Metal Obs' Mag n°90 nov/déc 2019
Metal Obs' Mag n°90 nov/déc 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°90 de nov/déc 2019

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : H.I.M. Media

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 18 Mo

  • Dans ce numéro : Lionheart, le kiff du mois !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
Le mei[Leur des deux décennies de NIGHTWISH filmé [ors d'un concert d'anthologie à Buenos Aires. Un moment unique pour [es fans et pour [e groupe avec des titres joués pour la dernière fois sur scène. DECADES BLU-RAY DIGIBOOK I 2CD DIGIPAK 1 2CD/BLU-RAY EARBOOK I 3LP I DIGITAL SORTIE LE 06/12 CHECK OUl' ! OUR NEW NUCLEAR BLAST MAGAZINE Morella 30000 CDs,VInyl,T-Shuts, tongslems, Poster, DVOs..order free Nuslear 3Iast Oeschstrasse 40- D13012 Dentdorf - Germany Tel -49 1[117162.,T0026 -49M 7162T455,emall maleidegro leâlest de erfridi. ONLINE SHOP, BAND INFOS AND MORE  : WWW.NUCLEARBLAST.DE WWW.FACEBOOK.COM/NUCLEARBLASTEUROPE NUCLEAR BLAST MOBILE APP FOR FREE ON IPHONE, IPOD TOUCH + ANDROID ! Get the NUCLEAR BLAST mobile appNOW at http://road.ie/nuclearblast FOR FREE or scan this QR code with your smartphone reader !
En pleine meditation Il n’y a pas à dire, Leprous est réellement un groupe à part de la scène avant-gardiste et le prouve une nouvelle fois avec Pitfalls qui casse encore plus les codes. Douleur en profondeur et noirceur lumineuse sont les mots qui en ressortent de ce nouveau chef d’œuvre. [Entretien avec Einar Soldberg (chant, clavier) par Loïc Cormery] Allons droit au but, comment s’est passé la genèse de ce nouvel album ? Cette fois-ci, j’étais déterminé à composer d’une manière complètement différente, ne pas me noyer dans le bourbier des vieilles habitudes. Non pas que ça soit un but de ne jamais nous répéter, mais il faut que chaque album propose un nouveau feeling et une nouvelle approche. Donc, cette fois-ci, j’ai choisi d’utiliser mes oreilles plus que mes connaissances pour écrire la musique. À mon avis, logique et art ne cohabitent pas très bien, et plus on apprend, plus on a de chances d’utiliser cette pensée méthodique pour atteindre ton but. Cela mène à mon avis à un résultat très clinique, dépourvu de réelle passion ou émotion. Alors j’ai réalisé que je devais composer une fois encore seul. Ainsi, je pouvais placer les notes n’importe où, sans analyser la théorie à chaque fois, en utilisant uniquement mon oreille pour déterminer si cela sonnait suffisamment bien. Pendant l’enregistrement, beaucoup de changements et d’améliorations ont été faits. Je pense que la clé pour évoluer, c’est l’évaluation. Il y a toujours des choses à améliorer. Beaucoup de gens ne font pas ça à cause d’une sorte de fierté ou d’insécurité, mais il faut rester ouvert à la critique pour évoluer. Pratiques-tu la méditation à présent ? Je fais référence à l’artwork très spirituelle… Oui je pratique la méditation et je trouve cela indispensable pour mon bien-être. J’ai pris conscience de beaucoup de chose et sentiments non avoués qui me permettent de prendre un recul nécessaire grâce à la méditation. La pochette de l’album est le travail d’un indonésien du nom de Elicia Edijanto, elle est juste magnifique et représente une fois de plus l’état d’esprit de l’album. Le son de l’album a également évolué. Vous avez travaillé avec David Castillo pour la 3e fois. Pourquoi s’éloigner d’une production massive et métal ? J’aime le spectre sonore évolué d’années ou en années ou d’album en album. J’ai demandé à David de ne pas faire un son trop aseptisé « metal » ou « prog » je ne suis pas forcément fan des productions moderne trop compressées. Je trouve formidable que l’album soit organique avec un son pur et fort à la fois. Un mot sur la reprise du morceau « Angel » de Massive Attack qui figure en bonus ? C’est un morceau incroyable pour un groupe incroyable. J’ai toujours adoré ce groupe et le fait de reprendre et arrangé un de leur morceau, je trouve ça magnifique ! 111-7- 1 ; a.1111 LEPROUS Pitfalls Rock Progressif/Avant-gardiste j e ****ii Inside Out Music/Century Media Malina, le précédent disque de Leprous, avait tendance à rationaliser leur sonorité et leur intérêt pour la musique rock se manifestait par leur reprise du classique « Angel » du trip-hop de Massive Attack. Cependant, si The Congrégation (2015) était le point A sur une route où Malina (2017) et « Angel » étaient les points B etC, « Pitfalls » est au sûrement le point D. La plupart des chansons utilisent encore occasionnellement des guitares lourdes, mais une grande partie de cet album se situe à la limite du rock et d’une sorte de « pop art sombre ». Une transition aussi marquée est sûre de susciter de nombreuses réactions, y compris ceux qui méprisent immédiatement le groupe pour avoir surtout abandonné leur son prog metal, et ceux qui pensent que Leprous ne peut rien faire de mal et rejette toute critique avec une haine de l’esprit étroit. Je suis relativement ouvert à ce type d’exploration musicale, bien que j’aie le sentiment que, chaque fois qu’un groupe change de son de manière à rejeter les traits essentiels à son succès précédent, il doit être remplacé par quelque chose de tout aussi convaincant. C’est le cas une fois de plus avec ce nouveau chef d’œuvre. Einar Soldberg s’est montré sombre, brillant et encore plus touchant, relevant la tête hors de l’eau en proposant une nouvelle ère à Leprous. Pitfalls va se hisser dans le top 5 des albums de l’année à coup sûr. [Loïc Cormery] TOOTHGRINDER I AM Metal/Rock progressif SpinefarmRecords Troisième album studio pour le groupe, et deuxième avec Johnuel Hasney à la guitare solo, I AM est sans doute leur effort le plus complet à ce jour. En fait, il n’est pas exagéré de dire que cet album est un moment décisif dans leur carrière et une avancée audacieuse. Une déclaration déjà démesurée, mais passons à la vitesse supérieure  : c’est un album qui pourrait les élever à l’échelon supérieur des groupes rock/metal et élargir leur base de fans de façon exponentielle. Nous vivons en 2019, une époque où, faute d’un meilleur terme, la créativité dans la musique lourde a frappé un mur proverbial. Tout a été fait, tout a été dit, et la surproduction a fait en sorte que chaque album ne sonne pas différemment du suivant et cela vaut pour tous les genres. Toothgrinder parvient à prendre trois ingrédients clés  : la musicalité, l’honnêteté et l’émotion en les intégrant dans une collection de chansons qui ne sont pas seulement cohérentes, mais qui restent convaincantes et amusantes. Cela est évident dès la première introduction du nouveau disque avec la sortie de la chanson titre « I AM ». Une chanson stimulante, éclairante et édifiante qui donne le ton pour le reste de l’album. Le seul problème c’est qu’ils ont choisi d’en faire la dernière piste, pas la première ! Une manœuvre effrontée pour placer le single en tête à l’arrière du disque. De l’ouverture mélodique et assez rugueuse de « The Silence Of A Sleeping WASP » à l’hybride acoustique « No surrender In The House Of Leaves », qui propose de fantastiques harmonies vocales, il y a de l’intrigue à trouver. Il y a aussi des chansons tout aussi délicieuses, telles que le second single « My Favorite Hurt », et « shiVer », sombre et magnifique. En somme, Toothgrinder tient en haleine du début jusqu’à la fin. [Loïc Cormery] METAL OBS’15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :