MDCU le Magazine n°7 mai 2012
MDCU le Magazine n°7 mai 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°7 de mai 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : MDCU.fr

  • Format : (271 x 361) mm

  • Nombre de pages : 34

  • Taille du fichier PDF : 16,3 Mo

  • Dans ce numéro : Avengers, le pari réussi de Joss Whedon.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 30 - 31  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
30 31
HEXAGONE U.S.A. CULTURE ADAPTATION I existe un'concept important dans les comics, la continuité. Il s'agit tout simplement de la chronologie des histoires publiées qui doit être respectée. Ainsi, si on tue un personnage, on ne peut pas le ramener plus tard sans donner une explication valide. Le scénariste doit donc prendre en compte ce qu'il s'est passé avant pour respecter les histoires qui l'ont précédé. Malheureusement, ce n'est pas toujours le cas, soit par choix (nouvelles origines), soit par inadvertance. Ainsi, les lecteurs ont pu remarquer de nombreuses incohérences en 50 ans de publication. Certains fans sont même devenus des extrémistes/fanatiques de la continuité, refusant tout altération, volontaire ou non. Quand DC a annoncé le reboot de son univers, c'est à dire une remise à zéro, ce fut le début d'une tempête sur les forums de comics. Il existe une sorte de mémoire collective qui s'applique pour respecter les précédentes publications et conserver une cohérence au fil des épisodes. Bien sûr, tout peut être modifié à condition que le scénariste explique la chose de façon logique, logique élastique au vu des sujets traités. Si quelqu'un meurt, dit quelque chose, fait un choix, il faut s'en souvenir car les histoires sont liées, sauf précision contraire. Quelles sont les conséquences de ce concept ? Tout d'abord, on a une histoire sans fin. On a théoriquement une seule histoire, supposée cohérente, qui est publiée pour certains depuis 50 ans. Avoir un univers partagé offre de nombreuses possibilités, de nombreuses occasions pour les scénaristes pour étoffer le background des personnages. Outre les aventures en solo, les séries d'équipe doublent le nombre d'histoires d'un personnage. Il peut évoluer ou régresser, mais il y certains éléments qui ne peuvent être contredits d'une série à l'autre (certains caractères physiques par exemple) ou dénaturés (sa psychologie) sous peine de perdre l'essence du personnage. La continuité aboutit ainsi sur une vraie histoire globale, les évènements se suivent et sont normalement liés, les conséquences de l'un devenant les causes de l'autre. IM alheureusement, il n'y a pas que des bons cotés à la continuité. Ainsi, on a au fil des ans un fossé qui se creuse entre la chronologie des comics et la nôtre. Un comics, ça sort tous les mois, une histoire s'étale sur 1 à 6 mois, ce qui n'offre que 2 à 5 histoires par an en moyenne. Au final, on a un bon mois qui s'écoule dans un univers de comics pour une année dans la réalité. En 50 ans, les personnages ont vieilli d'approximativement 15 ans. Paradoxalement, il sont trop jeunes pour les anciens lecteurs et trop vieux pour les enfants. Le lectorat n'est plus en phase avec ses héros, c'est pour cela que Spider-Man est si souvent rajeuni. L'autre problème, ce sont les accidents de publication comme des sorties décalées ou des scénaristes qui ne font pas leur « travail » en ne (re)lisant tous les comics concernés autant dire une tâche compliquée. Face à ces problèmes de continuité qui produisent des incohérences plus ou moins gênantes (tiens, depuis quand ce gars-là a oublié qu'il a trahi son chef ?), les éditeurs ont utilisé une panoplie d'outils pour corriger ces erreurs. On parle ainsi de « retcon » quand on revient sur une histoire pour annuler ses conséquences. Autre méthode, le ni-vu ni-connu : « quoi, on a modifié les évènements ? N0000000000000n, jamais !!! ! ». C'est commun pour les personnages mineurs. On a aussi le coup des origines nouvelles qui est fréquent, mis en avant et très apprécié par les éditeurs car on peut relancer l'intérêt d'un personnage en fidélisant de nouveaux lecteurs. Si cela ne vous suffit pas, 29 LE COIN DU FAN. ION À LA CON : RT UN REBOOT ? Par Leto il y a plus fort : la bonne vielle crise dans la réalité ou le temps, comme Flashpoint. Alors là, c'est simple, on annonce une crise du multivers qui va avoir un impact direct sur la continuité car, comme par hasard, si on touche à la réalité, on touche aux évènements passés. DC va pousser le concept dans ses derniers retranchement en repartant de zéro pour 80% des détails. Aforce de bricoler pour corriger les erreurs, on fait des bêtises et cela peut devenir une solution de facilité pour certains. Les comics se différencient des autres univers de fiction de par le lourd héritage issu d'une histoire sans fin. Cette complexité, qui rebute certains nouveaux lecteurs, est la source de l'addiction des fans de longue date. Malheureusement, ces mêmes fans se voient parfois bafoués dans leur fidélité sur l'autel de l'accessibilité aux nouveaux lecteurs. C'est le cas du reboot de DC, un mal (perdre de nombreux détails) nécessaire (les ventes sont mauvaises). Cependant, à part ce cas extrême, les changements de continuité ne sont pas toujours justifiés ou justifiables. On modifie la continuité car on pense que cet événement enchaîne le personnage dans une situation qui le coupe d'histoires intéressantes. Néanmoins, on a vu qu'il est parfois nécessaire d'agir pour protéger ces univers. Cependant, les fans sont souvent réticents alors qu'ils doivent faire la part des choses en acceptant une nouvelle direction, jusqu'au prochain changement.
e• BLEEDING 030 „ed On ne ment pas à Rich Johnston ». C'est un jour ce que m'a confié un camarade de la communauté w`it comics. Mais qui est donc ce Rich ? C'est le créateur du site web Bleeding Cool, la source de nom-'breuses rumeurs et scoops dans le milieu des comics. Né en 1972 à Gloucester en Angleterre, ce journaliste est le pur produit de la tradition des tabloïds britanniques. Avant de lancer son propre site, il fait ses armes à travers divers rubriques dont une sur le célèbre site Comic Book Resources (voir MDCU le Mag#6) nommée Lying in the Gutters. Il y relayait les rumeurs en faisant état de leur véracité à travers des pictogrammes et dénicha plusieurs scoops : le visage de Two-Face dans The Dark Knight, l'annonce de la série 52 chez DC, La League des Gentlemen d'Alan Moore qui quitte DC, Watchmen 2, etc... Le 27 mars 2009, Bleeding Cool est lancé et va être une mine d'informations incroyable pour les fans. Alors que des sites comme Newsrama et CBR sont des institutions qui accueillent des artistes pour leur interviews ou des rubriques hebdomadaires, proposant ainsi une communication des éditeurs plus proche du public à travers des questions-réponses, Bleeding Cool ignore l'agenda de communication de l'industrie. Une convention approche ? Comptez sur Johnston pour révéler les plans de chaque éditeur, pour sortir les annonces de nouvelles séries alors que Marvel ou DC n'en sont encore qu'à l'étape du teaser. Il va aussi spéculer sur l'avenir des séries ou d'un artiste et vous pouvez être sûr que cela arrivera car il s'appuie toujours avec une information obtenue en off. es sources de Rich sont multiples. Cela peut être un artiste qui révèle les coulisses d'une réunion ; un éditeur sur le départ qui Lse venge ; un fan curieux qui a remarqué un fait anormal ou qui capte une discussion lors d'une convention ; une analyse des interviews pour faire ressortir les non-dits ; c'est comme si notre homme avait des oreilles partout dans l'industrie. Son crédo : dénicher des scoops et analyser les travers de l'industrie. Ces papiers sont toujours orientés mais constamment bien informés. Comme le Canard Enchaîné en politique, Bleeding Cool est la source des plus grosses fuites de l'industrie. Mais la face cachée de Bleeding Cool, c'est aussi le tuyau non-vérifié et la rumeur lancée qui se répand sur le net comme une traînée de poudre pour finalement se révéler être un gros mytho. Certes, il a annoncé avant tout le 111..EEDING CeCe monde la création de Watchmen 2 re-baptisé depuis Before Watchmen, mais combien de news lancée sur son site se sont révélées des gros soufflés ? Et tout ça parce que Rich ne vérifie pas lui-même les informations qu'on peut lui donner et ne relit souvent pas ses propres textes, souvent pleins de fautes (nous, on a le droit, on est des amateurs). Nous en savons quelques chose car il nous ait arrivé de contacter l'ami Johnston pour lui soumettre une information qui pourrait intéresser la communauté internationale (et aussi flatter notre ego en pouvant dire "on a été publié sur Bleeding Cool ! ") et comme nous, n'importe qui peut proposer de telles rumeurs. Après, cela lance une autre question, celle du journalisme et de la complicité avec les éditeurs comme MDCU avec les éditeurs français par exemple. Mais est-ce que révéler les New 52 ou Watchmen 2 en avance est réellement du journalisme ? le site relate aussi des rumeurs sur le monde du cinéma grâce à une équipe de professionnels de cette industrie. Assez cultivé, ohnston s'intéresse parfois à la BD européenne, à des revendications sociales comme la parité, met en avant le phénomène des Super-Héros de la réalité et critique le vol des droits d'auteurs par les Big Two. Pour finir, notre ami Johnston est aussi un scénariste de comic-book. Toutefois, vu le personnage, il ne pouvait qu'écrire des comics acides et s'est donc fait plaisir en parodiant les plus grands héros mais aussi l'actualité. On a donc pêle-mêle Watchmensch, Civil Wardrobe, Popbitch, Kate and William A Very Public Love Story et un jeu de carte « George W.Bush and the Weapons of Mass Distraction ». nernièrement, il a profité de la sortie du film Avengers pour publier chez Boom ! Studios quatre comics : The Avengefuls, Iron Lof Muslim, Captain America Idol et enfin Scienthorlogy. Vous l'aurez compris, Johnston est un personnage à part dans son milieu. Il se lance cette année dans l'aventure papier avec un magazine Bleeding Cool alors que Wizard a stoppé sa publication. Symbole d'une ère numérique où le secret est publique, il ne lui manque plus qu'un Eisner Award pour être un membre institutionnel de cette industrie. My God, il tomberait sucement en pleine dépression ! -T



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :