MDCU le Magazine n°2 décembre 2011
MDCU le Magazine n°2 décembre 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2 de décembre 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : MDCU.fr

  • Format : (271 x 361) mm

  • Nombre de pages : 74

  • Taille du fichier PDF : 12,7 Mo

  • Dans ce numéro : Regenesis, back to east !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 58 - 59  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
58 59
j’ai repris le magazine, on tournait vers les 900/950 mais cela me semblait beaucoup donc on est descendu à 750. Mais les finances étaient trop justes et depuis le numéro 73, on ne fait pratiquement plus qu’à la vente, on évite de trop en imprimer. En 6 mois, le stock est épuisé mais on peut en réimprimer grâce au contrat avec notre imprimeur. Et puis, ça créer de la demande, c’est pas plus mal. On passait par un distributeur pour le vendre dans les boutiques spécialisées mais la marge (très raisonnable) qu’il prenait dépassait la marge qui nous permettait d’être rentable donc on a dû le distribuer nousmêmes. J’ai reconstruis un réseau de revendeurs chez qui je mets le magazine en dépotvente. C’est à dire que j’envoie le magazine et que je facture seulement ceux qui ont été vendus quand le numéro d’après sort. On doit être à une trentaine de points de vente maintenant et on continue d’en rajouter à chaque numéro. En plus, ça permet d’avoir une vraie relation avec les vendeurs et on a des retours sur les numéros qui ont plu et ceux qui se sont bien vendus. Le magazine vit uniquement des ventes ? Le magazine survit déjà difficilement. Et pourtant personne n’est payé chez Scarce. Les rédacteurs font ça bénévolement, sur leur propre temps libre. Même les artistes qui signent les couvertures et qui sont parfois des gens reconnus font ça gracieusement. On a quelques pages de pubs mais qui ne sont vraiment pas chères et qui ne rapportent qu’une infime partie des recettes. Donc oui, ce sont les ventes qui nous font vivre et permettent de sortir le numéro suivant. En fait, à cause de la parution erratique du magazine au début des années 2000, on a perdu le numéro de commission paritaire et l’aide du CNL. On a donc revu le format pour qu’il soit moins cher à imprimer. On passe aussi à un magazine en dos piqué avec le 77. En plus, on ne doit pas dépasser les 250 grammes car sinon on sortirait des envois économiques de la Poste et on deviendrait perdant sur les frais de port Donc pour le moment, on se débrouille et on se démène pour récupérer ce numéro de commission et le reste pour être plus tranquille à long terme. Et vous mettez en place une communication vers les lecteurs ? Non pas vraiment. On avait un courrier des lecteurs dans les anciens numéros mais on l’a arrêté. On se concentre d’abord à remettre le magazine à flots avant de pouvoir renouer des liens avec les lecteurs. 56 Quel est le programme du magazine qui sort ces jours-ci ? Les deux tiers du magazine sont consacrés au dossier sur Ernie Colon avec une rétrospective quasi-exhaustive de toute sa carrière. Il a commencé en dessinant Casper et Richie Rich pendant 25 ans avant de passer chez Marvel et DC entre autres dans les années 80. Il a beaucoup crée chez eux et a même développé ses propres graphic novel, Médusa Chain et Ax en ayant carte blanche, une rareté ! Pendant le crash du milieu dans les années 90, comme beaucoup de monde, il n’a plus été sollicité. Il a survécu avec des petits projets à gauche à droite. Puis tout est reparti dans les années 2000 avec l’adaptation en comics du rapport sur les attaques du 11 Septembre. Le succès s’est surtout ressenti dans le milieu journalistique plus que dans celui du comics. Il s’est lancé ensuite dans des biographies à caractère pédagogique, ce qui représente un peu une nouvelle sorte de comics. Belin va sortir en France le volume consacré à Anne Franck, qui ne se focalise pas uniquement sur le journal mais aussi sur ce qui s’est passé avant et après son écriture. Le deuxième sujet important est consacré à Tim Fish. C’est un auteur que j’ai rencontré à Angoulême un peu par hasard. Je tenais le stand de Scarce et j’ai vu un homme passer avec sur son badge marqué Tim Fish. Je me suis dit : « mais je le connais » et je lui ai sauté dessus alors qu’il était là en simple visiteur. Je lui ai proposé de venir à notre stand et de dessiner un peu et finalement, vu qu’il était mal logé en dehors du centre-ville, il a passé le reste du festival avec nous. Depuis, chaque année, il revient à Angoulême et anime des rencontres avec des auteurs de BDs à caractère LGBT (lesbien, gay, bisexuel, transexuel). En fait, il fait des comics de romances gay à la sauce des années 50 mais avec un trait très cartoony. Il est très influencé par les Archie Comics mais ses dessins se rapprochent de ceux d’un Erik Larsen ou d’un Darwyn Cooke. Enfin voila, on a lié une vraie relation d’amitié et je trouvais ses comics de qualité même avant de le rencontrer donc il était temps de le mettre un peu en avant. Et bien sûr, en plus de cela, on a les rubriques habituelles et un article sur Mister A et un autre sur Black Knight. Quand je parlais du fond d’article, celui-là en fait partie. On devait le sortir il y a deux numéros mais on l’a repoussé plusieurs fois par manque de place.
Comment peut-on se procurer Scarce ? Il y a plusieurs façons. D’abord en boutique, si elles font partie du réseau partenaire. Sinon en commandant directement à l’association. Et c’est plus intéressant de faire comme cela car en boutique, cela vous coûtera 9 € tandis qu’en commandant, ce sera 7,50 € frais de ports compris. En plus si vous vous abonnez, le prix du magazine tombe à 6,75 €. Et on possède aussi un certains nombres d’anciens numéros dans notre stock. Quels vont être les sujets des prochains numéros ? Il faut savoir qu’on essaie de respecter un schéma dans les sujets abordés. E n partant du principe que 4 numéros sortent par an. Un dossier est consacré à un auteur spécifique (comme Ernie Colon pour celui-ci). Un autre sur une ligne ou un label. Un troisième sur une vieille série sortie en France mais dont la parution s’est arrêtée. Pour le dernier, on se donne le choix d’un thème libre. Donc pour les prochains, on a en projet un dossier sur la légion des super-héros. Un sur Superman, on a jamais fait un article sur Superman depuis la naissance du magazine. Mais c’est tellement énorme que cela va s’étaler sans doute sur plusieurs numéros. On va aussi parler de Power Pack. Et côté auteur, on parlera de Jerry Bingham qui a entre autre dessiné Son of the Demon où Batman conçoit son enfant avec Talia. Il est récemment revenu sur un récit dans un numéro de DC Retroactive. Pour les éditeurs, on voulait parler de Crossgen depuis longtemps et le label est revenu d’actualité grâce à Marvel qui l’a relancé donc on y va. Il y a des petites histoires, ou des anecdotes qui ont accompagnés la vie du magazine ? 57 Bien sur ! Le numéro 69 est la meilleure. Avant que je n’arrive dans le magazine. Il y avait un projet pas très sérieux, lancé d’abord comme une blague dans le courrier des lecteurs qui prévoyait de faire du numéro 69 un numéro spécial centré sur la vie sexuelle des super-héros. Mais Olivier Thierry a décidé consciemment de passer du 68 au 70 quand le moment est arrivé. Et il a fait croire aux lecteurs qu’il était bel et bien sorti. Dans le 70, une fausse couverture expliquait qu’on pouvait le commander, etc. Le coup était bien monté donc. Sauf que la parution était trop erratique et que les lecteurs ont voulu se le procurer et n’ont pas compris. En plus, ça a foutu un gros bordel dans les abonnements donc l’effet a été un peu raté. Par contre, on a toujours en projet de faire ce numéro spécial sexe. Il sortira en hors-série totalement hors abonnement. Scarce a aussi eu un petit frère au début des années 90 : Mangazone. Comme son nom l’indique, c’était un magazine dédié à la bande dessinée asiatique car certains rédacteurs ont commencé à s’y intéresser. Mais cet intérêt n’a pas vraiment duré et après une petite dizaine de numéro ce fut fini. On a aussi tenté l’aventure de l’édition de BD avec : « Le tour des Crocs », un album composé de récit courts sur le théme des vampires. Ca n’a pas été un franc-succès mais on était très content de mettre en avant certains dessinateurs qui sont presque tous passés pro depuis. Et comment s’annonce le futur de Scarce ? Vous avez d’autres projets ? Oui, on va sortir une version annuelle appelée SCARCE INTER- VIEWS qui reprendra les entretiens faits avec les artistes en anglais dans le texte. Le premier numéro sera présenté en avant-première à la New-York Comic Con de 2012. On complétera avec les rubriques comme point d’encrage et aussi certaines bibliographies. Nous allons aussi débuter une réédition des anciens volumes remaquettés, réillustrés etupdatés. On va faire le chronologiquement et par thème, le premier volume devrait donc reprendre un contenu sélectionné des Scarce 1 à 6. Enfin, une rubrique boutique dans scarce va ouvrir. Elle permettra aux lecteurs d’acheter des comics autopubliés d’auteurs en relation avec le sommaire de nos numéros. Avec, par exemple, Trust/Truth de Tim Fish. Scarce #77 est disponible depuis quelques jours auprès de l’Association SAGA (10 rue Bugeaud 69006 LYON) et dans quelques jours dans les bonnes boutiques. Merci à Xavier pour sa gentillesse et sa disponibilité. Si les comics vous passionnent et si vous voulez creuser le sujet et découvrir de nouvelles choses. Scarce est une revue de passionnés pour des passionnés. N’hésitez pas à vous le procurer. Pour ceux qui feront le déplacement à Lille, Xavier sera présent et de nombreux numéros seront disponibles à la vente.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 1MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 2-3MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 4-5MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 6-7MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 8-9MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 10-11MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 12-13MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 14-15MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 16-17MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 18-19MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 20-21MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 22-23MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 24-25MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 26-27MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 28-29MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 30-31MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 32-33MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 34-35MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 36-37MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 38-39MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 40-41MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 42-43MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 44-45MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 46-47MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 48-49MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 50-51MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 52-53MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 54-55MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 56-57MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 58-59MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 60-61MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 62-63MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 64-65MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 66-67MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 68-69MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 70-71MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 72-73MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 74