Metal Obs' Mag n°94 sep/oct 2020
Metal Obs' Mag n°94 sep/oct 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°94 de sep/oct 2020

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : H.I.M. Media

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 35,9 Mo

  • Dans ce numéro : Fit for a King, la nouvelle vague...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 50 - 51  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
50 51
La consecration ? Auteur du formidable album éponyme en 2017, Fight The Fight voit sa renommée émerger sérieusement, avec un parcours sans fautes. Une fois de plus, Deliverance, son nouvel album, nous prouve que le groupe se projette sur l’avenir et évolue, s’orientant toujours vers une musique aussi diverse que variée, sorte de melting pot hardcore metal post alternatif. La sensation de cette rentrée ! [Entretien avec Amok (guitare) par Loïc Cormery, loic@ metalobs.com] Vous avez eu la chance de tourner et de soutenir Avenged Sevenfold, Ministry, Kvelertak, Hatebreed, Devin Townsend Project et August Burns Red, mais aussi de passer dans des festivals comme Reeperbahn Festival, Summer Breeze FIGHT THE FIGHT FUT THE FINIT DELIVERANCE DELI VERANCE Metal/hardcore/rock alternatif Metal/hardcore/rock alternatif Indie Recordings/Metal Blade Records Indie Recordings/Metal Blade Records 50 METAL OBS’et Wacken Open Air. Quels sont tes meilleurs souvenirs ? Avez-vous eu des commentaires surprenants ? En tant que jeune groupe avec un seul album, nous pouvons dire que nous avons accompli beaucoup de choses et il y a beaucoup de bons souvenirs et d’histoires. Si je devais en choisir un, parmi tous ces souvenirs spéciaux, je mentionnerais le moment où nous avons eu la chance d’ouvrir pour Avenged Sevenfold. À l’époque, nous avions 17-18 ans et étions de grands fans du groupe, nous le sommes toujours ! Nous n’avions encore sorti aucun album et nous étions assez novices. Nous avons eu le privilège de rencontrer les gars et de manger avec eux avant le spectacle. Pouvez-vous imaginer ça ? Putain, génial ! Nous avons également été le premier groupe sur scène dans cette nouvelle salle, devant 10 000 metalheads déchaînés. J’ai des frissons rien qu’en y pensant. ALBUM DU MOIS ! ALBUM DU 11015 ! Ne vous fiez pas aux trois catégories ci-dessus, nous sommes incapables de classer Fight The Fight dans une case précise. Deliverance est en tout cas l’album que vous ne devez pas louper en cette rentrée. Déjà très fort lors de leur précédent album en 2017, voici un beau virage que nous offrent les Norvégiens. Se basant toujours dans une veine hardcore metal, Fight The Fight nous propose, avec Deliverance, un concentré de violence mélodique et de musicalité hors pair, avec des passages typés screamo/hardcore et un chant divin. Le groupe paraît très à l’aise dans cette nouvelle ère et montre un visage encore plus convaincant. Le ton est donné sur le titre éponyme, entre thrash et hardcore. La suite monte en puissance, pour exploser sur le tube « Triggerfinger » et son refrain palpitant. Impressionnant ! Fight The Fight semble être le messager de cette nouvelle génération. « Calling Your Back », titre emblématique de cette galette, dévoile toute la détermination et la rage de Lars Vegas, dont le chant est métamorphosé, énergique et incroyable sur tout l’album. L’énorme « Dying », et le final « Paradigm », à la LambOf God dans le couplet, nous piquent au vif. Mais quelle intensité nous venons de prendre en pleine gueule ! Un putain de disque éclectique ! [Loïc Cormery] Ne vous fiez pas aux trois catégories ci-dessus, nous sommes incapables de classer Fight The Fight dans une case précise. Deliverance est en tout cas l'album que vous ne devez pas louper en cette rentrée. Déjà très fort lors de leur précédent album en 2017, voici un beau virage que nous offrent les Norvégiens. Se basant toujours dans une veine hardcore metal, Fight The Fight nous propose, avec Deliverance, un concentré de violence mélodique et de musicalité hors pair, avec des passages typés screamo/hardcore et un chant divin. Le groupe paraît très à l'aise dans cette nouvelle ère et montre un visage encore plus convaincant. Le ton est donné sur le titre éponyme, entre thrash et hardcore. La suite monte en puissance, pour exploser sur le tube « Triggerfinger » et son refrain palpitant. Impressionnant ! Fight The Fight semble être le messager de cette nouvelle génération. « Calling Your Back », titre emblématique de cette galette, dévoile toute la détermination et la rage de Lars Vegas, dont le chant est métamorphosé, énergique et incroyable sur tout l'album. L'énorme « Dying », et le final « Paradigm », à la LambOf God dans le couplet, nous piquent au vif. Mais quelle intensité nous venons de prendre en pleine gueule ! Un putain de disque éclectique ! [Loïc Cormery] Quels sont les éléments forts de Fight The Fight qui peuvent aujourd’hui intéresser la communauté metal ? Personnellement, je crois que ce qui nous rend uniques c’est notre mélange des nombreux types de genres musicaux. J’entends beaucoup dire que vous ne pouvez pas vraiment pointer du doigt notre style. Je suppose que c’est une bonne chose. Avec le recul, comment voyez-vous l’album précédent, Fight The Fight ? Avez-vous eu de bons retours ? Souhaiteriez-vous changer les choses ? Je suis très content de notre premier album. Il nous a emmenés loin et a réglé beaucoup de choses pour nous. Il s’est bien vendu, cela signifie donc qu’il a été pas mal écouté. Si j’avais la possibilité de changer quelque chose, je ne le ferais pas. Parfois, je l’écoute et cela m’évoque de bonnes vibrations et des souvenirs. Comment s’est passée la période de confinement pour vous ? Que pensez-vous de cette situation ? La période de confinement pour nous était bonne. Nous avons fait beaucoup de tournées et de festivals avant. Il y a eu beaucoup de séances d’écriture pour nous permettre d’avancer. Nous passons le temps à rendre notre
image plus claire et à définir nos objectifs et nos missions. Je pense que c’était une bonne période pour nous. Ça nous a fait progresser. Quels sont les sujets de Deliverance ? Comment s’est déroulé le processus de composition ? Qui produit l’album ? Cet album est plus lourd, plus fort et plus honnête. Il parle de nous et précise qui nous sommes en tant qu’êtres humains. Nous avons passé beaucoup de temps à l’écrire en plusieurs phases. Deux morceaux ici et deux là. Je pense qu’il s’est écoulé deux ans entre l’écriture de la première et celle de la dernière chanson. Comme pour notre premier album, Stamos Koliousis a produit et mixé Deliverance. Un génie, cet homme ! Avez-vous eu des retours sur la vidéo « Pacemaker » et pourquoi cette chanson ? Les commentaires sur la vidéo « Pacemaker » étaient bons. En Norvège, pendant le confinement, on marchait dans les rues complètement silencieuses et désertes. C’était comme dans un film de zombies, sans les zombies. La chanson « Pacemaker » était assez évocatrice, alors nous avons spontanément décidé de réaliser une vidéo et de la sortir en single. Je pense que cela s’est bien passé ! TRACK TRACK BY 1 Deliverance Un riff de guitare lointain et un grognement qui surgit, ainsi commence le nouvel album de Fight The Fight. Le groove s’entame de belle manière pour ensuite se balancer sur du speed thrash à la LambOf God ! Un titre vraiment intense et efficace où Lars Vegas crache sa haine ! 2 Ritual Toujours dans le groove, qui sera le maître mot sur tout l’album, Fight The Fight est mid-tempo pour plus de précision, avec un refrain tout en puissance digne d’un Kverletak ! La basse se montre vibrante et la pulse est dynamique ! 3 Triggerfinger À coup sûr, voici un titre qui va résonner merveilleusement bien en live ! L’intro d’Amok ressemble à du RATM et le flow de Vegas à celui des Red Hot, tout ça saupoudré avec hargne, pour obtenir un superbe single qui va tourner en boucle pendant longtemps ! 4 Calling You Back On calme le jeu avec un morceau tout en mouvance, voire en émotion ! Lars Vegas déploie sa voix en clair et le bougre sait y faire ! La basse, une fois de plus, fait son petit effet et le titre deviendra un hymne rappelant le très bon El Caco ! 5 Pacemaker Ce genre de morceau va vous secouer la tête et ce n’est pas étonnant de le trouver en single. Le rythme est appuyé pour aller, avec force et souplesse, sur un refrain bien placé ! Le break est une merveille pour relancer la machine sur un solo bien exécuté ! 6 Dying Toujours dans cette sphère un peu progressive, ce morceau est très efficace avec un groove puissant où se mêlent surtout les mélodies des guitares et la voix de Vegas, avec un refrain prodigieux qui donne des frissons ! On sent de la mélancolie et du désespoir d’où son titre. Une vraie réussite ! 7 Pitbull Après le calme vient la tempête et c’est exactement ça, avec ce morceau qui nous rappelle une fois de plus la patte norvégienne. À la batterie, c’est du rouleau compresseur, avec des breaks en veux-tu en voilà. Un titre efficace, une fois de plus, avec ce titre scandé qui fera mal en live ! 8 Love Une ballade peut-être ? Pas du tout ! Fight The Fight rentre dedans et réalise encore des prouesses avec un refrain qui s’ancre facilement en tête. Relativement sombres dans l’esprit, les atmosphères sont provocantes et judicieuses ! 9 Turbo Sex Revenons à du plus classique pour Fight The Fight, avec des enchaînements percutants et surtout un Lars Vegas qui se sent possédé et en puissance. Les riffs vont et viennent, comme si le groupe avait regardé LambOf God à la loupe ! Bien joué ! 10 Paradigm Voici le genre de titre qui clôture à merveille un album aussi complet. Comme sur le précédent, la ressemblance avec LambOf God est saisissante, mais sans tomber dans le plagiat. Le refrain se laisse une fois de plus déguster. Ce morceau est vraiment parfait de bout en bout avec ses questions/réponses en solo éclatantes de lucidité et de maîtrise ! Le blast de fin est superbe, de même que sa guitare médiévale. METAL OBS’51



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :