Metal Obs' Mag n°91 jan/fév 2020
Metal Obs' Mag n°91 jan/fév 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°91 de jan/fév 2020

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : H.I.M. Media

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 23,7 Mo

  • Dans ce numéro : Svart Crown, le kiff du mois !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 36 - 37  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
36 37
Voyage a travers le temps Jamais à cours d’imagination, Mr Lordi nous revient avec un concept assez unique et plutôt bien pensé. Seul son esprit fertile pouvait avoir une idée aussi folle, celle qui consiste à faire une vraie/fausse compilation. Et quand Mr Lordi a quelque chose derrière la tête, il s’en donne les moyens. Mais laissons le plutôt nous raconter tout cela. [Entretien avec Mr Lordi (chant) par Julien Meurot, julien@ metalobs.com] Peux tu nous parler de ce concept pour le moins original et ô combien génial ? L’idée est venue assez simplement en réalité. Depuis plus de 25 ans j’écris des albums, des chansons. Et, depuis le début, on m’a dit la chose suivante  : « Wahoo, ce titre est génial mais il ne colle pas du tout avec l’album. Tu ne peux pas le mettre dessus ». Partant de ce constat j’ai donc étendu l’idée. Si Lordi était né dans les années 70 et que, depuis ce temps là, nous gardions ces fameux titres trop bien, mais ne collant au disque du moment, qu’allions nous bien pouvoir en faire ? Une putain de compilation bien-sûr (rire). Tu vas donc retrouver sur ce nouvel album des titres très variés avec des ambiances très diverses, des sons très différents. En gros il s’agit ni plus ni moins que d’une machine à voyager dans le temps. Outre la qualité des titres, sur laquelle nous allons revenir, le plus impressionnant est le soin tout particulier apporté au son. Vous avez d’ailleurs enregistré dans plusieurs studios avec du matériel d’époque. Au total, nous avons utilisé pas moins de 7 studios différents, en fonction de ce dont nous avions besoin. Aucun groupe ne fait ça aujourd’hui, et c’est bien ce qui m’a plu. De plus nous avons enregistré au maximum live, cela faisait longtemps que nous n’avions pas passé autant de temps en studio tous ensemble. Maintenant, avec un simple ordinateur tu peux faire sonner correctement un album. Mais ce n’est pas mon état d’esprit. Il y a quelques erreurs sur le disque, mais ça le rend plus vivant. Nous n’avions qu’un 24 pistes alors il a bien fallu faire des choix d’arrangements, car cela part très vite (rire). Au final, je pense que le disque respecte bien l’esprit que j’ai voulu lui insuffler. Un titre sort quand même du lot, il s’agit de « Like A Bee To The Honey » qui sonne vraiment comme du Kiss pure jus (ndr  : précisons qu’au moment de l’interview, les crédits des titres sont sous le coup d’un embargo pour éviter les spoils et donc quelle ne fût pas notre surprise). Et bien c’est tout simplement parce qu’il s’agit d’une chanson de Kiss jamais parue à ce jour (rire). Paul me l’a offerte et tu peux imaginer à quel point il s’agit d’un cadeau magnifique. En tant que grand fan de Kiss je suis aux anges. (NDR  : pour situer le fanatisme de Mr Lordi, fût un temps, il avait un appartement entier dédié à Kiss en plus de son propre appartement). 36 METAL OBS’LORDI Killection Hard rock anthems AFM Tout est dans le titre ou presque. Un collection de titres imparables, accrocheurs et réalisés avec un très très grand soin. C’est même un challenge que de découvrir quelle influence se cache sous tel ou tel titre. Mais, loin de plagier sans talent, Lordi rend hommage avec conviction à ses différentes influences, tout en gardant son humour. Construit comme une émission de radio, ce disque se laisse écouter avec une déconcertante facilité. Cela vient aussi du fait que chaque titre possède son ambiance, avec une couleur particulière. À l’instar de ce qui se passe à la radio, vous pouvez passer du très sucré à du très heavy à la Slayer (OK pas sur nos radios mais vous voyez l’idée). En résumé, les nombreux efforts du groupe payent et ce disque est appelé à devenir un incontournable où chacun y trouvera son bonheur. Que l’on soit fan de Lordi ou pas d’ailleurs. Pas de limite, pas d’homogénéité mais un pur moment de bonheur qui faut absolument savourer comme tel. Du grand Lordi ! [Julien Meurot] HigH RolleR RecoRds proudly presents  : HRR 296 ExumEr Possessed By Fire LP + 7 « HRR 702 PokolgéP Pokoli Színjáték LP HRR 718 omEn Battle Cry LP HRR 736 SlaughtEr mESSiah Cursed To The Pyre LP/CD HRR 701 PokolgéP Totális Metál LP HRR 713 Warlord Deliver Us LP + 7 « HRR 723 dEad koSmonaut Gravitas LP/PLP/CD HRR 738 Stallion Slaves Of Time LP/CD A wide range of over 10.000 articles (vinyl, CDs, shirts & patches) can be found in our webshop  : www.hrrecords.de
Indetronable Avec Illuminati, God Dethroned ouvre les hostilités death metal de cette nouvelle décennie. Sans forcément suivre une recette traditionnelle, ce nouvel album apporte quelques éléments nouveaux dans la discographie des Néerlandais. [Entretien avec Henri Sattler (guitare/chant) par Guillaume Dartigues] Vous voilà de retour avec un second album depuis votre come-back en 2015. Es-tu satisfait de ta situation ? Je ne sais pas encore si je me sens satisfait. Je pense être juste différent de comment je me sentais, fatigué, avant d’arrêter God Dethroned en 2012. Quelques années plus tard, c’est lors des funérailles d’un proche de nous et de Metal Blade que j’ai revu plein de personnes, les gars d’Amon Amarth etc. et j’ai eu le déclic de refaire de la musique. Les bons temps que tu passes avec tes musiciens, la scène… Tout ça me manquait terriblement. Après la sortie de The World Ablaze en 2017, nous avons eu plein de souvenirs magiques liés à de nombreux festivals, puis une superbe tournée avec Suffocation et Belphegor. Il fallait donc réitérer tout ça avec un nouvel album !...Nouvel album qui marque une différence avec ses prédécesseurs. Es-tu d’accord si je dis qu’il est plus diversifié ? Oui c’est vrai, nous avons fait de nouveaux choix, par exemple les claviers  : il y en a beaucoup plus et sur tous les morceaux. Je pense que ça rajoute une atmosphère. Nous nous occupons toujours de la production. Là, l’album sonne plus heavy, malgré les structures death des morceaux. Certains de nos albums précédents étaient aussi variés, mais la balance entre parties rapides/parties lentes et parties mid-tempo est parfaite sur Illuminati. De plus, nous avons tout enregistré chez moi, ce qui a impliqué plus de libertés. Quelle importance accordes-tu à la réalisation de vidéos ? Je pense que c’est devenu aujourd’hui aussi important que de faire un album. Sans vidéo, un groupe ne peut pas survivre. En plus de la première, pour « Illuminati », nous allons en sortir deux autres qui auront toutes un lien entre elles, comme une trilogie en courts-métrages. Peux-tu nous en dire plus sur les thèmes abordés pour cet album ? Les thèmes principaux concernent l’abus de pouvoir et les dérives de la religion. Les gens de l’Église pensent qu’ils peuvent se permettre des actes horribles sur des enfants, ils se croient au-dessus de gens normaux, de tout. Les illuminatis dans le passé, se battaient contre certains aspects religieux. C’est ce qui m’a inspiré pour cet album. GOD DETHRONED IlluminatiDeath Metal Metal Blade Records God Dethroned nous revient avec un album plus varié que ses prédécesseurs, peut-être aussi plus accessible. Après avoir fini sa trilogie sur la guerre avec The World Ablaze, la bande à Henri s’attaque aux abus de la religion, pour renouer avec ses thèmes originaux. Le groupe a pourtant mis l’accent sur davantage de mélodies (le surprenant « Gabriel ») et de chœurs sur « Eye of Horus », ainsi que l’épique « Spirit of Beelzebub ». Si l’on se remémore Bloody Alchemy ou leurs disques plus récents comme Passiondale (Passchendaele), peut-on parler de tournant musical à propos d’Illuminati ? À voir, en fonction de ce que nous réserve le groupe à l’avenir. Mais nous préférons pour l’instant le terme « évolution » à la limite. Mention honorable pour un groupe qui approche bientôt les 30 ans. « Blood Moon Eclipse », qui achève l’album, synthétise bien l’esprit de celui-ci  : 6 minutes commençant par des blasts beats furieux, typiques de la première période du groupe, et se terminant par un long solo mélodique sur fond de double-pédale mid-tempo. 36 minutes achevées qui incitent à relancer un album dont on retiendra certains titres plus que d’autres. [Guillaume Dartigues] N MÉTAL FEST REGARDE LES HOMMES TOMBER THE GREAT OLD ONES AU-DESSUS ARKANGEL FOREST IN BLOOD STINKY 13+14 MARS 2020 arc en ciel



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :