Metal Obs' Mag n°93 mai à aoû 2020
Metal Obs' Mag n°93 mai à aoû 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°93 de mai à aoû 2020

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : H.I.M. Media

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 51 Mo

  • Dans ce numéro : Currents, le kiff du mois !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 46 - 47  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
46 47
Generation nanar Quoi de mieux qu’un disque de hardcore metal ou un film de série Z pour se changer les idées quand on est confiné ? Le jeune groupe vendéen Under The Conflicts propose le remède anti-crise, en combinant les deux avec énergie et bonne humeur sur son premier effort, Nanar Nation, sans oublier de dénoncer certaines discriminations quotidiennes. [Extraits d’entretien avec Max (chant) par Seigneur Fred — Photo  : DR] Under The Conflicts  : c’est une histoire entre potes fans de metal et de hardcore au départ ? Exactement ! Alex (guitare solo) et Nicko (batteur) sont des potes de très très longue date ! Mat, notre bassiste, était à l’école avec Alex et, pour Gus (guitare rythmique), je l’ai rencontré au footballaméricain. Il venait d’arriver et on a tout de suite accroché. Il se trouve qu’il était zikos aussi, donc tout s’est déroulé très vite ! Il existe déjà des groupes avec un nom très proche du vôtre, je pense en particulier au regretté groupe poitevin Inside Conflict, dans un genre plus brutal death grindcore. Pourquoi avoir choisi un tel nom ? Eh bien, tu vois, je ne savais pas ! Alors le nom est venu du fait qu’on met en avant une thématique nanardesque et il est vrai que, dans le hardcore, les discours sont souvent politisés. Bien sûr, on a nos opinions qui vont totalement dans la lignée du style et les sous-entendus ne sont pas rares ! Nous sommes en partenariat avec Hardcore Cares et j’ai, entre autres, écrit un morceau « Normality » qui traite de la grossophobie, mais la plupart de nos morceaux ont un but plus joyeux. Votre premier album autoproduit Nanar Nation est sorti en 2019. Êtes-vous en quelque sorte un groupe qui ne se prend pas forcément au sérieux avec un tel titre, tout en faisant les choses sérieusement ? Je pense que tu résumes là tout à fait ce qu’on cherche à faire ressortir ! Beaucoup de gens, qui n’écoutent pas de metal ou de hardcore, viennent nous voir, après nos concerts, pour nous dire qu’ils ont partagé avec nous un super moment, car bluffés par cette énergie. On adore tous profondément le hardcore sous différentes déclinaisons, mais on est plus des p’tits rigolos que des guerriers chevronnés. Alors on mêle les choses qu’on aime faire et on essaie de le faire comme il faut ! Comment vous est venue l’idée de faire un titre comme « Zumbacore » ? C’est une amie dans votre entourage ou une belle-mère qui prend des cours de Zumba à la salle de sport du coin qui t’ont inspiré (rires) ? Haha, on l’attendait ! Alors c’est tout simplement venu d’Alex qui avait appris le riff à la guitare pour faire marrer du monde lors de ses colonies de vacances l’été. Un jour, il nous a sorti ça en répète et Nicko, notre batteur, a suivi. C’est parti en délire entre potes et on s’est dit  : « Allez, pourquoi pas ? ». En plus, mon frère est coach sportif. Il ne donne pas de cours de Zumba mais on ne va pas se cacher que tout ce qui est steps, fessiers & cie, c’est très proche ! Alors un petit clin d’œil s’imposait (sourires) ! 4 14i.DAlvii 9A148A 13 0,.1.100i4.1,015 5, ; e14AV Ce. 1 1P.'eNIe,  : il Cd 46 METAL OBS’UNDER THE CONFLICTS Nanar Nation Hardcore metal Autoprod. Nos régions ont du talent ! Bon, ça, on le savait déjà. Si nos amis d’Ultra Vomit règnent en maîtres sur la scène du metal parodique, le créneau équivalent dans le hardcore était encore libre. Originaire de Vendée, Under The Conflicts a tout compris, sans toutefois en abuser (« Zumbacore » ou « Jaw Boyard ») ni s’y cantonner (« Normality » et sa dénonciation de la grossophobie). Avec ce premier LP autoproduit en hommage aux meilleurs nanars de la Terre, ainsi qu’aux émissions TV & jeux vidéo ayant marqué leur jeunesse (« Mortal Kombat ») , nos cinq joyeux drilles vous entraînent dans leurs délires vidéoludiques avec énergie et esprit bon enfant à la sauce hXc, même si le groupe compte bien s’imposer dans l’Hexagone prochainement (« Under The Conflicts »). [Seigneur Fred] Out Now High Protein New Album by RRRags « Rowdy, rugged & rambling tunes for the dusky mind » www.rrragsrock.com
Pas de rock sans blues ! Un vent de liberté souffle sur ce nouvel album de Thundermother. Entre hard rock, heavy metal et blues, le registre du quatuor s’est considérablement étoffé et les musiciennes manient sans faillir aussi bien la puissance que la finesse de leur jeu. Et Heat Wave dépasse de très loin les précédentes réalisations des Suédoises. [Entretien avec Guernica Mancini (chanteuse) par François Alaouret — Photo  : Franz Schepers] Heat Wave est votre deuxième album avec le même line-up. Alors que vous avez souvent été comparées à AC/DC, on a le sentiment que cette fois vous avez vraiment trouvé votre son… Merci beaucoup ! Je ne pense que pas que vous ayons changé de style, mais c’est une évolution naturelle de notre son, en effet. Et nous nous sommes toutes investies dans le processus de composition et cela s’entend. Musicalement, nous venons aussi d’horizons différents et cela ressort magnifiquement sur ce nouvel album. On a vraiment pris beaucoup de plaisir à composer ensemble. Justement, dans quelles conditions s’est passée la réalisation de l’album, car on sent un souffle nouveau dans les morceaux ? S’il y a un peu de changement, c’est aussi parce que nous avons beaucoup tourné ensemble ces dernières années et que l’unité de groupe s’est vraiment renforcée. Le fait de travailler avec différents compositeurs nous a en outre beaucoup inspirées. Qu’est-ce qui vous a motivées à vous investir toutes dans la composition de Heat Wave ? La motivation est assez simple. Nous sommes très créatives et nous adorons écrire et composer ensemble. Et c’est une très bonne chose que tout le monde se soit impliqué pour obtenir le meilleur d’entre nous. Nous avons franchi un palier et on ne saurait en être plus ravies. La production effectuée par Soren Andersen sur Heat Wave est, elle aussi, massive et puissante, avec beaucoup de passages blues… Merci, je suis tout à fait d’accord avec toi. Nous n’aurions pas pu souhaiter un meilleur producteur pour cet album. Et puis, il n’y a pas de rock sans le blues et ses vibrations ! Une grande tournée était planifiée et elle tombe à l’eau du fait du Covid-19. Comment vous êtes-vous organisées, car l’album sort en plein confinement ? La plupart de nos concerts ont pu être reportés par chance. 2021 s’annonce donc intense ! En attendant, nous faisons de notre mieux pour rester créatives. On continue aussi à être présentes sur les réseaux sociaux et nous avons eu la chance de pouvoir terminer deux clips avant le confinement. Notre calendrier est à peu près respecté. Le plus difficile est le manque de concerts, mais nous sommes tous dans le même cas. On essaie de rester positives et de nous évader tout en nous adaptant au maximum. THUNDERMOTHER Heat Wave Hard rock bluesy AFM Records Cinq ans après Road Fever, les Suédoises reviennent à la charge avec ce qui est probablement leur album le plus personnel. Grâce à une très bonne production, Thundermother dispose enfin d’un son qui donne toute leur liberté aux 13 morceaux de Heat Wave. Toujours solidement ancré dans un hard rock intemporel, le groupe semble vraiment épanoui et il s’est même attribué l’ensemble des compositions. Ce quatrième album marque donc une nouvelle étape pour le quatuor, qui n’a jamais été aussi sûr son fait (« Dog From Hell », « Into The Mud »). Enragées et virevoltantes, les Scandinaves lâchent les chevaux dans un hard rock intense et percutant (« Driving In Style », « Free Ourselves »). Dans le même temps, Thundermother a su garder à portée de riffs ses influences blues (« Mexico », « Purple Sky ») , et sa performance a réellement pris du volume. [François Alaouret] LE GROUPE FUSIONNE HABILEMENT MÉLODIE ET VIOLENCE POUR UN MÉLANGE DÉROUTANT ! DLSPOMBLE LE 12 JUIN SUR CD, NUMÉRIQUE ET VINYLE ÉDITION LIMITÉE mir o jer 0)4 www.sm ART URL.COM/STINKY ACHETER CHEZ WITHEORYAUDIO.AISAMERCH.DE



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 1Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 2-3Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 4-5Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 6-7Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 8-9Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 10-11Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 12-13Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 14-15Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 16-17Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 18-19Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 20-21Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 22-23Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 24-25Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 26-27Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 28-29Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 30-31Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 32-33Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 34-35Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 36-37Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 38-39Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 40-41Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 42-43Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 44-45Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 46-47Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 48-49Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 50-51Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 52-53Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 54-55Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 56