MDCU le Magazine n°8 juillet 2012
MDCU le Magazine n°8 juillet 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°8 de juillet 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : MDCU.fr

  • Format : (271 x 361) mm

  • Nombre de pages : 46

  • Taille du fichier PDF : 19,1 Mo

  • Dans ce numéro : la fin d'une ère pour les vengeurs, retour sur le run de Bendis.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
SIMPLE N’EST PAS L’ENNEMI DU BON ! Avengers #1 n'est pas spécialement le bon plan du mois pour commencer les comics avec un arc d'Avengers déjà bien entamé, un arc de Captain America peu accessible et pas très bon et une mini-série qui fait bouche-trou. Spider-Man #1 est par contre un bon point d'entrée dans l'univers du Tisseur avec une nouvelle série très fun à lire et un event très accessible. Deadpool #1 se laisse lire mais n'est pas vraiment à mettre dans les achats prioritaires sauf pour les fans du mercenaire. Uncanny X-Force justifie l'achat de X-Men Universe #1 à elle seule, le titre X-Men est moins bon, mais surtout on a une cover d'un titre qui n'est pas dans le magazine. Marineman fait son effet avec des dessins très cartoonies qui plairont aux petits comme aux grands. Spider-Man Season One inaugure une nouvelle vague de titre présentant les origines de personnages. Ce tome est très bon et permet aux lecteurs récents de découvrir les origines du héros et aux anciens de les voir sous un nouveau jour. Un Jour Nouveau est le point de départ d'une ère pour Spider-Man mais les premières histoires de cette période ne sont pas top, il vaut mieux attendre la suite. Knightfall Tome 1 permet de présenter un événement important pour Batman, et surtout contient des idées qui seront reprises dans The Dark Knight Rises. Par contre, on ne peut pas dire que ce soit des épisodes de très grande qualité. Marvel Zombies en Deluxe est très drôle et c'est un titre totalement déjanté. Ca surfe sur la vague des zombies. LES AUTEURS AURAIENT PU FAIRE MIEUX ! Hulk #1 n'est pas un achat prioritaire même si les séries Thunderbolts et Secret Avengers offrent des histoires plutôt surprenantes. Fear Itself : The Fearless #2 est mauvais et inutile, seule la conclusion de Battle Scar vaut la peine d'être lue. Avengers 1959 est un récit assez faible et les dessins d'Howard Chaykin rendent la lecture du titre très laborieuse. Le 100% Marvel : Vengeance n'a que les couvertures de Gabriele Dell'Otto pour lui, le récit est vraiment peu important et ramène des personnages plus que secondaires, hormis les vilains. SÉRIEUX ? NON MERCI Marvel Universe Hors Série #1 contient une mini-série plus que dispensable. CONSCIENCE PROFESSIONNELLE Marvel Heroes Extra #11 contient une mini-série sur Thor qui se laisse lire mais qui est faite pour les fans du personnage. Elle n'a aucun impact sur le héros. Max : Fury - Peacemaker est une mini-série de la gamme Max, donc les auteurs sont peu limités en terme de scénario. LE COUP DE COEUR DU RÉDACTEUR Green Lantern Saga #3 est un mag à posséder pour tout fan de l'univers cosmique de DC. Les séries sont bonnes, même si certaines relèvent plus le niveau que d'autres. LA BONNE AFFAIRE DU MOIS Urban nous fait baver avec cette sortie de Batman Year One, qui est un excellent comics, avec un bon scénario et de beaux dessins. C'est un des titres Batman à posséder absolument. Et surtout, Urban nous offre le DVD de l'adaptation animée avec. LE MAUVAIS PLAN DU MOIS Panini publie un Avengers Extra avec certes de jolis dessins et une histoire plutôt intéressante sur le retour de Wonder Man mais publier deux épisodes et le faire payer 4,90 € est un peu exagéré de la part de l'éditeur, même si le nom de Gabriele Dell'Otto est vendeur. 04
BENDIS ET LES VENGEURS Par Leto The Hammer War est la dernière grosse histoire de Brian M. Bendis sur les Vengeurs. Il va quitter la franchise après le crossover Avengers Vs X-Men, ce qui fera huit ans de bons et loyaux services. Autant vous le dire de suite, je ne fais pas partie de la ribambelle de fans qui crachent sur son oeuvre. Ce scénariste laisse derrière lui un run magistral qui a révolutionné Marvel et qui a propulsé une franchise à un rang qu'elle n'avait jamais atteint. On peut légitimement associer le succès du film Avengers au travail de Bendis tant l'artiste a su rendre de nouveau bankable cette équipe. Nombreux sont ceux qui critiquent ses dialogues trop longs, ses scénarios répétitifs ou son manque de souffle épique. Ils oublient ce que l'homme a apporté à ces héros et ne voient que l'essoufflement d'un travail dantesque. Voici donc un hommage à un run qui symbolise la Marvel moderne. UN REGARD NEUF SUR LE MONDE DES VENGEURS Pour bien comprendre l'apport de Bendis, on doit regarder les chiffres. Quand il reprend en main la franchise, les ventes sont doublées, la série reste numéro #1 du marché de nombreux mois (comme Justice League en ce moment) et elle est la pierre angulaire de tous les crossovers de Marvel depuis huit ans. D'où sort ce scénariste ? En 2004, il n'est pas encore la superstar qu'il est aujourd'hui. Toutefois, il a déjà à son actif trois gros succès. Tout d'abord, Ultimate Spider-Man. De nombreuses histoires ont voulu réinventer le mythe de Spider-Man ou d'autres grands héros plombés par la continuité. Bendis va, à l'occasion de la vague de films de super-héros au cinéma, proposer une relecture magistrale des aventures de Spider-Man avec un nouvel univers qui lui facilite la tâche. Son histoire est ancrée dans le 21ème siècle et a bercé tout une génération de lecteurs qui vont se jeter sur cette série. Il va rééditer cette exploit en reprenant en main Daredevil et l'éloigne du monde des super-héros en lui offrant une vie digne des plus grands polars, le grand dada de Bendis. Le héros redevient respectable et la série est saluée par la critique. Bendis connait donc les deux facettes du succès et il va réaliser un coup de maître avec Alias, une série totalement dingue quand on y pense rétrospectivement. 05



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :