Metal Obs' Mag n°88 jun/jui/aoû 2019
Metal Obs' Mag n°88 jun/jui/aoû 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°88 de jun/jui/aoû 2019

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : H.I.M. Media

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 38,6 Mo

  • Dans ce numéro : bienvenue dans la famille !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
Le monde en face a face Abnormality nous revient avec un album qui continue le chemin tracé depuis 2005, c’est-à-dire technique, brutal et sans répit. [Entretien avec Mallika Sundaramurthy (chant) par Aline Moiny - Photo  : DR] Vous avez 14 ans de carrière, mais Sociopathic Constructs n’est que votre 3ème album studio. Comment vous l’expliques-tu ? C’est le résultat de beaucoup de tournées et de notre disponibilité pour l’écriture. Nous ne voulons pas nous presser  : aucune chanson ne doit être en-dessous de notre seuil de qualité. L’album reflète parfaitement l’ère du temps. C’est important pour vous de donner votre point de vue sur le monde dans votre musique ? Oui, et ce depuis les débuts du groupe. Aux USA, les médias sont surveillés, contrôlés, et l’opinion publique manipulée. Les citoyens sont espionnés  : leurs conversations et leur historique de navigation sont enregistrés. Tout cela pour permettre aux dirigeants de maintenir, voire d’accroître leur influence. Votre tournée commencera par un concert à l’Obscene Extreme Fest. Comment l’appréhendes-tu ? Nous sommes très enthousiastes ! C’est mon festival européen préféré. Vous n’avez prévu qu’un seul show en France  : à Montpellier. Est-ce parce que c’est une des places fortes de la musique extrême ici ? Le tour manager a retenu les villes en fonction des offres des promoteurs et de la route à faire, cela ne dépend donc pas de nous. Ce sera notre premier concert en France, c’est pour cette raison que nous sommes pressés d’y être. ABNORMALITY Sociopathic Constructs Death technique Metal Blade/Sony Si le troisième opus d’Abnormality se veut une critique de notre monde, il réussit son pari en alliant la force des paroles portées par la voix de Malikka Sundaramurthy à un death technique impeccable. Le ton est donné avec le premier morceau « Monarch Alpha », qui ouvre directement sur une série de blasts... Le reste de l’album est de la même teneur, même si des titres comme « Transmogrification Of The Echoborgs » permettent de passer quelques riffs psychédéliques. Ici, tout est brutal, construit pour mieux nous déconstruire. Le groupe de Boston ne faillit donc pas à sa réputation d’être l’un des plus heavy et dynamique sur la scène métal extrême. [Aline Moiny]
Tierce gagnant Fondé en 2007 sous le nom d’Amendfoil et auteur de deux albums, le groupe finlandais a décidé de faire peau neuve sous la forme d’un trio, Palehørse, et de se recentrer sur l’essentiel  : la musique. [Entretien avec Lassi Mäki-Kala (chant, guitare) par Seigneur Fred - Photo  : DR] Palehørse n’existe que depuis cette année, puisqu’auparavant vous évoluiez sous le nom d’Amendfoil. Pourquoi avoir soudainement changé de nom ? On a joué en quatuor pendant plus d’une décennie, et maintenant nous sommes devenus un trio suite au départ de notre guitariste soliste Juha-Matti Helmi. On a alors trouvé un nouveau contrat avec Indie Recordings et décidé de réenregistrer notre album pour le rééditer… On a senti qu’il s’agissait d’un nouveau départ. C’était donc naturel de changer aussi de nom. Notre son maintenant, avec Palehørse, est plus brut, plus direct. Le fait d’être un trio à présent a-t-il changé votre manière de travailler ? Notre premier vrai challenge sera assurément le prochain album puisqu’il sera fait dès le départ en tant que trio. L’album éponyme qui paraît aujourd’hui est juste une nouvelle version de notre précédent disque avec Amendfoil, réenregistré à trois. Je pense que les limitations du trio rendent le processus d’écriture et de composition plus difficile et plus excitant, car tu dois penser à tout. Un trio dégage une énergie spéciale sur scène (Rush, The Police, Nirvana…). Comment est Palehørse, en live ? Cette configuration a ses avantages et ses inconvénients. Les trios sonnent de façon plus claire généralement en live. Les instruments sont plus séparés dans l’espace sonore. Mais tu as un instrument en moins du coup. Il n’y a pas d’endroit où se cacher, tout sonne plus vrai. Mais la dynamique du groupe n’a pas beaucoup changé, on se connait depuis si longtemps… Cet album est dynamique, technique, avec un grand travail sur les mélodies… On n’a jamais cherché un son spécifique. On a toujours juste fait de la musique qui sonne bien pour nous. Tout vient naturellement. PALEHØRSE Palehorse Rock/metal alternatif Indie Recordings/Season Of Mist 26 METAL OBS’Tout est dit ou presque quand l’impressionnant chanteur/guitariste Lassi Mäki-Kala déclare à propos de son nouveau groupe qu’il « combine des compétences techniques extrêmes, une attitude in-your-face, et une rugosité digne d’une traversée du désert mêlée à de multiples harmonies vocales ». Issu du quatuor finlandais Amendfoil moins un, Palehørse a réenregistré pour l’occasion son dernier album Empyrean & Ophidian (2016) pour n’en garder que la substantifique moelle, à savoir un rock/metal alternatif direct et mélodique. D’une dynamique incroyable et d’une technique bluffante, ce premier album éponyme impressionne (cf. la chanson-titre) et séduira aussi bien les fans de metal alternatif de la fin des années 90 (« Catharsis » et son puissant refrain à la Spineshank) que les amateurs des derniers In Flames (s’il en reste encore). Comme quoi, les restructurations ont parfois du bon ! [Seigneur Fred]



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :