Metal Obs' Mag n°89 sep/oct 2019
Metal Obs' Mag n°89 sep/oct 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°89 de sep/oct 2019

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : H.I.M. Media

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 30,7 Mo

  • Dans ce numéro : Jinjer, rentrée des classes 2019 !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 40 - 41  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
40 41
Magistral Avec la sortie de A Dawn To Fear, Cult Of Luna vient nous rappeler à quel point le groupe excelle dans son domaine. [Entretien avec Johaness Persson (chant, guitare) par Norman Garcia - Photo  : DR] Vos précédents albums avaient pour habitude de raconter une histoire. Mais ce n’est pas le cas de A Dawn To Fear… Effectivement, tous nos albums, excepté le premier, avaient une histoire comme fil conducteur. Mais pour celui-ci nous avons voulu expérimenter, travailler à partir d’une simple image ou d’un riff, et voir où cela nous menait. Nous voulions quelque chose de plus spontané. Quels sont les sujets traités ? Des sujets personnels, des idées qui me viennent spontanément et qui peuvent avoir plusieurs interprétations. Je pars souvent d’un mot, d’une phrase, et les phrases suivantes arrivent naturellement. Quelles sont tes principales influences ? Je me sens trop vieux pour parler de ce genre de chose, pour être honnête. Quand j’étais jeune, je savais exactement comment je voulais sonner et quoi faire, mais maintenant j’ai suffisamment d’idées à exploiter, je sais ce que peux et veux faire, même si je ne peux pas affirmer que plus rien ne m’influence. Cela peut venir d’un bouquin, d’un film, de n’importe quoi d’autre. Le line-up de Cult Of Luna a changé plusieurs fois. Comment cela a-t-il impacté le groupe ? Il n’a pas tant changé que ça après 2003 (NDLR  : il y a eu également quelques mouvements pendant l’écriture et après la sortie de Vertikal, entre 2012 et 2014). La meilleure chose qui soit arrivée au groupe, c’est de collaborer avec des personnes qui ne viennent pas du même univers musical, nous permettant ainsi de changer certaines choses et de trouver notre son. Qu’écoutes-tu en ce moment ? Pertubator (NDLR  : musicien français œuvrant dans la synthwave, avec qui Johannes projette de collaborer pourl’édition 2020 du Roadburn), Interpol, des disques de hardcore old-school, le groupe belge Brutus qui arrive à mixer des vieux trucs pour en faire quelque-chose de très bon, un genre de post-punk/hardcore... Quel est ton album favori dans la discographie maintenant riche de Cult Of Luna ? Avec du recul, je dirais que c’est Somewhere Along The Highway, qui est vraiment bon, même si j’aime aussi les autres albums. C’est d’ailleurs ces vieux albums qui ont forgé l’identité du groupe. Salvation a également joué un rôle dans ce qu’est devenu Cult Of Luna aujourd’hui. CULT OF LUNA A Dawn To Fear Post-metal/post-core Metal Blade/Sony Music Attendre la sortie d’un nouvel album des Suédois est toujours une longue épreuve pour tout fan du groupe qui se respecte. Dès l’écoute du titre d’ouverture, « The Silent Man », au rythme infernal imposé par la batterie, le doute n’est plus permis. Ambiances sinistres ou inquiétantes (« A Dawn To Fear ») , atmosphères tantôt oppressantes, tantôt éthérées… l’album nécessitera plusieurs écoutes pour en savourer toute la teneur, à l’image des morceaux « Nightwalker » et « Lights On The Hill », d’une grande richesse musicale. Jusqu’au dernier morceau, « The Fall », et son superbe final, Dawn To Fear ne déçoit pas. Un album magistral pour un groupe magistral. [Norman Garcia]
Quete spirituelle C’est en pleine canicule que nous avons contacté le chanteur et multi-instrumentiste Neige, qui, heureusement, n’a pas fondu sous notre avalanche de questions à propos de la sortie cet automne de son sixième album, Spiritual Instinct. [Entretien avec Stéphane « Neige » Paut (chant, guitare) par Seigneur Fred - Photo  : Andy Julia] Alcest a changé de label, quittant Prophecy Productions pour Nuclear Blast. Tu n’as pas peur des critiques du genre  : « vendus », « c’est commercial » ? On est restés chez Prophecy Productions très longtemps car j’avais signé un contrat d’une dizaine d’années pour plusieurs albums. Ça reste un excellent label, leurs objets collectors sont toujours magnifiques, mais on a eu besoin d’air frais pour se développer, sans forcément parler argent. Prophecy Productions est une petite structure, tu sais, et ceux qui critiquent ne voient les choses que de l’extérieur. Sur Kodama figurait déjà l’artiste norvégienne Sylvaine, qui a sorti deux disques depuis. Chante-t-elle à tes côtés sur Spiritual Instinct ? On s’est rencontrés il y a longtemps lors d’un concert de Katatonia. Elle m’avait avoué être très fan d’Alcest et m’avait parlé de son projet qui commençait  : Sylvaine. Puis j’ai participé à l’un de ses albums à la batterie. Elle avait déjà chanté en effet sur deux chansons de Kodama. Sur Spiritual Instinct, elle participe de nouveau en chantant sur l’intro de « L’Ile Des Morts », en milieu d’album. Ce nouvel album est extrêmement travaillé et mature au niveau des compositions et de l’enregistrement. A l’écoute, on ressent une certaine plénitude… Merci, ça fait plaisir. Heureusement, d’un autre côté, car depuis le temps qu’on évolue sur la scène musicale… Et je suis content que tu aies remarqué tout le travail qu’on a apporté ici en studio (rires). On s’est mis la pression pour faire mieux que Kodama. L’enregistrement de Spiritual Instinct a été très long, car réalisé en analogique chez Xort (Anorexia Nervosa), près de Nantes. Et ce fut un processus très personnel pour moi, à vrai dire, car ces dernières années ont été difficiles. C’est probablement l’album le plus difficile que j’ai eu à faire. ALCEST Spiritual Instinct Metal atmosphérique/blackgaze Nuclear Blast/ADA 42 METAL OBS’En l’espace de 6 chansons relativement longues, notre duo français, précurseur du blackgaze à l’étranger et désormais dans ses terres, distille avec humanité un metal atmosphérique enivrant mais rythmé (l’énergique « Sapphire »). Si les racines black metal de Neige (ex-Pest Noire, ex-Glaciation) ont presque disparu (quelques riffs de guitares ou screams ici ou là sur « Protection » ou « L’Ile Des Morts », featuring Sylvaine au chant), elles témoignent des démons intérieurs du chanteur quand il revient sur Terre après avoir rêvé son autre vie dans un monde meilleur. Véritable catharsis pour son auteur, Spiritual Instinct s’achève sur un sentiment de plénitude après un climax (« Le Miroir », suivi de la chanson-titre)… Qu’on ne demande qu’à vivre en communion avec Alcest lors de sa prochaine tournée européenne. [Seigneur Fred]



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :