Metal Obs' Mag n°90 nov/déc 2019
Metal Obs' Mag n°90 nov/déc 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°90 de nov/déc 2019

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : H.I.M. Media

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 18 Mo

  • Dans ce numéro : Lionheart, le kiff du mois !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 44 - 45  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
44 45
LIVE IN FRANCE. JAN-28TH PARIS, ZÉNITHL. AI AILABLE  : THE HU I HELLYEAH I FIRE FROM THE GOD Spotify arnaiimi l music.E:1 deezer i U Crunes Store - Appfe Music E7LG.Conncielevensevenmusic 0 liveleven7muslc eeleven7muslc 11:11i çtelevensevenmusic
Sous le signe du Groove ! Le groupe d’Atlanta, USA, vient de sortir un troisième album, Beautiful Oblivion, très éclectique. Et les Américains comptent bien inciter leur public à évoluer avec eux dans des contrées musicales très diverses. [Entretien avec Tyler Carter (chant) par François Alaouret – photo DR] Beautiful Oblivion est votre troisième album, et il contient de très nombreux styles, notamment pop. C’était une voie que vous souhaitiez emprunter, en étant peut-être moins rock ? Pas forcément, nous aimons toujours le rock et le metal. Nous voulions seulement être plus libres dans la composition. Tout ça est venu très naturellement. Notre envie était vraiment de créer notre style, tout en gardant une base rock et metal. Justement, ne craigniez-vous pas de dérouter vos fans en jouant du rock, du metal, de la pop, du hip-hop et même du r’n’B ? Non, nous pensons que nos fans comprendront notre démarche. Elle est toujours la même, car nous aimons mélanger les genres. C’est probablement notre album le plus mature, et le moins confidentiel. Beautiful Oblivion est également le premier album où tu assures entièrement le chant. Qu’est-ce que cela a changé pour Issues ? Ce changement est assez fou, car j’ai toujours écrit les textes sans les chanter. C’est un peu un retour aux sources, dans le sens où je fais vraiment ce que j’ai toujours voulu au niveau vocal. À l’écoute de votre album, on remarque une chose importante. À travers tous les styles parcourus, vous semblez guidés par le groove… C’est vrai, définitivement ! Nous écoutons vraiment toutes sortes de musiques, qui vont du jazz à la pop et nous sommes toujours guidés par le swing, tel qu’il sonnait dans les années 70, par exemple. C’est quelque chose que nous avons toujours voulu intégrer  : rassembler tous les styles en les faisant groover ! Enfin, vous êtes actuellement en tournée. Comment Beautiful Oblivion est-il accueilli ? C’est génial de passer du temps sur la route ! Nous avons beaucoup évolué et notre public également. Grâce à cet album, le comportement des fans a aussi beaucoup changé. Tout le monde danse, en profite pour boire un verre et reste attentif. C’est très excitant, car nous ressentons vraiment de la joie et de l’émotion. C’est magnifique ! Nous développons différentes atmosphères en concert, et tout le monde passe un très bon moment. ISSUES Beautiful Oblivion Pop Metalcore Rise Records *** Depuis ces débuts, le groupe chevauche la frontière entre le metalcore et la pop, cependant Beautiful Oblivion s’oriente nettement plus vers cette dernière catégorie. L’album, dans son ensemble, contient encore moins d’éléments metalcore par rapport aux deux précédents. Il n ‘y a pas de voix hurlée et également moins de riffs de guitare lourds, honnêtement cela semble être la prochaine étape de la métamorphose du son d’Issues, l’éloignant encore plus de son identité passé. Cependant, dans le contexte du son plus pop du groupe, certains éléments typés metalcore qui ont réussi à figurer sur l’album (et il y en a peu) sont aléatoire et constituent davantage une tentative d’apaisement pour les vieux fans du groupe plutôt qu’une volonté de s’adapter au contexte des chansons. « Find Forever » est l’un des exemples les plus troublants. Les lignes de guitare bluesy à la John Meyer de l’intro et du couplet cèdent le pas à un riff vraiment déformé qui semble totalement déplacé par rapport au reste du morceau. Ceci n’est qu’un exemple parmi d’autres. Beautiful Oblivion n’est pas un mauvais album. Il est facile à digérer, inoffensif et constitue peut être un bon début pour le prochain chapitre du groupe. Au final, rien ne se démarque vraiment et, dans le seul cas où il y a du changement, ce n’est pas pour de bonnes raisons. [Loïc Cormery] THE DEUIL WEARS PRADA THE ACT OUT NOW !



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :