Metal Obs' Mag n°92 mar/avr 2020
Metal Obs' Mag n°92 mar/avr 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°92 de mar/avr 2020

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : H.I.M. Media

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 23,4 Mo

  • Dans ce numéro : Igorrr, leader de la nouvelle génération.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 40 - 41  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
40 41
Le nouveau duo electrique londonien A suivre Nous avons échangé par téléphone avec Amy et Georgia, juste avant leur concert à Bordeaux. À elles deux, elles forment les très énergiques Nova Twins, un duo plein de rage qui fait le grand écart entre hardcore, culture dub step et punk attitude. Elles nous racontent leur nouvel album Who Are The Girls ?. [Rencontre avec Amy, chant et guitare, et Georgia, basse, par François Capdeville - Photo  : Julia Cruz] Avant toute chose, qui sont les filles dont vous parlez dans votre album ? Alors c’est d’abord un clin d’œil à tous ceux que nous croisons dans notre vie et qui se demandent qui nous sommes. Nous avons notre style, notre façon d’être, de nous habiller… et cela interpelle ! C’est aussi un hommage à chaque personne non masculine de cette planète. Nous avons voulu louer les mérites des femmes et, d’une certaine manière, célébrer la diversité. Nous voulons une société qui ne fait pas la distinction entre les gens, quelle que soit la couleur de peau ou la manière de se fringuer. Et nous tenons à attirer l’attention sur les problèmes d’inégalité  : il faut aller plus loin que faire des discours et lancer des actions concrètes pour changer la société. En tout cas, nous vivons une ère de changement qui nous inspire beaucoup. Votre musique est très intense. Qu’est-ce qui pourrait vous mettre dans un état de rage ? Justement, tous les sujets d’inégalité et d’injustice. Il suffit que tu marches dans la rue pour t’en rendre compte. Et cela nous met en colère. Le Brexit aussi est un problème qui nous a affectées. Et notre manière d’amener toute cette rage et cette énergie sur scène est une façon de faire réagir le public. C’est également, sans doute, une forme thérapeutique pour nous. Votre son nous renvoie à ce son hard core et punk comme Fever 333 ou Ho99o9, mais aussi Die Antwoord ou encore plus loin, les Prodigy. Qu’en pensez-vous ? Oui, ce sont des groupes que nous apprécions beaucoup et qui nous ont beaucoup influencées. Nous écoutons vraiment de tout. Plus jeunes, nous avons beaucoup écouté toute la production Timbaland, Kanye West à ses débuts, mais également les New York Dolls, du James Blake, Deep Purple, de la dub step, de la soul... Bref, nos influences sont très variées. Et, forcément, ça se retrouve dans notre manière de faire de la musique. Quel est votre titre fétiche ? On aime tous nos titres sans distinction. Ils ont chacun leur « truc », leur identité et en live chacun nous fait vivre des expériences différentes. Par contre, je dois avouer que l’on est très fier de notre dernière vidéo « Taxi » qui nous renvoie à l’univers de Blade Runner. NOVA TWINS Who Are The Girls ? Punk electro clash 333 Wreckords On avait hâte de découvrir l’album du jeune duo londonien après son passage réussi l’été dernier au Hellfest. Eh bien, sa première écoute nous laisse une impression mitigée. D’un côté, le son entêtant des Nova Twins est un virus qui vous contamine sans sommation. Et, une fois de plus, on ne peut s’empêcher de se dire qu’il n’y a que les Anglais pour savoir si parfaitement mélanger les genres, en l’occurrence le punk et le hip-hop hardcore, arrangés avec une approche electropunk séduisante, car efficace. Par contre, on a une impression de déjà entendu. On retrouve le son et l’attitude des Brésiliennes de CSS, ou, plus proches de nous, d’un Fever 333, ce dernier n’est d’ailleurs pas étranger aux Nova Twins, puisque c’est leur label qui le produit. Si l’on zoome sur les titres, il faut écouter le premier « Vortex » qui pose l’identité du groupe  : grosse basse groovy et dirty de Georgia South qui porte merveilleusement le chant sauvage d’Amy Love (qui officie également à la guitare). Le refrain martèle et s’ouvre sur une petite nappe hardcore à la Prodigy. « Bullet » est dans la même veine, avec toujours ce son bien lourd, accompagné par une basse sautillante et ronde. Enfin, « Ivory Tower » nous imprime dans la tête une mélodie mélancolique et déstabilisante, qui vient contrebalancer une voix fluette et traînante. On pense tout de suite à celle de la chanteuse ¥o-Landi Vi$$er de Die Antwoord. Bref, Who Are The Girls ? est un album non indispensable — sauf pour les fans du genre évidemment —, par contre les Nova Twins sont incontournables sur scène ! [François Capdeville] ne brama'nem, _Sr d fide lenerb.'Folkeiginge.finni Denerarie's beivved MYR K 1.1R-iteiwii040ei.erM.41 ze FeELAPSE.00F1 40 METAL OBS’1-1EAO TO WWW.RELAPSESAMPLER.BANDIGAIIP.COPl'FO DOWNLOAO A FREE 33 SONG SAMPLER gko.11 THE LAREL'S FFOSTERE 0 (RELAPSERECORDS 0.:2RELAFa5ERECORDS {RELAPSERECORDS Ce ariEL.APSERECORDS M On
En mode Otto Myrkur a toujours été à part. Si le fait de voir la belle Amalie Bruun déverser son black metal au début du groupe pouvait passer pour un effet de mode, elle a su le faire évoluer vers une musique folk pleine de nuances et de vigueur. La preuve en est ce recueil de chansons intenses et passionnées, propulsant l’entité Myrkur vers d’autres horizons. Il était temps pour nous de nous entretenir par téléphone avec l’intéressée qui a eu fort à faire avec son fils, lui aussi désireux de laisser entendre son point de vue sur ce disque dont il est la principale source d’inspiration. [Entretien avec Amalie Bruun (chant, guitare) par Julien Meurot, julien@metalobs.com] Folkesange ne renoue pas avec les racines black metal de Myrkur. Pour autant, ce n’est pas non plus un album folk « à la Bob Dylan ». Il y a ces textures dérangeantes qui lui donnent toute sa saveur… C’est un très joli compliment. Depuis ses débuts, le groupe n’a pas vraiment de limites. Il exprimait ce qui était un état de fait à l’instant « T » et ma vie étant très différente maintenant la musique de Myrkur s’en ressent. L’ADN du groupe reste le même, mais son mode d’expression a changé. Quand tu parles de changement, j’imagine que tu fais allusion à la naissance de ton fils Otto en septembre dernier. Lorsque j’ai enregistré ce disque, j’étais enceinte et, forcément, l’expérience a été unique. Mais le plus incroyable est que, lorsque je réécoute ce disque, j’ai l’impression d’être de nouveau enceinte. C’est très introspectif, inexplicable et intense. L’album est un mélange entre tes compositions et des chansons traditionnelles. Comment es-tu parvenue à faire cohabiter ces deux mondes ? Ce fut un processus assez naturel, les thèmes, la musique tout s’est aligné pour donner ce disque. Il n’est pas rare que je doive expliquer qu’il est, comme tu l’as souligné, un mélange entre mes morceaux et notre folklore. Je prends même cela comme un compliment, car cela veut dire que le concept est réussi. Ton label n’a-t-il pas été surpris par la teneur du disque ? Ils avaient signé un groupe de black metal et il a bien évolué depuis. Au contraire, ils ont adoré. Ils savent que je suis sincère dans ma démarche. Aujourd’hui, Myrkur s’est mué dans cette forme, mais quid de demain ? Je ne dis pas que je referai un album extrême la prochaine fois, je me laisse porter par mes sentiments. Le planning live semble assez light pour le moment, va-t-il se remplir ? Pas vraiment. Otto et mon mari sont mes priorités et je ne me vois pas partir pendant des semaines. Nous verrons bien, mais il n’est pas non plus impossible qu’un EP ou un album sorte avant la prochaine vraie tournée. Du coup, « cocooning » sera le maître mot de 2020 ? Exactement. Pas de stress à avoir, je crois vraiment que les choses vont se faire naturellement. Honnêtement, je ne pensais pas qu’être mère était aussi prenant à tout point de vue. Je suis sur les rotules (rire). Mais je suis également la plus heureuse des femmes. Je sais qu’il y a une grosse attente sur ce disque et j’espère que les fans vont l’aimer pour ce qu’il est  : la projection de ce que je vis en ce moment. MYRKUR Folkesange Folk intense Relapse Records Même si le virage a été amorcé depuis un certain temps, cela ne doit pas forcément nous plaire dans ce sens où il y aura toujours un espoir de voir la belle danoise hurler à la mort, comme au premier jour du groupe. De même, les guitares électriques et le package metal manquent. Passé ce constat, Folkesange se révèle être un disque compact et puissant. À travers la voix d’Amalie Bruun, on ressent toute l’intensité du moment qu’elle vit, en n’oubliant pas de nous embarquer dans son voyage. La production très organique permet aux différents instruments de s’exprimer en toute liberté. Mix entre compositions originales et chansons traditionnelles, l’ensemble reste pourtant homogène. Un instantané de vie qui se veut transitoire… Ou pas. [Julien Meurot] FASHION ROCK CHARMING LIARS Jeudi 19 mars//Hard Rock Cafe, Lyon (69) En accord avec Veryshow CONJURER - FROSTBITT MATHCORE Vendredi 20 mars//Rock n’Eat, Lyon (69) EDENBRIDGE - SCARLET AURA - LEECHER SYMPHONIQUE Mercredi 22 avril//Backstage By The Mill, Paris (75) AUTHOR & PUNISHER - OTTO VON SCHIRACH EXPERIMENTAL Vendredi 24 avril//Ninkasi Gerland/Kao, Lyon (69) METAL INDUS MAERZFELD Dimanche 3 mai//CCO, Villeurbanne (69) METALCORE Mardi 12 mai//Warmaudio, Décines (69) WHILE SHE SLEEPS METALCORE SILVERSTEIN - SHVPES Mercredi 24 juin//Ninkasi Gerland/Kao, Lyon (69) HEAVY/POWER Mardi 22 septembre//CCO, Villeurbanne (69) THE PIN EAPPLE THIEF Rock Prog En accord avec Veryshow En accord avec Napalm Events En accord avec The Link Productions En accord avec Garmonbozia En accord avec Avocado Booking SILENT PLANET - GIDEON GRAVEMIND En partenariat avec Veryshow En accord avec Nine Lives Entertainment En accord avec Garmonbozia Présente Vendredi 2 octobre//CCO, Villeurbanne (69) Tarif réduit réservé aux membres du Club, sur Yurplan.com Places disponibles dans les points de vente habituels "'71'1  : arrai WRIT 4%. 0 I4Y41 """ X§ X ri WE ROCK LYON ! contact@slhproductions.fr//Suivez-nous sur  : Licences  : 2-1088695//3-1088696



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :