Métro Belgique n°4106 18 oct 2019
Métro Belgique n°4106 18 oct 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4106 de 18 oct 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : n.v. Mass Transit Media

  • Format : (259 x 365) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 4,3 Mo

  • Dans ce numéro : accord prudent sur le Brexit.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
Vendredi 18 octobre 2019 metro 4 NEWS Les négociateurs trouvent enfin un accord sur le Brexit LONDRES Un accord révisé sur le Brexit a été atteint hier entre les négociateurs européens et britanniques. « Là où il y a de la volonté, il y a un accord. Nous en tenons un ! C’est un accord équilibré et juste pour le Royaume-Uni et l’UE. Il démontre notre engagement à trouver des solutions. Je recommande au Conseil européen de l’approuver », a expliqué hier le président de la Commission européenne Jean- Claude Juncker. Le texte agréé par les deux parties a été rapidement transmis aux dirigeants de l’UE réunis lors d’un Conseil européen qui a validé ce nouvel accord de divorce. Les chefs d’État et de gouvernement des 27 (l’UE des 28, sans le Royaume-Uni) ont, à l’issue d’un Conseil « article 50 » consacré à la question du Brexit, approuvé l’accord de retrait révisé ainsi que la déclaration politique concernant les futures relations entre l’UE et le Royaume-Uni, a annoncé le Conseil. Le texte devra encore passer l’écueil de la Chambre des Communes britannique, samedi, ainsi que recevoir le feu vert du Parlement européen. L’opposition travailliste appelle à rejeter le deal LISBONNE Le Parti socialiste a remporté les élections législatives du 6 octobre dernier au Portugal avec 36,34% des voix et 108 sièges sur les 230 que compte le Parlement, selon les résultats officiels complets publiés hier par le ministère de l’Intérieur. Après le dépouillement des suffrages des circonscriptions de l’étranger, le Parti socialiste passe de 106 à 108 sièges et le AFP/I. Infantes LONDRES Le chef des travaillistes Jeremy Corbyn a d’emblée annoncé qu’il ne voyait pas le « deal » d’un bon œil, le qualifiant d’« encore pire » que celui qui avait été négocié par Theresa May et avait par trois fois été rejeté par les députés de la Chambre des Communes. Selon le leader du Labour, accepter ce texte n’amènerait rien de bon pour la population britannique. Il mettrait en péril « les droits et protections » des citoyens britanniques, menaçant « la sécurité alimentaire, les standards environnementaux et les droits des travailleurs, tout en ouvrant le NHS (service national de soins de santé, NDLR) à une reprise par des acteurs américains privés », a-t-il réagi. Jeremy Corbyn, qui appelle finalement dans son communiqué à rejeter le deal, reste d’ailleurs partisan d’un passage par un nouveau vote populaire pour recueillir l’assentiment de la population sur tout accord définissant les modalités de la sortie du Royaume-Uni de l’Union. Plusieurs membres travaillistes du parlement britannique ont indiqué hier envisager de voter en faveur du texte de Boris Johnson si un amendement promettant une sorte de « référendum de confirmation » est approuvé. Victoire socialiste aux législatives portugaises Parti social-démocrate (centre droit) gagne deux sièges aussi, ce qui ne change pas le nouveau rapport de forces à l’Assemblée. Le parti du Premier ministre sortant Antonio Costa, qui avait obtenu 86 élus lors des précédentes élections de 2015, est devenu la première force parlementaire. Il n’atteint toutefois pas la majorité absolue de 116 avec ses 108 députés. AFP/T. Akmen AFP/M. Riopa LA QUESTION IRLANDAISE La question des contrôles douaniers entre l’Irlande, membre de l’UE, et l’Irlande du Nord, province britannique, après le divorce était la principale pierre d’achoppement des discussions. Le compromis finalement trouvé établit des règles particulières pour les douanes concernant les marchandises arrivant en Irlande du Nord, qui reste dans le territoire douanier britannique, selon que celles-ci sont destinées à y rester ou à passer dans le marché unique européen. Il met également en place un mécanisme de « consentement » des autorités nord-irlandaises sur la poursuite de l’application de certaines règles de l’UE dans la province britannique, après une période de quatre ans suivant la mise en œuvre de l’accord. Le Premier ministre du Royaume-Uni, Boris Johnson, qui a salué la conclusion du ‘deal’a d’ores et déjà appelé la Chambre des communes à le soutenir. LA PRUDENCE EST DE MISE Les députés britanniques vont tenir une séance exceptionnelle demain sur le nouvel accord de Brexit, dont la validation reste suspendue au vote très incertain du Parlement britannique. Hier, la livre sterling reculait nettement face à l’euro et au dollar, les craintes d’un échec au Parlement douchant l’enthousiasme initial sur un compromis. Le Premier ministre Charles Michel, futur président du Conseil européen s’est néanmoins dit « positif mais prudent », à son arrivée au Sommet européen. Avoir dégagé un accord est « une bonne nouvelle », « un pas important dans la bonne direction », a-t-il souligné. Les unionistes nord-irlandais ne feront pas de cadeau BELFAST Le parti unioniste nord-irlandais DUP, dont le soutien est crucial pour que le « deal » de Boris Johnson ait une chance de passer l’épreuve de la Chambre des Communes britannique demain, a répété hier qu’il ne donnerait pas son feu vert à l’accord dégagé in extremis avec les autres 27 États membres de l’Union. « Nous avons toujours maintenu que nous ne considérerons de soutenir que des arrangements allant dans le sens des intérêts économiques et constitutionnels à long terme de l’Irlande du Nord et qui protègent l’intégrité » du Royaume-Uni. L’accord dégagé par les négociateurs britanniques et européens hier matin, à quelques heures du début du Conseil européen à Bruxelles, « n’est pas, à nos yeux, bénéfique au bien-être économique de l’Irlande du Nord, et il mine l’intégrité de AFP/P. Faith l’Union », tranche le DUP. Ce parti compte dix députés à la Chambre des Communes, qui doit se prononcer demain sur l’accord présenté par Boris Johnson. Partenaire du Parti conservateur de Johnson, son feu vert est considéré comme crucial par la frange des « Brexiters », la plus radicale des Tories, qui pourrait ne pas approuver le deal si le DUP ne le soutient pas. Enquête sur un couac Ph. AFP NANTES Le procureur de Nantes Pierre Sennès a ouvert une enquête sur les fuites policières intervenues lors de l’annonce de la fausse arrestation de Xavier Dupont de Ligonnès (photo) à Glasgow, a-t-il indiqué hier. L’enquête a été confiée à l’inspection générale de police nationale (IGPN), a précisé le magistrat. Vendredi soir, des sources policières françaises avaient rapporté à plusieurs médias que la police écossaise avait informé la France de l’arrestation de Xavier Dupont de Ligonnès, à son arrivée à Glasgow dans un vol en provenance de Paris. Un test ADN a ensuite montré samedi qu’il ne s’agissait pas de la bonne personne. EN BREF Les écologistes visent le gouvernement en Suisse François De Smet se lance dans la course à la présidence de Défi. L’ancien directeur du Centre fédéral Migration (Myria) qui a rallié le parti il y a moins d’un an est le premier à officialiser sa candidature. La parlementaire flamande Katrien Partyka est candidate à la présidence du CD&V. Selon la bourgmestre de Tirlemont, la démocratie chrétienne flamande reste « une marque forte ». Deux avocats belges, Thierry Afschrift et Arnaud Jansen, jouaient le rôle d’apporteur d’affaires pour le prince Henri de Croÿ, personnage central d’une vaste affaire présumée de fraude fiscale. Paris Match a évoqué certains rôles exercés par ces avocats, à la lumière des « Dubaï Papers », cette multitude de documents ayant fuité et permis de mettre au jour d’importantes pratiques d’évasion fiscale présumée. GENÈVE Les Suisses renouvellent dimanche leurs 200 conseillers nationaux, à la proportionnelle, et 46 conseillers aux États, au système majoritaire à deux tours. Ce n’est que le 11 décembre que l’ensemble des parlementaires éliront les sept ministres du gouvernement. La stabilité traditionnelle de l’échiquier politique suisse limite les surprises  : aussi, moins d’un électeur sur deux participe habituellement aux élections législatives et sénatoriales qui se tiennent tous les 4 ans. Cette année, l’urgence climatique a toutefois bousculé le jeu électoral et les Verts pourraient devancer le Parti démocrate-chrétien, quatrième force politique à la Chambre basse.
LE PAIN, EN MIEUX. Le pain. On adore ça. On en mange souvent. beaucoup. Tellement qu’on y retrouve des tas d’ingrédients qui n’ont rien à faire dedans  : Des colorants pour le rendre plus artisanal et des conservateurs pour qu’il soit frais plus longtemps… Il y a moyen de faire mieux. Voilà pourquoi, depuis toujours, Delhaize fait mieux. Nous donnons à nos pains tout le temps dont ils ont besoin. Façonnés avec juste ce qu’il faut. Donc, sans colorants ni conservateurs. Et ils sont préparés près de chez nous, pour ne pas devoir les congeler. Ensuite, nous les cuisons en magasin. Plusieurs fournées par jour. Ce n’est pas seulement plus frais et savoureux, c’est aussi plus juste. Mieux, tout simplement. Goûtez la différence. c’est évidemment chez #fairemieux Plus d’infos sur nos produits sur delhaize.be



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :