Metal Obs' Mag n°86 jan/fév 2019
Metal Obs' Mag n°86 jan/fév 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°86 de jan/fév 2019

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : H.I.M. Media

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 11,9 Mo

  • Dans ce numéro : le groupe le plus excitant du moment ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
American way of (pagan) life Si les groupes de pagan metal ne sont pas légion outre-Atlantique, ce style musical y rencontre de plus en plus d’adeptes. Comme pour Halloween, importé d’Europe, les Américains de Helsótt puisent leurs racines dans le Vieux Continent pour donner naissance à Slaves And Gods. [Entretien avec Eric Dow (chant) par Seigneur Fred - Photo  : DR] Le groupe est né en 2010 à Menifee, CA. Quelle était l’idée de départ ? Mon frère Mark (guitare) et moi-même avons fondé le groupe. Je voulais faire une version américaine de certains de mes groupes favoris de pagan metal à l’époque. Nous ne voulions pas nous fixer de frontière sur la musique, mais garder un contenu lyrique essentiellement païen. Vous mélangez des influences bien plus européennes qu’américaines… Nous avons tous été influencés par la musique rock et metal américaine. C’est dans notre sang. On a grandi avec The Doors, Tom Petty, Iron Butterfly, Dio, Metallica, Slayer, Pantera, etc. Pour ce projet, nous voulions prendre ce qui était déjà dans notre ADN, mais aussi explorer le côté païen des musiques du monde en ajoutant ces influences européennes qui proviennent de Therion, Ensiferum, Turisas, Borknagar et Blind Guardian pour l’essentiel. Te sens-tu plus proche d’un Européen, artistiquement, ou d’un Américain ? Nous nous sentons très américains (rires) ! La couverture de Slaves And Gods représente un bateau avec une reine naviguant sur le Nil, au large d’une pyramide. S’agit-il d’un concept album inspiré par l’Egypte ancienne, comme en fait Nile ? L’artwork nous a simplement été inspiré par la chanson éponyme « Slaves And Gods », en ouverture de l’album. Le reste du disque fait référence aux mythologies grecque, celtique, nordique, slave et saxonne. Beaucoup d’invités y figurent  : Bjorn Friedrichsen et Kevin Storm(Cardamon), Masha « Scream » Lazar (Arkona), des membres d’Elvenking... Comment se sont déroulés ces duos ? Notre guitariste soliste a quitté le groupe en plein enregistrement de la batterie pour l’album. On l’a donc fini en demandant de l’aide à droite à gauche, à nos amis qui sont tous d’excellents musiciens et qui ont fait du bon boulot via Internet. Je ne pourrais être plus reconnaissant ! HELSOTT Slaves And Gods Pagan melting-pot M Theory/Season Of Mist 34 METAL OBS’Dès la chanson-titre, Helsótt nous plonge dans son univers métissé avec des claviers et des arrangements studio qui font leur petit effet, cachant un death/black musclé mais mélodieux. Les Californiens puisent leur inspiration dans les mythologies antiques, principalement européennes. Et c’est là où le bât blesse  : tout ça ne sonne pas très authentique. Musicalement, c’est du même tonneau  : les influences de Turisas, Finntroll ou Ensiferum prédominent. Malgré des interventions géniales (« The Coward’s Curse » avec Kevin Stormde Cardamon à la basse et leur ami Josiah Guile au chant clair bluffant, « Winter Smells Like Death » avec Masha d’Arkona et des claviers là encore très Dark Tranquillity, ou la reprise « Runnin’Down A Dream » de Tom Petty avec la touche folk du violoniste Lethien d’Elvenking), ce pagan made in USA manque cruellement de personnalité et sonne d’une manière assez inégale. Il y a un potentiel, reste à voir le rendu en live. [Seigneur Fred]



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :