Metal Obs' Mag n°87 mar/avr/mai 2019
Metal Obs' Mag n°87 mar/avr/mai 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°87 de mar/avr/mai 2019

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : H.I.M. Media

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 40,8 Mo

  • Dans ce numéro : tire son epingle du jeu.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
em path NOUVEL ALBUM SORTIE LE 29/03 UNE NOUVELLE FORCE MUSICALE ENCORE JAMAIS ENTENDUE ! EDITION LIMITÉE EN VERSION DELUXE avec 1 CD Bonus de 10 titres contenant 10 nouveaux morceaux. Egalement disponible en version CD – 2LP+CD et téléchargement www.CENTURYMEDIA.com www.INSIDEOUTMUSIC.com P E R I P H E R Y I V H A I L S T A N N O U V E L A L B U M ! S O R T I E L E 0 5/0 4 UN VÉRITABLE ASSAUT SENSORIEL FRÉNÉTIQUE ! UN FEU D’ARTIFICE SUBTIL, COMPLEXE ET MÉLODIQUE !
D’humeur assassine L’univers des Français d’Erlen Meyer est celui des romans sombres d’Agatha Christie ou des histoires frissonnantes d’Alfred Hitchcock. Selon ses géniteurs, ce nouvel opus, Sang Et Or, constitue le premier chapitre d’une enquête glaçante. [Entretien avec Olivier Lacroix (chant) par Norman Garcia - Photo  : DR] Il s’est passé six ans depuis la parution de votre premier album éponyme. Pourquoi avez-vous mis autant de temps à réaliser Sang et Or ? L’un d’entre nous a été gravement malade, ce qui a freiné le processus de composition. Des événements personnels - heureux mais aussi malheureux - ont également ponctué ces quelques années, et il a fallu s’adapter. Enfin, nous sommes désormais « éclatés » dans le sud-ouest de la France  : trois d’entre nous habitent à Limoges, et les deux autres à Bordeaux et dans le Pays basque. Du coup, comment composez-vous ? Nous nous sommes adaptés avec les techniques de MAO (NDLR  : musique assistée par ordinateur). L’un d’entre nous enregistre quelques riffs, les fait écouter aux autres, et on voit si ça plaît à tout le monde. Quand on a l’occasion de se retrouver, on travaille alors sur ce « brouillon » en développant des mélodies, la structure… Jusqu’à obtenir un résultat cohérent. Chacun apporte sa contribution. Votre musique est caractérisée par sa noirceur. Comment réagissent vos proches, qui ne sont pas forcément familiers avec ce genre de metal ? Nous évoluons tous dans ce milieu musical depuis suffisamment longtemps pour que nos proches n’aient plus aucune réaction particulière face aux thèmes abordés ou à la couleur de notre musique. Sans doute, quand nous étions adolescents, nos proches pensaient-ils que nous ne traversions qu’une « phase » … Mais plus maintenant. Par ailleurs, nous inscrivons la narration dans un cadre relativement « mainstream », qui est celui du polar noir. Evidemment, les faits décrits sont sordides, mais jamais glorifiés  : c’est une histoire, avec un début, un milieu et une fin. Le chant en français est une de vos caractéristiques marquantes. Sur « Coton Cardé », par exemple, les paroles sont très recherchées (« décoction », « onguent », « glabre »...). Est-ce une façon d’attiser la curiosité de l’auditeur ? Le choix du chant francophone s’explique de plusieurs façons. D’abord, nous ne sommes pas tous bilingues et on préfère s’en tenir à ce qu’on sait faire. Cela peut être perçu à priori comme un défaut, mais en réalité, les amateurs de notre musique sont le plus souvent étrangers ! Une autre raison est évidemment qu’à l’heure actuelle, le choix du français est original. L’anglais est omniprésent dans la scène musicale nationale ou internationale. Vous accordez aussi de l’importance à l’imagerie, or la pochette du nouvel album est plus que sobre. Pourquoi ? Parfois, une pochette qui en dit très peu est préférable… C’est pourquoi nous sommes partis, avec l’aide de Fabian Sbarro, sur l’idée d’une boîte mortuaire contenant les effets personnels de la victime d’un crime. ERLEN MEYER Sang et Or Sludge/post-metal Argonauta 10 METAL OBS’C’est noir, sombre, glauque. Bienvenue dans l’univers d’Erlen Meyer, qui dépeint à travers sa musique les crimes les plus sordides. La majorité des titres présents sur l’album oscille entre 6 et 7 minutes. L’autre originalité vient des textes chantés en français. Une prise de risque tellement pertinente. En effet, pourquoi se priver de la richesse de notre langue ? Les paroles ne sont pas toujours hurlées, comme dans « Coton Cardé » ou « Vipères », mais ce chant possédé, quel pied ! Le reste du groupe n’est pas en reste, notamment avec sa section rythmique lourde et abrasive. Avec Sang Et Or, Erlen Meyer vient de commettre le crime parfait. [Norman Garcia] D É J À D I S P O N I B L E A U F O R M A T P H Y S I Q U E E T D I G I T A L « A s a m b i t i ou s a r e l e a s e a s A N o t i on o f C a u s a l i t y w as, A n I l l u s i v e P r o g r e s u p s t h e a n t e b i g t i me, t h i s i s a r e l e a s y ou’r e g o i n g t o w a n t t on a b, t r u s t me on t h at. B r u t a l de a t h h e a v y t e c h de a t h w i t h a de f i ne d pr o g de a t h f o c u s i s n o t t h e m o s t c o m m on t h i n g a r ou n d, a n d D y s m o r p h i c h a v e pr o v en on c e a g ai n t h e y’r e o ne o f t h e b e s t g r ou p s c o m b i n i n g t h e b e s t o f b o t h w o r l d s i n t o s o met h i n g s p e ci al. »



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :