Métro Belgique n°4104 16 oct 2019
Métro Belgique n°4104 16 oct 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4104 de 16 oct 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : n.v. Mass Transit Media

  • Format : (259 x 365) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 2,6 Mo

  • Dans ce numéro : des inégalités financières considérables.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
Mercredi 16 octobre 2019 metro 18 TOPICS Hélicoptère ou soucoupe volante ? TIANJIN Lors de la China Helicopter Exposition, qui se tenait à Tianjin du 10 au 13 octobre, l’armée chinoise a présenté un nouvel hélicoptère d’attaque qui ressemble étrangement à une soucoupe volante. Mesurant 7,6 m sur 2,8m, cet engin à l’allure futuriste est un hélicoptère d’attaque expérimental qui pourrait atteindre 650km/h. Par ailleurs, des premiers tests seraient prévus dans le ciel chinois en 2020. « Que ce projet se concrétise ou non, faire ce genre de recherches est bénéfique pour le développement technologique de la Chine en aéronautique », a indiqué un expert militaire au Global Times. Ph. Twitter 22 TOMES DISPONIBLES AU RAYON BD Né sans yeux, il cherche une famille TOMSK En avril dernier, Sasha est né en Russie avec un syndrome extrêmement rare qui lui vaut de ne pas avoir d’yeux. Malgré ce handicap, le bébé est en parfaite santé et est devenu la coqueluche de l’orphelinat où il se trouve. En effet, sa mère avait décidé de l’abandonner avant sa naissance car elle se sentait incapable de s’occuper de lui. Quant au père, personne ne dispose d’informations à son propos. Désormais, il faut tenter de lui trouver une famille d’accueil en Russie dans un premier temps. Si aucune famille ne l’adopte, le centre d’adoption compte se tourner vers l’international, sachant qu’il existe des restrictions dans certains pays comme les États-Unis. Erroc, Sti & Léturgie (d’après Pica & Erroc) Bamboo Édition www.bamboo.fr KISS RIDE ➤ Un grand merci à l’accompagnateur de train qui a déposé à la gare de Welkenraedt le sac que j’avais oublié dans le train en provenance de Bruxelles ce lundi 14 octobre, ainsi qu’à l’accompagnateur de train qui m’a aidée dans mes démarches à la gare de Verviers- Central. ➤ Coucou mon cœur, enfin un message pour toi dans le kiss & ride ! Je te souhaite une super belle journée, vite qu’on se retrouve pour nos voyages matinaux dans le train. Je t’aime, ta pipapoutch. ➤ À ma Roro, avec qui cela fait déjà plus de cinq ans que je partage la vie, merci de me supporter tous les jours malgré mes sautes d’humeur. On entame ensemble notre sixième saison des raclettes, et rien ne pourrait me faire plus plaisir ! Ton Kaas préféré. ➤ Je t’ai vue entrer à Liège dans le train vers Namur de 14 h50 ce mardi. Tu t’es installée en face de moi alors que j’étais sur mon ordinateur. J’aurais peut-être dû arrêter mon film pour te parler mais j’étais trop timide… À la prochaine fois, qui sait ? TU AS CROISÉ L’AMOUR DE TA VIE DANS LE TRAIN, PERDU TA CHAUS- SETTE FÉTICHE OU TU SOUHAITES SIMPLEMENT PARTAGER UNE INFO AVEC LE MONDE ENTIER ? ENVOIE UN MESSAGE AVEC LE HASHTAG #KISSANDTWEET VIA TWITTER OU INSTAGRAM OU ENVOIE UN MAIL À kissride@metrotime.be Nos journalistes sélectionneront les messages à paraître dans Metro. Metro n’est pas responsable des conséquences éventuelles de ces messages.
metro Mercredi 16octobre 2019 SPORTS 19 METRO A RENCONTRÉ VALTTERI BOTTAS, RÉCENT VAINQUEUR DU GP DE F1 DU JAPON « J’ai encore une chance de me battre pour le titre » F1 Quelques jours avant sa victoire au Grand Prix de Suzuka, Metro a rencontré Valtteri Bottas. Actuellement deuxième au championnat du monde de F1, le pilote finlandais a évoqué son début de saison canon, ses tests en rallye et les difficultés de sa vie de pilote. Après avoir traversé une période plus compliquée en milieu de saison, Valtteri Bottas enchaîne les bons résultats. Entre le GP de Sotchi où il est monté sur la deuxième marche du podium derrière Lewis Hamilton et le GP de Suzuka qu’il a remporté devant Sebastian Vettel, Valterri Bottas était de passage au Mercedes- Benz World, à une trentaine de kilomètres de Londres, où il a accordé une interview à Metro. Souriant, disponible et sympathique, le pilote Finlandais de 30 ans s’est montré nettement plus timide et réservé que son coéquipier Lewis Hamilton. Comme tous les pilotes de Formule 1, il rêve de devenir un jour champion du monde. Il est néanmoins conscient qu’en étant dans la même écurie que le quintuple champion du monde, c’est un rêve qui va être compliqué pour lui. Rencontre avec un pilote qui, dans l’ombre de Lewis Hamilton, continue de croire en son infime chance de se battre pour le titre cette année mais qui attend surtout la saison prochaine avec une impatience non dissimulée. Entre la Russie et le Japon, vous êtes rentré quelques jours chez vous, à Monaco. Comment était votre séjour ? « Très bien. C’est toujours l’été là-bas. Il faisait 22 degrés. J’adore faire du vélo et c’est un endroit parfait pour s’évader et pour pédaler au milieu des montagnes. Je m’entraîne beaucoup, pendant au moins 8 heures quatre jours par semaine. » Vous avez connu un excellent début de saison. Ensuite, c’est devenu un peu plus compliqué. Comment expliquez-vous cela ? « Le départ était évidemment très bon. Ensuite, il y a eu quelques courses où j’ai fait des erreurs qui ont rendu plus difficile le fait de réussir une bonne course. Il y a aussi eu des Grands Prix « Les choses ne se sont pas passées comme je l’aurais voulu » que j’aurais définitivement dû remporter en partant depuis la pole position. Avant la pause d’été, il y a eu des courses où j’ai aussi été vraiment malchanceux. Donc oui, les choses ne se sont pas passées comme je l’aurais voulu. Pourtant, dans la voiture, j’ai toujours le même feeling qu’au début de l’année. Il faut dire que Lewis est également toujours très performant, il n’est donc jamais facile de le battre. Et maintenant, il y a également deux autres équipes qui sont revenues à un bon niveau. La lutte est donc intense. » Quel est votre objectif pour la fin de la saison ? « Je veux décrocher quelques victoires et puis, qui sait, si j’ai de la chance, j’aurai peut-être encore une chance de me battre pour le titre. Je dois juste me concentrer sur moi-même et sur mes performances. La saison prochaine, ce sera l’occasion de prendre un nouveau départ. C’est une nouvelle excellente opportunité à saisir pour moi. » Ph. AFP/A. Kisbenedek Cet été, vous avez fait des tests en WRC. Comment c’était ? Après la F1, pouvez-vous imaginer une carrière de pilote de rallye ? « C’était très amusant ! J’ai fait une journée avec Ford et une journée avec Citroën. J’ai vraiment bien aimé mais Ph. T. Wallemacq je sais que c’est super difficile de passer d’un sport à l’autre comme ça. Les pilotes qui sont en WRC ont beaucoup d’expérience et ils roulent depuis leur plus jeune âge. Je connais le défi à relever. Mais nous verrons. Je ne dis jamais « La seule chose qui compte c’est de conduire la voiture le plus rapidement possible » ‘jamais’. Peut-être un jour quand j’aurai plus de temps. Je peux m’imaginer être un pilote de rallye dans le futur mais pas encore maintenant ! » Ph. AFP/A. Isakovic L’année prochaine, il y a aura 22 GP. C’est le plus grand nombre dans l’histoire de la F1. Quel est votre ressenti par rapport à ça ? « C’est beaucoup mais c’est seulement un de plus que cette année. Je pense que ça reste gérable même si ça commence à devenir difficile d’un point de vue logistique ainsi que pour toutes les personnes qui voyagent et qui travaillent avec nous chaque week-end de course. De toute évidence, nous allons être très occupés. Quand vous savez ce qu’une seule course demande comme énergie et logistique, vous savez qu’à un moment donné, il y aura une limite. Mais je pense que tout ira bien et que ça sera sympa d’avoir une course en plus l’an prochain ! » Quel est l’aspect le plus difficile dans votre vie de pilote ? « C’est probablement d’être capable de rester concentré sur les choses qui sont vraiment importantes. Et quand vous êtes pilote, la seule chose qui compte c’est votre propre performance quand vous êtes dans la voiture mais aussi en dehors de la voiture avec l’équipe. Mais dans ce sport, il y a beaucoup de choses qui viennent perturber cela. Les weekends de Grand Prix peuvent être vraiment très chargés. Il faut aller d’un endroit à l’autre, il y a beaucoup de conférences de presse et différents types d’événements. Il faut donc rester concentré et se rappeler que la seule chose qui compte, c’est de conduire la voiture le plus rapidement possible. Il faut donc garder ça en tête et ne pas penser aux choses qui viennent perturber cela. Je dirais que c’est la chose la plus difficile dans ma vie de pilote. Je viens aussi d’un petit village en Finlande et le fait d’être relativement connu n’est pas toujours facile à vivre. Je reçois également beaucoup de messages sur les réseaux sociaux. Il y a ceux des vrais fans qui me soutiennent. Mais évidemment, je ne peux pas éviter des messages négatifs même si j’essaie de ne pas les regarder. » Quel est votre meilleur souvenir dans votre carrière ? « Ma première victoire ! (en Russie en 2017,ndlr) Franchir la ligne d’arrivée en première position, c’est la meilleure des sensations. » Thomas Wallemacq



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :