Metal Obs' Mag n°90 nov/déc 2019
Metal Obs' Mag n°90 nov/déc 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°90 de nov/déc 2019

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : H.I.M. Media

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 18 Mo

  • Dans ce numéro : Lionheart, le kiff du mois !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
On parie sur... Les Maoris Nouveau venu de la scène métal moderne depuis quelques années, mais dans l’ombre, les Tourangeaux de Aro Ora vont enfin voir la lumière avec un 1er album tonitruant signé chez Klonosphere. [Entretien avec Aro Ora (Florian, Quentin et Baptiste) par Loïc Cormery] Tout d’abord, pouvez-vous en quelques mots nous présenter le groupe ? Aro Ora (AO) est un groupe tourangeau créé en 2013 suite à la rencontre de Mathieu (Basse), Anthony et Florent (Guitares) et Quentin (Batterie) lors de leur formation musicale à Tous en Scène. Très vite, le groupe est rejoint par Baptiste qui prendra le micro, et depuis le lineup n’a pas évolué. Une alchimie s’étant déjà créée, le groupe s’est de suite mis à travailler sur un EP 5 titres (Mahara sorti en 2015), puis sur l’album plus conséquent cette année. C’est un projet qui ne se fixe aucune limite en termes de composition et de musicalité. Chaque membre a un bagage musical différent (cela va du Blues, en passant par le Jazz, tout ce qui se rapproche du progressif, le classique, et même par le hip hop et le rap), mais avec une base commune, celle du rock et du metal. Vous avez joué au WarmUp Hellfest en avril dernier avec Dagoba. Quels souvenirs gardez-vous ? Excellent ! On a eu l’opportunité de jouer pour le WarmUp et on a accepté tout de suite. Effectivement, l’avantage est d’être du coin (Tours) donc c’était aussi plus simple. On a vu des personnes qu’on n’avait jamais vues auparavant et j’ai cru comprendre que les retours ont été bons ! (Nous confirmons) Votre EP Mahara aurait dû avoir un impact, mais vous rectifiez le tir avec votre nouvel album Wairua. Vous avez pas mal d’influences, mais Gojira arrivait en tête à l’époque. Qu’en est-il aujourd’hui ? Nous pensons plus à Chimaira ou Devildriver... On va dire que nous avons digéré nos influences (rires). Gojira oui peut être pour le EP mais aujourd’hui, on aspire à bien d’autres choses et nous avons notre propre identité. On a vu des chroniques ou critiques ici et là par rapport à tout ça, mais cela ne nous atteint pas vraiment. On fait ce que l’on aime faire et nous sommes 3 à composer au sein du groupe, donc nous sommes en perpétuelle évolution finalement. Nous ne restons pas figés à tel ou tel groupe. Tu cites Chimaira et, effectivement, c’est un groupe qui nous a marqués et je trouve qu’ils ont fait d’excellents albums avant de s’arrêter. Concernant Devildriver, il y a des trucs ici et là que nous apprécions. Après on fait ce qu’on a envie de faire et je trouve que cela sonne juste et sincère. Vous avez signé récemment chez Klonosphere. Pourquoi ce choix ? Avez-vous d’autres opportunités ? Nous connaissons Klonosphere et Guillaume (Klone) depuis un moment. Nous avons des connaissances en commun ainsi que des groupes qui sont chez eux. Je pense que c’est le bon moment pour eux comme pour nous ce partenariat avec Klonosphere. Patricia fait également du bon travail. C’est le démarrage, donc nous sommes patients, mais nous savons que nous aurons de belles choses dans l’avenir. La langue maori semble avoir une vraie importance pour vous. D’où vous vient cet intérêt envers cette langue ? En quoi le maori est-il en connexion avec votre musique ? Lorsque l’on cherchait un nom de groupe, on était parti sur des thèmes abordant l’univers, la spiritualité, le cosmos, la théorie du cycle, pas mal de choses assez ouvertes et inspirantes. En faisant des recherches, notre chanteur Baptiste est tombé sur un dictionnaire maori où la signification de certains mots nous a frappés. Nous connaissions la culture maori grâce au rugby, aux tatouages traditionnels, et nous avons voulu explorer plusieurs aspects de cette culture. Tout le monde a vite été séduit et on a creusé pour en savoir plus. En plus, j’avais (Flo) déjà des connaissances sur la culture et ça m’a motivé à pousser les recherches sur leur spiritualité et leur vision du monde. Dans le respect de sa démarche, toujours aller plus loin en donnant le meilleur de soi-même en abordant de nombreux thèmes différents, avec un regard ouvert et analytique sur le monde qui nous entoure. 8 METAL OBS’, A‘ROOR,A‘ ARO ORA Wairua Metal moderne Klonosphere Si vous ne regardez pas la biographie du groupe, il se pourrait que vous soyez réellement surpris par la formation tourangelle Aro Ora. Il est vrai qu’on pourrait s’y méprendre, car on croirait entendre un groupe international dans le son et dans les compositions. Ce jeune groupe a vraiment tous les atouts pour plaire aux amateurs de métal moderne et même au métal traditionnel. AO propose un panel de riffs et de rythmique monstrueuse en 15 morceaux que l’on pourrait découper en 3 phases pour que cela soit plus digeste. Car il est vrai que le groupe est prolifique, mais il a surtout besoin de montrer son savoir-faire et également son savoir-être pour ceux qui auront la chance de discuter avec eux. Depuis leur EP en 2015, le groupe fonce et fronce les sourcils avec Wairua, sorte de cri du cœur, mais qui n’est pas prêt de s’essouffler. Après une intro très spirituelle en duo avec une caisse claire sans timbre, c’est l’énorme « Shivering Flame » qui ouvre le bal de la plus belle des manières. Riff percutant, du blast au groove et une voix pesante ! Le très Meshuggah « Holos » aux mouvances extrêmes est judicieux et prenant. Les deux gratteux en ont sous le pied et cela s’entend parfaitement sur « Seducing Venom » et l’éclatant « Running On The Möbius Trip » un des meilleurs moments du skeud. Si vous regrettez l’absence de Chimaira, mais que vous voulez des riffs à la LambOf God et un groove à la Devildriver avec un soupçon de Gojira, AO mérite une grande attention, car cet album vise les sommets. [Loïc Cormery]
New album//Available Now raisedfist.com epitaph.com



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :