Metal Obs' Mag n°93 mai à aoû 2020
Metal Obs' Mag n°93 mai à aoû 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°93 de mai à aoû 2020

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : H.I.M. Media

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 51 Mo

  • Dans ce numéro : Currents, le kiff du mois !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
ROTTING OUT RONIN
1.1le ii.0 4441.11 fr - 1103311:d La fracture sociale Bleed From Within signe une renaissance incroyable. Après l’énorme Era, sorti en 2018, au bout de quatre longues années de néant, le groupe poursuit sa quête de maltraitance à coup de brise nuque avec Fracture, qui va se hisser très haut dans les albums de metalcore progressif cette année. [Entretien avec Steven Jones (Guitares) par Loïc Cormery] Uprising était votre 1er album signé par Century Media. Avec du recul, comment trouves-tu cet album ? Penses-tu que Era, votre précédent album, le dépasse largement aujourd’hui ? Finalement, Bleed From Within n’est plus le même groupe... Quand nous avions commencé l’écriture de Uprising, je me souviens de l’euphorie que j’avais. Goonzi et moi-même étions sur la même longueur d’onde, en termes de riffs et d’arrangements. J’ai lu quelques critiques vite fait sur le net et je me suis aperçu que certains journalistes, mais pas tous, avaient raison sur un point  : la cohérence. Car il est vrai que, quand nous avions fini Uprising, il sonnait vraiment top, mais, à vrai dire et avec un peu de recul, il est difficile à avaler en entier, même si je le trouve encore bon. Era n’a rien à voir avec Uprising et le dépasse largement, que ce soit dans le fond ou dans la forme. Nous avons élargi notre spectre et modifié notre manière de composer. Les riffs sont bien plus puissants et massifs. Regarde le chant de Scott, laisse tomber ! On ne reconnaît plus vraiment sa voix, tant elle a changé. Il est maintenant bien plus sur du growl que du braillé et l’ampleur de son chant se ressent réellement. Quel est selon toi le mix parfait dans la musique actuelle ? Vous faites partie d’une catégorie entre As I Lay Dying, Unearth et August Burns Red. Tu aimerais avoir la même carrière et la même longévité ? Ce n’est pas évident, car je trouve un paquet de groupes intéressants en ce moment. Déjà, je pense qu’il faut que cela te touche au plus profond de toi, tu vois, genre où ça te dresse les poils ! Si tu as cette vibe-là, c’est gagné, du moins je l’espère. Unearth et August Burns Red sont deux groupes vraiment très forts musicalement, mais aussi humainement parlant. Nous avons tourné avec As I Lay Dying, l’année dernière, et ils sont juste adorables et incroyables. Laissons le passé derrière eux ! Ce sont trois gros clients dans la scène metalcore et je ne pense pas les concurrencer avec Bleed From Within. Nous sommes certainement proches, mais je les trouve un cran au-dessus, quand même. C’est la deuxième fois que vous travaillez avec le producteur Adam « Nolly » Getwood (Periphery). Son boulot est remarquable. Fracture semble dans la continuité de Era, dans son ensemble. Tu es d’accord ? Complètement. Fracture est une suite logique. Attention, je ne dis pas qu’on ne s’est pas cassé le cul ! Les morceaux sont puissants et l’identité est marquante. Les sessions ont été intensives, nous ne voulions pas faire un « Era II », ce n’était pas le but. L’objectif était de montrer que nous étions bien là et que nous n’allions pas remettre 4 ans à refaire un album. Nous avons adoré travailler avec Adam. Une fois de plus, il a donné un son incroyable à cet album, il est très méticuleux et il possède une meilleure oreille que nous. Adam a notamment démontré qu’il était un grand producteur vocal. Scott et Adam ont collaboré beaucoup sur les idées pour le chant et ont bossé dur sur cet aspect de l’album. La pochette est magnifique et elle représente un mal-être avec ces flèches qui transpercent le corps entier… Oui tout à fait c’est exactement le mal-être qui était au sein du groupe pendant toutes ces années. Les non-dits, les prises de têtes à répétition qui ne servaient à rien au bout du compte. Depuis Era, notre vision a changé. Nous sommes de bien meilleurs êtres humains et musiciens également. Fracture représente ce symbole du passé que nous voulons aussi oublier. Et, pour l’oublier, nous le mettons en avant, afin d’éviter qu’il nous détruise à nouveau. C’est David (basse) qui a réalisé cette œuvre. Elle est très parlante et correspond bien aux messages que nous tenons à faire passer. Si nous devions retenir quelques titres de cet album, ce seraient lesquels pour toi ? Je te dirais tout l’album (rires) ! Vraiment, je ne sais pas. Nos deux singles, « The End Of All We Know » et « Into Nothing », pourraient résumer l’image de l’album en général. Il y a d’autres morceaux formidables, comme « Ascend » ou « Utopia »... (Nous confirmons) BLEED FROM WITHIN Fracture Groove metalcore progressif Century Media Records/Sony Nous avions été surpris par Era, en 2018, qui était énorme. Bleed From Within revenait de très loin et franchissait une étape sérieuse. Le chant de Scott Kennedy, une fois de plus, est plus près du growl que de la saturation et les partitions sont beaucoup plus techniques. Après le premier single « The End Of All We Know », sorti fin 2019, nous savions que le groupe était sur la bonne voie pour nous faire vibrer à nouveau. C’est effectivement chose faite avec Fracture. On ne va pas se mentir, nous sommes dans la lignée de son prédécesseur. « Pathfinder » vient vous nettoyer les oreilles avec tout ce qui fait la nouvelle recette de Bleed From Within  : un chant torturé, une batterie qui sonne très naturelle, tout en tabassant par un gros groove sur le break de « Into Nothing », une mélodie de guitare entêtante et des touches de leads disséminées çà et là. Scott Kennedy, au chant, est bien plus démoniaque et rentre dedans. Et il est vraiment impressionnant sur tout l’album. La maturité commence à se faire sentir en composition et Fracture reste très digeste. Les deux grands vainqueurs sont sans doute « Goonzi », à la gratte, et Ali Richardson, à la batterie. Ils distillent tous les deux des parties qui paraissent impossibles et proposant des rythmiques de fou, comme sur « Ascend » et le remarquable « Utopia ». Quant à la production, le son est vraiment mortel et tous les éléments sont très distincts, comme cette basse qui granule à souhait. Allez jusqu’à « A Depth That No One Dares » pour que la rouste soit appréciée jusqu’au bout ! [Loïc Cormery]



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 1Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 2-3Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 4-5Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 6-7Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 8-9Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 10-11Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 12-13Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 14-15Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 16-17Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 18-19Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 20-21Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 22-23Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 24-25Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 26-27Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 28-29Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 30-31Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 32-33Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 34-35Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 36-37Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 38-39Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 40-41Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 42-43Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 44-45Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 46-47Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 48-49Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 50-51Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 52-53Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 54-55Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 56