MDCU le Magazine n°3 janvier 2012
MDCU le Magazine n°3 janvier 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3 de janvier 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : MDCU.fr

  • Format : (271 x 361) mm

  • Nombre de pages : 62

  • Taille du fichier PDF : 17,3 Mo

  • Dans ce numéro : les créations de Stan Lee.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 34 - 35  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
34 35
criaient au scandale de ne plus la voir dans son fauteuil. Voila encore une femme à ajouter sur le CV de Simone. D’ailleurs, maintenant que vous connaissez mieux sa carrière, rentrons un peu plus en détails sur l’intérêt qu’elle parvient à donner aux héroïnes dans ses scénarios. UNE FEMME ÉCRIRAIT MIEUX SUR LES FEMMES ? Pour le moment, nous n’avons que survolé le contenu de ses histoires dans toutes ses séries mais en allant plus loin, on se rend compte que la majorité de sa carrière est liée aux personnages féminins. Women in refrigerator n’était pas anodin, elle avait remarqué que les femmes subissaient plus de mauvais traitement que les hommes dans les comics. Sans doute parce que peu de femmes écrivaient ces histoires, et quand on y réfléchit, il semble évident qu’une femme est mieux à même d’écrire Wonder Woman que n’importe quel homme, aussi bon scénariste soit-il. L’égalité des sexes est loin d’être atteint dans ce milieu, la preuve en est les graphiques sortis régulièrement par Bleeding Cool : lors du relaunch DC en septembre, seul 1,9% des postes sont occupés par des femmes. Dans les comics, il y a plusieurs profils d’héroïnes. Il y a celle qui est plus proche de l’homme, comme Wonder Woman la guerrière ou Miss-Hulk, la bodybuildée. Ensuite, on a la sexy, plus charismatique par son physique que par son comportement comme Power Girl, Supergirl, Black Cat. Certaines, sous la plume de très bons artistes ont su évoluer et s’adapter à notre époque. Miss-Hulk, justement est une avocate très renommée, Supergirl est apparue torturée dans beaucoup d’histoire mais en règle général, elles sont sous-exploitées par rapport aux hommes. Alors, je ne dis pas que c’est forcément la faute des auteurs, mais il faut se rendre à l’évidence, le lectorat est principalement masculin et il faut s’y adapter. On apprécie de temps en temps (je parle en tant qu’homme) de voir le décolleté de Powergirl plutôt que de s’attarder sur ses problèmes existentiels. Cependant, en contre exemple, il est bon de parler également de titre comme Y the last man, écrit par un homme et dessinée par une femme qui mettent en avant les femmes de manière très originale. Adam Warren également parvient dans Empowered à décrire une héroïne sexy (avec des scènes très érotiques) mais qui subit justement ce statut d’objet de désir et qui doit vivre avec, dans sa vie personnelle et professionnelle de justicière. Pour en revenir à Gail Simone, son approche n’est pas celle d’une engagée pour la cause féminine. Elle n’avait pas prévu le succès de Birds of Prey. Elle est simplement plus inspirée par les héroïnes que par leurs alter-égos testostéronés. Lorsqu’elle écrit la mini Rosa & Thorn, elle met en avant un personnage avec lequel elle a grandie. Il se trouve que c’est une femme, et cela apporte des changements par rapport à si ça avait été un homme. Elle explique que le sexe entre dans le processus d’écriture mais qu’il n’est pas le facteur déterminant des décisions que ses personnages prennent. C’est juste un chiffre de l’équation. Elle explique qu’elle s’attache très facilement aux personnages, que c’est même primordial dans sa façon d’écrire, alors avec une cinquantaine de numéros de BoP, elle a eu le temps de développer leurs relations. Lorsqu’elle reprend en main Wonder Woman, elle devient étiquetée comme une artiste engagée dans la cause féminine. Au lieu de lutter contre, on se rend compte en lisant ses interviews qu’elle ne se voit pas ainsi. Elle écrit sur des femmes qui n’ont pas besoin de se justifier d’exister dans un monde d’hommes. Elle ne parle pas du conflit homme/femme, elle passe au dessus. Dans l’univers collectif, Wonder Woman était précurseur d’une vision de la femme forte et indépendante, bien avant Xena ou Buffy. Elle a ajouté une dimension plus humaine et actuelle au personnage. Malgré elle, elle est devenue la porte-parole des femmes dans les comics, lectrices comme auteurs. En prenant souvent position pour la défense des homosexuels, qu’elle trouve trop peu exploités dans les comics (Batwoman, Hulkling et la version Ultimate de Colossus sont bien seuls), elle créera même un couple lesbien dans Secret Six, preuve que le sujet la touche. Même lorsqu’elle écrit pour d’autres séries, elle se focalise sur les femmes. Caitlin Fairchild est le rôle central dans son Gen13. Killer Princess parlent d’étudiantes espionnes. Sans le vouloir, Gail Simone est devenue une des rares scénaristes de comics actuelles en seulement dix ans. Mais ce n’est pas seulement ce qui fait son talent. Elle peut tout aussi bien écrire sur un héros ou une héroïne comme Wonder Woman que sur un équipe comme les Secret Six. Ce qui fait la force de ses scénarios, c’est la modernité qu’elle donne aux personnages et aux côtés plus humains et proche des hommes que les scénaristes masculins ont tendance à occulter. Grâce à elle, l’univers DC a évolué plus rapidement, pour mieux appréhender les problèmes de société actuels. Et elle l’a encore prouvé avec Batgirl dès septembre dernier. 32
Le Duel LES CRÉATIONS RÉCENTES DE STAN LEE Par BartAllen Stan Lee a décidé de créer de nouveaux héros pour l'éditeur Boom Studio. Il en a créé trois qui ont chacun eu une série en 12 numéros. Je vais baser mon duel sur les quatre premiers numéros de chaque série, soit le premier volume de chaque série parue en France et édité par Emmanuel Proust. Le numéro 1 étant justifié pour les trois, je ne ferai pas cette catégorie. Il en va de même pour le cliff, vu qu’il s’agit un arc, il n’y en a pas vraiment. Ce qui leur fait chacun un point. LE SYNOPSIS Celui qui intéresse le lecteur Un héros débarque en pleine ville suivi des Split Second Men qu’il affronte. Il sauve une femme qui l’appelle Kronus en lisant une insigne déchirée sur son costume. Il a le don de voyager à travers le temps et l’espace. Il est revenu à cette époque afin d’empêcher un événement d’arriver. Stewart Travers a vécu une guerre et y a laissé ses jambes. Maintenant, il est travaille pour l'université. Suite à un combat, une armure alien arrive sur Terre et s’empare du corps du corps de Stewart. Il devient alors le Soldier Zero et doit lutter conte un autre Soldier. Il peut ainsi remarcher mais surtout défendre la Terre. Benjamin Warner travaille dans un bureau mais écrit aussi un roman de science-fiction à propos d’une guerre entre extra-terrestres. Mais un jour, il est attaqué par certains de ces aliens et découvre que ce qu’il écrit ne sort pas de son imagination mais de souvenirs. A partir de ce moment, il doit protéger la Terre. Les trois histoires sont vraiment sympa à lire mais j’ai préféré lire les aventures du Traveler pour les histoires de voyage temporel. 33



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


MDCU le Magazine numéro 3 janvier 2012 Page 1MDCU le Magazine numéro 3 janvier 2012 Page 2-3MDCU le Magazine numéro 3 janvier 2012 Page 4-5MDCU le Magazine numéro 3 janvier 2012 Page 6-7MDCU le Magazine numéro 3 janvier 2012 Page 8-9MDCU le Magazine numéro 3 janvier 2012 Page 10-11MDCU le Magazine numéro 3 janvier 2012 Page 12-13MDCU le Magazine numéro 3 janvier 2012 Page 14-15MDCU le Magazine numéro 3 janvier 2012 Page 16-17MDCU le Magazine numéro 3 janvier 2012 Page 18-19MDCU le Magazine numéro 3 janvier 2012 Page 20-21MDCU le Magazine numéro 3 janvier 2012 Page 22-23MDCU le Magazine numéro 3 janvier 2012 Page 24-25MDCU le Magazine numéro 3 janvier 2012 Page 26-27MDCU le Magazine numéro 3 janvier 2012 Page 28-29MDCU le Magazine numéro 3 janvier 2012 Page 30-31MDCU le Magazine numéro 3 janvier 2012 Page 32-33MDCU le Magazine numéro 3 janvier 2012 Page 34-35MDCU le Magazine numéro 3 janvier 2012 Page 36-37MDCU le Magazine numéro 3 janvier 2012 Page 38-39MDCU le Magazine numéro 3 janvier 2012 Page 40-41MDCU le Magazine numéro 3 janvier 2012 Page 42-43MDCU le Magazine numéro 3 janvier 2012 Page 44-45MDCU le Magazine numéro 3 janvier 2012 Page 46-47MDCU le Magazine numéro 3 janvier 2012 Page 48-49MDCU le Magazine numéro 3 janvier 2012 Page 50-51MDCU le Magazine numéro 3 janvier 2012 Page 52-53MDCU le Magazine numéro 3 janvier 2012 Page 54-55MDCU le Magazine numéro 3 janvier 2012 Page 56-57MDCU le Magazine numéro 3 janvier 2012 Page 58-59MDCU le Magazine numéro 3 janvier 2012 Page 60-61MDCU le Magazine numéro 3 janvier 2012 Page 62