MDCU le Magazine n°9 août 2012
MDCU le Magazine n°9 août 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°9 de août 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : MDCU.fr

  • Format : (271 x 361) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 21,9 Mo

  • Dans ce numéro : The Dark Knight Rises.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 48 - 49  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
48 49
tinguée Concurrence, le cas du Green Lantern John Stewart est intéressant, il ne cache pas sa véritable identité, il opère sans masque, comme Aquaman. Etre un super héros n'entraîne pas forcément une identité secrète. Ceci leur est souvent dommageable puisqu'ils peuvent se faire attaquer de toute part. Mais penchons-nous plus en détails sur l'utilité de cette identité secrète mis à part le fait qu'elle dote nos héros de costumes en tout genre.nnpeut protéger son entourage. Cet intérêt est surtout mis en avant chez le tisseur, il se doit de protéger Tante May, Mary Jane et ses amis. A partir du moment où son identité sera connue, un véritable calvaire commencera à le torturer. Tante May subira des attaques qui causeront sa mort (CF. Back In Black qui se passe après Civil War, le Caïd envoyant des hommes pour blesser notre héros et en même temps sa famille), ce qui aura un effet terrible sur le mental du héros, ses ennemis s'amuseront à le briser psychologiquement en attaquant son entourage. Spider-Man n'est pas le seul bien entendu, mais à la base le héros à toujours voulu protéger sa famille de l'existence de son double. Tante May le découvrira cependant dans Amazing Spider-Man 38 sorti en 2002. rela permet aussi de se protéger. LoLorsque l'on porte un masque, il est logique de prendre part à des combats contre des vilains. Cependant, si on porte un masque c'est aussi pour se battre et se mettre en danger seule- ment quand on le porte. Quand on revêt un costume, on est beaucoup plus exposé au danger. Pourtant, même avec des habits de civils, il arrive que l'on n'y échappe pas. Barbara Gordon en a fait les frais avant le relaunch de DC puisque le Joker, dans le monumental Killing Joke, était gentiment venu frapper à sa porte, lui tirant dessus et la paralysant. Plutôt gênant donc. C'est pourquoi il est vivement conseillé de se cacher quand on est un super-héros. es récits entiers mettront en avant L/le problème de l'identité secrète. C'est le cas par exemple de Civil War qui traite de la loi sur l'identité des surhommes, obligeant toute personne portant un masque à dévoiler sa vraie identité afin de permettre le contrôle de leurs agissements. Les héros se sépareront alors en deux camps, ceux acceptant cette loi comme Tony Stark, et les autres personnes qui veulent garder cette identité secrète, ce sera par exemple le cas de Spider-Man. Ce crossover aura de nombreuses conséquences sur l'univers Marvel, par exemple Peter Parker qui sera à partir de ce moment-là connu comme étant le Tisseur Autre point, la romance entre héros devient aussi plus difficile lorsque l'on est amoureux de quelqu'un alors que l'on ne connaît pas son alter ego. Ce genre de chose ne posera évidemment aucun problème à des personnages comme Luke Cage et Jessica Jones, Green Arrow et Black Canary ou encore Red Richards et Jane Storm. Pourtant, ce n'est pas aussi facile pour tout le monde. Batman alias Bruce Wayne sait que Selina Kyle est Catwo- 46 man. En revanche, cette dernière n'a aucune idée de l'identité du Chevalier Noir. C'est une intrigue qui sera longtemps utilisée à travers des récits jusqu'à ce que Hush (donc avant le reboot) y mette fin puisque Bruce décidera de montrer qui il est vraiment à Miss Kyle. Le mystère en est de même entre Spider-Man aka Peter Parker et Felicia Hary qui n'est autre que Black Cat. Lorsque Peter lui révélera qui il est, ce sera un choc puisqu'elle était avant tout attirée par son alter ego, Spider-Man. I I ne différence notable existe aussi U entre les héros et les vilains, du fait que ces derniers cachent rarement leur identité. Le mal n'a pas besoin de se cacher, il opère à visage découvert. Dans Spider-Man, tout le monde cannait les agissements du Caïd, tout comme Lex Luthor qui est bien connu du monde criminel, il opère d'ailleurs sous son vrai nom. Les vilains n'ont donc en général pas ce problème d'identité secrète qui semble finalement toucher qu'une partie des personnages de comics. Il semblerait pourtant logique que certains vilains se cachent de leurs vrais agissements, car dans la réalité, les voleurs et certains terroristes se couvrent souvent le visage pour éviter par la suite d'être arrêtés. Ici, ils n'ont peur de rien, ou en tout cas pas de leur identité, ce qui leur donne une dimensionencore plus dangereux. On peut être amené à penser que cela lui est bien égal. 2912 PD,S ^'MARVEL ALL RIGI-LTS RFSERVED. CC CO M iCS. AURIGriTS RE
GED » e reesereelnedernerk ce the kfilegetin Cound on Erkteetticne arnmite uot te une ! : nr retwechnee une eepnee neeten >1.1+..eerleine Arne an Ccurete on bAceruce, Rise to Glory : 10 Comic Book BAD CATWOM A M Versus Dollhouse in Wiwirkre Venal Reg ular Issue pitU Gaines Colkel SNIC ID Meets MEGA HAN in Comic tele Crossuver Elven k AVEMGERS VS. X- MEM Pot Carne, Week 20 : IRuntinatiReunien Marvel Marnes New ASSEMBLE Tea m ; Adris Curious Cast Me ni ber He Topic : Newsarama RSS Feeds F In Newsletter GUYS Gone GOOD AC Adaptateur secteur pour Toshiba Toshiba EUR Video Serch P A LA DÉCOLIVERTE1FLIN SITE WEB NEWSARAMA Par Leto Tout commence par des messages postés par Mike Doran sur des forums internet au milieu des années 90. Il rassemble les news comics au fil de ses pérégrinations sur le web et les présente à ses camarades. A l'époque, seul des magazines comme Wizard relayaient ces informations. Avec un nouvel outil comme internet, tout va plus vite : on n'attends pas un mois pour avoir une info et on peut réagir de suite à une annonce. Voyant que ses messages ont du succès, le jeune homme prend l'habitude de poster ses infos et va même donner un nom à son « travail » : Prodigy Comic Book Newswire. Dès 1997, il en fait une rubrique qu'il publie au sein de nombreux groupes des fans. Il change plusieurs fois de nom The Comics Newswire, The Newswire, CBI Newsarama et enfin, en 1998, Newsrama. La rubrique devient célèbre, son auteur se comporte désormais comme un journaliste et non plus un fan qui colporte des rumeurs. Souvenez-vous, à cette époque, internet, c'était la jungle 1 Rares étaient les sites webs établis et la bulle internet attirait un nouveau public. Après avoir été hébergé sur de nombreux sites, la rubrique devient semi-automne à l'été 2002 avec sa propre adresse. Doran a réussi à se faire un nom et passe à la vitesse supérieure, intégrant l'équipe éditoriale de Marvel. Matt Bray, un des contributeurs de Newsrama, reprends en main le bébé mais Doran revient rapidement en laissant toutefois la place de dirigeant à son compère. Newsrama devient indépendant en 2006, puis est acheté et revendu plusieurs fois. Doran retrouvera son poste en 2009 à la fin de ce qu'on peut considérer comme l'époque faste, saluée même en 2008 par l'Eisner Awards de la meilleure publication journalistique (dans le monde des comics). Le New York Times et Entertainment Weekly saluèrent aussi le travail de Newsrama, le listant parmi les meilleurs sites web toutes catégories confondues. La fin de la décennie 2000 est celle des critiques et de la concurrence. CBR ravi la place de « site web officiel de l'industrie », multipliant les partenariats et annonces exclusives des plus grands éditeurs. Si Newsrama a initié les rubriques écrites par des artistes ou des éditeurs, c'est CBR qui a tiré les fruits de ces partenariats en s'imposant à l'époque des réseaux sociaux, quand une information fait le tour du web en quelques minutes. De la même manière, le rôle « d'insider » est désormais occupé par Bleeding Cool, qui n'hésite pas à casser les plans de coms des éditeurs et révéler les pensées, projets et problèmes des artistes. Newsrama, le premier site à fonctionner sur le principe du journalisme et non du travail de fan, est désormais accusé de collusion avec l'industrie, critiquant peu et relayant beaucoup les éléments de communication sans trop fouiller derrière. Ce qui est sûr, c'est que Newsrama n'est plus un élément incontournable de la communication d'un éditeur comics. C'est pour cela que le site web a élargit son activité au cinéma, au jeu vidéo et aux show TV. Dans la même optique, les forums ont disparu pour centrer les réactions des lecteurs sur les réseaux sociaux. Le site essaye bien de rattraper son retard (après avoir été un pionnier) en multipliant les blogs liés. Toutefois, à une époque où les tweet des artistes font figure d'annonces, les fans peuvent désormais directement interpeler leurs idoles. Newsrama sert donc plus de centrale d'informations et semble avoir perdu le coté éditorial du journalisme. La concurrence est rude dans le milieu des sites web, espérons que Newsrama saura se reprendre avant qu'il ne soit trop tard car le site sait encore produire ponctuellement du contenu de qualité.• 47



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :