Metal Obs' Mag n°88 jun/jui/aoû 2019
Metal Obs' Mag n°88 jun/jui/aoû 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°88 de jun/jui/aoû 2019

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : H.I.M. Media

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 38,6 Mo

  • Dans ce numéro : bienvenue dans la famille !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 42 - 43  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
42 43
Lumineux Imminence, groupe de post-hardcore suédois, a explosé grâce à This Is Goodbye, sorti en 2017. Il signe une fois de plus un album remarquable avec Turn The Light On. [Entretien avec Eddie Berg (chant) par Loïc Cormery - Photo  : DR] I en 2014 et This Is Goodbye en 2017 sont deux albums qui vont ont permis de vous faire connaître du grand public... Nous avons donné pas mal de concerts à travers l’Europe et nous avons réussi à tirer notre épingle du jeu. L’aide d’Arising Empire est venue courant 2016. Le label s’est dit qu’une plus grande distribution serait mieux pour nos albums à venir. Que penses-tu de l’évolution de votre musique ? Quand on a commencé, on était plus dans un style alternatif, après c’était néo. Puis nous avons évolué vers du post hardcore. Ce n’est pas un truc que nous avons décidé. Le groupe est attendu au tournant. Avez-vous eu plus de pression que par le passé ? Pas vraiment. Quand nous faisons de la musique, nous sommes égoïstes, nous ne pensons pas au monde extérieur. Nous avons assez à faire avec nous-mêmes, alors on enregistre et on sort l’album. Quand on a fini Turn The Light On, je suis rentré et j’ai écouté notre précédent album que je trouvais meilleur. Je me suis instantanément senti en insécurité, je me suis dit que c’était de la merde. Pendant l’enregistrement, tu es tellement dans le nouvel album que tu ne sais plus bien où tu en es (rires) ! Quel est le message du titre de l’album, Turn The Light On, et de la pochette apocalyptique ? Les morceaux traitent de la cupidité des entreprises, des semeurs de haine qui sont payés pour raconter des conneries à la radio ou à la télé, de l’environnement, de l’amour, du mensonge, de la trahison… Avec ce titre d’album, nous voulons montrer qu’Imminence est bien là pour rester et illuminer le monde. L’espoir est ailleurs, sur une terre meilleure. « Saturated Soul », « Infectious » et « The Sickness » sont les titres phare de cet album... Ils résument bien l’identité de l’album et ce que j’aime jouer dans le groupe. Ce sont vraiment des morceaux incisifs, super mélodiques et très métal. IMMINENCE Turn The Light On Post-hardcore Arising Empire/Nuclear Blast/ADA Nous n’allons pas tourner autour du pot  : Turn The Light On est l’un des meilleurs opus de post-hardcore de ces derniers mois. Presque pas de temps morts, des refrains excellents, et bien entendu un Eddie Berg impérial au chant. Le groupe suédois surprend par sa capacité à recycler du vieux pour en faire du neuf, tout en restant authentique et puissant. L’ouverture « Erase », pouvant rappeler The Devil Wears Prada, est un véritable régal sonore. Les musiciens coulent leur talent respectif dans un ensemble harmonieux, remisant au vestiaire leur ego. Avec ses compos rythmées et ses moments plus sombres qui ont tendance à filer le frisson, Turn The Light On est un monument de mélodies ciselées. [Loïc Cormery] TIME LURKER VS. CEPHEIDE Ayant pour point commun d’avoir sorti chacun leur premier album en 2017, Time Lurker et Cepheide partagent en outre une même approche artistique du black metal, à la fois abstraite, froide et atmosphérique. Rencontre avec le duo parisien Cepheide à l’occasion de la parution de leur split-album ce printemps. [Entretien avec François Saint Voirin (guitare, basse/Cepheide) et Gaëtan (chant, guitare, batterie/Cepheide) par Seigneur Fred - Photo  : DR] D’où est venue l’idée de faire ce split-album avec les 2 groupes ? Gaëtan  : Venant de Strasbourg, j’étais en contact avec Mick (Time Lurker) depuis quelques temps déjà. Après sa première publication et la nôtre, l’EP Respire, nous avons vite eu l’idée de travailler ensemble. Quel est le concept de ce split éponyme ? Les chansons sont très abstraites, atmosphériques, et connectées entre elles… François  : L’idée est simple. Nous avions envie d’être ensemble sur le même album, et de le faire découvrir aux fans de l’un et l’autre groupe. Cepheide et Time Lurker n’ont en revanche pas interagi pendant la phase de création. Une fois les morceaux finis, chacun à découvert le travail de l’autre avec plaisir. Mais nous savions d’avance que le résultat allait nous plaire. Dans Cepheide, vous êtes un duo, alors que Time Lurker est un one-man band (le multi-instrumentiste Mick). Comment travaillez-vous et quelle approche avez-vous eu pour votre unique titre « Lucide » ? Gaëtan  : Nous voulions profiter du split pour avoir un espace de liberté plus vaste que sur un album. Nous avons apporté des influences encore inexploitées jusque-là, en rajoutant du chant clair, des moments plus calmes ou encore des solos, avec un format de 19 minutes qui nous laissé la place pour expérimenter. Enfin, quels sont les projets pour chacun des deux groupes/artistes cette année ? Pour Cepheide, nous allons continuer l’écriture du prochain album. Sachant que nous avons beaucoup de choses de prévues avec nos projets solo respectifs, Baume et Bateau-tombe, suivis de Rance, notre projet parallèle commun dont le prochain album devrait aussi voir le jour cette année. TIME LURKER/CEPHEIDE Time Lurker/Cepheide Black metal atmosphérique Les Acteurs De L’Ombre Autre split-album ou plutôt EP à paraître ce printemps chez Les Acteurs De L’Ombre  : celui de Time Lurker et Cepheide, uniquement composé de 3 longs morceaux. Les deux formations françaises partagent pour l’occasion leur vision dérangeante et abstraite du black metal. Time Lurker, l’œuvre d’un seul homme (le strasbourgeois Mick), nous offre 2 titres d’environ 7 et 5 minutes chacun, avec un chant lointain déchirant, des riffs froids continus et une batterie programmée, rendant l’ensemble inhospitalier mais relativement atmosphérique. Comme Cepheide à son tour sur son unique chanson « Lucide », chacun des artistes prend le temps de développer son art, rajoutant par endroits quelques phrasés féminins (11’03), de légers chants clairs (07’20), ou de brefs soli de guitares. Au total, on reste un peu sur sa faim car on aurait aimé davantage de morceaux. Nous nous rabattrons sur leurs divers projets à venir. [Seigneur Fred] METAL OBS’43



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :