Metal Obs' Mag n°91 jan/fév 2020
Metal Obs' Mag n°91 jan/fév 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°91 de jan/fév 2020

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : H.I.M. Media

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 23,7 Mo

  • Dans ce numéro : Svart Crown, le kiff du mois !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
Melodieux avec le death, puissant avec le thrash Les Français de Bloody Alchemy continuent leur parcours sans faute, avec un nouvel opus, Reign of Apathy. Plus mature, plus death, avec des éléments thrash et core, les Chartrains ont su éliminer le surplus de Kingdom of Hatred pour livrer un concentré de titres efficaces. [Entretien avec Lou (batterie) et Vic (guitare) par Jérémie Bénnard] Parlez-nous un peu de ce nouvel album. Quel est le message de Reign of Apathy ? Lou  : Le processus de composition s’étend en réalité sur une période assez longue  : du départ de notre ancien guitariste Clément, début 2018, jusqu’à mai 2019. On retrouve du coup des compos assez variées, aussi bien dans le style qu’au niveau de la maturité. Y compris dans le propos. Le message de Reign of Apathy est bien plus direct que les sous-entendus de Kingdom of Hatred, dans lequel nous commencions à faire valoir notre critique de l’intolérance et de la haine. Pour ce dernier album, le message est clair  : on vit dans un monde frappé par des fléaux comme l’intolérance, le racisme, le sexisme et un tas d’oppressions multiples, par la crise écologique, les violences étatiques et policières... Et cet album est un véritable réquisitoire contre l’apathie des gens face à tout ce qu’il se passe autour d’eux. On vit donc dans un monde ou l’apathie règne, conduite par la terreur et la lâcheté. Qui compose ? Qui arrange ? Victor compose en grande partie les morceaux et me les envoie. J’ajoute mes partitions de batterie tout en restant dans le thème du morceau. Robin arrange et embellit certaines parties comme les siennes. Ce qui est vraiment un point positif selon moi, c’est que, depuis l’arrivée de Robin, on a entièrement appris à bosser avec lui. Les morceaux que l’on a écrits le plus tard, comme « Look What You’ve Done » et « Perpetual Process » sont principalement composées par lui en terme de riffs. Certains des membres étaient âgés de 16 ans seulement lors de la création du groupe en 2014. Quel regard portez-vous sur le groupe d’il y a 4 ans ? Moi, je n’avais même 13 ans en 2014 (rire) ! À cette époque-là on se voyait plus comme un groupe de potes qui se réunissaient pour jouer de la musique. On n’avait pas en tête l’idée de sortir des albums et d’être signé chez un label, mais c’est de cette époque que tout est parti et on en garde des supers souvenirs. Vic  : Oui c’était vraiment une période sympa, bien qu’un peu difficile, du fait de la « condescendance » et de la difficulté d’être pris au sérieux par un certain nombre d’acteurs de cette scène metal française. Quatre années sont passées, pour autant, on est toujours confronté à des problèmes similaires mais qui concernent l’ensemble de la scène metal et pas seulement nous  : pas un seul gros label ou festival n’ose véritablement prendre de risques, à signer ou à programmer des groupes sortant de l’ordinaire, des groupes de jeunes. À l’aube de 2020, on voit toujours les mêmes groupes « dinosaures » sur le devant de la scène. 16 METAL OBS’BLOODY ALCHEMY Reign of Apathy Deathcore M&O Musics Lorsque Bloody Alchemy a sorti ce fameux Reign Of Apathy, les doutes étaient déjà derrière nous. Les Français ont su imposer leur façon de jouer et de composer. Plus death, moins thrash, l’album prend une direction encore inexplorée par les musiciens. Et le résultat affirme bien que le talent est omniprésent chez Bloody Alchemy, à l’image de titre comme « Look What You’ve Done », qui se démarque totalement des précédentes compositions sans pour autant changer l’ADN de ce qui fait Bloody Alchemy. La typographie elle-même du groupe a évolué, signe d’un nouveau départ, sans oublier d’où l’on vient. Les morceaux sont percutants, et vous rateriez certainement quelque chose en ne vous intéressant pas à ce Reign Of Apathy. Vous voilà prévenus. [Jérémie Bénnard] eart 1914. ; fi THE AGONIST ALCEST.* ARCTURUS AS rLAY DYING * ASPHYX + ATARI TEENAGE RIOT Mi AIJTHOR & PIJNISFIER BENIGHTED aret BEYOND CREATION BLOOD INCANTATION - BLOODBÀTH r BUTCHER RAMES CATTLE DECAPITATION CRADLE OF FILTH DARK FUNERAL DESPISED CON * DEVIN TOWNSEND DRACONIS INFERNUM EVOKEN EXCREMENTORY GRWIDFUCKERS EXHORDER FEVER 333 + FRONT LINE ASSEMBLY * FRONTIERER FUELED BY FIRE * HAVOK LIFE OF AGONY MANES * MASS INFECTION * MAYHEM ME AND THAT MAN + MELT-BANANA MYRKUR MYSTICUM NAILED TO OBSCURITY * NECROPHOBIC NOCTURNUS AD * OBITUARY OTIONE PESANTE  : PARADISE LOST * PENSÉES NOCTURNES PHILIP H. ANSELmin $ THF ILLFelAIS PERFORMINO A VULOAR DISPLAY OF PANTERA PSYKUP + RAZQR RINGS OF SATURH SACRED REICH SHADOW OF INTENT Je SIGH SOEN * STATIC-X STRIG-01*% uFForirrillt1 LAST FRANK'S SHOW TERROR TOXIC HOLOCAUST * UADA VADER VENOM 4 WHILE SHE SLEEPS WORMROT BRUTALASSAUMCZ
Guerriers du Death Metal Quand de vieux briscards de la scène death metal nord européenne se croisent, forcément, ça ne donne pas dans la dentelle, ou plutôt si, mais celle du death metal mélodique à la suédoise ! Rencontre avec l’un de ses fiers combattants. [Entretien avec Alwin Zuur (guitare) par Seigneur Fred - Photo  : DR] Quand et comment est né véritablement Berzerker Legion ? J’ai entendu dire que c’était à force de vous croiser en festival, toi qui joues dans Asphyx, et Tomas Elofsson dans Hypocrisy, c’est vrai ? On a commencé à en parler à partir de 2012. On se rencontrait régulièrement, buvait des bières ensemble, et on se promettait à chaque fois  : « Hey frère, il faudrait qu’on fasse quelque chose ensemble quand on est libre et rentre chez nous ! ». On partageait le même intérêt pour le death metal et une certaine connexion est née entre nous car on aimait les mêmes choses. On s’est revus en festivals avec nos groupes. On a alors commencé à écrire des choses à partir de 2016, quand on avait du temps. On a recruté notre batteur James Stewart (Vader) et donné des morceaux à notre nouveau chanteur, Jonny Pettersson du groupe Wombbath, pour écrire des paroles et poser sa voix. Ça collait bien et, peu à peu, on a enregistré des chansons que l’on a adressées, sous forme de demo, aux labels uniquement début 2019. Le choix de Jonny Pettersson s’avère excellent, son chant colle parfaitement à votre musique death metal à la fois très puissante et mélodique. Comment s’est passé son recrutement, car il ne vit pas au même endroit en plus ? Je pense qu’on a trouvé le type idéal… En fait, il y a quelques années, j’avais remplacé l’un des deux guitaristes sur la tournée hollandaise de son groupe Wombbath. C’est un mec très sympa. Tout de suite j’ai pensé à lui pour ses growls. Il est suédois mais vit en Angleterre. Quand on a besoin de répéter, on s’envole tous pour Stockholm. Pourquoi ce choix de nom de groupe Berzerker Legion ? Est-ce là un clin d’œil au projet cinématographique de Mel Gibson sur les Vikings ou bien en référence à Amon Amarth, dont vous partagez le même style ? Non, j’en savais rien pour Mel Gibson... Tu sais, pour trouver un nom de groupe disponible, ce n’est pas facile de nos jours sur la scène metal (rires) ! Amon Amarth, on est tous fans de leur premier album, Once Sent From The Golden Hall, sauf qu’eux ça fait bien plus longtemps qu’ils sont établis. En fait, l’idée que l’on veut faire passer est que nous sommes des musiciens expérimentés et plus tout à fait jeunes (rires), alors on voulait exprimer l’idée de force et d’expérience car ça représente bien notre musique. BERZERKER LEGION Obliterate The Weak Death metal Listenable Rec. Fans des premiers Amon Amarth et Hypocrisy (mais aussi des vieux Gardenian, Eucharist, In Flames, Dark Tranquillity, At The Gates…), ce disque est fait pour vous ! Constitué de mercenaires de la scène death metal européenne, œuvrant dans des formations contemporaines aussi prestigieuses qu’Asphyx, Hypocrisy (live), Vader ou bien encore Dark Funeral (pour la touche black metal scandinave), Berzerker Legion se veut un side-project simple et efficace, rendant hommage au death metal mélodique suédois si cher à leur cœur. Alors oui, ce n’est guère original, plus de vingt ans après les meilleurs albums du genre très prisés à l’époque, nous vous l’accordons. Mais par Odin, quelle efficacité à l’écoute des puissants « A World In Despair » ou « Obliterate The Weak », aux sonorités Amon Amarthiennes ou Hypocrisyennes jouissives, à faire pâlir les originaux et faire fuir tout adversaire sur un champ de bataille ! Sans aucun doute, Obliterate The Weak vous comblera. [Seigneur Fred]L. Et (1 I w tI À II  : t 1 Metal expérimental, progressif et extreme ! Sortie le 24 janvier CD Digipak —– Double LP noir & couleur —– Digital DEA1- 1-1WHITPLa bande son de la chute de l’humanité… l'humanité... Sortie le 31 janvier CD —– LP noir & couleur –— Digital Nouvelle déflagration de pur Satanic Death Metal ! Sortie le 14 février CD Digipak —– LP noir & couleur –— Cassette —– Digital INF1N/TE R-EGRESS Les 5amottraïs firc Death Meta ! sont de retour Sortie le 24 janvier CD Digipak —– LP noir & couleur –— Digital www.seasonw w. s e a s on -of-mist.co- o f - m i st.com Reirouvez lie nombreuses °tires spéciales et exclusivires  : box collecter, merchandising, vinyles couleur, packs CD + T-shirt, raretésSpotify iTu nes/@seasonofmistofficial f/Seasonofmistofficial/Season0fMistLabel/SeasonOfMistLabel @SeasonofMist



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :