Métro Belgique n°4107 21 oct 2019
Métro Belgique n°4107 21 oct 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4107 de 21 oct 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : n.v. Mass Transit Media

  • Format : (259 x 365) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 5,2 Mo

  • Dans ce numéro : mobilisation timide pour la marche noire.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
4 Lundi 21 octobre 2019 metro 120 Catalans ont marché à Bruxelles BRUXELLES Plus de 120 Catalans se sont rassemblés hier matin dès 9h à Waterloo, devant la « Casa de la República », quartier général du Conseil pour une république catalane où est établi l’indépendantiste catalan Carles Puigdemont. Le départ de la « marche pour la liberté » a été donné vers 9h45 pour rejoindre Bruxelles. Cette initiative fait écho aux milliers de marcheurs partis mercredi de cinq villes de Catalogne pour nourrir la grande manifestation organisée à Barcelone vendredi contre la condamnation de neuf dirigeants sécessionnistes à de lourdes peines de prison. PedroSanchez sous pression AJAY MURTHY Ph. AFP BARCELONE Le chef du gouvernement PedroSanchez faisait face hier aux critiques acerbes de la droite qui réclame des mesures exceptionnelles en Catalogne où la tension a toutefois nettement baissé samedi soir après plusieurs nuits de guérilla urbaine. Le chef du Parti Populaire (droite) Pablo Casado a accusé le gouvernement de « faire comme si de rien n’était ». La droite a réclamé d’ouvrir des « négociations sans conditions » en abordant donc la question d’un référendum d’autodétermination. Un « Top Chef » pour des détenus français LYON « La cuisine, c’est ma nouvelle vie »  : Melvin (prénom d’emprunt) qui participe avec cinq autres détenus d’Auvergne-Rhône-Alpes à un concours culinaire inter-prisons, compte consacrer son avenir professionnel à sa nouvelle passion. 4 NEWS Après seulement quelques semaines de formation en détention, ces six hommes – trois de la maison d’arrêt du Puyen-Velay (Haute-Loire), deux de Moulins-Yzeure (Allier) et un seul de Bonneville (Haute- Savoie) faute d’obtention d’une permission de sortie pour son binôme – lèvent des filets de daurade et coupent des poivrons en brunoise. Bien que libérable, Melvin, 30 ans, tenait tellement à participer à ce concours qu’il a demandé… « à rester en prison ». « Ce concours, c’est une chance qu’il faut saisir » avec l’opportunité de se faire juger par de grands noms de la gastronomie lyonnaise comme Jacotte Brazier, la petite-fille de PHO TO CONTEST la célèbre Mère Brazier, ou le Meilleur ouvrier de France Joseph Viola, estime ce père de famille qui débute lundi, dès sa liberté retrouvée, sa formation en CAP de cuisine. Les trois équipes ont eu carte blanche pour l’entrée, tandis que des ingrédients leur ont été imposés pour le plat et le dessert, à savoir de la daurade accompagnée de polenta et de coquillages et une brioche perdue aux fruits de saison. Le chef Dominic Moreaud, à la tête d’un centre de formation aux métiers de la restauration à destination de publics en difficulté, dit « espérer si possible emmener un ou deux » de ces détenus dans son établissement. Au travers de ce « Top chef » des prisons, « le but est de faire prendre conscience à l’Administration pénitentiaire qu’il faut de la formation », déclare M. Portos. LUTTE CONTRE LA RÉCIDIVE Un constat pourtant partagé par la direction interrégionale des services pénitentiaires THÈME  : URBAIN en collaboration avec AFP/M. Boyet (DISP) et ses partenaires comme la Région et Pôle Emploi. « Un détenu qui suit une formation a 13% de chances d’avoir un emploi à la sortie et donc on baisse le risque de récidive », souligne le responsable de la formation professionnelle à la DISP, Damien Igonenc. Oualid, 34 ans, a déjà trouvé le local pour le snack qu’il va monter à Lyon avec sa femme à sa sortie de détention dans quelques mois. Le prix d’honneur est finalement décerné à l’équipe de Moulins-Yzeure. « Les meilleurs cuisiniers sont en prison ! », affirme Dominic Moreaud, admiratif. « On a tous été bluffés par le niveau que vous avez sorti, il y avait l’assaisonnement, le goût, la technique », s’extasie Michel Portos au moment de proclamer les résultats. D’ailleurs, le chef étoilé a glissé son numéro de portable à l’un des concurrents avec la promesse de l’aider à trouver du travail dans la restauration à Nice. Reprise progressive du trafic de la SNCF PARIS Le mouvement social à la SNCF perturbait à nouveau la circulation des trains hier pour son troisième jour, mais la direction notait une « reprise progressive » du trafic sur fond de bras de fer autour du « droit de retrait » entre le gouvernement et les syndicats, appuyés par des politiques classés à gauche. À l’origine du mouvement, un accident survenu mercredi soir, lorsqu’un TER reliant Charleville-Mézières à Reims a percuté un convoi routier exceptionnel coincé sur un passage à niveau dans les Ardennes, faisant 11 blessés. Le conducteur, qui a porté secours aux passagers alors qu’il était blessé, était le seul agent SNCF à bord du train. Les Verts au Conseil national AFP/A. Coffrini GENÈVE La Suisse votait hier pour choisir ses représentants. Les partis écologistes se dirigeraient vers un triomphe au Conseil national. Ils obtiendraient 12,7% des voix au niveau national, en hausse de 5,6 points, selon une première projection. Les Vert’libéraux gagneraient 3 points de pourcentage, à 7,6%, le Parti démocrate-chrétien (PDC) se renforcerait légèrement, de 0,4 point, à 12%. Parmi les perdants, le PS reculerait de 2,3 points à 16,5%. De l’autre côté de l’échiquier politique, l’Union Démocratique du Centre (UDC) passerait de 29,4% à 26,3%. Zoom sur la ville avec Metro ! Partage ta plus belle photo du 15 octobre au 15 novembre inclus et tente de remporter un smartphone Samsung Galaxy S10+ ou un voyage photo au Japon avec Connections ! metrophotocontest.be
metro Lundi 21octobre 2019 NEWS 5 Londres veut quitter l’UE le 31 octobre coûte que coûte LONDRES Le gouvernement de Boris Johnson martelait hier que le Brexit aurait bien lieu le 31 octobre, bien qu’il ait été contraint par son Parlement à écrire à Bruxelles pour demander un report. La journée de samedi, avec un vote historique prévu au Parlement britannique sur le nouvel accord de Brexit triomphalement annoncé deux jours plus tôt à Bruxelles, devait enfin apporter une clarification plus de trois ans après le référendum de 2016. Bilan  : les députés ont décidé de repousser leur décision et les Européens se retrouvaient hier avec trois lettres disant tout et son contraire. Et moins de deux semaines pour éviter une sortie sans accord qui donne des sueurs froides aux milieux économiques. La première lettre, non signée, demande un report de trois mois du Brexit. La deuxième, signée par Boris Johnson, dit qu’il ne veut pas de ce délai. La troisième, de l’ambassadeur britannique auprès de l’UE, Tim Barrow, précise que Chrysanthème culture 100% belge rapport qualité-prix imbattable choix entre divers coloris le report n’a été demandé que pour se plier à la loi. « TOUTES LES OPTIONS OUVERTES » À Bruxelles, le président du Conseil européen Donald Tusk a indiqué samedi soir « commencer à consulter les dirigeants de l’UE sur la manière de réagir ». D’après une Chrysanthème belge de qualité supérieure. pièce 1.99 Ph. AFP source européenne, les consultations « pourraient prendre quelques jours ». « L’Union européenne garde toutes les options ouvertes », a déclaré un diplomate européen sous couvert de l’anonymat, indiquant que le processus de ratification de l’accord était bien engagé. La loi qui a forcé Boris Johnson à réclamer cette extension a été adoptée en septembre pour éviter un « no deal », Boris Johnson s’étant dit prêt à cette option s’il s’agissait du prix à payer pour sortir le Royaume-Uni de l’UE le 31 octobre. Elle stipule que si aucun accord de sortie n’était approuvé par le Parlement d’ici au 19 octobre, le Premier ministre doit réclamer un report du Brexit au 31 janvier 2020. Boris Johnson espérait y échapper en faisant approuver samedi son nouvel accord de retrait de l’UE. Mais la Chambre des Communes l’a contraint samedi à s’y conformer en repoussant son vote sur l’accord. SEMAINE PROCHAINE Vent debout contre une nouvelle prolongation « dommageable », Boris Johnson a assuré qu’il présenterait « la semaine prochaine » au Parlement la législation nécessaire à la mise en œuvre de son accord de Brexit. « Si nous passons la législation à temps, alors il n’y a pas d’extension. Le 31 octobre est en vue », a souligné Michael Gove. Découvrez toutes nos autres offres en magasin et sur aldi.be. Pour que chaque jour soit particulier - ALDI, tout simplement Les États-Unis quittent une base en Syrie AFP/D. Souleiman TAL TAMR Les forces américaines se sont retirées hier de leur plus grande base dans le nord de la Syrie, dans le cadre du retrait d’environ 1.000 soldats de cette région annoncé par Washington. Plus de 70 véhicules blindés transportant du matériel militaire et escortés par des hélicoptères ont traversé la route internationale en passant par la ville de Tal Tamr. Désormais, toutes les bases « dans le nord de la province de Raqa et le nord-est de celle d’Alep sont vides de toute présence militaire américaine », a dit M. Abdel Rahmane, le directeur de l’Observatoire syrien des Droits de l’Homme. Les États-Unis conservent encore des positions dans les provinces de Deir Ezzor et de Hassaké. À partir du MER 23/10 ÉPUISÉ = ÉPUISÉ



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :