Metal Obs' Mag n°93 mai à aoû 2020
Metal Obs' Mag n°93 mai à aoû 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°93 de mai à aoû 2020

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : H.I.M. Media

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 51 Mo

  • Dans ce numéro : Currents, le kiff du mois !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
 » Mg 1111 010110, Coup d’accelerateur Covid-19 oblige, nous avons échangé par téléphone avec Jennifer Harben, chanteuse du groupe de metal symphonique Beyond The Black, à l’occasion de la sortie imminente de son quatrième album, Horizons. Les deux singles déjà disponibles témoignent d’une orientation electro « pumpy ». Ça change, mais c’est rudement efficace. [Entretien avec Jennifer Harben, réalisé par François Capdeville] Beyond The Black est fondamentalement orienté metal symphonique. Pour ce nouvel opus, vous avez incorporé des touches electro, comme dans les singles « Misery » ou « Golden Pariahs ». Peux-tu nous raconter cette évolution ? C’est complètement vrai. Nous voulions concrétiser une envie qui nous taraudait depuis un moment d’intégrer des arrangements un peu plus electro. C’est notamment le cas pour « Misery », notre single. Mais ce titre reste tout de même très différent du reste de l’album. Nous cherchions à faire un hymne qui puisse toucher le plus de monde possible. Alors, oui pour dire qu’on a une évolution plus pop, mais l’esprit Beyond The Black est toujours là avec ses envolées lyriques et ses morceaux bien catchy. « Wounded Healer » a été fait en collaboration avec Elize Ryd (la chanteuse d’Amaranthe). Comment avez-vous eu l’idée de ce titre ? Nous avons tourné ensemble en Finlande et le feeling est vraiment passé. Nous avons réalisé que nous étions en train de faire un album chacune de notre côté. Nous nous sommes dit que ce serait cool si l’on pouvait faire un morceau toutes les deux. Et je suis ravie d’avoir travaillé avec Elize qui a une voix incroyable. Quel est ton titre favori de Horizons ? Une question hyper difficile, car tous les morceaux sont comme nos enfants. J’aime beaucoup « Humans ». Je sais que les garçons dans le groupe ne l’aimaient pas trop au début. Mais ils ont fini par l’adopter. C’est un titre qui me rend heureuse. Vous avez produit quatre albums en 6 ans, vous avez ouvert pour Scorpions, Epica et Powerwolf, vous bénéficiez d’une grande reconnaissance en Allemagne et dans le milieu du Metal Symphonique. Comment vois-tu ta propre carrière à la fois courte et intense ? Tout d’abord, je n’ai jamais espéré quoi que ce soit quand j’ai commencé. Toutes les étapes que j’ai franchies, plus jeune et aujourd’hui avec Beyond, sont comme de belles surprises inattendues. Je me souviens de la première fois où nous avions joué au Wacken... C’était dingue... Je n’y croyais pas ! En tout cas, j’ai la chance inouïe de faire un métier qui me plaît. BEYOND THE BLACK Horizons Napalm Records Metal Symphonique 18 METAL OBS’Beyond The Black, c’est du neo metal symphonique aux refrains bien catchy et porté par la voix puissante de la jolie Allemande Jennifer Harben. Celle qui chante depuis l’enfance a gagné ses galons de vocaliste hors pair et n’a rien à envier aux plus grandes frontwomen de metal symphonique. Horizons est une production de très bonne facture. Les arrangements electro pop dérouteront peutêtre les fans de la première heure, mais ils sont diablement efficaces. Il suffit d’écouter les singles « Golden Pariahs » et « Misery » pour s’en convaincre. Ce dernier sonne très américain et il aurait pu être un titre pop mâtinée de guitares saturées. Qu’importe, le morceau est entraînant. Un hymne ! La grande réussite de l’album est sans aucun doute « Wounded Healer », avec en guest Elize Ryd d’Amaranthe. Le titre est de toute beauté. En troisième écoute, on recommandera « Paralyse » avec sa section rythmique solide et son refrain entraînant. Horizons s’adressera, vous l’aurez compris, aux fans de mélodies épiques et efficaces, mais pas que. Car il y a une touche résolument moderne qui fait sortir l’album du genre exclusif du metal symphonique. [François Capdeville] Projection astrale Avec l’actualité incertaine de ces derniers mois, difficile d’établir des projets à plus ou moins long terme. Surtout pour un artiste qui sort un nouvel album et qui trépigne en espérant repartir en tournée pour le présenter live face à son public, la rage au ventre. Les Écossais de King Witch prennent leur mal en patience, expérimentant la projection astrale sur leur second effort, Body Of Light, à défaut de projections de concerts… [Entretien avec Jamie Gilchrist (guitares) et Laura Donnelly (chant) par Seigneur Fred — Photo  : DR] Êtes-vous toujours satisfaits de votre premier album, Under The Mountain, avec lequel on vous a découverts en 2018 ? Quelle expérience avez-vous retenue de vos concerts en Europe et ailleurs dans le monde (Amérique…) ? Jamie  : Oui, nous sommes toujours très fier d’Under The Mountain. J’ai l’impression que ça fait si longtemps qu’on l’a enregistré ! Ce n’était pas un album facile à faire, car le premier, mais je l’apprécie encore. Il nous a permis de jouer dans plein d’endroits à travers l’Europe où nous n’avions jamais été auparavant. C’était génial d’aller voir des gens dans d’autres pays, chanter tes chansons et porter tes T-shirts ! Pas de tournée américaine pour l’heure, mais j’espère un jour. Laura, que réponds-tu aux détracteurs qui disent que ta voix puissante a tendance à être omniprésente sur les chansons de King Witch en général ? Laura  : Je ne vais pas essayer de sonner d’une manière particulière juste parce que quelqu’un n’aime pas le son de ma voix. C’est ma voix, elle est unique pour moi, et j’en suis satisfaite. Tout le monde a son opinion sur la musique. S’ils n’aiment pas ma voix, rien ne les force à nous écouter (rires) ! Quelles sont d’ailleurs tes principales influences ? Avec quels chanteurs as-tu grandi, car ton spectre vocal dépasse le metal  : il y a aussi du blues, du gospel et de la soul dans ta voix… Laura  : Aha ! Hé bien j’ai grandi avec Led Zeppelin, Black Sabbath, Jimi Hendrix, Janis Joplin, Pink Floyd et Deep Purple. Plus tard, j’ai commencé à écouter Dio, Iron Maiden, Candlemass, The Obsessed, etc. Je n’ai jamais vraiment écouté de soul ni de gospel, même si j’aime énormément le blues en effet. Étant plus jeune, j’évoluais plutôt dans un registre folk écossais, avec beaucoup de caractère et de cœur, totalement différent, cependant, de ce que je fais aujourd’hui. J’ai toujours aimé les grands chanteurs naturels, comme Janis Joplin, Robert Plant, Messiah Marcolin, et Dio par exemple, car ils sont intensément puissants, passionnants à écouter, mais aussi très dramatiques à regarder ce que j’adore ! Parallèlement graphiste, Laura, tu as réalisé la pochette de Body Of Light. Peuxtu expliquer ce qu’elle représente ? Laura  : La majorité des chansons de Body of Light explorent l’inconnu, alors les images de l’espace, de la magie et de l’occultisme me sont venues à l’esprit. La chanson-titre « Body of Light » est en fait très vaguement inspirée par le livre d’Aleister Crowley, Control of the Astral Body. J’ai donc pensé qu’une image basée sur la projection astrale d’une femme fonctionnerait très bien pour l’artwork. Maintenant, espérez-vous pouvoir partir en tournée après la sortie de Body Of Light afin de le défendre sur scène ? Jamie  : Ouais. Malheureusement comme tout le monde, nos concerts ont été annulés à cause du virus. On va pousser l’album à fond en ligne et j’espère que nous pourrons faire un concert live en streaming à un moment donné. Le monde redeviendra très ouvert et fertile, lorsque la pandémie sera terminée. La créativité sera au rendez-vous et King Witch aura faim de jouer à nouveau sur scène… KING WITCH Body Of Light Heavy doom metal Listenable Rec. *444* Révélé sur la scène heavy doom metal britannique avec Under The Mountain en 2018, King Witch et son impressionnante frontwoman, Laura Donnelly, persistent et signent dans leur mélange explosif de Candlemass vs Dio avec ce deuxième album, malgré les critiques. Si, sincèrement, on apprécie les super intros (« Return To Dust » à l’ambiance western), les folles cavalcades (belles guitares de Jamie !) ou respirations instrumentales (« Solstice II ») , la musique du quatuor écossais prend véritablement aux tripes, vous entraînant dans des montagnes russes. Mais saluons l’incroyable talent de la chanteuse qui s’époumone à tout va sur cet épique Body of Light bodybuildé, un peu comme si Tina Turner se mettait au doom lyrique ! [Seigneur Fred]
Aprés prés de deux décennies, 2(r0 voit le rez,ou:7 triomphal des legendes punk hardcore CRO-MAGJ aveu leur tout nouvel album -fTI The Brzinning" ! WWW.ARISING-EMPIRE.COM WWW.FACEBOOK.COM/ARISINGEMPIRE.DE WWW.INSTAGRAM.COM/ARISING_EMPIRE



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 1Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 2-3Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 4-5Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 6-7Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 8-9Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 10-11Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 12-13Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 14-15Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 16-17Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 18-19Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 20-21Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 22-23Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 24-25Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 26-27Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 28-29Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 30-31Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 32-33Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 34-35Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 36-37Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 38-39Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 40-41Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 42-43Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 44-45Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 46-47Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 48-49Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 50-51Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 52-53Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 54-55Metal Obs' Mag numéro 93 mai à aoû 2020 Page 56