MDCU le Magazine n°9 août 2012
MDCU le Magazine n°9 août 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°9 de août 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : MDCU.fr

  • Format : (271 x 361) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 21,9 Mo

  • Dans ce numéro : The Dark Knight Rises.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
V•W V A A\• V0115 le savez, chez MDCU, on aime bien discuter avec Panini Comics pour comprendre son planning éditorial, faire remonter vos questions ou vous faire gagner quelques bouquins. Nous avions depuis un certain tem pour projet d'interviewer la personne qui faisait le métier de mes rêves : lire des comics et décider des sommaires des magazines (bon c'est juste beaucoup plus compliqué que ça, mais j'aime croire qu'il existe un type payé juste pour lire et décider d'un sommaire, ce serait juste le meilleur job au monde pour tout fan de comics, non ?). Angoulême fut l'occasion parfaite pour réaliser une telle interview. Malheureusement, suite à des problèmes de son (le bruit est catastrophique), la vidéo est difficilement exploitable. Voici donc une retranscription écrite de cette rencontre atypique avec un gars qui aime profondément les comics et l'univers Marvel, Matteo Losso. INTERVIEW Matteo est le coordinateur éditorial de Panini Comics pour le marché français. Un type chaleureux, un passionné qui ne surveille pas sa montre quand on le lance sur une discussion au sujet des comics. Je remercie la délicieuse Sophie Cony qui nous a permis de réaliser cet interview (et sa suite au Comic Con) alors que Matteo est très occupé (il a participé à Paris à la conférence Spider-Man par exemple). tt coordinateur éditorial atteo, pouvez-vous vous présenter et expliquer ce que vous faites chez Panini Comics ? Oui bien sûr. Tout d'abord merci à vous, je suis très content d'être ici. Je m'appelle Matteo, je suis le coordinateur éditorial pour le marché français. Je suis un passionné de B.D. américaine et webmaster d'un site internet dédié à la B.D. américaine. Je travaille chez Panini depuis août 2004. Je m'occupe de toutes les séries Marvel ATTEO LOSSO Par Leto Vous dites que vous êtes un fan, quelles sont les séries que vous avez aimé ou que vous aimez actuellement ? Quel est le personnage dont vous vous sentez le plus proche ? J'ai commencé les comics avec le Daredevil de Frank Miller et Uncanny X-Men de John Byrne et Chris Claremont. Aujourd'hui j'adore Brian Bendis et beaucoup de dessinateurs comme Stuart Immonen, Olivier Coipel, John Romita Jr et Jim Cheung aussi. Je pense que c'est le "Marvel style".
Parlons business. Quelle est votre relation au jour le jour avec Marvel ? Nous avons un contrat avec Marvel. Panini est le partenaire le plus important de Marvel à l'international au niveau multimédia. Panini publie la BD américaine en France, en Italie, en Allemagne, en Angleterre, en Amérique du Sud, en Espagne. A la fin de 2011, nous avons commencé à publier sur le marché russe. C'est un grand marché et une nouvelle aventure pour l'entreprise. Le rapport est facile. Marvel est sûr que nous faisons du bon travail et nous sommes vraiment libres de faire ce que nous voulons. Il n'y a pas de choses nécessaires à faire vis-à-vis de Marvel. Nous avons le droit de faire ce que nous voulons de la meilleure manière possible. Concrètement, vu que vous publiez entre 6 et 9 mois après la parution américaine, comment se passe le processus pour décider du sommaire des magazines ? En début d'année, nous avons une réunion éditoriale avec les responsables des pays de l'univers Panini. Nous commençons par travailler ensemble même si chaque pays a des programmes spécifiques. Tout part de l'union des idées de différentes personnes venant de multiples pays, donc de différentes sensibilités. On essaye de prendre la meilleure décision possible. Après, chaque pays travaille sur son planning éditorial, qui doit être approuvé par le service marketing et le service commercial. Tout part d'une équipe de passionnés, ils ont une vraie connaissance de l'univers Marvel. Après, on pense aussi naturellement au business mais toute décision découle de notre passion pour ces comics. Par exemple, en ce moment on a le crossover Fear Itself en France. Comment s'est décidée la répartition des séries entre les magazines réguliers et les hors-série ? Est-ce par rapport à la qualité de l'histoire, ou par rapport à la rentabilité ? Toutes ces choses. Il y a des séries qui sortent toujours en kiosque, dans Marvel Heroes ou Marvel Stars par exemple, donc c'est facile de savoir où seront les plus séries plus importantes. Nous travaillons vraiment beaucoup avec les autres pays car nous travaillons en co-production, donc si c'est possible de faire un hors-série avec une mini-série complète nous allons l'imprimer dans la même édition, sauf la traduction, dans le monde entier. C'est une décision de la famille Panini. C'est exactement pareil pour la librairie. Il y a des séries plus fortes qui sont destinées à aller en kiosque. Il y a des séries qui sont plus faibles, pas au niveau de la qualité, mais qui n'ont pas de héros très connu et nous savons qu'elles marcheront mieux en librairie, en Monster par exemple. En dehors de Marvel, pour les séries dîtes indépendantes, comment faites-vous le choix des séries ? Nous avons des personnes qui travaillent sur l'achat des droits. Le marché français est le marché le plus important avec les Etats-Unis et le Japon. Donc il y a beaucoup plus de concurrence et c'est très intéressant. Naturellement, nous avons des "scouts" (des personnes qui suivent l'industrie ; en sport, ce sont eux qui repèrent les jeunes joueurs par exemple) qui surveillent les projets des éditeurs et des artistes. On doit vérifier chaque mois quelles sont les séries qui ne sont pas encore sorties au Etats-Unis mais qui sont déjà intéressantes car les auteurs sont très connus et très importants. Après, on parle avec l'éditeur américain et si nous avons la possibilité d'acquérir les droits, nous commençons à travailler de suite sur la version française. Généralement, c'est de la librairie dans les formats en taille réelle de Panini qui 11 aujourd'hui sont les stars du marché comme les 100% ou Monster. Pour revenir à ces 100% ou Monster en librairie, comment vous choisissez les rééditions ? D'habitude, nous cherchons le feedback des lecteurs. S'il y a des séries qui sont épuisées en kiosque mais aussi en librairie, on regarde sur notre facebook ou les commentaires des fans et nous travaillons sur des plans de rééditions ou de réimpressions. La chose la plus simple selon nous est de réimprimer les livres, mais s'il y a beaucoup de livres qui sont épuisés, la meilleure chose à faire est une belle édition, plus grande, plus importante, les Deluxe dans notre cas, pour donner la possibilité à tout le monde de découvrir les séries. Si vous voulez donner envie aux lecteurs qui ne connaissent pas trop Marvel, quel serait, selon vous l'intérêt de lire cet universlà ? C'est un univers d'aventures, d'émotions, d'amour pour la fantaisie. Quand tu entres dans l'univers Marvel, c'est très difficile d'en sortir. A mon sens, c'est aussi très lié à la réalité. C'est une manière de faire rêver mais aussi de montrer la réalité d'une autre façon. Est-ce que les films ont un impact sur le choix des sorties ? C'est naturel mais la sortie des films a un impact sur la production originelle de Marvel. Donc naturellement, pour la sortie du film Avengers, Marvel est prêt à faire plus de sorties liées aux Avengers. Pour nous c'est vraiment facile car nous avons beaucoup de matériel disponible de très bonne qualité. C'est normal. Pour nous, c'est aussi une manière de trouver de nouveaux lecteurs, de créer une nouvelle génération de lecteurs. C'est automatique. Merci Matteo pour cette interview. Merci à toi, et à bientôt ■



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :