Metal Obs' Mag n°87 mar/avr/mai 2019
Metal Obs' Mag n°87 mar/avr/mai 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°87 de mar/avr/mai 2019

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : H.I.M. Media

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 40,8 Mo

  • Dans ce numéro : tire son epingle du jeu.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
Oh, la belle bleue Nous ne manquons jamais une belle rencontre, comme celle-ci, à Londres, avec Yngwie Malmsteen. Son nouvel opus, Blue Lightning, reprend des grands classiques du rock. Et est agrémenté de quatre nouvelles chansons. [Entretien avec Yngwie Malmsteen (chant, guitare, claviers, basse) par Julien Meurot - Photo  : DR] Pourquoi avoir retenté l’aventure du disque de reprises, 23 ans après Inspiration ? C’est une idée de mon label, Mascot. « Demon’s Eye », de Deep Purple, a été de nouveau enregistré alors qu’il était déjà présent sur Inspiration. Pourquoi ? C’est un titre très particulier pour moi. Je voulais absolument le chanter et le remettre dans la bonne tonalité, car à l’époque il ne l’était pas. Je le répète souvent, mais Ritchie Blackmore est vraiment une influence majeure. Que t’inspire son retour avec Rainbow ? Je trouve que son chanteur est horrible, il ne colle pas du tout à ce qu’était le groupe. Quant a Ritchie, malgré ses problèmes de dos, il a un touché incroyable. J’aimerais bien le voir sur scène, mais je serai en tournée quand il jouera en Suède en juin. On retrouve également « While My Guitar Gently Weeps » des Beatles, qui est souvent le titre préféré des guitaristes. C’est vrai (rires), mais j’adore ce titre plus pour le chant que pour les guitares. Au fil des années, je prends de plus en plus confiance dans mon chant, et j’adore ça. Les 4 titres originaux ont-ils été écrits pour ce disque ? Oui. On y retrouve un interlude somme toute assez classique et de nouveaux titres qui collent bien à l’ambiance du disque. Blue Lightning est aussi prétexte à nous montrer tes talents de bassiste. J’imagine que tu dois en avoir une belle collection, comme pour les guitares. En effet, j’en ai environ 70. J’aime bien cet instrument. J’essaie autant que possible d’en jouer comme un vrai bassiste, pas comme un guitariste qui passe ponctuellement à la basse. YNGWIE MALMSTEEN Blue Lightning Reprises rock Provogue/Mascot/Wagram Technicien de la guitare le plus doué de sa génération, Yngwie Malmsteen s’est révélé être, en refusant toute compromission et par effet domino toute collaboration, un arrangeur médiocre doublé d’un producteur incompétent. Que lui reste-t-il des glorieuses années pré-War To End All Wars (2000) ? Des signes extérieurs de richesse. Sa piscine à Miami, ses collections de Strat’crème, de têtes Marshall super lead et de Ferrari 328… Quatre thèmes, quatre photos promo. Le pari de Mascot d’emmener Yngwie vers un album aux deux tiers de covers blues/rock a ceci de positif que le néo-classique ne sera pas massacré. Mieux  : « Blue Jean Blues » (ZZ Top) rappelle que le shredder conjugue, comme nul autre, technique et feeling grâce à des bends d’une justesse redoutable. On s’étonne par contre du dés-enrichissement de « Purple Haze » (Jimi Hendrix) où les accords en 7/9# sont passés à la trappe. La voix du maître, homme-orchestre par nécessité égotique, se rapproche de celle d’un Ian Gillan sur « While My Guitar Gently Weeps » (Beatles). Et s’en éloigne sur « Smoke On The Water » ! Le son gloubi-boulga est malheureusement à des années-lumière du devancier Inspiration (1996), entièrement constitué de reprises (dont « Demon’s Eye », de Deep Purple, qui fait ici double emploi). Les 4 « nouveaux » morceaux recyclent bien entendu des plans qui tournent euxmêmes en boucle depuis plus de 30 ans. Une parenthèse à peine enchantée pour un artiste-autiste qui ne produit depuis trop longtemps que pour le seul marché japonais. [Jean-Christophe Baugé] (P)&(C)2019.ALL RIGHTS RESERVED Flying Dolphin Entertainment UG Widdersdorfer Str. 325 - 327, 50933 Köln www.metalville.de, office@metalville.de
Renaissance Après une suite Evocation II - Pantheon décevante et moult remaniements de line-up, la tribu helvète de folk metal semble avoir trouvé un second souffle sur son huitième opus Ategnatos. [Entretien avec Chrigel Glanzmann(chant, flûte, mandoline) par Seigneur Fred - Photo  : DR] Lors de notre précédent entretien, pour l’album Origins, Eluveitie était en tournée en Chine. Et ce soir vous jouez au Mexique… Oui, au Circo Volador de Mexico, on y entame notre tournée sud-américaine. Ce n’est pas la première fois qu’on se produit là-bas. Et on joue déjà live le single « Rebirth » et la chanson-titre « Ategnatos » du nouvel album. Quelques mots sur la récente réédition de votre second album, Slania ? Pour fêter les dix ans de Slania, un album important pour Eluveitie, Nuclear Blast a réédité une version spéciale avec un nouvel artwork. Mais les chansons n’ont pas été remasterisées, ce n’était pas nécessaire, elles sonnaient déjà bien. Il y a juste des démos, des versions acoustiques et divers commentaires en bonus. Ce huitième album, Ategnatos, a-t-il été composé en tournée ? Je ne compose pas en tournée, ou très peu. J’ai déjà essayé, mais ça ne fonctionne pas. On a besoin d’être tranquilles à la maison, à Zurich, et d’être en contact avec la nature aux alentours. Les nouveaux musiciens ont-ils davantage participé à la création de ce nouvel album par rapport à Evocation II, étant donné que plusieurs d’entre eux sont arrivés en 2016-2017 ? Ategnatos a vraiment été composé en groupe quand on est rentrés de la tournée d’Evocation II. Il y a plus d’éléments épiques cette fois, par exemple. Je dirais qu’il y a eu un développement interne, comme un renouveau. Ategnatos est généreux, à l’image de vos shows, et contient une certaine fraîcheur à travers pas moins de seize titres… Je ne sais pas si on est généreux (rires), mais c’est ainsi, les chansons ont besoin d’espace et il y a un thème cyclique qui nécessite un certain développement. D’ailleurs, Ategnatos signifie « renaissance » en gaulois. 20 METAL OBS’ELUVEITIE Ategnatos Folk metal Nuclear Blast/ADA Grâce à l’apport de nouveaux musiciens qui ont participé à la conception de ce huitième effort studio, un vent nouveau souffle sur la tribu helvète. Des éléments épiques intéressants (« Ategnatos ») ou plus typés heavy metal se font entendre (les soli de guitare sur « Black Water Dawn », « Eclipse »). Les riffs sont aussi un peu plus recherchés (l’excellent « Deathwalker »). Quant à Fabienne Erni, la nouvelle muse de Chrigel Glanzmann, elle fait des prouesses sur son second enregistrement, et arrive presque à nous faire oublier la voix d’Anna Murphy (le formidable refrain de « The Raven Hill » fondé sur une vieille chanson folk, à la « Tri Martolod »/« Inis Mona ») tout en jouant ici et là de la harpe celtique. En guest, notons la présence assez surprenante de Randy Blythe (Lambof God) sur le titre « Worship ». Ategnatos permet à Eluveitie et ses nouveaux bardes de se refaire une santé. [Seigneur Fred]



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :