MDCU le Magazine n°9 août 2012
MDCU le Magazine n°9 août 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°9 de août 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : MDCU.fr

  • Format : (271 x 361) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 21,9 Mo

  • Dans ce numéro : The Dark Knight Rises.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
commencé que la veille puisqu'on commence à être rodé pour monter le stand et distribuer des flyers devant lui. Pendant que la majorité du staff est occupée à promouvoir le site, Alex et Fitz partent interviewer Szymon Kudranski, le dessinateur de la série Spawn dont deux tomes ont été publiés chez Delcourt. Et pour ceux qui se le demandent, le jeune homme, qui a l'air d'avoir 12 ans, est très timide et réservé bien qu'il soit un artiste d'ex- ception., Z. ENCYCLOPÉDIE COMICS = FORUMS DOSSIERS REVIEW5 Juste après, Delcourt organise une conférence sur Spawn justement dans une salle privée en présence de Kudranski et Aleksi Briclot, le dessinateur de Spawn : Architects of Fear, un Graphic Navel sorti il y a deux ans en VO et récemment chez Delcourt. Lordof et Julien sont donc partis pour cette conférence et sont arrivés à bon port après avoir tourné en rond un petit moment pour trouver cette fameuse salle vidéo 1, une petite salle de presse bien camouflée sur un des côtés de l'entrée du Comic Con. Pas trop de monde dans la salle, ambiance relaxe, Thierry Mornet prend les choses en main. Au programme, petite rétrospective de l'historique de ce personnage qui existe sous la houlette de Todd McFarlane depuis 20 ans maintenant. Quelques anecdotes intéressantes, de belles images en fond, une traduction un peu compliquée de la part du traducteur "officiel" de la conférence et un Kudranski aussi timide qu'il est doué, qui a tout de même réussi à nous révéler que la chose la plus folle qu'il aimerait faire avec le personnage, est une scène de sexe. Une petite conf sympa, même si les paupières étaient très lourdes par moment. Pendant ce temps, on va interviewer Gérald Parel et Stéphanie Hans, deux invités français de Panini Comics. Extrêmement sympathiques, ils nous ont offert un interview vraiment à la cool et très franche. On fait tout pour la proposer dans la journée sur le site web malgré le son très mauvais dû au brouhaha dans le stand Panini. En effet, des français qui travaillent chez Marvel c'est rare mais quand en plus ils sont passionnés et passionnants, on souhaite le partager avec vous. Au cours de l'apres-midi, une conférence sur Spider-Man en présence de Joe Madureira est organisée par le staff de Comic Box. Le dessinateur nous y a parlé de son futur run sur Spider-Man avec Elektra et Wolverine qui devrait sortir bientôt. Et en fin de journée, on a aussi pu parler à Stéphane Perger qui a dessiné Vision : Origin et qui nous a sans doute donné la meilleure interview du salon jusqu'ici grâce à son sens de l'humour. Question stand, Leto, Starlord, Lordo, Julien et Scarecrow alternent entre la distribution de flyers et mettent en place trois animations. Tout d'abord, un challenge quotidien qui permet de gagner différents lots qu'on installe le matin. Un dessin original de Rodolphe Vincent, un exemplaire de la Fabrique Comics et une lithographie d'Ivan Reis signée le second jour, les deux tomes de Spawn signés par Szymon Kudranski le troisième. Ensuite, une tombola totalement gratuite pour remporter une sketchbook de Bill Reinhold offert par notre partenaire Comics Zone est organisée. Enfin, Rodolphe, le dessinateur de No More Memories, réalise des dessins gratuits pour tous ceux qui les demandent tant qu'il a le temps, avec une moyenne de 3 dessins par heure. TROISIÈME JOUR Normalement, samedi, c'est la pire journée de la Japon Expo/Comic Con. Le monde est censé submerger le parc des expositions de Villepinte. La foule doit empêcher les déplacements dans les allées les plus fréquentées tandis que les files d'attentes pour les dédicaces doivent être tout aussi importantes. C'est l'enfer mais c'est aussi 06 la meilleure journée. Celle où les gens sont les plus nombreux et les plus enthousiastes parce qu'ils ont attendu toute la semaine pour pouvoir venir à la convention, échanger avec des passionnés et trouver tout ce qui fait leur culture. Celle aussi où leurs costumes sont abimés â cause des trop nombreux visiteurs, celle où les moins agoraphobes le deviennent, celle où pour obtenir une dédicace, il faut faire une queue de plusieurs centaines de mètres. Le staff est arrivé un peu en avance aujourd'hui et le stand a rapidement pris forme (on commence à être rodé en même temps). Tombola gratuite, jeu concours quotidien, et surtout les dessins de Rodolphe Vincent, artiste sur No More Memories. La distribution de flyers a aussi été intense pour Leto, Lordof, Star-Lord et le reste du staff qui se relaie aussi du mieux possible malgré les refus de certains visiteurs. Concernant les interviews, tout commence très brusquement après un appel pour participer à une table ronde avec Ivan Reis que nous n'avons pas prévu d'interviewer. Bonne nouvelle, d'autant que l'on assiste à une course effrénée de Julien et Fit dans les allées de la Comic Con pour rejoindre la salle de presse. Puis, après un nouveau retour au stand pour récupérer Alex et son matos, nous pouvons parler à Tony Daniel en tête à tête suivi d'une table ronde avec Joe Madureira qui se transforme en tête à tête également grâce au boulot incroyable du staff "relations presse" du festival et aux gens de THQ qui prêtent volontiers leur game designer (sur Darksiders II) pour des interviews 100% comics. Thierry Mornet, le directeur éditorial de Delcourt est passé au stand pour discuter des futures parutions de l'éditeur, une discussion vraiment passionnante et très instructive. L'après-midi est beaucoup plus calme pour nous mais pas pour les visiteurs
qui sont très très nombreux. Nous avons de nombreuses visites au stand, de gens qui avaient entendu parler de nous (ou pas donc on leur faisait la présentation du bébé) et même des professionnels qui s'intéressent à nos contenus comme le Mag ou la bibliothèque. Cependant, la meilleure surprise s'est avérée être Thibault, un lecteur régulier qui est venu pour nous faire signer son T-shirt Panini, les 50 ans. Entre hésitation, excitation, et respect, ce fut une grande première pour nous tous ! Et on le remercie du fond du coeur. QUATRIÈME JOUP Quatrième et dernier jour du Comic Con de Paris, c'est là qu'on se rend compte que ça devient dur. La fatigue accumulée et les gros problèmes dans le RER le matin, qui a fait que la moitié de l'équipe est arrivée en retard, n'ont pas aidé. Et encore, on n'avait rien vu. Le dimanche, ça devait être calme, on pensait se reposer un peu et profiter de ce dernier jour... Tu parles ! Il y a eu autant de monde, voir même plus, que les journées de jeudi et vendredi et ça n'a jamais été autant la folie sur notre stand 1 Alex, Scar'et Julien, en ont profité pour faire un petit tour de la convention, caméra en main, et rendre visite à tous les éditeurs qui ont un stand. Pafini, Delcourt, Glénat, Akama et Soleil y sont passés. Et pendant ce temps, ça commençait déjà à bien bouger au stand avec Fitz, Star-Lord et Lordof (qui vient d'arriver), ça aurait du nous mettre la puce à l'oreille. Le but de la journée au niveau des interviews est d'avoir Ivan Reis en tête à tête, ce n'était pas prévu au départ mais en négociant avec les filles très sympas de l'organisation presse du festival, nous avons réussi à décrocher l'interview pour 18h. Malheureusement, on apprendra plus tard qu'il était parti plus tôt que prévu, donc pas d'interview. On est triste. Mais comme ce Comic Con est plein de surprises, Fitz reçoit un appel pour une interview improvisée avec Ian Churchill, qui est bloqué pour un moment à cause des problèmes de RER. On n'hésite pas, on court en salle presse et l'interview se passe super bien. Retour au stand pour l'équipe presse histoire de se rendre compte en un coup d'oeil que la journée va être très prolifique pour nous. Beaucoup de monde passe sur le stand et discute avec les staffeurs présents. Lecteurs du site, fans en t-shirts de super-héros, débutants amateurs de superhéros, on est aux anges et les flyers partent par paquets. A peu près 4000 livrets spécial Comic Con auront été distribués sur les quatre jours (Leto a fait des comptes d'apothicaire), un truc de fou. Notre ami Khesistos nous aide beaucoup pour la promo du site et on ne l'en remerciera jamais assez. Et avec toute cette excitation et ces occupations, on a raté LA Draw Battle entre Mahmud Asrar, Rafael Albuquerque, Ivan Reis et Tony Daniel. Rien que ça. Je ne vous dis pas notre déception. Dimanche est aussi le seul jour où notre Guillaume nous rejoint, et au bout de 2 flyers distribués, il est déjà crevé... On a failli l'étrangler. Vers 17h, c'était le tirage au sort du concours en partenariat avec Comic Zone, et il n'y a jamais eu autant de monde devant le stand MDCU. Même si aucune des personnes présentes n'a gagné, c'était un grand moment. L'heure de fin approchant, un dernier tour du Comic Con s'impose pour aller dire au revoir à toutes nos connais- 07 sances et les personnes qu'on ne voit que lors de ces conventions, plusieurs fois par an. Les fondateurs remballent en premier et partent un peu plus tôt parce qu'il ne faut pas rater le train pour retourner dans l'Est. Le reste de l'équipe termine de vider le stand et après une séance de câlins et bisous, tout le monde rentre de son côté des souvenirs pleins la tête. Un grand merci à tous ceux et celles qui sont passés sur notre stand, discuter avec nous et même nous aider, ça a juste été un bonheur. On espère que vous avez été satisfait et on se revoit tous très vite dans une convention ! AVIS SUR LA CONVENTION Bien que l'on soit là pour la Comic-Con, il ne faut pas oublier que notre rassemblement se tient en parallèle d'un évènement culturel majeur : la Japan Expo, le rassemblement des fans de la culture japonaise. Cette année, la CC a clairement pris du galon avec une liste d'invités vraiment bandante dans le milieu des comics mais aussi en dehors. Mais alors, pourquoi cette convention est-elle un échec ? Si pour nous, c'est une réussite personnelle et professionnelle, ce n'est vraiment pas le cas du visiteur lambda qui fait la queue pour avoir son billet car finalement, que découvre-t-il une fois rentré ? Il voit une Artist Alley qui a de la gueule mais trop peu de stands comics autour. En terme de comics, c'est vraiment le minimum syndical. Si les artistes sont là pratiquement toute la journée, il faut venir à des heures bien précises



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :