Metal Obs' Mag n°94 sep/oct 2020
Metal Obs' Mag n°94 sep/oct 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°94 de sep/oct 2020

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : H.I.M. Media

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 35,9 Mo

  • Dans ce numéro : Fit for a King, la nouvelle vague...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
FR)ki l'.). La rage au ventre Originaire de Toulouse, le groupe From Dusk To Dawn a été monté par trois amis d’enfance, au nombre de cinq aujourd’hui. Il nous revient avec un second EP 4 titres, Blooming, à la sauce metalcore. [Entretiens avec Florian Costes (chant), Axel Ané (guitare), Jean-Baptiste Muller (Guitare), Julien Hinojosa (Basse) et Jacques Maupeu-Wise (batterie) par Cédric Marguier, Photo  : DR]. Tout d’abord, comment s’est passée votre mini tournée française du début d’année (du 23 au 31 janvier 2020) ? Julien  : La tournée pour défendre Blooming a été une expérience incroyable que nous souhaitons à tous les groupes. C’était la première fois qu’on jouait si loin de chez nous, la majorité des dates se sont déroulées dans des villes où on n’avait encore jamais mis les pieds. De plus, nous tenons à souligner l’accueil chaleureux que nous avons reçu, autant par les orgas et les groupes que par le public ! On s’est donné à fond sur chaque date et on a fait de belles rencontres. La vie sur la route s’est bien passée malgré la fatigue. Bilan, on est rentré avec de superbes souvenirs et beaucoup de sommeil à rattraper. Mais on a hâte de remettre ça ! Comment se développe le processus d’écriture pour votre musique qui est si intense et violente ? Axel  : Nous n’avons pas de règles fixes, et, d’ailleurs, pour Blooming, chaque morceau a été écrit de façon différente. Le 1er sur lequel nous avons travaillé pour cet EP est « Eyes And Tears ». Nous nous retrouvions à plusieurs chez moi, le soir après le travail, pour composer l’instru ensemble. Une fois les guitares écrites et les batteries rajoutées par Jacques, Flo a posé les paroles par-dessus. Pour « Pessimist Fantasy », j’ai d’abord écrit des paroles. Le sujet m’inspirait et ça a été très rapide de composer les guitares/basse. « Alive Alone » est le dernier morceau à avoir été écrit, cette fois par les mains de JB à l’instru, puis par Flo qui s’est greffé dessus. Quelles sont vos sources d’inspirations pour l’écriture ? Flo  : Nous avons tous dans le groupe des goûts et des influences différentes, mais FDTD nous rassemble autour de la vague de metal moderne et surtout de metalcore. Pour citer 3 inspirations majeures sur l’écriture de Blooming, je dirai  : Architects, While She Sleeps, Invent Animate. En revanche, les paroles que j’ai écrites sur cet EP ne s’inspirent pas de sources externes, au contraire elles sont basées sur mes expériences et mes souvenirs. Elles traduisent mon état d’esprit à un certain moment de ma vie. 2 EPs à votre actif, quelle sera la prochaine étape ? Un album studio ? JB  : Les prochaines étapes pour nous seront des sorties de singles successives, au moins 2 d’ici la fin 2020, 2 ou 3 autres sur la première moitié de 2021. Pour un groupe de notre statut, nous préférons privilégier le live ainsi que de nouvelles actus régulières, clip vidéo, single, EP, etc. Écrire un album est relativement long et surtout très couteux. Le ratio entre le temps investi sur un si gros projet et la visibilité qui s’en dégage est trop faible. On voit de plus en plus de groupes qui sortent plusieurs singles, puis qui les assemblent en un album en ajoutant simplement quelques nouveaux morceaux, peut-être que nous envisagerons aussi de faire la même chose. Pour l’instant, on se concentre sur plusieurs projets qui devraient arriver très bientôt ! FROM DUSK TO DAWN Blooming Metalcore Autoproduction 24 METAL OBS’Mettons-nous vite d’accord, vous aimez le metalcore aux influences Architects ou bien Meshuggah, alors cet EP est fait pour vous. Commençons les hostilités avec le premier titre « Blooming » qui servira d’intro en montée en puissance. « Pessimist Fantasy » est caractérisé par un tempo plutôt bien ficelé et un chant criard, les parties de batteries et de guitares s’enchainant à la perfection. « Eyes And Tears » et « Alive Alone » sont dans la même lignée, avec changement de rythmes parsemés de chœurs au chant clair. Un très bon EP, plein d’énergie et de hargne, qui vous fera passer un excellent moment. On attend la suite avec impatience. [Cédric Marguier] Libre et positif Surfant sur une belle dynamique hardcore, les Franco-Américains perpétuent avec brio la tradition dans un style épuré, insaisissable et rentre-dedans. Avec ce deuxième EP, One Life All-In lorgne aussi sur le metal, le punk et le rock avec une liberté totale. [Entretien avec Franco (bassiste) par François Alaouret — Photo  : DR] L’une de vos particularités est d’être un groupe franco-américain. Ça ne doit pas être évident notamment pour vous retrouver. Comment vous organisezvous ? Un travail d’organisation et de planification est nécessaire au bon fonctionnement du groupe. On optimise au maximum. Lorsque Don vient à Lyon pour un enregistrement, par exemple, on en profite également pour shooter une vidéo et faire une session photo. Vous travaillez de la même manière des deux côtés de l’Atlantique, notamment pour tourner et faire la promo ? Nous nous préparons et travaillons beaucoup individuellement, avant une tournée ou un enregistrement. Tout le monde est prêt lorsqu’on se retrouve. Pour la promo, que tu répondes à une interview depuis Lyon ou Cleveland n’a pas d’importance. Avec internet, on ne se soucie plus des notions de distances, de temps ou de frontières. Un groupe comme le nôtre n’aurait pas pu exister dans les 90’s. Vous êtes tous les quatre issus de groupes ayant fait leurs preuves. Et, alors qu’au départ c’était un side-project, vous avez pérennisé l’aventure. La décision est venue d’elle-même ? Oui, des liens d’amitié se sont créés au moment de l’enregistrement du premier EP et pendant la tournée européenne qui a suivi. Les retours étaient bons et encourageants. Nous avons donc composé d’autres morceaux et nous voici aujourd’hui avec un deuxième EP. One Life All-In est devenu notre groupe principal. Vous venez de sortir un deuxième EP, Letter Of Forgiveness, très bien produit par ailleurs. Ça doit être quelque chose d’exaltant de se retrouver tous les quatre en studio ? Bien sûr, car c’est l’aboutissement et la concrétisation du travail individuel fait à distance. Pour avoir une idée de l’ambiance qui régnait pendant l’enregistrement, jetez un œil à notre nouvelle vidéo, « Hey man ! ». Vous jouez un hardcore estampillé 90’s. Finalement, avant l’an 2000, le genre avait une toute autre ampleur et un plus gros impact. Pourtant, vous sonnez très actuel et avec One Life All-In l’évolution parait naturelle… Nos influences viennent peut-être des 90’s, mais nous n’hésitons pas à incorporer d’autres éléments. On part du hardcore, mais il mute vers quelque chose de plus personnel et actuel. Je suis très attaché au concept d’évolution dont tu parles. C’est beaucoup plus motivant d’essayer d’avancer que de rejouer ce qui se faisait en 1995 ! Votre hardcore puise aussi son énergie et ses influences dans le punk, le rock et le metal. Ça fait un beau mix… Exactement. Nous avons grandi avec Faith No More, Sick Of It All, Sepultura et tellement d’autres groupes... Tout se mélange aujourd’hui, lorsqu’on compose et si ça nous plait on le garde, peu importe s’il sonne un peu Beastie Boys ou Judas Priest. Nous sommes très libres. ONE LIFE ALL-IN Letter Of Forgiveness Hardcore and many more Rust And Blood Records Simple side-project au départ, One Life All-In a finalement consolidé ses fondations pour être aujourd’hui un groupe à part entière. Depuis 2016, il évolue dans un registre hardcore fiévreux aux sonorités rock, punk et metal, ce avec une réelle authenticité. Les ondes positives qui émanent de Letter Of Forgiveness rappellent les grandes heures de la scène hardcore des années 90. La fougue et l’envie qu’One Life All-In propage sur ce deuxième EP sont plus que perceptibles. Formé par des musiciens de Lyon et de Cleveland, le quatuor propose des morceaux aux ambiances multiples, où il montre un visage percutant avec un chant aussi essentiel que les parties de guitare. Et avec une rythmique montée sur ressort, les Franco-Américains ont trouvé leur style  : hybride et hardcore. Ça claque ! [François Alaouret]
FIT FOR A KING "THE PATH" SEPTEMBER 18"



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :