Métro Belgique n°4109 23 oct 2019
Métro Belgique n°4109 23 oct 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4109 de 23 oct 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : n.v. Mass Transit Media

  • Format : (259 x 365) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 3,5 Mo

  • Dans ce numéro : le taxi du futur.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
4 Mercredi 23 octobre 2019 metro 4 NEWS De longues files à Brussels Airport Les actions menées hier matin par les syndicats du Belga/T. Roge secteur du gardiennage ont occasionné des temps d’attente allant jusqu’à une heure aux contrôles de sécurité de Brussels Airport, a indiqué la porte-parole de l’aéroport. Les discussions sur les conditions salariales et de travail dans le secteur ont été interrompues la semaine dernière. Belga/T. Roge Le transfert des allocations suit son cours à Bruxelles BRUXELLES Jusqu’à présent, les tests bancaires et informatiques en cours avant de rendre opérationnel le paiement des montants des allocations familiales réformées à Bruxelles à partir de l’an prochain ne révèlent pas de problème. Bernard Clerfayt (DéFI), ministre en charge de cette matière, tout comme Sven Gatz (Open Vld), l’ont affirmé hier. Dans trois mois, la Région bruxelloise devra veiller ellemême au paiement des allocations familiales. Elle le fera avec un an de retard sur les Communautés flamande et germanophone, ainsi que la Région wallonne, qui ont décidé de lancer l’opération dès janvier dernier. Bernard Clerfayt, ministre en charge de cette matière, a affirmé que tous les tests étaient positifs. Comme l’a rappelé Delphine Chabbert (PS) qui interpellait le ministre en commission, le transfert des allocations familiales à Bruxelles s’accompagne d’une reprise de la gestion de 800 millions € BRUXELLES Une majorité s’est dégagée hier matin en commission Santé de la Chambre pour voter les articles d’une proposition de loi prônant la suppression de la durée de validité de la déclaration anticipée d’euthanasie. La N-VA a toutefois demandé une deuxième lecture du texte, d’où le report du vote final. dans le budget de la Commission Communautaire Commune au profit de 170.000 familles. Les écologistes Barbara Creemers (Groen), Séverine de Laveleye et Laurence Hennuy (toutes deux Ecolo) ont déposé une proposition visant à abroger l’exigence de renouvellement tous les cinq ans des déclarations anticipées d’euthanasie. Ces dernières permettent notamment que soit respectée la volonté de recourir à la pratique au cas où la personne se trouverait dans l’incapacité de formuler sa demande alors qu’elle serait dans les conditions légales applicables pouvant y donner droit. Belga/E. Lalmand UN RENOUVELLEMENT « ANXIOGÈNE » Aux yeux des auteures de ce texte, le renouvellement quinquennal d’application est « anxiogène pour celles et ceux qui ont fait la démarche » d’une telle déclaration. Certaines personnes « renoncent même à rédiger cette déclaration par crainte qu’on considère qu’elles n’ont plus cette volonté au cas où ladite déclaration aurait dépassé l’échéance », ont-elles expliqué. Outre Ecolo-Groen, PS, sp.a, MR, Open Vld, PTB et DéFI ont soutenu le texte en commission. « Nous nous réjouissons que l’avancée que nous avons proposée ait trouvé une majorité. Il s’agit d’un pas supplémentaire pour une fin de vie digne pour les personnes gravement malades, dans le plus grand respect des choix des patients et de leur famille », ont commenté Séverine de Laveleye et Laurence Hennuy. Des amendements, émanant du PS et de l’Open Vld, ont par ailleurs permis d’élargir la portée du texte. En vertu des amendements introduits par Hervé Rigot (PS), les clauses de conscience collective seront désormais clairement interdites. « Aucune clause, qu’elle soit écrite ou orale, ne pourra ainsi empêcher un médecin de pratiquer une euthanasie dans les conditions légales au sein d’un hôpital ou d’une maison de repos par exemple », explique le socialiste, dont le parti a également œuvré à clarifier les délais de traitement des demandes d’euthanasie. Dorénavant, un médecin disposera en effet de sept jours maximum pour prendre sa décision d’effectuer ou pas une euthanasie, et s’il ne souhaite pas la pratiquer, de quatre jours maximum pour transmettre le dossier du patient à un confrère qui examinera sa demande. La qualité de l’air s’améliore Ces dernières années, les émissions de nombreuses substances polluantes ont diminué. La qualité de l’air en Flandre était ainsi meilleure en 2018 qu’il y a dix ans, selon l’Agence flamande de l’environnement. Celle-ci a constaté une nette réduction des particules fines, du dioxyde d’azote, du dioxyde de soufre et des métaux lourds dans l’air ambiant. UN MONTANT PLUS ÉLEVÉ POUR BEAUCOUP À Bruxelles, un nouveau dispositif sera appliqué intégralement à partir du 8 février prochain. Trois quarts des familles percevront un montant plus élevé par le biais de nouveaux suppléments sociaux. Les autres sont assurées de ne rien perdre dans l’opération, a rappelé Dephine Chabbert. Autre nouveauté  : les circuits de paiement sont organisés par de nouvelles caisses  : une publique et quatre privées. La socialiste souhaitait s’assurer qu’aucune erreur ne soit commise dans l’opération, dont l’enjeu est de taille pour les familles, car ces allocations servent à des dépenses de base comme l’alimentation pour presque 20% des familles bruxelloises. DE NOMBREUX TESTS Des tests spécifiques sont effectués par la caisse publique avec le secteur bancaire. Le flux complet des paiements est testé par la banque de référence de celle-ci et les résultats pour l’exécution d’un train de paiements complet sont positifs. D’autres tests massifs de paiements sont prévus d’ici fin décembre. En ce qui concerne les tests informatiques, la caisse publique Famiris gère, depuis septembre, les dossiers en parallèle dans la future application afin de tester le nouveau système. Brussels Family, une des caisses privées, va de son côté entamer des « tests utilisateurs » afin de tester l’application informatique à partir de novembre pour le moteur de paiements, et à partir du 1er décembre des tests de comparaison des montants octroyés seront effectués. EN BREF Catherine Moureaux et Karine Lalieux, qui s’étaient présentées en équipe avec Rachid Madrane pour l’élection à la tête de la Fédération bruxelloise du PS ne sont pas candidates à la vice-présidence aux côtés du nouveau président AhmedLaaouej sorti vainqueur du scrutin interne, samedi dernier. Les militaires belges doivent à nouveau s’entraîner à utiliser cartes et compas, non par nostalgie mais par nécessité, écrivait hier De Morgen. La Défense s’inquiète de la vulnérabilité des appareils GPS après que la Russie a prouvé qu’il est aisé de perturber leur signal. L’artiste et inventeur excentrique Panamarenko passera le cap des 80 ans en 2020. Il sera dès lors mis à l’honneur dans plusieurs endroits de sa ville natale, Anvers. Les célébrations démarreront en janvier, avec une exposition pop-up dans la galerie Campo en Campo. En automne suivra une exposition en réalité virtuelle. Une rétrospective de sa vie au musée d’art contemporain M HKA aura également lieu. Une promenade thématique au travers des rues d’Anvers sera enfin organisée. Les conditions d’euthanasie allégées ? AFP/F. Florin
metro Mercredi 23octobre 2019 NEWS 5 La Belgique doit revoir son plan Première victoire pour Johnson budgétaire STRASBOURG Dacian Ciolos, le successeur de Guy Verhofstadt à la tête du groupe BRUXELLES La Commission européenne a écrit hier à la Belgique, demandant au ministre des Finances Alexander De Croo de soumettre le plus rapidement possible un « projet de plan budgétaire » adapté. Comme le gouvernement fédéral est actuellement en affaires courantes, c’est un budget provisoire 2020 à politiques inchangées qui avait été introduit. Un tel budget écarterait cependant la Belgique des lignes directrices européennes, parlementaire libéral désormais élargi aux macronistes (Renew Europe), a critiqué hier au parlement européen le refus du président français Emmanuel Macron d’ouvrir des négociations d’adhésion à l’UE avec la Macédoine du Nord et l’Albanie. « Je comprends la volonté (de M. Macron) d’approfondir le projet européen dans son périmètre actuel, mais cela ne doit pas préviennent le commissaire affecter l’ambition européenne sur l’élargissement », Pierre Moscovici et le vice-président de la Commission Valdis Dombrovskis. Sa mise en œuvre aboutirait à une détérioration de 0,3% du PIB du déficit structurel a lancé M. Ciolos lors d’un débat du Conseil européen à Strasbourg. de la Belgique. Quatre problèmes restent à résoudre AFP/D. Leal-Olivas STRASBOURG Le président du groupe de pilotage du Parlement européen sur le Brexit, Guy Verhofstadt, a averti hier qu’un consentement au divorce ne pourrait être donné que si quatre garanties sont fournies concernant les citoyens européens au Royaume-Uni. Parmi celles-ci se trouvent notamment le souhait de ne pas exclure ceux qui ont raté l’échéance d’inscription ou une assistance accrue pour les 200.000 citoyens de l’UE dits vulnérables. LONDRES L’accord de Brexit conclu par Boris Johnson avec les Européens a franchi une première étape capitale mardi au Parlement britannique, qui a adopté en deuxième lecture sa loi d’application, ouvrant la voie à une étude du texte dans les détails. La Chambre des communes, la chambre basse du Parlement britannique, a entamé hier au Palais de Westminster un débat sur le « withdrawal agreement bill ». Il s’agit du texte qui doit traduire dans la législation britannique, de manière concrète et technique, le « deal » présenté la semaine dernière aux chefs d’État et de gouvernement de l’Union européenne, après des mois de négociations entre les équipes du gouvernement de Boris Johnson et de la Commission européenne. Les députés se sont lancés hier dans l’après-midi dans la seconde lecture de ce document d’environ 110 pages. LE CALENDRIER SERRÉ REFUSÉ En soirée, l’accord de Brexit conclu par Boris Johnson avec les Européens a franchi une première étape capitale au Parlement britannique, qui a adopté en deuxième lecture sa loi d’application, ouvrant la voie à une étude du texte dans les détails. Approuvé à 329 pour (299 contre) à seulement neuf jours de la date prévue du divorce, ce soutien initial à l’accord était suivi d’un vote AFP/J. Taylor très incertain sur le calendrier des débats, que le gouvernement souhaite très resserré en vue d’une approbation de la Chambre des Communes dès jeudi et un Brexit le 31 octobre. Cet examen accéléré a par contre été rejeté avec 322 voix contre (308 pour) par le Parlement britannique, les députés jugeant le délai trop court pour débattre d’un texte de 110 pages. Boris Johnson avait pourtant mis en garde plus tôt dans la journée la Chambre des Communes contre ce scénario  : « Si le Parlement refuse de laisser le Brexit se faire et décide de tout repousser à janvier ou même plus tard, le texte devra être retiré et nous devrons aller vers des élections anticipées », avait-il déclaré. Macron critiqué sur sa politique Juncker dit adieu au Parlement AFP/F. Florin STRASBOURG Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a fait ses adieux hier au Parlement européen lors de la plénière de Strasbourg. Au bord des larmes en remerciant son équipe de commissaires, il a fait le bilan de son action à la tête de l’exécutif européen entre 2014 et 2019, dans un discours au cours duquel il n’aura prononcé aucun mot d’anglais ni évoqué le Brexit, en dénonçant cependant « les nationalismes stupides et bornés ».



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :