Metal Obs' Mag n°86 jan/fév 2019
Metal Obs' Mag n°86 jan/fév 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°86 de jan/fév 2019

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : H.I.M. Media

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 11,9 Mo

  • Dans ce numéro : le groupe le plus excitant du moment ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
Une nuit a l’opera Jamais avare en blagues, Tobias Sammet, d’Avantasia, est un travailleur acharné qui mène deux groupes de front avec brio. Et qui a vendu 3 000 000 d’albums à ce jour, ce qui, au regard de l’état actuel de l’industrie du disque, est un tour de force. [Entretien avec Tobias Sammet (chant, claviers, basse) par Julien Meurot - Photo  : DR] On retrouve sur ce disque de nouveaux compagnons de jeux. Peux-tu nous les présenter ? C’est toujours excitant d’avoir de nouvelles têtes au sein d’un projet comme Avantasia. Concernant Hansi (NDLR  : Kürsch, Blind Guardian), nous avions déjà travaillé ensemble sur un titre d’Edguy. Je l’avais déjà approché pour The Metal Opera, mais il était trop occupé avec son groupe. Puis j’ai eu ce passage celtique sur « The Raven Child » qui était parfait pour lui, alors je l’ai contacté. A la base, je voulais une chanteuse, mais ça aurait été cheap, non (rires) ? Idem pour Mille (Petrozza, Kreator). Non pas que sa partie devait être chantée par une femme, mais nous sommes de bons amis. Ça fait longtemps que je voulais qu’il chante sur un titre d’Avantasia, et cette fois ça a marché. Je dois avouer que je ne suis pas vraiment dans ce genre de chant très agressif, mais le passage s’y prêtait plutôt bien. Il m’a dit que, cette fois, il ne voulait pas que ce soit un titre bonus (Mille apparait sur le titre « Mysteria », en bonus de l’album Hellfire Club d’Edguy). Concernant Candice (Night, Blackmore’s Night), je voulais une voix angélique et naturelle sur un titre techniquement difficile et écrit antérieurement à Ghostlights. J’ai contacté son manager - qui doit être sa mère - et elle a dit oui, même si elle n’avait chanté ce genre de musique. Elle est quand même mariée à l’un des inventeurs du genre, Ritchie Blackmore. Je pense effectivement que le monde de la guitare lui doit beaucoup… Un riff en particulier (rires). L’album se termine par une reprise de « Maniac ». Pourquoi ce choix ? Parce qu’il aurait été ridicule de commencer par ce titre (rires). A la base il ne devait pas être sur l’album, mais le résultat était si cool que nous avons décidé de l’inclure quand même. L’album est assez chargé, et finir sur un titre direct que tu peux chanter du début à la fin est une bonne chose. Ce disque n’est pourtant pas plus difficile d’accès que tes précédents. Effectivement, je vais moduler mon propos. Ce disque est assez accessible de par sa musique, mais pas par ses structures qui vont plus loin que ceux d’une simple chanson de 3 minutes. As-tu écrit ce disque dans ton sous-sol, comme tu le fais à chaque fois ? Oui, mais le procédé a été plus compliqué car lorsque je suis revenu de tournée j’étais vraiment épuisé. Tout le monde savait mieux que moi ce que je devais faire. Les fans, le label, tout le monde me demandait quand allait sortir le prochain album, si l’on pouvait signer un nouveau contrat etc… J’ai tout envoyé chier pour me trouver un hobby. Ce n’est pas de l’arrogance, mais de l’autoprotection. Et quel a été ce hobby ? Monter un studio complet dans mon sous-sol, ce qui est l’idée la plus stupide du monde quand tu veux prendre du recul (rires). Mais j’ai trouvé ça si enthousiasmant ! Collecter du matériel, chiner des vieux claviers, des vieux micros, etc… J’ai même acheté du matériel en France alors que je ne parle pas un mot de français. J’ai tout fait avec Google translate (rires). AVANTASIA Moonglow Opera metal Nuclear Blast/ADA Alors que l’on pensait avoir un nouvel opus d’Edguy, c’est avec son opéra metal que nous revient Tobias Sammet. Au programme de ce huitième album d’Avantasia  : un voyage de 70 minutes avec son lot d’hymnes et de plages épiques chantées par une pléiade de vocalistes chevronnés, dont Hansi Kürsch (Blind Guardian), Mille Petrozza (Kreator) et la ravissante Candice Night (Blackmore’s Night). Cette dernière offre une prestation rafraîchissante sur le titre éponyme. L’album a une fois de plus été construit avec l’aide de Sascha Paeth qui s’est fait plaisir en incorporant un peu de basse slappée. La production, sans grosse prise de risque, reste d’une efficacité redoutable. Moonglow, qui parlera aux fans, se termine sur une reprise de « Maniac », d’un fun indéniable. [Julien Meurot] METAL OBS’11
ONLINE SHOP, BAND INFOS AND MORE  : WWW.NUCLEARBLAST.DE WWW.FACEBOOK.COM/NUCLEARBLASTEUROPE NUCLEAR BLAST MOBILE APP FOR FREE ON IPHONE, IPOD TOUCH + ANDROID ! Get the NUCLEAR BLAST mobile appNOW at http://road.ie/nuclearblast FOR FREE or scan this QR code with your smartphone reader !



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :