme enceinte en salle d’accouchement, un personnel hospitalier peu attentif, une forte perception des événements, de trop grandes stimulations sonores et visuelles, etc. Au niveau émotionnel, la future maman est alors angoissée. Elle a l’impression de ne pas être écoutée et soutenue, et de ne pas être en sécurité. « Du coup, elle va secréter des hormones de stress, comme l’adrénaline et le cortisol. Instinctivement, elle va se figer », continue la sage-femme, qui reçoit dans son cabinet privé situé à Kraainem. « Physiquement, le col pourrait ne plus s’ouvrir, son rythme cardiaque et sa respiration s’accélérer, et il pourrait y avoir une diminution du sang dans l’utérus. Ce qui crée plus de douleurs et rend le travail moins efficace. » SECRÉTER DE L’OCYTOCINE ET DES ENDORPHINES Le jour de l’accouchement, l’objectif est que la future maman reste le plus possible dans le cerveau reptilien, « qui amène un cycle de paix et de sécurité », et que la personne qui l’accompagne en salle de travail fasse le cerveau rationnel pour deux. « Il faut donc tout faire pour mettre la maman dans un sentiment d’intimité et éviter qu’elle soit entourée par de trop nombreuses personnes. Elle se sentira plus en confiance. Le but est qu’elle secrète des hormones du plaisir, à savoir de l’ocytocine, l’hormone de l’amour, et des endorphines. » Concrètement, si la future maman arrive à se détendre, on assiste à un relâchement des muscles, une ouverture du col de l’utérus, une confiance accrue et une diminution de la douleur. « C’est à ça que l’on veut arriver, bien évidemment, avec l’hypnonaissance. » UN ENDROIT DE SÉCURITÉ « Un des points le plus important de l’hypnonaissance est la respiration. Une contraction ressemble à une vague. Vous devez respirer avec elle », développe Chloé. « L’idéal est qu’au moment où tout votre corps est serré, vous soufflez tout doucement et vous vous projetez dans un endroit de sécurité. Il y a beaucoup de visualisation dans l’hypnonaissance. » En réalité, plus qu’une technique, l’hypnonaissance est une philosophie. On part du principe que quand quelque chose se passe dans la tête, cela se passe dans le corps également. « Si on pense ‘ détendu’, on le sera. Si on pense ‘ouverture’, on le sera également », explique la sage-femme. Pour cela, chaque femme doit donc trouver son propre endroit de sécurité. Chloé nous propose de penser à un endroit qui nous a semblé agréable et dans lequel nous étions détendus et en pleine plénitude. « Vous devez fermer les yeux et visualiser cet endroit avec beaucoup de détails  : ce que vous voyez, entendez, sentez, ressentez sous vos mains… » Pour y arriver, il faut de l’entraînement. Chloé nous propose de nous exercer le plus possible chez nous à visualiser cet endroit en y ajoutant de plus en plus de détails. Elle nous envoie également cinq enregistrements à écouter le plus possible jusqu’à l’accouchement afin de nous relaxer et nous aider à entrer, au fur et à mesure, plus facilement dans un état hypnotique. Dans l’un d’entre eux, une femme nous parle justement de cet endroit de sécurité. Au fil des écoutes, notre endroit de sécurité prend forme et nous nous y sentons de mieux en mieux. DES SÉANCES EN COUPLE Par ailleurs, Chloé propose que l’on décrive à la personne qui nous accompagnera le jour de l’accouchement cet endroit. De cette manière, elle pourra nous y ramener à tout moment, même lors des pics de douleur. « C’est pour cela que c’est important que vous veniez en couple aux séances d’hypnonaissance car le rôle de la personne qui vous accompagne est très important. » Durant la séance, Chloé insiste auprès de mon compagnon  : « Durant les contractions, ne lui posez aucune question. Même une bête question. Mais vous pouvez lui parler, lui susurrer des petits mots doux. Vous pouvez aussi faire des sons graves pour qu’elle puisse se calquer dessus lors de l’expiration. » D’après la sage-femme, les sons graves aident à faire descendre le bébé. « Durant les séances, je montre également comment masser le bas du dos de la femme enceinte lors du travail ». De plus, Chloé nous invite, mon compagnon et moi, à trouver un geste commun destiné à m’apaiser. Durant trois séances, Chloé Prieur tente donc de nous donner tous les trucs et astuces qui nous aideront à rentrer dans une relaxation profonde durant le travail qui précède l’accouchement. Elle nous apprend à détendre notre corps pour qu’il puisse s’ouvrir le mieux possible et laisser toute la place dont le bébé a besoin pour naître. Car l’objectif au final est d’accueillir le plus paisiblement possible le nouveau-né. Affaire à suivre… Maïté Hamouchi
metro Jeudi24octobre 2019 FEELGOOD 13 Les bienfaits des sports doux ne sont plus à démontrer  : bons pour le cœur, pour le corps, pour la mémoire, pour le moral… Chaque semaine, Metro vous propose un parcours de plein air pour se faire du bien. A VOIR SUR LE CHEMIN  : La vallée de la Semois est sans doute l’une des plus belles de Belgique. La rivière a dû serpenter entre les couches de sédiments pour se frayer un passage, créant de magnifiques méandres surplombés de points de vue. Le village de Rochehaut offre un beau panorama sur un des lacets de la rivière. LE PARCOURS  : Au départ de Rochehaut, suivre les indications vers « la promenade des échelles ». Après un passage entre les habitations et les champs, on arrive rapidement dans les sousbois. Le chemin devient alors plus escarpé et, rapidement, apparaissent les premières échelles qui aident à franchir les passages les plus raides. Tout au long de la descente, quelques escarpements rocheux sur la gauche offrent des points de vue sur la Semois qui coule en contre-bas. Une fois ce passage un peu raide passé, le sentier longe la rivière plus tranquillement. Il mène au village de Poupehan, où un pont permet de franchir le cours d’eau. De l’autre côté, on pourra jeter un œil à la grotte Notre-Dame de Lourdes, avant de repartir sur les hauteurs. Un passage forestier permet de rejoindre les crêtes. Le sentier redescend encore une fois vers la rivière, avant de remonter vers les crêtes de Frahan. Celles-ci sont plus escarpées, avec des passages rocheux. Ici aussi, quelques Sur les hauteurs de la Semois La Semois forme de magnifiques méandres dans le sud du pays. Un parcours particulièrement agréable, ponctué d’échelles et de passages rocheux, permet de s’aventurer entre les lacets formés par la rivière. Photos D.R.Ph.C. Goret points de vue permettent d’admirer la Semois plus bas. La traversée du village de Frahan mène ensuite à une passerelle pour retraverser le cours d’eau. De l’autre côté, un chemin permet de remonter vers Rochehaut et revenir au point de départ. BON À SAVOIR  : Le passage des échelles constitue l’un des passages les plus amusants du parcours. C’est aussi un superbe terrain de jeu pour les enfants peu sensibles au vertige. Si la région est vallonnée, ça n’est pas non plus les Alpes, et il ne faut pas redouter un passage trop compliqué. Les promeneurs sont toutefois avertis avant le départ que le parcours peut être difficile pour les personnes impressionnables. Vous voilà prévenus ! S’Y RENDRE  : Le village de Rochehaut est bien connu des randonneurs comme points de départ. De nombreux cafés les attendent pour se reposer au terme de leur promenade. Il faut par contre s’y rendre en voiture, puisque peu de transports en commun y passent. CARTE TOPO  : 64/5- et 67/1-2 (+trace GPS à télécharger sur Metrotime.be/tag/outdoor). Camille Goret camille_goret Distance Dénivelé Durée Niveau de difficulté 11 km 427 m D+ 3 heures 2/5 Construisons ensemble les rails de demain ! TUC RAIL relève des défis depuis plus de 25 ans avec à son actif la réalisation de prestigieux projets d’ingénierie ferroviaire tels que les lignes à grande vitesse en Belgique et à l’étranger. Chez TUC RAIL vous travaillerez activement sur des solutions de transport et à l’amélioration de la mobilité de demain. Vous travaillerez sur la conception d’ouvrage d’art d’une grande technicité, sur le tracé d’une ligne, sur la conception de systèmes de signalisation innovants… pour une mobilité plus durable. Nos collaborateurs constituent le cœur de l’entreprise et participent à la construction d’un réseau de transport intermodal. Vous aussi, contribuez à la réalisation des projets de transport. TUC RAIL est à la recherche de divers profils  : ingenieurs, surveillants, chefs de chantier, chefs de projet. Visitez notre site  : jobs.tucrail.be/fr Jochen BULTINCK (CEO) & Naima ATORI (COO)



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :