Metal Obs' Mag n°91H janvier 2020
Metal Obs' Mag n°91H janvier 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°91H de janvier 2020

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : H.I.M. Media

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 4

  • Taille du fichier PDF : 2,0 Mo

  • Dans ce numéro : interview de Novelists.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
NOELISTS C’est la (belle) vie ! Les talentueux Novelists Fr sont de retour avec, C’est La Vie, un véritable plaisir auditif tant il est bien construit et tant les sonorités sont riches. La preuve que la scène métal française est capable de produire des pépites, malgré le manque de moyens. [Rencontre avec Matteo Gelsomino/chant, et Amaël Durant/batterie, par François Capdeville] Salut Matteo et Amaël. Vous êtes partis en tournée pendant deux ans en Europe et en Amérique du Nord en compagnie notamment de Make Them Suffer ou Like Moths to Flames. Comment cela s’est passé ? Matteo  : Les tournées sont toujours des expériences assez folles. C’est un rêve de gosse que de se retrouver en tournée et de jouer aux côtés de groupes que l’on écoutait plus jeunes. Je pense à Make Them Suffer et Being As An Ocean. Amaël  : Nous avons attendu longtemps avant d’obtenir un visa pour aller aux US. Mais le jeu en valait la chandelle  : nous avons vécu une super expérience, les paysages sont incroyables. Et, pour ma part, j’ai été plus qu’heureux de jouer avec I The Breather. J’ai beaucoup écouté leur musique et c’était une sacrée surprise de nous retrouver en tournée avec eux. Quel est votre meilleur souvenir ? Amaël  : C’était au festival Summer Breeze en Allemagne. On a joué en fin de journée. Il n’y avait pas encore les headlines, c’était le premier jour et on s’est retrouvé face à 7000 personnes, alors que jusqu’à présent nous ne faisions que des petits concerts. Tout était parfait  : l’énergie du public, le coucher de soleil… Matteo  : Moi, c’était au Portugal. On a eu beaucoup de proximité avec le public. C’était très appréciable d’avoir ces échanges et, même si c’était un public un peu différent de notre univers, nous avons eu de très bons retours. Vous venez de renouveler votre contrat avec Arising Empire. Qu’est-ce que ce partenariat vous apporte ? Matteo  : Arising Empire avait produit notre premier album Souvenirs. Et nous avons été le premier groupe à avoir été signé avec le label qui nous a apporté beaucoup de visibilité. Amaël  : Le label apporte aux groupes une légitimité. Ils sont très efficaces en termes de distribution, dans les actions de promotion et la mise en place des playlists sur les plateformes musicales. Votre guitariste Charles-Henri est parti il y a deux ans. Allez-vous recruter un nouveau guitariste ? Matteo  : Charlie a eu besoin de se concentrer sur sa vie personnelle. Mais, nous sommes restés très proches. Nous n’avons pas cherché à le remplacer. On s’accommode avec une seconde guitare samplée qui nous accompagne sur scène. Et puis comme ça, nous avons plus de places pour bouger (rire) ! Amaël  : Je précise que si on doit recruter un nouveau guitariste, il faudra vraiment qu’il apporte un souffle nouveau au groupe. 2 METAL OBS’Parlons de votre album. En quoi se démarque-t-il des deux précédents albums ? Amaël  : Bien qu’il y ait toujours la même essence, les deux autres albums étaient plus conceptuels avec un travail autour des émotions. Pour C’est La Vie, nous avons mis le paquet pour produire 9 titres puissants. Matteo  : Nous tenons à garder une identité française, même si je chante en anglais. D’où le titre. C’est La Vie raconte des tranches de vie, parfois agréables, parfois moins. Nous avons expérimenté des nouveaux thèmes comme par exemple les sujets d’isolement et de réseaux sociaux, ou la perte d’êtres chers. A qui rend hommage le titre « Lilly » ? Matteo  : Ce titre est un hommage à ma grand-mère que j’ai perdue. Qui est l’invitée sur le titre « C’est La Vie » ? Pourquoi ce choix ? Matteo  : C’est Camille Contreras qui nous prête sa voix. Elle est la chanteuse d’un side project du guitariste de Landmvrks (Nicolas Esposito). On avait envie d’ajouter une voix féminine sur l’album. Au début elle devait faire des harmonies, mais on a tellement adoré la texture de sa voix que l’on sélectionné un titre pour elle. On est très contents d’avoir bossé avec elle. Au fait, superbe artwork... Qui en est l’auteur ? Matteo  : Eh bien c’est une création de notre bassiste Nicolas Lestrade. Amaël  : Pour l’anecdote, on aime bien tout faire tout seul. On est allé acheter 20 toiles que l’on a décidé de peindre pour illustrer l’album. On a gardé la plus belle pour la couverture et certaines toiles seront visibles dans la pochette. Nous avons de très belles productions françaises dans l’univers du metalcore/djent. Je pense à Fractal Universe, Kadinja, Landmvrks… Pensez-vous qu’elles ont la reconnaissance qu’elles méritent de la part du marché ? Amaël  : Je trouve que ça ne marche pas trop mal. Landmvrks et Betraying The Martyrs cartonnent. Kadinja, qui est très technique, est peut-être davantage une musique de niche. Mais je sais qu’ils cartonnent en Asie. Le metal français commence à avoir une place grandissante. Matteo  : Le metal n’est évidemment pas aussi démocratisé qu’aux États-Unis, en Allemagne ou en Grande-Bretagne, qui ont une flopée de groupes... Pour l’anecdote, on sait qu’on a quelques clips de Novelists Fr qui ont été diffusés à la télé en Angleterre. C’est pour ça qu’il faut tout de suite se tourner vers l’international pour essayer de s’en sortir. Malheureusement, tant que tu n’as pas tourné à l’étranger, tu n’as pas de légitimité en France.
NOVELISTS FR C’est La Vie Metal prog/djent Arising Empire Bon. Arrêtez tout ! C’est la vie est une pépite de metal prog/djent, à la fois technique et accessible. C’est un album au son très aérien, très riche. Tous les titres proposent un bon équilibre entre couplets puissants et refrains mélodiques, avec notamment un beau travail de voix de Matteo le chanteur, particulièrement « Somebody Else », le premier titre de l’album, qui démarre avec un son très cristallin, avant une accélération en bonne et due forme. « Deep Blue » a été tissé par un architecte  : c’est à la fois carré et truffé de cavalcades guitaristiques. « Kings Of Ignorance » vous met dans le bain avec une intro très atmosphérique et sombre pour mieux vous envoyer dans les oreilles un son très épique. On pourrait continuer à décrire chaque titre, mais nous vous laissons les découvrir par vousmêmes. Vous ne serez pas déçus. Superbe album ! [François Capdeville] METAL OBS’3

1 2-3 4


Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :