Meet and Travel Mag n°7 mai/jun 2011
Meet and Travel Mag n°7  mai/jun 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°7 de mai/jun 2011

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Éditions Quatro

  • Format : (219 x 300) mm

  • Nombre de pages : 116

  • Taille du fichier PDF : 10,2 Mo

  • Dans ce numéro : Maurice - La Réunion - Argentine - Italie - Berlin - Luxembourg - Languedoc-Roussillon - Asie

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 30 - 31  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
30 31
AGeNCeS Rob Suisted 30 MEET AND TRAVEL MAG LA COUPE DU MONDE DE RUGBY RÉVEILLE L’INCENTIVE A quelques mois de son coup d’envoi, le 9 septembre, la première phase - et l’essentiel de la commercialisation - des billets pour la Coupe du monde de rugby s’est achevée sur plus de 900 000 entrées vendues. Un beau succès pour cet évènement qui représente une énorme manifestation à l’échelle de la Nouvelle-Zélande. Une destination rarement investie par le marché incentive et qu’un certain nombre d’entreprises va découvrir à cette occasion. Parmi les agences françaises ayant l’agrément officiel pour vendre le package hébergement et billets – Nouvelle-Zélande Voyages, Philéog, Groupe Couleur et Eventeam – les trois dernières l’ont commercialisé auprès de groupes d’entreprise ou d’agences de tourisme d’affaires. La plupart propose des séjours de 8 à 10 jours, le minimum étant de 4 nuits sur place. Les programmes sont centrés sur les matchs joués par l’équipe de France – notamment celui du 24 septembre contre la Nouvelle-Zélande –, incluent une découverte de la destination et parfois une rencontre avec un « ambassadeur » du ballon ovale. Ainsi de Jonah Lomu qui rencontrera les VIP du Groupe Couleur, ou de Sébastien Chabal autour duquel Eventeam a construit un programme haut de gamme. Malgré la durée des séjours, le manque d’hébergement et les tarifs – 4 000 euros par personne au moins –, les groupes confirmés sont plus nombreux que prévu. « On est surpris par l’engouement des Français » confie Igor Juzon, directeur général d’Eventeam, qui a le plus misé sur le marché corporate. Ce dernier met en avant « l’intérêt croissant des entreprises pour le rugby et la participation de l’équipe de France » pour l’expliquer. « La destination et l’évènement suscitent un véritable intérêt » confirme Marc Hassan, directeur adjoint de Philéog Sports, « mais en dehors de la coupe du monde de rugby la destination reste difficile à commercialiser auprès des entreprises ». La destination pourra-t-elle transformer l’essai et devenir une terre d’incentive ? Le voyage de 27h minimum et le décalage horaire de 12 heures ne la mettent pas à la portée de tous. Mais le déroulement de la coupe du monde de rugby sera aussi décisif. Du point de vue logistique, ou encore du climat, septembreoctobre étant une période humide. « Beaucoup de prestataires locaux ont gonflé leurs tarifs et cela va jouer à leur détriment » ajoute Sébastien Cros, directeur général de l’agence réceptive Across Oceania 360°, avant de conclure « c’est le pays du rugby, une destination qui offre de magnifiques paysages et une superbe ambiance. On peut espérer qu’il y aura un après coupe du monde ». L’ASSOCIATION FRANÇAISE DES ORGANISATEURS D’ÉVÉNEMENTS EST NÉE Réunir les organisateurs d’évènements, qu’ils soient actifs au sein d’associations, d’entreprises ou d’agences, pour parvenir à une reconnaissance de ce métier et travailler sur les problématiques professionnelles qui lui sont propres. Telle est la vocation de l’Association Française des Organisateurs d’évènements dont la création a été annoncée en mars à l’occasion du MEEDEX. Au sein du comité fondateur de cette nouvelle organisation qui cherche à rassembler au-delà des clivages entre prestataire et annonceur, se trouvent Luc Maene, président de l’ASAE (European Society of Association Executives), Gérard Réus, président de MPI France-Suisse, Serge Tapia, fondateur de l’agence Au service de l’événement, Alexandre Sabouret, ancien directeur des ventes séminaires et conventions chez Accor, Yves Rioton, directeur des salons Séminaires Business Events et Georges Freiha, directeur général de MEEDEX. Une première rencontre autour des objectifs et des propositions de l’AFO est prévue en septembre. MCI continue d’étendre sa toile à travers le monde. Le groupe a fait l’acquisition de Kaizen Eventos, une agence spécialisée dans les évènements d’entreprise et en Argentine, et de InfomedEvents, autre agence positionnée sur le secteur médical et pharmaceutique, basée à Dubaï. La dernière fusion en date concerne EMC Event & Meeting Company, une agence allemande également dotée d’une expertise sur le marché pharmaceutique, ce qui permet au groupe d’être présent à Munich. Ce dernier a réalisé une levée de fonds de 8 millions d’euros et ambitionne une hausse de son activité de plus de 20% en 2011. Catherine de Leonardi et Xavier Ginoux ont créé Openhive, une agence conseil ayant pour objectif d’intégrer la diversité intergénérationnelle et culturelle dans la communication interne et managériale des entreprises. Elle a pris place au sein du groupe Public Système Hopscotch. Because Event se lance dans l’organisation d’évènement et le tourisme d’affaires. Indépendante, tout en travaillant en synergie avec l’agence de communication éditoriale Because, elle dispose de l’agrément d’agent de voyage. Basée à Levallois Perret, elle est dirigée par Yannis Valavanis. La communication événementielle reprend quelques couleurs d’après l’enquête trimestrielle de l’ANAé. Selon les résultats du questionnaire à laquelle 40 agences membres ont répondu en mars, près de 75% d’entre elles prévoient une hausse de leur activité cette année et 60% ont vu le nombre d’appels d’offre augmenter par rapport à la même période en 2010, soit des indices en hausse de 13,3% et de 10,2%. Cependant, près de 50% des agences seulement jugent la situation du marché plutôt bonne. Les conventions et séminaires restent en tête des manifestations organisées, devant les évènements de communication externe, et les voyages de motivation et de récompense.
STEPHANE LECCA DIRECTEUR GENERAL DE PUBLICIS EVENTS Propos recueillis par Michel Foraud M&T - Quels sont les différents métiers de Publicis Events ? Dans quels secteurs intervenez-vous principalement ? Qui sont vos principaux clients ? Le cœur de métier de l’agence, c’est l’événementiel, avec une répartition sur les événements BtoB et BtoC qui est de 80% pour le BtoB et 20% pour le BtoC. Nous relançons cette année la partie incentive qui a été délaissée dans les années 2009/2010 et qui devrait représenter en 2011 entre 10 et 20% du chiffre d’affaires de l’agence. Agence qui est plutôt une généraliste, puisqu’elle intervient dans tous les secteurs d’activité, principalement ceux qui sont le plus consommateurs d’événements comme l’automobile, la banque assurance, l’industrie, avec de grands comptes tels Renault, Citroën, Opel, EDF, Areva, Bouygues, Euro-Copter, C&A, Conforama. M&T - Combien de collaborateurs travaillent au sein de cette filiale du groupe Publicis ? Publicis Events, c’est aujourd’hui 90 collaborateurs installés à Suresnes. M&T - Deux ans après votre arrivée à la Direction de l’agence, quel bilan faites-vous de votre action ? Je suis arrivé dans une période de transition chez Publicis Events marquée par un changement de présidence juste avant mon arrivée. Laquelle a coïncidé avec la perte de pas mal de grands comptes liés au départ dès 2008 de nombreux collaborateurs de l’agence qui pour certains sont partis avec leurs clients. En même temps arrive la crise qui affaiblit encore l’agence. Ma priorité a donc été de faire rentrer de nouveaux comptes dans l’agence, donc de se positionner sur les briefs, ce qui était peu le cas auparavant où l’on opérait beaucoup de gré à gré. Et même si Publicis Events était une grosse agence événementielle, elle n’était pas forcément identifiée par les annonceurs comme l’agence que l’on allait consulter. Donc un gros travail de réorganisation a été opéré pour être plus efficace et plus pertinent sur nos réponses. On est passé d’une culture de clients à une culture de compétition. M&T - Cette culture de la compétition vous a permis en 2010 de gagner de nouveaux comptes. Ce repositionnement se poursuit-il ? Comment évolue la demande en 2011 ? Les sociétés ont-elles définitivement tourné la page des actions évènementielles à grand spectacle ? Oui, il y a de grands comptes qui ont intégré l’agence dès 2009, je pense à Michelin, à C&A et à Bouygues. On se retrouve avec un marché qui a été en 2009 un peu touché par la crise. 2010 par contre a été très difficile, la demande étant très faible et surtout orientée vers la communication interne, ce qui nous a obligé à être très pertinent sur les briefs à un moment où il y avait une vraie compétition entre les agences. Depuis l’automne 2010, nous assistons à un retour des demandes d’événements de communication interne, mais je note que les budgets n’ont pas augmenté pour autant. La crise nous a contraint à nous repositionner sur la manière de produire, moins chère, plus malin et à repenser notre métier en privilégiant le fond et au détriment de la forme. Concernant les actions à grand spectacle, on voit encore quelques briefs poindre à l’horizon, l’automobile par exemple reste un gros consommateur d’événementiel fort pour la présentation de nouveaux véhicules. Mais pour le reste, les entreprises jouent low profile. M&T - Une présence à l’international est-elle aujourd’hui indispensable pour une agence comme Publicis Events ? La mondialisation de nos clients est un élément qui nous impose d’être une agence internationale. Nos clients nous demandent de les accompagner dans leurs événements à l’étranger, dans leur démarche commerciale. D’autre part, le regroupement de l’ensemble des agences événementielles, de consulting et de RP au sein du réseau MSL Group conduit de grands clients étrangers à nous demander une offre globale mondiale. Nous sommes donc amenés de plus en plus souvent à nous appuyer sur les autres entités du groupe Publicis installés à l’étranger. C’est une vraie force qui fait de Publicis Events un acteur majeur sur le marché de l’événement au niveau mondial. M&T - Sur le créneau de l’incentive qui revient à JCD au sein de Publicis Events, quelle est la tendance ? C’est un des secteurs qui a le plus souffert avec la crise. Or, nous assistons depuis trois à quatre mois à une reprise. Nous avons récupéré plusieurs briefs de clients qui souhaitent faire des voyages sur des destinations long courriers, ce qui témoigne de la nécessité de remotiver, de fédérer les équipes. M&T - Vous êtes en pointe depuis dix ans sur les questions de développement durable dans le secteur de l’événementiel. Vous réjouissez-vous que cette démarche soit reprise par la plupart des acteurs du marché ? N’y voyez-vous pas un effet de mode ? C’est un sujet qui me touche dans la mesure où j’ai travaillé au sein d’une agence (le Public Système) qui a été pionnière dans ce domaine. C’est vrai que c’était une mode il y a quelques années, mais la crise est passée par là et elle a donné un grand coup de frein au développement durable. Lequel, il ne faut pas se leurrer, a engendré des coûts supplémentaires pour les événements à un moment où les budgets diminuaient. Les clients qui nous imposaient cette règle l’ont d’ailleurs levée d’eux-mêmes de leur cahier des charges. Faire un bilan carbone est aujourd’hui un non sens, je pense qu’il y a de vraies démarches à imaginer. Je préfère une collaboration avec des associations humanitaires ou des ONG pour aider à construire des écoles, à financer des hôpitaux. M&T - Quels sont les prochains challenges que vous êtes fixés pour Publicis Events ? Envisagez-vous une nouvelle phase de croissance externe ? C’est bien sûr de fidéliser les clients que nous avons gagnés depuis deux ans et de les accompagner dans leur problématique de communication. C’est également de renforcer notre présence à l’international et de continuer à développer l’image créative de Publicis Events qui puisse répondre de manière différente aux attentes des clients. En termes de croissance, on peut imaginer demain d’intégrer un département autour du sport, tout en développant fortement le digital. NUMÉRO 7 | MAI - JUIN 2011



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Meet and Travel Mag numéro 7 mai/jun 2011 Page 1Meet and Travel Mag numéro 7 mai/jun 2011 Page 2-3Meet and Travel Mag numéro 7 mai/jun 2011 Page 4-5Meet and Travel Mag numéro 7 mai/jun 2011 Page 6-7Meet and Travel Mag numéro 7 mai/jun 2011 Page 8-9Meet and Travel Mag numéro 7 mai/jun 2011 Page 10-11Meet and Travel Mag numéro 7 mai/jun 2011 Page 12-13Meet and Travel Mag numéro 7 mai/jun 2011 Page 14-15Meet and Travel Mag numéro 7 mai/jun 2011 Page 16-17Meet and Travel Mag numéro 7 mai/jun 2011 Page 18-19Meet and Travel Mag numéro 7 mai/jun 2011 Page 20-21Meet and Travel Mag numéro 7 mai/jun 2011 Page 22-23Meet and Travel Mag numéro 7 mai/jun 2011 Page 24-25Meet and Travel Mag numéro 7 mai/jun 2011 Page 26-27Meet and Travel Mag numéro 7 mai/jun 2011 Page 28-29Meet and Travel Mag numéro 7 mai/jun 2011 Page 30-31Meet and Travel Mag numéro 7 mai/jun 2011 Page 32-33Meet and Travel Mag numéro 7 mai/jun 2011 Page 34-35Meet and Travel Mag numéro 7 mai/jun 2011 Page 36-37Meet and Travel Mag numéro 7 mai/jun 2011 Page 38-39Meet and Travel Mag numéro 7 mai/jun 2011 Page 40-41Meet and Travel Mag numéro 7 mai/jun 2011 Page 42-43Meet and Travel Mag numéro 7 mai/jun 2011 Page 44-45Meet and Travel Mag numéro 7 mai/jun 2011 Page 46-47Meet and Travel Mag numéro 7 mai/jun 2011 Page 48-49Meet and Travel Mag numéro 7 mai/jun 2011 Page 50-51Meet and Travel Mag numéro 7 mai/jun 2011 Page 52-53Meet and Travel Mag numéro 7 mai/jun 2011 Page 54-55Meet and Travel Mag numéro 7 mai/jun 2011 Page 56-57Meet and Travel Mag numéro 7 mai/jun 2011 Page 58-59Meet and Travel Mag numéro 7 mai/jun 2011 Page 60-61Meet and Travel Mag numéro 7 mai/jun 2011 Page 62-63Meet and Travel Mag numéro 7 mai/jun 2011 Page 64-65Meet and Travel Mag numéro 7 mai/jun 2011 Page 66-67Meet and Travel Mag numéro 7 mai/jun 2011 Page 68-69Meet and Travel Mag numéro 7 mai/jun 2011 Page 70-71Meet and Travel Mag numéro 7 mai/jun 2011 Page 72-73Meet and Travel Mag numéro 7 mai/jun 2011 Page 74-75Meet and Travel Mag numéro 7 mai/jun 2011 Page 76-77Meet and Travel Mag numéro 7 mai/jun 2011 Page 78-79Meet and Travel Mag numéro 7 mai/jun 2011 Page 80-81Meet and Travel Mag numéro 7 mai/jun 2011 Page 82-83Meet and Travel Mag numéro 7 mai/jun 2011 Page 84-85Meet and Travel Mag numéro 7 mai/jun 2011 Page 86-87Meet and Travel Mag numéro 7 mai/jun 2011 Page 88-89Meet and Travel Mag numéro 7 mai/jun 2011 Page 90-91Meet and Travel Mag numéro 7 mai/jun 2011 Page 92-93Meet and Travel Mag numéro 7 mai/jun 2011 Page 94-95Meet and Travel Mag numéro 7 mai/jun 2011 Page 96-97Meet and Travel Mag numéro 7 mai/jun 2011 Page 98-99Meet and Travel Mag numéro 7 mai/jun 2011 Page 100-101Meet and Travel Mag numéro 7 mai/jun 2011 Page 102-103Meet and Travel Mag numéro 7 mai/jun 2011 Page 104-105Meet and Travel Mag numéro 7 mai/jun 2011 Page 106-107Meet and Travel Mag numéro 7 mai/jun 2011 Page 108-109Meet and Travel Mag numéro 7 mai/jun 2011 Page 110-111Meet and Travel Mag numéro 7 mai/jun 2011 Page 112-113Meet and Travel Mag numéro 7 mai/jun 2011 Page 114-115Meet and Travel Mag numéro 7 mai/jun 2011 Page 116