Metal Obs' Mag n°93 mai à aoû 2020
Metal Obs' Mag n°93 mai à aoû 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°93 de mai à aoû 2020

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : H.I.M. Media

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 51 Mo

  • Dans ce numéro : Currents, le kiff du mois !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 36 - 37  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
36 37
SECRETS Sombre huis clos Secrets Of The Moon continue une mutation artistique entamée sur son sixième opus, Sun, paru il y a déjà cinq ans. Si les fans de la première heure du combo allemand seront une nouvelle fois déçus à l’écoute d’un Black House qui s’éloigne encore un peu plus de ses racines black metal au profit d’un gothic rock sombre mais classieux, ils pourront toutefois se procurer la réédition du fameux Live In Bitterfeld remasterisé, accompagnant la version collector de l’album. [Entretien avec Michael Zech alias « Arioch » (guitare, chœurs) par Seigneur Fred — Photo  : DR] 36 METAL OBS’M0.FHEIN Sun fut plutôt spécial dans votre discographie, présentant une nouvelle évolution musicale qui ne fit pas l’unanimité des fans. Il vous a éloigné un peu plus de vos racines black metal d’antan. Il fut aussi spécial au plan personnel, je crois... Quel est ton sentiment cinq ans après ? En effet, pour nous ce fut un album très spécial. Et ce sur plusieurs points. En fait, il est né dans des circonstances exceptionnelles. On va dire que Sun est né par accident ou désastre naturel, mais, au final, dans le bon sens du terme… Un mal pour un bien en quelque sorte. Au départ, on ne savait pas encore trop quelle direction prendrait cet album à l’époque. Plusieurs évènements ont eu lieu. Notre batteur historique, Thrawn Thelemnar, est parti juste l’année d’avant (NDLR  : en 2014). Il a été remplacé par Erebor (Haradwaith, Thulcandra), mais, avant cela, un évènement tragique est survenu  : notre bassiste LSK (R.I.P.) est décédée en 2013. Vous la connaissiez puisqu’elle était française et nous accompagnait également sur scène. C’est quelque chose qui nous a vraiment anéantis dans le groupe, coupant notre énergie. Alors, quand on s’est retrouvés en studio avec les nouveaux membres, on se demandait ce que ça allait donner, et Sun est né ainsi… Entretemps, votre bassiste historique, Daevas, a réintégré Secrets Of The Moon. Figure-t-il sur Black House et a-t-il pu apporter des idées, lui qui officiait autrefois en tant que bassiste et chanteur jusqu’en 2007 ? Tout à fait, il est revenu dans le groupe en 2016 et figure sur le nouvel album, mais uniquement à la basse. Pour le chant, on verra par la suite sur le prochain disque… Il fait toutefois quelques chœurs. Et oui, il a participé à l’élaboration de Black House, apportant différentes idées ici ou là, comme sur le morceau « Heart », avec ce côté dark au niveau du chant. Mais c’est Phil et moi qui avons écrit la plupart des nouvelles chansons. Sur Black House, on note clairement vos influences gothic rock à la Fields Of The Nephilim, shoegaze même (Joy Division…), voire glam, notamment dans les mélodies et le chant de sG (PhilippJonas) qui rappelle celui de David Bowie, époque The Man Who Sold The World et Ziggy Stardust… Oui, ce sont nos influences en plus du metal extrême et du black metal, bien sûr. Merci pour le compliment. Chacun y voit et entend ensuite sa propre interprétation. Je crois que cet accident sur Sun nous a fait aller dans cette direction, mais, cette fois, Black House a ses fondations, comme une maison. C’est construit, alors que sur Sun, encore une fois, on ne savait pas vraiment où on allait en studio. Là, on avait plus confiance en nous, je pense. Avec Phil (guitare, chant), on avait enregistré des démos (préproduction) avec une direction déjà claire des chansons, avant de rentrer en studio. Il m’a même semblé entendre du Alice In Chains dans la voix de l’invité Jules Näveri (Enemy Of The Sun) qui s’énerve un peu avant le refrain de « He Is Here » au côté de votre chanteur sG… Oui, tout cela fait partie en effet de nos influences, au
sein de Secrets Of The Moon. J’adore Alice In Chains et Jerry Cantrell, dans la vague grunge, car ils étaient un peu à part, très sombres. Les nouvelles mélodies sont très mélancoliques et aériennes bien que très sombres. Les guitares (riffs, arpèges) et les voix sont catchy et addictives, comme une drogue… Je vois ce que tu veux dire. Je pense que le noyau de Secrets Of The Moon a toujours résidé là, quel que soit le genre musical  : black, dark, goth rock... C’est un peu comme un habit, une femme qui changerait de tenue, de robe... Mais ça reste la même personne, en fin de compte, avec le même charme intérieur. Les artistes français Metastazis (Led Zeppelin, Morbid Angel, Ulver) et Dehn Sora (Deathspell Omega, Amen Ra, Blut Aus Nord) ont réalisé une vidéo pour chacune des neuf chansons qui composent Black House. On dirait que vous avez toujours eu d’étroites relations avec la France. Comment l’expliques-tu ? Tout à fait, c’est vrai. Notre groupe a toujours été proche de la France, notamment sur le plan artistique. Il y a toujours eu une bonne connexion. Notre bassiste LSK était française, là on a donc travaillé avec des réalisateurs pour nos vidéos sur Black House. J’apprécie de nombreux artistes français. Par exemple, en black metal, je suis fan de Deathspell Omega, de leurs concepts vidéo aussi, etc. De même que Sup et Supuration. Mais pas qu’en metal, j’adore aussi le groupe Magma. Ils sont si incroyables ! Enfin, quelques mots sur la réédition du live devenu culte, Live In Bitterfeld, paru à l’origine en 2002 en cassette ? As-tu une anecdote à nous raconter, même si tu ne jouais pas encore dans Secrets Of The Moon à l’époque ? Non, en effet, j’ai intégré le groupe en 2007. Je pense que c’est vraiment cool pour les fans que ça ressorte. Comme anecdote, j’ai vu Secrets (…) en concert sur cette même tournée, mais je n’ai pas assisté à ce concert, enregistré en 2001 précisément. J’étais allé à une autre date près de chez moi, j’habitais en Bavière. C’était d’ailleurs la première fois que je voyais live Secrets (…). À la sortie, ils vendaient des K7 pirate live et j’en avais acheté une copie pour quatre deutsche marks, un truc comme ça. J’étais alors tout content, c’était cool (rires)... Près de vingt ans après, je me rends compte que je suis dans ce putain de groupe ! Et j’ai vu récemment sur E-bay cette même cassette en vente pour une centaine d’euros ! Maintenant, les fans vont pouvoir se procurer ce live à un prix raisonnable. SECRET 017-n-IE MODN BLACK 1-10LISÉ Black House Live In Bitterfeld (remastered) Gothic rock Black metal Lupus Lounge/Prophecy Prod. Lupus Lounge/Prophecy Prod. Les fans de Secrets Of The Moon vont pouvoir prolonger leur expérience culturelle de confinement grâce à cette mystérieuse Maison Noire... Même si Daevas (membre cofondateur) est de retour à la quatre cordes, exit ses screams black et welcome le chant goth de sG, proche d’un Bowie, et accompagné ici d’une pléthore d’invités de renom  : Jules Näveri (Enemy Of The Sun), la chanteuse secrète de (Dolch), Thomas Helm (Empyrium, Noekk), Seraph (Dark Fortress) à la batterie, etc. L’ambiance dans cette obscure bâtisse est étrange (« He Is Here », « Mute God ») , feutrée de par ses nombreux arpèges de guitare (« Cotard ») , lancinante (« Don’t Look Now », « Heart »). À chaque nouvelle porte qui s’ouvre, c’est un savoureux piège de gothic rock aux influences Fields Of The Nephilim, Tiamat, qui se referme. Un superbe album, à des années-lumière des débuts extrêmes du groupe, mais avec toujours ce songwriting classieux et mélancolique. Dans le même temps, le label allemand a eu la bonne idée de remasteriser le fameux Live In Bitterfeld, capté en 2001 dans ce petit festival local près de Leipzig et initialement paru au format K7 à 200 copies en 2002. À l’instar, justement, du Live In Leipzig devenu mythique de Mayhem (sans le côté faits divers toutefois), on se replonge alors dans le black metal cru et froid des Teutons, à l’époque de leur première galette, Stronghold of the Inviolables, avec l’énorme reprise d’« Under A Funeral Moon » de Darkthrone en guise de clôture. On se rend ainsi compte de la grande évolution artistique accomplie par Secrets Of The Moon. Culte. [Seigneur Fred] METAL OBS’37



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 1Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 2-3Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 4-5Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 6-7Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 8-9Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 10-11Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 12-13Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 14-15Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 16-17Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 18-19Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 20-21Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 22-23Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 24-25Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 26-27Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 28-29Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 30-31Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 32-33Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 34-35Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 36-37Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 38-39Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 40-41Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 42-43Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 44-45Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 46-47Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 48-49Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 50-51Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 52-53Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 54-55Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 56